Les incidents autodéclarés de victimisation sur Internet au Canada

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Sujets connexes

2009

Les résultats de l'Enquête sociale générale de 2009 sur la victimisation révèlent que 7 % des internautes adultes au Canada, âgés de 18 ans et plus, ont déclaré avoir été victimes de cyberintimidation à un moment ou l'autre de leur vie.

La forme de cyberintimidation la plus courante concernait le fait de recevoir des courriels ou des messages instantanés menaçants ou agressifs, ce type d'incident ayant été indiqué par 73 % des victimes. Un peu plus de la moitié (55 %) des victimes ont été la cible de commentaires haineux, alors que pour environ 8 % des victimes, quelqu'un avait envoyé des courriels menaçants en leur nom.

Environ 1 adulte sur 10 a déclaré qu'un enfant âgé de 8 à 17 ans vivant dans son ménage avait été victime de cyberintimidation. Dans environ 7 cas sur 10, la victime était une fille.

Relativement peu d'incidents de cyberintimidation ont été signalés à la police. Toutefois, les incidents ayant ciblé des enfants ont plus souvent été signalés que ceux ayant visé des adultes (14 % par rapport à 7 %).

Les résultats de l'enquête révèlent également que, parmi les Canadiens qui ont utilisé Internet au cours des 12 mois ayant précédé la tenue de l'enquête, 4 % ont déclaré avoir été victimes de fraude bancaire par Internet. Dans le cadre de cette enquête, on a défini la fraude bancaire par Internet comme les incidents dans lesquels une carte de débit ou de crédit (ou des détails de la carte) a été utilisée par un internaute pour effectuer des achats ou retirer de l'argent du compte sans l'autorisation du détenteur de la carte.

Parmi les répondants qui ont dit effectuer des achats en ligne, 14 % ont éprouvé des problèmes. Les incidents les plus souvent déclarés concernaient le fait de ne pas recevoir les biens ou services même s'ils avaient été payés d'avance, de recevoir des biens ou services qui n'étaient pas ceux décrits sur le site Web ou de voir des sommes supplémentaires retirées du compte sans autorisation.

Environ 1 internaute sur 6 a indiqué être tombé sur du contenu faisant la promotion de la haine ou de la violence. Dans la plupart des cas, ce contenu visait des groupes ethniques ou religieux.

Nota : Le présent communiqué est fondé sur un article de Juristat dans lequel on examine les résultats sur la cyberintimidation, la fraude bancaire par Internet, les problèmes liés aux achats sur Internet et le contenu haineux sur Internet. On y analyse les caractéristiques associées à ces incidents, notamment les facteurs de risque sociodémographiques, le signalement aux autorités et les perceptions de la sécurité générale sur Internet.

Les données proviennent de l'Enquête sociale générale sur la victimisation, dont le cycle précédent remonte à 2009 et dont l'échantillon se compose de Canadiens de 15 ans et plus vivant dans les provinces. Il importe de préciser que les données sont fondées sur les perceptions des personnes et ne devraient pas être comparées aux données déclarées par la police qui peuvent mesurer des notions apparentées.

Définitions, source de données et méthodes : numéro d'enquête 4504.

L'article de Juristat : «Les incidents autodéclarés de victimisation sur Internet au Canada, 2009» (85-002-X, gratuit), est maintenant accessible à partir du module Publications de notre site Web, sous l'onglet Ressource clé. Choisissez Tous les sujets, ensuite Crime et justice, puis Juristat.

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec les Services d'information à la clientèle au 613-951-9023 ou composez sans frais le 1-800-387-2231, Centre canadien de la statistique juridique.