Investissement en construction de bâtiments non résidentiels, deuxième trimestre de 2012

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Sujets connexes

Version PDF

Communiqué précédent

L'investissement en construction de bâtiments non résidentiels a augmenté de 1,8 % au deuxième trimestre pour atteindre 11,2 milliards de dollars. Cette hausse, qui fait suite à trois baisses trimestrielles de l'investissement, est attribuable à l'augmentation des dépenses dans les composantes commerciale et industrielle.

Graphique 1 
Investissements en construction de bâtiments non résidentiels
Graphique 1 : Investissements en construction de bâtiments non résidentiels

Description du graphique : Investissements en construction de bâtiments non résidentiels

Version CSV du graphique

L'investissement a augmenté dans sept provinces, les plus fortes hausses ayant été enregistrées en Ontario, au Québec et en Alberta.

La progression en Ontario et en Alberta provient surtout de la croissance des dépenses dans les composantes industrielle et commerciale, tandis que l'augmentation au Québec est attribuable aux dépenses commerciales et institutionnelles.

L'investissement a reculé dans chacune des trois composantes au Nouveau-Brunswick et à l'Île-du-Prince-Édouard, tandis qu'il a fléchi dans les composantes industrielle et institutionnelle à Terre-Neuve-et-Labrador.

L'investissement a augmenté dans 17 des 34 régions métropolitaines de recensement. Les hausses les plus marquées ont été observées à Toronto, à Montréal et à Vancouver. L'investissement a progressé dans les trois composantes à Toronto et à Vancouver, alors que la hausse observée à Montréal est en partie attribuable aux dépenses commerciales et industrielles.

Les plus fortes baisses se sont produites à St. Catharines–Niagara, où l'investissement a reculé dans les composantes commerciale et institutionnelle, et dans le Grand Sudbury, où l'investissement a diminué dans chacune des trois composantes.

Composante commerciale

L'investissement dans la construction de bâtiments commerciaux a augmenté de 2,3 % par rapport au premier trimestre pour se chiffrer à 6,7 milliards de dollars. L'investissement commercial a progressé dans chaque province, à l'exception de l'Île-du-Prince-Édouard et du Nouveau-Brunswick.

Les augmentations les plus prononcées se sont produites dans le centre du Canada. Au Québec, l'investissement commercial a progressé de 4,2 % pour atteindre 1,2 milliard de dollars. Cette croissance est surtout attribuable à la construction d'immeubles à bureaux et de magasins de vente au détail. L'investissement en Ontario a augmenté de 2,1 % pour s'établir à 2,4 milliards de dollars. Cette hausse s'explique principalement par l'augmentation de l'investissement dans les immeubles de vente au détail.

En Alberta, l'investissement commercial a atteint 1,6 milliard de dollars au deuxième trimestre, en hausse de 1,4 %. Cette croissance est attribuable aux dépenses liées aux immeubles à bureaux, aux magasins de vente au détail et aux immeubles d'hébergement pour les projets d'exploitation des sables bitumineux.

Graphique 2 
Composantes commerciale, institutionnelle et industrielle
Graphique 2 : Composantes commerciale, institutionnelle et industrielle

Description du graphique : Composantes commerciale, institutionnelle et industrielle

Version CSV du graphique

Composante industrielle

L'investissement industriel s'est accru de 6,2 % pour s'établir à 1,4 milliard de dollars au deuxième trimestre. Il s'agit d'une troisième augmentation trimestrielle d'affilée. Les dépenses ont crû dans sept provinces, les augmentations les plus prononcées étant survenues en Alberta, en Ontario et en Colombie-Britannique.

L'Alberta se classait en tête, à 333 millions de dollars, ayant enregistré une hausse de 11,2 %, laquelle est attribuable à la croissance de l'investissement dans les bâtiments de services publics et les bâtiments d'entretien.

Les hausses en Ontario et en Colombie-Britannique proviennent surtout de la croissance de l'investissement dans les usines de fabrication et les installations minières. En Ontario, l'investissement a augmenté de 6,7 % pour se chiffrer à 474 millions de dollars, tandis que les dépenses ont crû de 22,4 % en Colombie-Britannique pour s'établir à 137 millions de dollars.

Le recul le plus marqué a été observé à Terre-Neuve-et-Labrador, où l'investissement a diminué de 21,9 % pour s'établir à 74 millions de dollars. L'investissement a diminué dans plusieurs catégories de bâtiments industriels, reflétant l'achèvement de certains projets.

Composante institutionnelle

En ce qui concerne la composante institutionnelle, l'investissement a diminué de 1,1 % par rapport au premier trimestre pour se chiffrer à 3,1 millions de dollars. Il s'agit de la neuvième diminution trimestrielle consécutive, tandis que le rythme du recul était inférieur au deuxième trimestre.

L'investissement institutionnel a diminué dans sept provinces.

La plus forte baisse a été observée en Alberta, où l'investissement a diminué de 5,3 % pour s'établir à 271 millions de dollars, reflétant l'achèvement de plusieurs projets dans la catégorie de l'enseignement.

En Colombie-Britannique, l'investissement a diminué de 3,5 % pour s'établir à 348 millions de dollars. Ce repli s'explique principalement par la diminution des dépenses dans les établissements d'enseignement et les établissements de soins de santé.

La plus forte hausse est survenue au Québec, où les dépenses institutionnelles ont crû de 2,8 % pour atteindre 497 millions de dollars, principalement en raison de la croissance de l'investissement dans les établissements d'enseignement.

Note aux lecteurs

À moins d'avis contraire, toutes les données qui figurent dans le présent communiqué sont désaisonnalisées et sont exprimées en dollars courants, ce qui facilite la comparaison par l'élimination de l'effet des variations saisonnières.

L'investissement en construction de bâtiments non résidentiels exclut les travaux de génie (par exemple les routes, les égouts, les ponts ainsi que les oléoducs et les gazoducs). Ces données proviennent de l'Enquête sur les permis de bâtir, menée auprès des municipalités et visant à recueillir des renseignements sur les intentions de construction.

Des modèles de mise en place sont attribués pour chaque type de structure (industriel, commercial et institutionnel). Ces modèles de mise en place servent à répartir la valeur des permis de bâtir selon la durée des travaux. Les modèles diffèrent selon la valeur du projet de construction, car un projet de plusieurs millions de dollars prendra généralement plus de temps à être achevé qu'un projet d'une centaine de milliers de dollars.

De plus, les données de l'Enquête sur les dépenses en immobilisations et en réparations sont utilisées comme source de données complémentaire pour élaborer cette série d'investissements. Les données de l'investissement en construction de bâtiments non résidentiels tiennent également compte des valeurs repères d'investissement des bâtiments non résidentiels du Système de comptabilité nationale de Statistique Canada.

Dans le cadre du présent communiqué, la région métropolitaine de recensement d'Ottawa–Gatineau (Ontario/Québec) est divisée en deux régions, soit la partie Ottawa et la partie Gatineau.

Données offertes gratuitement dans CANSIM : tableau Tableau CANSIM026-0016.

Définitions, source de données et méthodes : numéro d'enquête numéro d'enquête5014.

Des données plus détaillées sur l'investissement en construction de bâtiments non résidentiels sont également offertes dans des tableaux gratuits accessibles à partir du module Tableaux sommaires de notre site Web, sous l'onglet Ressource clé.

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec le Centre de contact national de Statistique Canada au 613-951-8116 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Bechir Oueriemmi au 613-951-1165, Division de l'investissement, des sciences et de la technologie.