Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Études postsecondaires supplémentaires et résultats sur le marché du travail, mars 2014

Diffusion : 2015-09-11

En mars 2014, près d'une personne sur quatre âgée de 15 ans et plus et titulaire d'un grade universitaire déclarait être retournée aux études et avoir obtenu un autre certificat, diplôme ou grade universitaire de niveau équivalent ou inférieur à celui qu'elle avait déjà.

Il y avait 6,5 millions de personnes qui étaient titulaires d'un grade universitaire en mars 2014, et leur taux d'emploi était de 74,5 %. Dans le présent communiqué, les indicateurs du marché du travail pour les personnes titulaires d'un grade universitaire sont présentés selon le principal domaine d'études, puis font l'objet d'une comparaison entre ceux qui ont complété des études postsecondaires supplémentaires et ceux qui ne l'ont pas fait.

Le taux d'emploi était plus élevé chez les 1,5 million de diplômés universitaires qui ont complété des études postsecondaires supplémentaires (77,0 %) que chez les 5,0 millions de diplômés universitaires qui ne l'ont pas fait (73,7 %).

Les personnes titulaires d'un grade universitaire en sciences humaines (31 %) ou en sciences physiques et de la vie, et technologies (30 %) étaient les plus susceptibles de compléter un autre programme postsecondaire de niveau équivalent ou inférieur. Parallèlement, celles qui étaient titulaires d'un grade en mathématiques, informatique et sciences de l'information ou en services personnels, de protection et de transport étaient les moins susceptibles de compléter d'autres études (18 % dans chaque cas).

Les trois principaux domaines d'études les plus courants des personnes qui ont complété des études postsecondaires supplémentaires étaient le commerce, la gestion et l'administration publique (27 %), l'éducation (18 %) ainsi que la santé et les domaines connexes (13 %).

Près de deux personnes sur cinq titulaires d'un grade universitaire qui ont complété un autre programme ont choisi le même domaine d'études que celui de leur titre de scolarité le plus élevé. Cela était particulièrement fréquent chez celles qui ont étudié en commerce, gestion et administration publique, en santé et dans les domaines connexes, en éducation, ainsi qu'en architecture, génie et services connexes.

Indicateurs du marché du travail

Selon le domaine d'études, la plus grande différence dans le taux d'emploi entre les titulaires d'un grade universitaire qui ont complété des études supplémentaires et ceux qui ne l'ont pas fait a été observée chez ceux qui ont d'abord étudié en sciences physiques et de la vie, et technologies. Cette différence était de 8,2 points de pourcentage (78,1 % par rapport à 69,9 %). La deuxième différence en importance s'établissait à 6,7 points de pourcentage entre les personnes titulaires d'un grade universitaire en sciences sociales et de comportements, et droit et qui ont complété d'autres études (81,3 %) et celles qui ne l'ont pas fait (74,6 %).

Graphique 1  Graphique 1: Taux d'emploi des personnes titulaires d'un grade universitaire, selon le principal domaine d'études du plus haut titre scolaire et les études postsecondaires supplémentaires, mars 2014
Taux d'emploi des personnes titulaires d'un grade universitaire, selon le principal domaine d'études du plus haut titre scolaire et les études postsecondaires supplémentaires, mars 2014

En ce qui a trait aux salaires, 70 % des employés titulaires d'un grade universitaire qui ont complété un autre programme postsecondaire gagnaient 800 $ ou plus par semaine, comparativement à 67 % de ceux qui ne l'ont pas fait.

La différence la plus marquée dans les salaires hebdomadaires a été notée chez les employés dont le diplôme le plus élevé était en arts visuels et d'interprétation, et technologie des communications : 65 % de ceux qui ont complété un autre programme gagnaient 800 $ ou plus par semaine, comparativement à 49 % de ceux qui ne l'ont pas fait. Cet écart s'explique en partie par des différences au niveau professionnel : ceux qui ont complété d'autres études étaient plus susceptibles d'être des enseignants et moins susceptibles de travailler dans la vente et les services ou dans les arts, la culture, les sports et les loisirs.

Dans le cas des employés dont le diplôme le plus élevé était en mathématiques, informatique et sciences de l'information, l'effet opposé a été observé. La proportion de ceux qui gagnaient 800 $ ou plus par semaine était plus faible chez les employés qui ont complété un autre programme (71 %) que chez ceux qui ne l'ont pas fait (82 %). Cet écart s'explique en partie par des différences au niveau professionnel : ceux qui avaient un diplôme en mathématiques ou en informatique et qui ont complété d'autres études étaient moins susceptibles d'occuper des professions en sciences naturelles et appliquées et plus susceptibles de travailler dans la vente et les services, ainsi qu'en arts, culture, sports et loisirs.

Graphique 2  Graphique 2: Pourcentage d'employés titulaires d'un grade universitaire ayant gagné 800 $ ou plus par semaine, selon le principal domaine d'études du plus haut titre scolaire et les études postsecondaires supplémentaires, mars 2014
Pourcentage d'employés titulaires d'un grade universitaire ayant gagné 800 $ ou plus par semaine, selon le principal domaine d'études du plus haut titre scolaire et les études postsecondaires supplémentaires, mars 2014

Différences selon le sexe

La proportion de femmes qui ont complété un autre programme postsecondaire après l'obtention de leur grade universitaire était légèrement plus élevée que celle des hommes (25 % comparativement à 22 %).

Parmi les femmes qui ont complété un autre programme, les deux domaines les plus répandus pour la poursuite d'autres études étaient le commerce, la gestion et l'administration publique, ainsi que l'éducation (24 % dans chaque cas). Chez les hommes titulaires d'un grade universitaire, le domaine le plus courant pour la poursuite d'études supplémentaires était le commerce, la gestion et l'administration publique (31 %), suivi de loin par l'architecture, le génie et les services connexes (15 %).

Le taux de chômage des hommes qui ont complété un autre programme était plus faible que celui des hommes qui ne l'ont pas fait (3,7 % par rapport à 4,9 %). Chez les femmes, le taux de chômage de celles qui ont complété un autre programme était légèrement plus élevé que celui des femmes qui ne l'ont pas fait (4,6 % comparativement à 4,0 %).

Le fait d'avoir complété un autre programme était généralement associé à des taux d'emploi plus élevés, ainsi qu'à des salaires hebdomadaires plus élevés, tant chez les hommes que chez les femmes titulaires d'un grade universitaire.

Par exemple, chez les femmes qui avaient un diplôme en sciences humaines et qui ont complété des études supplémentaires, le taux d'emploi et les salaires hebdomadaires étaient plus élevés que chez les femmes titulaires du même diplôme qui n'ont pas complété d'autres études. Parmi les femmes qui avaient un grade universitaire dans ce domaine, 72,9 % de celles qui ont complété d'autres études étaient occupées, et 59 % des employées gagnaient un salaire hebdomadaire moyen de 800 $ ou plus. En revanche, les femmes qui avaient un grade universitaire en sciences humaines et qui n'ont pas complété d'autres études avaient un taux d'emploi de 60,1 %, et 41 % d'entre elles gagnaient 800 $ ou plus.

Parmi les hommes qui avaient un diplôme en santé et dans des domaines connexes, ceux qui ont complété des études supplémentaires avaient un taux d'emploi et des salaires hebdomadaires plus élevés que les hommes qui avaient un diplôme semblable, mais qui n'ont pas complété d'autres études. Le taux d'emploi de ceux qui ont complété d'autres études était de 84,6 %, comparativement à 72,5 % pour ceux qui ne l'ont pas fait. Pour ce qui est des salaires hebdomadaires, 80 % des hommes qui avaient un diplôme en santé et qui ont complété d'autres études gagnaient 800 $ ou plus par semaine, comparativement à 65 % des hommes avec un diplôme semblable, mais qui n'ont pas complété d'études supplémentaires.

Différences selon le statut d'immigrant

Parmi les titulaires d'un grade universitaire, il n'y avait pas de différence dans la proportion de ceux qui ont complété des études supplémentaires entre les immigrants récents (c'est-à-dire ceux qui sont arrivés au cours des 10 années précédentes), les immigrants de longue date (c'est-à-dire ceux qui sont arrivés il y a 11 ans ou plus) et les personnes nées au Canada, la proportion s'établissant à environ 24 % pour les trois groupes.

Le taux d'emploi des immigrants titulaires d'un grade universitaire qui ont complété un autre programme dépassait de 5,4 points de pourcentage celui des immigrants qui ne l'ont pas fait (73,4 % par rapport à 68,0 %). Il était de 8,8 points de pourcentage plus élevé chez les immigrants récents qui ont complété un autre programme, comparativement à ceux qui ne l'ont pas fait, et de 3,6 points de pourcentage plus élevé chez les immigrants de longue date qui ont complété d'autres études, comparativement à ceux qui ne l'ont pas fait.

La différence dans le taux d'emploi était beaucoup plus faible (1,8 point de pourcentage) chez les personnes nées au Canada et titulaires d'un grade universitaire qui ont complété d'autres études, comparativement à celles qui ne l'ont pas fait (79,1 % comparativement à 77,3 %).





  Note aux lecteurs

Les données du présent communiqué ont été tirées de quatre questions ajoutées à l'Enquête sur la population active (EPA) de mars 2014, afin d'éclairer les discussions futures sur le contenu des enquêtes sociales. Il s'agissait de questions sur le domaine d'études correspondant au plus haut niveau d'études des répondants, ainsi que sur l'achèvement d'études supplémentaires après avoir atteint leur niveau d'études le plus élevé.

Ces questions étaient les suivantes : 1) Quel était le principal domaine d'études du certificat, du diplôme ou du grade le plus élevé que vous avez obtenu? 2) Avez-vous obtenu tout autre certificat, diplôme ou grade depuis que vous avez terminé vos études en (principal domaine d'études déclaré)? 3) Quel est le certificat, le diplôme ou le grade le plus récent que vous avez obtenu? 4) Quel était le principal domaine d'études de ce (certificat, diplôme ou grade récent)? Le niveau de scolarité le plus élevé du répondant est recueilli dans le cadre de l'EPA.

Dans cet article, le principal domaine d'études est défini à partir des regroupements principaux de la Classification des programmes d'enseignement (CPE).

Les taux de chômage et d'emploi présentés dans cet article n'ont pas été désaisonnalisés. Par conséquent, ils diffèrent de ceux calculés à partir des données désaisonnalisées diffusées dans les publications courantes de l'EPA et rendent compte de la situation d'emploi en mars 2014.

Malgré les différences dans la population cible et dans les méthodes de collecte de l'Enquête nationale auprès des ménages et de l'EPA, la distribution générale de la variable du principal domaine d'études est semblable au niveau des regroupements principaux de la CPE de 2011. Toutefois, il existe des variations entre les deux enquêtes pour certaines combinaisons de domaines d'études et de niveaux de scolarité qui sont attribuables en grande partie aux différences dans les méthodes de codage.

Pour cet article, des tests statistiques ont été effectués pour mesurer à la fois la qualité globale des estimations et la signification statistique des différences entre les groupes.

Par souci de concision, certains noms de catégorie sont abrégés pour en faciliter l'utilisation dans le texte et les graphiques. Les termes « études supplémentaires », « autres études » et « autre programme » désignent tout autre certificat ou diplôme postsecondaire ou grade universitaire obtenu depuis l'achèvement du grade universitaire le plus élevé. Le programme d'études doit s'étendre sur une période minimale de trois mois. Le terme « grade universitaire » comprend le « baccalauréat », le « certificat ou diplôme universitaire supérieur au baccalauréat », le « diplôme en médecine, en médecine dentaire, en médecine vétérinaire ou en optométrie », la « maîtrise » et le « doctorat ».

D'autres renseignements sur la scolarité et la population active se trouvent dans les documents analytiques « Scolarité au Canada : niveau de scolarité, domaine d'études et lieu des études » et « Portrait de la population active canadienne », lesquels présentent les résultats de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec France-Pascale Ménard au 613-951-6752 (france-pascale.ménard@statcan.gc.ca), Division de la statistique du travail.

Date de modification :