Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Coup d'œil sur le commerce de gros : une introduction au commerce de gros

Diffusion : 2015-11-27

Le commerce de gros comprend un groupe de compagnies diversifiées qui travaillent habituellement « en coulisse ». Le présent article jette de la lumière sur ce secteur en décrivant son rôle, le pourquoi de son importance, et ses activités au Canada.

Qu'est-ce que le commerce de gros?

Le commerce de gros est un secteur défini dans le Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN) comme étant « les établissements dont l'activité principale consiste à vendre en gros des marchandises généralement sans transformation, et à fournir des services résultant de la vente de marchandises ». Autrement dit, le secteur est constitué d'entreprises qui agissent habituellement comme « intermédiaires » en reliant les autres secteurs de l'économie.

En général, les grossistes assurent la liaison entre les agriculteurs ou les fabricants qui produisent des biens et les compagnies ou institutions publiques qui en ont besoin, par exemple, les usines qui achètent des intrants pour leurs processus industriels ou les détaillants qui achètent des biens finis en vue de les vendre aux ménages canadiens. Ils importent aussi des biens d'autres pays et les redistribuent au Canada, et ils exportent des biens produits au Canada vers d'autres marchés.

De nombreux grossistes vendent des marchandises en grande quantité à des détaillants, ainsi qu'à d'autres entreprises et institutions. Toutefois, certains vendent des unités de biens d'équipement ou de biens durables qui ne sont pas destinés au grand public, comme des véhicules lourds, des machines industrielles et du matériel agricole, aux entreprises qui en ont besoin.

Les grossistes sont souvent aussi des experts en logistique, et ils peuvent fournir des services de mise en marché et de soutien, comme l'étiquetage, l'emballage et de la formation en matière de produit, aux compagnies qu'ils servent.

L'un des principaux outils de mesure du commerce de gros au Canada est l'Enquête mensuelle sur le commerce de gros (EMCG). Ce programme d'enquête produit des estimations des ventes mensuelles selon la province et le territoire, ainsi que des niveaux des stocks à l'échelle du Canada, pour presque toutes les industries du secteur du commerce de gros définies dans le SCIAN.

On note trois exclusions : les grossistes-marchands de graines oléagineuses et de grains céréaliers (SCIAN 41112); les grossistes-marchands de pétrole et de produits pétroliers (SCIAN 412); et le commerce électronique de gros entre entreprises, et agents et courtiers (SCIAN 419). Statistique Canada recueille des données pour ces industries à partir d'autres sources, ce qui fait qu'elles sont exclues de l'EMCG, afin de réduire le fardeau de réponse pour les compagnies canadiennes. Ces industries exclues sont couvertes par l'Enquête annuelle sur le commerce de gros.

Pourquoi le secteur du commerce de gros est-il important?

Selon les données de l'EMCG, les grossistes ont vendu en moyenne pour 52,9 milliards de dollars de biens et ont détenu pour 65,9 milliards de dollars de stocks chaque mois en 2014. En comparaison, les fabricants ont vendu en moyenne pour 51,6 milliards de dollars de biens et les détaillants, pour 42,1 milliards de dollars, sur une base mensuelle au cours de la même période.

Le secteur du commerce de gros représente environ 5 % à 6 % du produit intérieur brut (PIB), ce qui est comparable au secteur du commerce de détail. En 2014, les grossistes employaient plus de 775 000 personnes au cours d'un mois moyen, soit environ 5,0 % de tous les employés au Canada. Cette année-là, en moyenne, le secteur du commerce de gros employait une proportion plus faible de personnes que le secteur de la fabrication (9,5 %) et celui du commerce de détail (12,4 %), mais des nombres similaires à ceux du secteur de la finance et des assurances (4,5 %) et du transport et de l'entreposage (4,7 %). Les personnes travaillant pour les grossistes gagnaient en moyenne 1 110 $ par semaine en 2014, soit environ 19 % de plus que la moyenne nationale de 935 $ par semaine, et plus du double du salaire moyen des employés du commerce de détail (542 $ par semaine).

Dans le domaine des dépenses en immobilisations, en 2013, le secteur du commerce de gros a été à l'origine de 2,2 % des dépenses en immobilisations liées à la construction des bâtiments non résidentiels au Canada. Il s'agit d'un montant plus faible que les proportions enregistrées dans le secteur du commerce de détail (9,6 %) ou celui de la fabrication (10,8 %), mais plus élevé que dans l'industrie de l'information et l'industrie culturelle (1,5 %). En ce qui a trait aux dépenses en immobilisations au titre du matériel et outillage, les grossistes ont été à l'origine de 3,1 % de ces dépenses, une proportion similaire au commerce de détail (4,1 %), mais plus faible que la fabrication (13,1 %).

La même année, les grossistes ont été à l'origine de 8,3 % des dépenses intra-muros totales au titre de la recherche et développement dans les entreprises commerciales, une proportion beaucoup plus faible que les fabricants (42,1 %), mais beaucoup plus élevée que les détaillants (0,4 %).

Les données sur le commerce de gros jouent un rôle clé pour comprendre l'ensemble de l'économie canadienne. Cela est vrai non seulement en raison de la taille du secteur, ainsi que de sa contribution à l'emploi, aux dépenses en immobilisations et aux dépenses en recherche et développement, mais aussi parce que les grossistes, en tant qu'« intermédiaires », entretiennent des rapports avec la plupart des autres secteurs de l'économie.

La récession de 2008-2009 et la reprise subséquente observée dans le PIB d'ensemble au Canada ont aussi eu un effet prononcé sur le commerce de gros. Les ventes en gros et le PIB ont diminué au cours de la récession de 2008-2009, mais sont revenus au niveau précédant la récession à la fin de janvier 2011. Tant les ventes en gros que le PIB ont connu une croissance annuelle entre 2010 et 2014.

Graphique 1  Graphique 1: Ventes des grossistes
Ventes des grossistes

Graphique 2  Graphique 2: Produit intérieur brut réel, ensemble des industries
Produit intérieur brut réel, ensemble des industries

Que font les grossistes canadiens?

La façon dont les grossistes interagissent avec les autres secteurs de l'économie varie de façon importante entre les sous-secteurs du commerce de gros.

Le sous-secteur le plus important de l'EMCG en 2014 était celui des machines, du matériel et des fournitures, les ventes mensuelles moyennes s'étant établies à 11,1 milliards de dollars. Les grossistes de ce sous-secteur distribuent habituellement des machines et du matériel à une gamme variée d'entreprises, y compris celles de la construction, de l'exploitation minière, de l'exploitation forestière et de la fabrication, ainsi qu'aux agriculteurs, aux détaillants et aux institutions publiques. Les machines et le matériel dont ont besoin les entreprises canadiennes sont parfois fabriqués dans d'autres pays; il est donc courant pour les grossistes de ce sous-secteur d'importer les machines ainsi que les pièces qu'ils vendent.

Les grossistes du sous-secteur des produits alimentaires, des boissons et du tabac vendent habituellement aux détaillants et aux restaurants, et établissent un lien entre ces compagnies et les agriculteurs et fabricants qui produisent les biens destinés à leurs clients. Dans ce sous-secteur, les grossistes importent parfois les biens qu'ils vendent, et exportent parfois des aliments récoltés ou fabriqués au Canada dans le reste du monde. Ce sous-secteur a vendu en moyenne pour 10,2 milliards de dollars de biens mensuellement en 2014.

Dans le sous-secteur des véhicules automobiles et de leurs pièces, dont les ventes mensuelles moyennes se sont chiffrées à 9,2 milliards de dollars en 2014, les grossistes participent à l'exportation et à l'importation de véhicules automobiles, qui vont des automobiles aux camions lourds et autobus, ainsi que leurs pièces. Ces grossistes vendent leurs biens à une gamme variée d'entreprises, y compris des détaillants.

Le sous-secteur des matériaux et fournitures de construction est l'un des plus petits, celui-ci ayant enregistré des ventes mensuelles moyennes de 7,6 milliards de dollars en 2014. La plupart de ces grossistes distribuent des biens aux détaillants, fabricants et autres entreprises, mais certains exportent des produits, comme le bois d'œuvre.

Un autre sous-secteur en importance en 2014 est celui des articles personnels et ménagers, les ventes mensuelles moyennes s'étant élevées à 7,3 milliards de dollars. Sauf pour les grossistes de produits et de fournitures pharmaceutiques, les grossistes de ce sous-secteur importent habituellement une part importante des biens qu'ils redistribuent. Il est habituel pour les grossistes de ce sous-secteur de vendre principalement aux détaillants.

Les grossistes du sous-secteur des produits divers représentent un groupe très diversifié, qui a été à l'origine de 6,8 milliards de dollars de ventes mensuelles en moyenne en 2014. Ces grossistes vendent un éventail de produits à une gamme variée d'entreprises, y compris des détaillants, des fabricants et des agriculteurs, et plusieurs exportent leurs biens vers des marchés étrangers.

Enfin, les grossistes du sous-secteur des produits agricoles, le plus petit sous-secteur couvert par l'EMCG, ont enregistré des ventes mensuelles moyennes de 709 millions de dollars en 2014. Ils se spécialisent dans la distribution de produits comme des animaux vivants et des produits de pépinières, tant au Canada que vers des marchés étrangers.

Dans le cas des industries exclues de l'EMCG, les grossistes de pétrole et de produits pétroliers vendent principalement à d'autres grossistes, mais aussi à des entreprises étrangères, à des fabricants et à des détaillants. Les grossistes de l'industrie de graines oléagineuses et de grains céréaliers, tout comme les autres grossistes du sous-secteur des produits agricoles, exportent fréquemment leurs biens vers des marchés étrangers.

La plus petite industrie exclue, celle de commerce électronique de gros entre entreprises et des agents et courtiers, représente un groupe restreint, mais diversifié, dont la caractéristique commune est qu'il ne possède pas les biens qu'il vend. Il vend plutôt les biens appartenant à d'autres, moyennant des commissions ou des honoraires.

À quoi le secteur du commerce de gros ressemble-t-il au Canada?

En 2014, les trois composantes les plus importantes du commerce de gros de l'EMCG étaient le sous-secteur des machines, du matériel et des fournitures, celui des produits alimentaires, des boissons et du tabac, et celui des véhicules automobiles et de leurs pièces. Ensemble, ces sous-secteurs étaient à l'origine de 58 % des ventes mensuelles en moyenne.

En général, la répartition des ventes en gros parmi les sous-secteurs a été relativement stable depuis 2004, selon les données de l'EMCG. L'exception notable est celle du sous-secteur des véhicules automobiles et de leurs pièces, qui a enregistré des variations marquées dans la valeur et la proportion de ses ventes au cours de la récession de 2008-2009. Ce sous-secteur était le plus important en 2004, représentant en moyenne 20 % des ventes mensuelles, mais était seulement le quatrième en importance en 2009, représentant en moyenne 15 % des ventes mensuelles. De 2009 à 2014, les ventes dans ce sous-secteur ont repris, puis elles ont dépassé leur niveau d'avant la récession, et le sous-secteur s'est hissé au troisième rang parmi les plus importants en 2014, alors qu'il était à l'origine en moyenne de 17 % des ventes mensuelles du commerce de gros.

Graphique 3  Graphique 3: Part moyenne des ventes mensuelles en gros selon le sous-secteur
Part moyenne des ventes mensuelles en gros selon le sous-secteur

Selon les données de l'EMCG, les grossistes se concentrent principalement en Ontario, où ils ont été à l'origine de 49 % des ventes en gros mensuelles en moyenne en 2014. Suivaient le Québec (18 %), l'Alberta (13 %) et la Colombie-Britannique (10 %), représentant ensemble 41 % en moyenne des ventes mensuelles en 2014, soit moins que la part de l'Ontario. Les ventes en gros dans les provinces de l'Atlantique et dans les territoires combinées représentaient en moyenne 3,5 % des ventes en gros mensuelles au Canada au cours de la même période.

La répartition provinciale des ventes en gros mensuelles en 2014 était similaire à celle observée tout au long de la dernière décennie. Même si l'Ontario est demeuré de loin la province la plus importante, sa part moyenne des ventes mensuelles a diminué légèrement pour passer de 53 % en 2004 à 49 % en 2014.

L'Alberta et les autres provinces de l'Ouest ont vu leurs parts moyennes des ventes mensuelles augmenter légèrement au cours de cette période, l'Alberta ayant affiché la hausse la plus marquée, passant de 10 % en 2004 à 13 % en 2014. La diminution de la part des ventes mensuelles attribuable au sous-secteur des véhicules automobiles et de leurs pièces, lequel est basé principalement en Ontario, et la croissance du sous-secteur des machines, du matériel et des fournitures en Alberta, ont contribué à ce changement dans la répartition provinciale.

Graphique 4  Graphique 4: Part moyenne des ventes mensuelles en gros selon la province et dans les territoires
Part moyenne des ventes mensuelles en gros selon la province et dans les territoires

En somme, le commerce de gros englobe un ensemble diversifié d'entreprises qui s'acquittent d'une gamme variée de rôles; elles assurent le lien entre les entreprises étrangères et les entreprises canadiennes, ainsi qu'entre les agriculteurs, les fabricants, les détaillants, les institutions publiques et d'autres entreprises au Canada. Elles travaillent généralement « en coulisse », mais elles font partie intégrante de l'économie, et les données sur ce secteur sont utiles pour comprendre les tendances économiques au Canada.

  Note aux lecteurs

Le public est invité à clavarder avec un expert au sujet du commerce de gros le vendredi 27 novembre 2015, de 12 h 30 à 13 h 30, heure de l'Est.

Toutes les données mensuelles qui figurent dans le présent communiqué sont désaisonnalisées et exprimées en dollars courants, sauf avis contraire. Pour obtenir plus de renseignements sur la désaisonnalisation, voir Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Les ventes totales du commerce de gros exprimées en volume sont calculées en corrigeant les valeurs en dollars courants à l'aide d'indices de prix appropriés. Cette série de ventes en gros en dollars enchaînés (2007) représente un indice de volume en chaîne de Fisher dont l'année de référence est 2007. Pour obtenir plus de renseignements à ce sujet, voir Le volume des ventes en gros.

Sources de données

Les données utilisées dans le présent communiqué proviennent des sources suivantes :

  • Les ventes et stocks des grossistes : Enquête mensuelle sur le commerce de gros, tableaux CANSIM 081-0011, 081-0012 et 081-0015.
  • Les ventes du secteur de la fabrication : Enquête mensuelle sur les industries manufacturières, tableau CANSIM 304-0014.
  • Les ventes des détaillants : Enquête mensuelle sur le commerce de détail, tableau CANSIM 080-0020.
  • Le produit intérieur brut : Produit intérieur brut par industrie – national (mensuel), tableaux CANSIM 379-0029 et 379-0031.
  • L'emploi : Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail, tableau CANSIM 281-0063.
  • Les dépenses en immobilisations et réparations : Enquête annuelle sur les dépenses en immobilisations et réparations, tableau CANSIM 029-0049.
  • Dépenses intra-muros au titre de la recherche et développement dans les entreprises commerciales : Enquête annuelle sur la recherche et le développement dans l'industrie canadienne, tableau CANSIM 358-0024.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour obtenir des renseignements analytiques ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Marco Morin au 613-951-2074 (marco.morin@canada.ca), Division de la fabrication et du commerce de gros.

Date de modification :