Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Enquête sur l'innovation et les stratégies d'entreprise, 2012

Diffusion : 2014-02-14

Innovation au Canada

De la période triennale de 2007 à 2009 à celle de 2010 à 2012, le pourcentage d'entreprises ayant introduit au moins une catégorie d'innovation est passé de 66,8 % à 63,5 %.

L'innovation de procédés, c'est-à-dire la mise en œuvre de procédés de production ou de méthodes de distribution ou de livraison nouveaux ou significativement améliorés, a diminué le plus. Elle a reculé pour passer de 33,5 % durant la période de 2007 à 2009 à 29,0 % au cours de la période de 2010 à 2012. À l'opposé, les innovations organisationnelles, c'est-à-dire l'introduction de pratiques organisationnelles nouvelles ou significativement améliorées, comme la gestion de la chaîne d'approvisionnement, la production sur commande, les nouvelles méthodes d'organisation des tâches professionnelles, la prise de décisions ou les relations d'affaires extérieures, ont affiché la plus forte hausse, passant de 34,6 % à 37,9 %.

Cette transition vers les innovations organisationnelles peut indiquer que les entreprises ont choisi de réduire leurs coûts en optimisant les activités actuelles par une réorganisation au lieu d'introduire de nouvelles méthodes de logistique, de distribution ou de production.

Durant la période de 2010 à 2012, les entreprises ont continué d'introduire des produits nouveaux ou significativement améliorés à un rythme semblable à celui de la période de 2007 à 2009. De plus, elles ont maintenu le rythme d'introduction des méthodes de marketing ou des circuits commerciaux nouveaux ou significativement améliorés pour promouvoir et générer des ventes. Les innovateurs en produits, c'est-à-dire les entreprises qui ont introduit des produits nouveaux ou significativement améliorés, sont passés de 34,8 % de 2007 à 2009 à 35,1 % entre 2010 et 2012, tandis que les innovateurs en marketing sont passés de 35,4 % à 33,3 %.

Graphique 1  Chart 1: Entreprises au Canada par catégories d'innovation - Description et tableau de données
Entreprises au Canada par catégories d'innovation

Chart 1: Entreprises au Canada par catégories d'innovation - Description et tableau de données

Innovation au Canada par taille d'entreprise

L'innovation a diminué pour tous les groupes de taille d'entreprise. La baisse la plus prononcée est survenue chez les entreprises de taille moyenne, où le pourcentage d'entreprises novatrices a baissé pour passer de 76,3 % pour la période de 2007 à 2009 à 60,1 % pour la période de 2010 à 2012. Les grandes entreprises ont reculé pour passer de 74,7 % à 70,8 %, tandis que les petites entreprises ont diminué, passant de 64,9 % à 63,5 %.

Perspective régionale sur l'innovation au Canada

À l'échelon national, durant la période de 2010 à 2012, les entreprises des secteurs des services professionnels, scientifiques et techniques (77,1 %), de la fabrication (74,8 %) et de la finance et des assurances (73,6 %) ont affiché les taux les plus élevés d'innovation. Les secteurs du transport et de l'entreposage (55,9 %), de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière, et de l'extraction de pétrole et de gaz (56,3 %) ainsi que du commerce de gros (56,7 %) ont présenté les taux les moins élevés.

L'Ontario (71,2 %) a eu la plus grande proportion d'entreprises novatrices durant la période de 2010 à 2012, suivi de l'Alberta (62,1 %), du Québec (60,9 %), du reste du Canada (58,7 %) et de la région de l'Atlantique (45,8 %). À l'échelon régional, les entreprises par secteur industriel ont affiché des taux sensiblement différents pour l'innovation.

En Ontario, presque toutes les entreprises de services administratifs, services de soutien, services de gestion des déchets et services d'assainissement (95,1 %) étaient novatrices, suivies des entreprises de services professionnels, scientifiques et techniques (90,7 %), et celles du secteur de la finance et des assurances (77,9 %).

Les entreprises qui ont présenté le taux le plus élevé d'innovation en Alberta appartenaient aux secteurs de l'industrie de l'information et de l'industrie culturelle (81,8 %), des services publics (75,2 %) et du transport et de l'entreposage (74,1 %) de 2010 à 2012.

De 2010 à 2012, les entreprises novatrices dans le secteur de la fabrication (82,6 %) ont dominé tous les autres secteurs au Québec et toutes les autres entreprises de fabrication au Canada (74,8 %). Au Québec, le commerce de détail (73,9 %) et l'industrie de l'information et l'industrie culturelle (73,2 %) ont été les deux secteurs suivants les plus susceptibles d'avoir de l'innovation.

Les entreprises de la région de l'Atlantique ayant le degré le plus élevé d'innovation appartenaient aux secteurs de l'industrie de l'information et de l'industrie culturelle (90,1 %), des services professionnels, scientifiques et techniques (70,3 %) et de la finance et des assurances (66,2 %).

Crédits d'impôt : le programme gouvernemental le plus essentiel pour soutenir l'innovation

Pour la période triennale de 2010 à 2012, la moitié de toutes les entreprises des industries visées par l'enquête ont déterminé que les crédits d'impôt du gouvernement étaient le programme public le plus important pour soutenir leurs activités d'innovation. Il s'agit d'une hausse par rapport au taux de 34,9 % enregistré pour la période de 2007 à 2009 pendant laquelle les crédits d'impôt dominaient également les programmes gouvernementaux de soutien. Cette tendance liée à l'importance des crédits d'impôt du gouvernement comme programme public essentiel de soutien aux activités novatrices a été observée dans toutes les régions et pour toutes les tailles d'entreprise.

Les subventions gouvernementales ont été le deuxième programme de soutien en importance pour les deux périodes, mais leur importance a diminué pour passer de 32,3 % de 2007 à 2009 à 17,1 % de 2010 à 2012.

À l'opposé, les entreprises ont déterminé que le recours aux programmes gouvernementaux d'embauche de diplômés récents était maintenant le troisième programme gouvernemental en importance pour soutenir les activités d'innovation, délogeant ainsi les programmes de formation qui se trouvaient au troisième rang de 2007 à 2009.

Graphique 2  Chart 2: Programmes gouvernementaux les plus importants pour soutenir l'innovation pour toutes les industries sondées - Description et tableau de données
Programmes gouvernementaux les plus importants pour soutenir l'innovation pour toutes les industries sondées

Chart 2: Programmes gouvernementaux les plus importants pour soutenir l'innovation pour toutes les industries sondées - Description et tableau de données

L'utilisation des technologies de pointe au Canada, 2012

L'utilisation des technologies de pointe peut aider les activités d'innovation des entreprises. Par exemple, l'élaboration ou l'amélioration significative d'un produit, d'un procédé, d'une technique de marketing ou d'une pratique organisationnelle peut être liée à l'utilisation de technologies de pointe. Les types de technologies de pointe utilisées dans l'étude comprenaient les suivants : conception informatique et technique; traitement informatique, fabrication et assemblage; inspection informatique; communication; manutention de matériel automatisée; technologies d'intégration et de contrôle de l'information; biotechnologies ou bioproduits; nanotechnologies; et technologies vertes.

En 2012, 36,5 % des entreprises de tous les secteurs visés par l'enquête ont utilisé au moins un type de technologie de pointe. Il s'agit d'une baisse par rapport au taux de 49,9 % enregistré en 2009. Cette diminution de l'utilisation des technologies de pointe a été notée dans tous les secteurs visés par l'enquête. Les baisses les plus importantes par type d'utilisation de technologie de pointe ont été observées pour les technologies de communication et les technologies vertes de pointe.

L'utilisation des technologies de pointe a varié selon les secteurs industriels en 2012. Les entreprises de services publics (65,1 %), de services professionnels, scientifiques et techniques (58,9 %) et de fabrication (53,1 %) étaient en tête relativement à l'utilisation d'au moins une technologie de pointe. La conception informatique et technique de pointe s'est avérée le type de technologie de pointe le plus utilisé dans les trois secteurs.

À l'opposé, les secteurs industriels les moins susceptibles d'utiliser une technologie de pointe en 2012 ont été ceux du commerce de détail (15,9 %); des services immobiliers et services de location et de location à bail (23,6 %); ainsi que de la construction (29,3 %). Encore une fois, la conception informatique et technique de pointe était la technologie la plus utilisée pour les secteurs des services immobiliers et services de location et de location à bail et de la construction, alors que les techniques d'inspection informatique de pointe et les technologies d'intégration et de contrôle de l'information de pointe ont partagé le premier rang des utilisations pour le commerce de détail.

Les grandes entreprises étaient les plus susceptibles d'utiliser des technologies de pointe

Dans l'ensemble, les grandes entreprises (48,7 %) étaient les plus susceptibles d'utiliser au moins une technologie de pointe en 2012, suivies des entreprises moyennes (43,6 %) et des petites entreprises (34,7 %). Pour les grandes entreprises, les trois technologies de pointe les plus utilisées étaient liées à la communication (30,2 %), à la conception informatique et technique (27,2 %) ainsi qu'à l'intégration et au contrôle de l'information (24,3 %).

En 2012, les technologies de pointe utilisées par les petites et moyennes entreprises étaient, en ordre d'importance, semblables à celles des grandes entreprises, bien que les petites et moyennes entreprises utilisaient principalement la conception informatique et technique, suivie de la communication et du traitement informatique, de la fabrication et de l'assemblage.

L'utilisation des technologies de pointe : une perspective régionale

En 2012, le Québec (44,2 %) et l'Ontario (42,2 %) étaient les chefs de file des entreprises utilisant au moins un type de technologie de pointe, alors que les entreprises de la région de l'Atlantique (14,7 %) accusaient un retard quant à l'utilisation de technologies de pointe. Le choix de l'utilisation des technologies de pointe dans les régions a peu varié. En effet, la conception informatique et technique et les technologies de communication figurent parmi les trois technologies les plus utilisées pour chaque région.

Graphique 3  Chart 3: Utilisation des technologies de pointe pour toutes les industries sondées, par région, 2012 - Description et tableau de données
Utilisation des technologies de pointe pour toutes les industries sondées, par région, 2012

Chart 3: Utilisation des technologies de pointe pour toutes les industries sondées, par région, 2012 - Description et tableau de données



  Note aux lecteurs

L'Enquête sur l'innovation et les stratégies d'entreprise (EISE) de 2012 est une initiative conjointe de Statistique Canada; d'Industrie Canada; du ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement; de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique; de l'Institut de la statistique du Québec; du ministère du Développement économique, du Commerce et de l'Emploi de l'Ontario et ministère de la Recherche et de l'Innovation de l'Ontario; et d'Alberta Innovation and Advanced Education.

L'EISE de 2012 fournit des renseignements importants sur les décisions stratégiques, les activités d'innovation et les stratégies opérationnelles des entreprises canadiennes. Les données sur l'innovation sont recueillies pour une période de trois ans. Pour l'EISE de 2012, la période triennale couvrait 2010 à 2012. La dernière EISE (2009) couvrait la période triennale de 2007 à 2009.

L'échantillon de l'EISE de 2012 comprenait 7 818 entreprises au Canada comptant au moins 20 employés et ayant des revenus de 250 000 $ ou plus. Ces entreprises étaient réparties dans 14 secteurs du Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (2007). En 2012, l'échantillon était divisé en cinq régions, soit la région de l'Atlantique, le Québec, l'Ontario, l'Alberta et le reste du Canada. L'EISE précédente (2009) n'était pas divisée en région. Pour le Canada, l'échantillon était également divisé par groupe et par taille d'entreprise, soit petite (de 20 à 99 employés), moyenne (de 100 à 249 employés) et grande (250 employés ou plus). La collecte de données pour la période de référence de 2012 a été réalisée de mars à août 2013.

Les estimations d'EISE 2012 sont présentées en pourcentage et accompagnées par des indicateurs de qualité. Les indicateurs de qualité sont basés sur l'erreur-type (ET) et le nombre d'observations. Les indicateurs de qualité indiquent ce qui suit :

A est très fiable (ET entre 0 % et 2,49 %);

B est fiable (ET entre 2,50 % et 7,49 %);

E est à utiliser avec précaution (ET entre 7,50 % et 14,99 %);

F est trop peu fiable pour être publié (ET supérieur ou égal à 15,00 %).

Définitions

Les entreprises novatrices visent la mise en œuvre d'un produit (bien ou service) ou d'un procédé nouveau ou amélioré de façon significative, d'une nouvelle méthode de marketing ou d'une nouvelle méthode organisationnelle dans les pratiques d'entreprise, l'organisation du lieu de travail ou les relations extérieures.

L'innovation de produits correspond à l'introduction sur le marché d'un bien ou d'un service nouveau ou significativement amélioré en ce qui concerne les capacités, la convivialité, les composantes ou les sous-systèmes.

L'innovation de procédés consiste en la mise en œuvre d'une technologie de production, d'une méthode de distribution ou d'une activité de soutien nouvelle ou significativement améliorée d'un bien ou d'un service.

L'innovation en marketing consiste en la mise en œuvre d'un nouveau concept ou d'une nouvelle stratégie marketing qui diffère de façon significative des méthodes existantes de l'entreprise et qui n'a jamais été utilisé auparavant.

L'innovation organisationnelle est une méthode nouvelle intégrée aux pratiques opérationnelles d'une entreprise (incluant la gestion du savoir) relativement à l'organisation du lieu de travail ou aux relations extérieures, et qui n'a pas été utilisée antérieurement par l'entreprise.

Il s'agit de la première des trois diffusions prévues de l'Enquête sur l'innovation et les stratégies d'entreprise de 2012. La prochaine diffusion portera sur les chaînes de valeur mondiale et les obstacles à l'exportation. La troisième diffusion sera consacrée aux stratégies d'entreprise.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Marc Nadeau au 613-951-3692 ou avec Louise Earl au 613-951-2880, Division de l'investissement, des sciences et de la technologie.

Date de modification :