Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Étude : Nouveaux faits concernant la littératie financière au Canada, 2014

Diffusion : 2016-03-23

Il existe un écart entre les connaissances financières des hommes et celles des femmes, particulièrement chez les Canadiens plus âgés et plus scolarisés.

En outre, un niveau plus élevé de connaissances financières est plus souvent associé à un degré plus poussé de préparation à la retraite chez les personnes qui sont actives sur le marché du travail.

Telles sont les constatations de deux nouvelles études diffusées aujourd'hui, fondées sur les données de l'Enquête canadienne sur les capacités financières. Dans le cadre de l'enquête, 14 questions ont été posées aux participants en vue d'évaluer leur littératie financière.

La première étude examine les différences dans les connaissances financières respectives des hommes et des femmes, tandis que la deuxième porte sur le lien entre la planification à la retraite et la littératie financière.

Les hommes ont des scores en littératie financière plus élevés que les femmes

Selon le premier article, intitulé « Les connaissances financières des Canadiens : différences selon le sexe », les hommes ont des scores en littératie financière plus élevés que les femmes.

En 2014, 22 % des hommes et 15 % des femmes ont répondu correctement à 5 des 14 questions portant sur des sujets clés liés à l'intérêt, à l'inflation et à la diversification des risques.

Par ailleurs, les femmes (31 %) étaient moins susceptibles que les hommes (43 %) de se considérer comme ayant de bonnes connaissances financières.

Les différences entre les sexes sont plus prononcées dans certains groupes

Les différences entre les sexes en matière de connaissances financières étaient plus prononcées chez les Canadiens plus âgés, chez les personnes ayant fait des études universitaires, et chez les travailleurs ayant un revenu plus élevé.

Par exemple, chez les Canadiens qui avaient un diplôme d'études secondaires ou moins, 11 % des femmes et 16 % des hommes ont correctement répondu aux cinq questions de base sur l'inflation, l'intérêt et la diversification des risques.

Chez les Canadiens ayant fait des études universitaires, les pourcentages étaient de 18 % pour les femmes et de 32 % pour les hommes.

Cependant, il n'y avait aucune différence entre les connaissances financières des hommes et celles des femmes chez les diplômés universitaires de moins de 35 ans.

Graphique 1  Graphique 1: Pourcentage d'hommes et de femmes ayant répondu correctement aux cinq questions financières clés, selon le niveau de scolarité, 2014
Pourcentage d'hommes et de femmes ayant répondu correctement aux cinq questions financières clés, selon le niveau de scolarité, 2014

La gestion des finances du ménage est liée à l'écart entre les sexes en matière de connaissances financières

Bien que les hommes et les femmes mariés ou vivant en union libre affichent un plus haut niveau de connaissances financières que ceux qui ne sont pas en couple, l'écart entre les sexes subsiste.

Ce résultat laisse entendre que les différences dans les connaissances financières des hommes et des femmes vivant en couple pourraient être attribuables à la spécialisation selon le sexe qui se produit au sein du ménage.

Par exemple, 33 % des hommes qui se disaient principalement responsables des finances du ménage ont répondu correctement aux cinq questions, comparativement à 10 % des femmes qui ont dit que leur conjoint était le principal responsable. On obtient un résultat semblable dans les cas où l'homme contribue davantage que la femme au revenu total du ménage.

Lorsque les deux partenaires partageaient les responsabilités financières ou apportaient une contribution égale au revenu total du ménage, il n'y avait aucune différence dans la proportion d'hommes et de femmes qui ont répondu correctement aux cinq questions financières.

Léger recul dans la préparation à la retraite des personnes actives sur le marché du travail

Le deuxième article, intitulé « Littératie financière et planification de la retraite », examine le lien entre la littératie financière et la préparation à la retraite des personnes actives (c'est-à-dire les personnes employées ou au chômage).

En 2014, 78 % des personnes actives de 25 à 64 ans ont déclaré qu'elles se préparaient financièrement à la retraite, ce qui représente une légère baisse par rapport au pourcentage de 81 % obtenu en 2009.

On constate toutefois de plus fortes baisses des taux de préparation à la retraite chez les personnes actives plus jeunes (de 75 % en 2009 à 66 % en 2014) et chez celles ayant un diplôme d'études secondaires ou ayant fait des études postsecondaires (de 80 % à 71 %).

Chez les personnes actives qui se préparaient financièrement à la retraite en 2014, un peu plus du tiers (34 %) s'attendaient à ce que les régimes de pension d'employeur constituent leur principale source de revenu de retraite, tandis que 31 % prévoyaient que leur principale source de revenus serait les régimes enregistrés d'épargne-retraite ou les fonds de revenu de retraite.

Parmi les autres, 13 % s'attendaient à ce que leur principale source de revenu de retraite soit les pensions du gouvernement, 10 % ont mentionné d'autres sources et 12 % ne savaient pas quelle serait leur principale source de revenus. Ces chiffres étaient pratiquement inchangés par rapport à 2009.

Graphique 2  Graphique 2: Principale source de revenus envisagée à la retraite par les personnes actives sur le marché du travail, 2009 et 2014
Principale source de revenus envisagée à la retraite par les personnes actives sur le marché du travail, 2009 et 2014

L'association entre la littératie financière et la préparation à la retraite

Les personnes actives sur le marché du travail qui affichaient le plus haut niveau de littératie financière étaient plus susceptibles non seulement de se préparer à la retraite, mais aussi de savoir combien d'argent elles devaient mettre de côté.

Plus précisément, 57 % des personnes qui ont obtenu les scores de littératie financière les plus élevés (au moins 12 bonnes réponses sur 14) se préparaient à la retraite et savaient combien épargner. D'autres (33 %) se préparaient à la retraite, mais ne savaient pas combien épargner, et environ 10 % ne se préparaient pas du tout.

À l'inverse, chez les personnes qui ont obtenu les scores les plus faibles (sept bonnes réponses ou moins), 28 % se préparaient à la retraite et savaient combien épargner, tandis que 43 % se préparaient sans savoir combien épargner. Un peu moins de 30 % ne se préparaient pas du tout.

La relation entre la préparation à la retraite et la littératie financière décrite plus haut subsistait même après la prise en compte d'autres facteurs associés à la préparation à la retraite.

  Note aux lecteurs

Les articles mentionnés dans le présent communiqué s'appuient sur les données des cycles de 2009 et 2014 de l'Enquête canadienne sur les capacités financières (ECCF). Le cycle de 2009 de l'enquête a été parrainé par l'Agence de la consommation en matière financière du Canada, Emploi et Développement social Canada et le ministère des Finances. Le cycle de 2014 a été parrainé par l'Agence de la consommation en matière financière du Canada.

Le premier article comprend tous les répondants à l'enquête âgés de 18 ans et plus. Dans le deuxième article, l'échantillon se limite aux participants actifs (employés ou au chômage) âgés de 25 à 64 ans, en conformité avec les recherches existantes sur la préparation à la retraite. Afin d'obtenir des estimations robustes, les résultats concernant la relation entre la préparation à la retraite et la littératie financière s'appuient sur un échantillon regroupé d'observations tirées des enquêtes de 2009 et de 2014.

L'ECCF recueille des renseignements à la fois subjectifs et objectifs sur la littératie financière. La portion objective de l'enquête sur la littératie financière se composait d'un questionnaire en 14 points sur les enjeux financiers, qui a été répondu par les répondants. Environ le quart des personnes actives sur le marché du travail ont répondu correctement à 7 questions ou moins, 26 % ont répondu correctement à 8 ou 9 questions, 30 % ont répondu correctement à 10 ou 11 questions, et 20 % ont répondu correctement à au moins 12 questions. Il n'a pas été possible de diviser la population à l'étude en quartiles exacts en raison de la répartition des scores.

Produits

Le premier article intitulé « Les connaissances financières des Canadiens : différences selon le sexe » et le deuxième article intitulé « Littératie financière et planification de la retraite », qui font partie de la publication Regards sur la société canadienne (Numéro au catalogue75-006-X), sont maintenant accessibles à partir du module Publications de notre site Web, sous l'onglet Parcourir par ressource clé.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Pour de plus amples renseignements à propos de Regards sur la société canadienne, communiquez avec Sébastien LaRochelle-Côté au 613-951-0803 (sebastien.larochelle-cote@canada.ca).

Date de modification :