Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Étude : Changements récents dans les tendances démographiques au Canada

Diffusion : 2015-10-27

En raison de l'évolution des tendances démographiques, les profils de population des provinces et des territoires pourraient diverger de plus en plus au cours des décennies à venir.

Un nouvel article diffusé aujourd'hui, intitulé « Changements récents dans les tendances démographiques au Canada », présente une analyse de ces tendances démographiques, à la fois à l'échelle nationale et provinciale ou territoriale.

De 2011 à 2014, la croissance de la population canadienne a été en moyenne de 1,1 % par année. Cependant, cette moyenne nationale masque des différences importantes entre les provinces et les territoires.

À titre d'exemple, le Manitoba, la Saskatchewan et l'Alberta ont enregistré la plus forte croissance moyenne de la population de toutes les provinces au cours de cette période, et ce, pour la première fois depuis 1971.

Alors que l'Alberta a affiché la plus forte croissance de la population presque tous les ans depuis 1997, la croissance récente observée en Saskatchewan contraste fortement avec celle enregistrée de 1997 à 2005, alors que la population de la province était en recul.

De 2011 à 2014, l'Ontario a connu des taux de croissance légèrement inférieurs à la moyenne nationale. Ces chiffres constituent un changement par rapport à la période allant de 1982 à 2005, au cours de laquelle le taux de croissance de la population ontarienne était systématiquement supérieur à la moyenne nationale. La croissance de la population a également ralenti au cours des dernières années en Colombie-Britannique, par rapport aux années 1990.

Le Québec a enregistré un taux de croissance moyen de 0,8 %, soit en deçà de la moyenne nationale. Le taux de croissance de la province s'est toutefois récemment rapproché du taux national et du taux de l'Ontario par rapport aux décennies antérieures.

La croissance de la population dans les provinces de l'Atlantique est demeurée inférieure à celle observée dans les autres régions du pays, alors que ces provinces, à l'exception de l'Île-du-Prince-Édouard, ont affiché une croissance moyenne presque nulle de 2011 à 2014.

Graphique 1  Graphique 1: Croissance démographique moyenne de 2011 à 2014, selon la province ou le territoire
Croissance démographique moyenne de 2011 à 2014, selon la province ou le territoire

Les sources de croissance diffèrent d'une province ou d'un territoire à l'autre

Au cours des dernières années, les deux tiers environ de la croissance de la population canadienne ont été attribuables à l'accroissement migratoire international, que l'on peut définir comme le gain net de la population en provenance d'autres pays.

Le dernier tiers de cette croissance était attribuable à l'accroissement naturel, c'est-à-dire à l'augmentation du nombre de naissances moins le nombre de décès.

Dans trois des quatre provinces de l'Atlantique, l'accroissement naturel ne contribue plus à la croissance de la population. En 2014, on a enregistré davantage de décès que de naissances au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve-et-Labrador, conséquence d'un vieillissement rapide de la population.

Dans les autres provinces et territoires, l'accroissement naturel a contribué à la croissance de la population, mais à des degrés divers.

Au Nunavut et dans les Territoires du Nord-Ouest, presque toute la croissance était attribuable à l'accroissement naturel, conséquence d'un taux de fécondité plus élevé parmi les populations des Premières Nations et les populations inuites.

Au cours des deux prochaines décennies, on prévoit que la contribution de l'accroissement naturel diminuera dans toutes les provinces et qu'elle demeurera négative dans les provinces de l'Atlantique. Cette constatation laisse croire que ces provinces devront attirer davantage de migrants pour assurer la croissance de leurs populations à l'avenir.

Les provinces des Prairies (particulièrement le Manitoba et la Saskatchewan) ont récemment attiré proportionnellement davantage d'immigrants que par le passé. Par conséquent, l'accroissement migratoire international constitue maintenant la principale source de la croissance de la population dans ces provinces.

Incidence sur les caractéristiques de la population

Si les tendances actuelles se maintiennent, les provinces pourraient diverger de plus en plus en matière de structure par âge, de diversité ethnique et de poids démographique.

En 2014, par exemple, la proportion des personnes de 65 ans et plus à l'échelle nationale était de 16 %. Toutefois, à l'échelle provinciale, cette proportion variait de 11 % en Alberta à plus de 18 % en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick, une différence de sept points de pourcentage.

D'ici 2034, cette même proportion pourrait varier de 18 % en Alberta à 31 % à Terre-Neuve-et-Labrador, une différence de 13 points de pourcentage.

De même, en 2011, 19 % des Canadiens appartenaient à un groupe de minorités visibles. Toutefois, cette proportion variait de 1 % à Terre-Neuve-et-Labrador à 27 % en Colombie-Britannique, une différence de 26 points de pourcentage.

Cette différence pourrait augmenter pour passer à 37 points de pourcentage d'ici le début des années 2030, atteignant un creux de 3 % à Terre-Neuve-et-Labrador et à l'Île-du-Prince-Édouard et un sommet de 40 % en Ontario.

Variation du poids démographique des régions

En 1871, 44 % de la population vivait en Ontario, 32 %, au Québec, 21 %, dans les provinces de l'Atlantique et 3 %, dans l'Ouest du pays (Colombie-Britannique, Manitoba et ce qui constituait à l'époque les Territoires du Nord-Ouest, qui englobaient les futures provinces de l'Alberta et de la Saskatchewan ainsi que le Yukon et le Nunavut).

En 2008, le poids démographique des provinces à l'ouest de l'Ontario (31 %) a dépassé pour la première fois celui des provinces à l'est de l'Ontario (30 %). Le poids démographique de l'Ontario s'élevait à 39 %.

Selon les projections démographiques les plus récentes de Statistique Canada (et si les récentes tendances démographiques se maintiennent), le poids démographique des provinces des Prairies pourrait excéder celui du Québec dans moins de 50 ans, et le poids démographique des quatre provinces de l'Atlantique pourrait diminuer pour s'établir à moins de 5 % de la population canadienne.

Graphique 2  Graphique 2: Poids démographique des régions du Canada
Poids démographique des régions du Canada

Les résultats de la présente étude sont également décrits dans la vidéo Une capsule statistique de Statistique Canada – Démographie régionale.

  Note aux lecteurs

Cette diffusion présente des données en provenance du Programme des estimations démographiques, du Programme des projections démographiques (incluant le modèle de microsimulation Demosim), des recensements de la population et de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011.

L'accroissement naturel est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès. C'est ainsi qu'une population croît ou décroît en l'absence de migration.

L'accroissement migratoire international est la différence entre le nombre d'immigrants et le nombre d'émigrants, et comprend également le solde des résidents non permanents.

L'accroissement migratoire interprovincial est la différence entre le nombre d'entrants et le nombre de sortants de chaque province ou territoire. Il s'agit donc du bilan des échanges migratoires internes entre les provinces et les territoires.

Produits

L'article intitulé « Changements récents dans les tendances démographiques au Canada », qui fait partie de la publication Regards sur la société canadienne (Numéro au catalogue75-006-X), est maintenant accessible à partir du module Publications de notre site Web, sous l'onglet Parcourir par ressource clé.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (statcan.mediahotline-ligneinfomedias.statcan@canada.ca).

Date de modification :