Étude : Immobilisations incorporelles et croissance de la productivité au Canada, 1976 à 2008

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Sujets connexes

Version PDF

Les immobilisations incorporelles, c'est-à-dire l'investissement dans les actifs comme la connaissance scientifique, la publicité et l'organisation d'une entreprise, ont contribué de façon importante à la croissance de la productivité du travail dans le secteur des entreprises au Canada au cours des trois dernières décennies. La contribution des immobilisations incorporelles à la croissance de la productivité du travail n'a été que légèrement plus faible que celle des actifs corporels au cours de cette période.

L'investissement total en actifs incorporels a augmenté plus rapidement que l'investissement en actifs corporels au fil du temps. En 1976, l'investissement en actifs incorporels représentait un peu moins du quart (23 %) des investissements en actifs corporels. En 2008, cette proportion avait augmenté pour s'établir à deux tiers (66 %).

En 2008, on a estimé à 150 milliards de dollars la valeur de l'investissement en actifs incorporels dans le secteur des entreprises.

Les compétences économiques représentaient en 2008 la composante la plus importante des actifs incorporels. Elle était suivie de la propriété innovatrice et des investissements en logiciels. Les dépenses au chapitre de la recherche et du développement ne constituaient qu'une petite partie de l'investissement total en actifs incorporels.

Les compétences économiques ont représenté de 56 % à 58 % de l'investissement total en actifs incorporels. Celles-ci comprennent la publicité et les investissements en capital organisationnel, ce qui comprend la capacité de gestion scientifique nécessaire pour gérer les organisations modernes. Ces dépenses permettent aux entreprises d'accroître leur capacité concurrentielle ou de modifier leur processus de production en vue d'accroître leur efficience et leurs connaissances.

Entre 1976 et 2008, les immobilisations incorporelles ont contribué de façon significative à la croissance de la productivité du travail, représentant environ 40 % du total des effets de l'approfondissement du capital.

Les investissements en propriété innovatrice et les investissements en compétences économiques ont chacun représenté environ 0,2 à 0,3 point de pourcentage de la croissance annuelle de la productivité du travail dans le secteur des entreprises.

Les investissements en information informatisée ont été à l'origine de 0,1 point de pourcentage de la croissance annuelle de la productivité du travail.

On a noté une baisse du taux de croissance des immobilisations incorporelles après 2000 dans le secteur des entreprises au Canada, mais il ne s'agit pas d'un important facteur à l'origine de la baisse globale de la croissance de la productivité du travail.

Note aux lecteurs

Dans le document « Immobilisations incorporelles et croissance de la productivité au Canada », on élabore une mesure expérimentale des immobilisations incorporelles et on examine la contribution des actifs incorporels à la croissance de la productivité du travail dans le secteur des entreprises au Canada. Les immobilisations incorporelles sont constituées des investissements qui n'ont pas les caractéristiques matérielles solides des machines et du matériel ou des immeubles. Néanmoins, ces investissements partagent certaines caractéristiques avec d'autres types d'investissements du fait qu'ils produisent des avantages durables, découlant de dépenses qui sont effectuées aujourd'hui.

Le document de recherche intitulé « Immobilisations incorporelles et croissance de la productivité au Canada », qui fait partie de La revue canadienne de productivité (Numéro au catalogue15-206-X2012029, gratuit), est maintenant accessible à partir du module Publications de notre site Web, sous l'onglet Ressource clé.

Des études semblables de la Division de l'analyse économique peuvent être consultées en ligne (www.statcan.gc.ca/analyseeconomique).

Pour obtenir plus de renseignements ou pour commander des données, communiquez avec le Centre de contact national de Statistique Canada au 613-951-8116 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec John Baldwin au 613-951-8588, Division de l'analyse économique.