Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Enquête sur les postes vacants et les salaires, troisième trimestre de 2015

Diffusion : 2016-02-11

Au troisième trimestre, il y avait 401 000 postes vacants au Canada. Le taux de postes vacants s'est établi à 2,6 %.

Taux de postes vacants au Canada

Le Nunavut (4,2 %) et le Yukon (3,9 %) avaient les taux de postes vacants les plus élevés, suivis de la Colombie-Britannique (3,4 %), de l'Alberta (3,1 %) et de la Nouvelle-Écosse (3,0 %). L'Ontario affichait un taux de postes vacants de 2,6 %, soit le même taux qu'à l'échelle nationale. Le Québec avait le plus bas taux, à savoir 1,8 %.

Graphique 1  Graphique 1: Taux de postes vacants selon la province et le territoire, troisième trimestre de 2015
Taux de postes vacants selon la province et le territoire, troisième trimestre de 2015

Le taux de postes vacants désigne la proportion d'emplois inoccupés par rapport à l'ensemble des emplois salariés disponibles. Il représente le nombre de postes vacants exprimé en pourcentage de la demande de travail, c'est-à-dire la somme de tous les emplois occupés et vacants.

Dans les trois provinces qui avaient les taux de postes vacants les plus élevés au troisième trimestre, les régions économiques qui enregistraient les taux les plus élevés étaient celles du Nord-est en Colombie-Britannique (4,7 %), de Banff–Jasper–Rocky Mountain House en Alberta (5,1 %) et d'Halifax en Nouvelle-Écosse (3,5 %).

Parmi les 10 régions économiques qui avaient les taux de postes vacants les plus élevés au Canada, 9 se trouvaient dans les provinces de l'Ouest ou dans les territoires, et 1 se trouvait au Québec. Les 10 régions économiques qui avaient les taux de postes vacants les plus faibles étaient au Québec. Il y a 76 régions économiques au Canada.

Postes vacants selon la profession

Il y a 140 groupes professionnels dans la Classification nationale des professions (CNP) au niveau des codes à trois chiffres. À ce niveau, les vendeurs du commerce de détail (27 000) ainsi que les serveurs au comptoir, les aides de cuisine et le personnel de soutien assimilé (26 000) avaient le plus grand nombre de postes vacants, suivis des chefs et des cuisiniers (15 000). Toutefois, la composition des postes vacants selon la profession variait à l'échelle nationale. Par exemple, la Colombie-Britannique comptait 17,6 % des postes vacants au Canada, mais on y trouvait 27,8 % de tous les postes vacants de chef et de cuisinier.

Il y a 500 professions dans les groupes de la CNP à quatre chiffres. À ce niveau, des 10 professions qui comptaient le plus grand nombre de postes vacants, le groupe des aides-infirmiers, des aides-soignants et des préposés aux bénéficiaires (76,5 %) était le seul à afficher une majorité de postes vacants pour lesquels des études postsecondaires étaient recherchées.

Postes vacants et salaire horaire offert

L'Enquête sur les postes vacants et les salaires fournit des renseignements sur le salaire offert par les entreprises pour les postes vacants qu'elles tentent de doter, exprimé comme une moyenne des taux horaires.

À l'échelle nationale, le salaire horaire offert pour les postes vacants s'établissait en moyenne à 18,45 $ au troisième trimestre.

Le Nunavut affichait le salaire offert le plus élevé, soit 29,35 $, suivi des Territoires du Nord-Ouest (22,90 $). L'Alberta, le Québec, l'Ontario et le Yukon avaient des salaires offerts comparables, allant de 18,80 $ à 18,90 $. L'Île-du-Prince-Édouard (13,85 $) et le Nouveau-Brunswick (14,95 $) avaient les salaires offerts les plus bas.

Les régions économiques de Wood Buffalo–Cold Lake en Alberta (24,95 $) et du Nord en Saskatchewan (24,20 $) étaient parmi les 10 régions qui avaient les salaires offerts les plus élevés. Montréal (21,95 $) et Toronto (20,35 $), deux des plus grandes régions économiques en matière d'emploi et de postes vacants, figuraient aussi parmi ces 10 régions. En revanche, les régions d'Annapolis Valley en Nouvelle-Écosse (13,20 $) et d'Edmundston–Woodstock au Nouveau-Brunswick (13,85 $) étaient parmi les régions économiques qui avaient les salaires offerts les plus bas.

À l'échelle nationale, le salaire offert pour les postes vacants pour lesquels les employeurs recherchaient un baccalauréat était de 34,50 $, soit environ 16,00 $ au-dessus de la moyenne nationale. Le salaire offert s'établissait à 13,45 $ pour les postes vacants pour lesquels les employeurs n'avaient aucune exigence en matière de scolarité.

Postes vacants selon le statut à temps plein et à temps partiel

Au troisième trimestre, environ les deux tiers des postes vacants au Canada étaient des postes à temps plein. C'est le Nunavut qui enregistrait la plus forte proportion (85,6 %) de postes vacants pour des emplois à temps plein. Parmi les provinces, le Québec (73,5 %) et l'Alberta (67,9 %) affichaient les proportions les plus élevées, alors que l'Île-du-Prince-Édouard (54,9 %) avait la proportion la plus faible.

Graphique 2  Graphique 2: Proportion des postes vacants selon le type de travail, la province et le territoire, troisième trimestre de 2015
Proportion des postes vacants selon le type de travail, la province et le territoire, troisième trimestre de 2015

À l'échelle nationale, le salaire offert moyen pour les postes vacants était plus élevé pour les postes à temps plein (20,85 $) que pour les postes à temps partiel (13,80 $). Cette tendance a été observée dans toutes les provinces et tous les territoires.

Parmi les 10 groupes à trois chiffres de la CNP ayant les plus fortes proportions de postes vacants pour les emplois à temps plein — dont 4 étaient des groupes professionnels liés à la gestion — 9 avaient un salaire offert supérieur à la moyenne nationale.

Postes vacants selon le type de poste

À l'échelle nationale, environ les trois quarts des postes vacants étaient des postes permanents. Parmi les provinces, le Québec (81,0 %) et l'Alberta (80,5 %) avaient les proportions de postes vacants pour les emplois permanents les plus élevées, suivis du Manitoba (78,6 %). Les provinces de l'Atlantique avaient les proportions les plus faibles au troisième trimestre, allant de 57,2 % à l'Île-du-Prince-Édouard à 69,1 % en Nouvelle-Écosse.

Graphique 3  Graphique 3: Proportion des postes vacants selon le type de poste, la province et le territoire, troisième trimestre de 2015
Proportion des postes vacants selon le type de poste, la province et le territoire, troisième trimestre de 2015

À l'échelle nationale, le salaire offert moyen pour les postes permanents était de 19,25 $, comparativement à 15,90 $ pour les postes temporaires. Le salaire offert pour les postes permanents était plus élevé que celui des postes temporaires dans toutes les provinces et tous les territoires, sauf à Terre-Neuve-et-Labrador et au Nunavut, où le salaire offert était à peu près le même pour les postes permanents et temporaires.

La distribution des postes vacants par province contribuait aux différences entre les salaires offerts. Par exemple, le Québec affichait l'un des salaires offerts les plus élevés (18,85 $), ce qui est en partie attribuable au fait que les proportions des postes vacants pour les emplois à temps plein (73,5 %) et les emplois permanents (81,0 %) y étaient parmi les plus élevées.

En revanche, l'Île-du-Prince-Édouard avait le salaire offert le plus faible (13,85 $), en partie parce qu'il s'agit de la province où les proportions des postes vacants qui étaient des emplois à temps plein (54,9 %) et des emplois permanents (57,2 %) étaient les plus faibles.

Parmi les 10 groupes à trois chiffres de la CNP qui affichaient la proportion la plus élevée de postes vacants pour les postes permanents, 6 groupes étaient liés à la gestion.







  Note aux lecteurs

L'Enquête sur les postes vacants et les salaires (EPVS) est une enquête trimestrielle qui fournit des données exhaustives sur les postes vacants selon le secteur d'activité, les professions détaillées et le niveau de compétence recherché pour le Canada, les provinces, les territoires et les régions économiques. Du fait de sa portée plus large et de son niveau plus grand de détails, l'EPVS est la principale source de données à jour et exhaustives de Statistique Canada sur les postes vacants au Canada.

L'EPVS, qui est parrainée par Emploi et Développement social Canada, est l'enquête la plus importante sur les postes vacants jamais menée par Statistique Canada. Elle répond à des besoins clés d'information sur le marché du travail en fournissant des données sur la demande actuelle et émergente de travail. Les résultats appuieront la prise de décision par les chercheurs d'emploi, les étudiants, les employeurs et les décideurs.

Les données de l'EPVS ne sont pas désaisonnalisées. Une certaine prudence est donc de mise dans l'interprétation des comparaisons d'un trimestre à l'autre.

Des données annuelles sur les salaires et l'emploi selon la profession ont commencé à être recueillies en 2016 dans le volet de l'enquête sur les salaires.

Les statistiques sommaires relatives aux séries chronologiques sur les postes vacants tirées de l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail sont disponibles dans CANSIM.

Qualité des données de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires

La population cible de l'enquête comprend tous les emplacements commerciaux au Canada, sauf ceux dont l'activité principale relève des secteurs des organismes religieux et des ménages privés. Bien que les administrations publiques fédérale, provinciales et territoriales soient également exclues de l'enquête à l'heure actuelle, elles seront intégrées à une date ultérieure.

Prochaine diffusion

Les données sur les postes vacants de l'EPVS pour le quatrième trimestre de 2015 seront diffusées en mai 2016.

Produits

Il est possible d'obtenir plus d'information en ligne sur les concepts et l'utilisation des données de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires dans le Guide de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires (Numéro au catalogue75-514-G), à partir du module Publications de notre site Web, sous l'onglet Parcourir par ressource clé.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Myriam Hazel au 613-219-4345 (myriam.hazel@canada.ca) ou avec Dominique Dionne-Simard au 613-618-9411 (dominique.dionne-simard@canada.ca), Division de la statistique du travail.

Date de modification :