Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Commerce international de marchandises du Canada : revue annuelle, 2015

Diffusion : 2016-04-06

Les fluctuations des prix se répercutent sur la structure des échanges

La valeur des importations a augmenté de 4,5 % en 2015, alors que celle des exportations a diminué de 0,8 %. Par conséquent, la balance commerciale de marchandises annuelle du Canada avec le monde est passée d'un excédent de 4,8 milliards de dollars en 2014 à un déficit de 23,1 milliards de dollars en 2015.

La valeur du commerce total de marchandises du Canada — les exportations plus les importations — a augmenté de 1,9 % pour passer de 1 053 milliards de dollars en 2014 à 1 072 milliards de dollars en 2015. En comparaison, le produit intérieur brut nominal a crû pour passer de 1 973 milliards de dollars en 2014 à 1 986 milliards de dollars en 2015.

La variation de l'activité commerciale internationale en 2015 a été principalement attribuable aux prix. Plus précisément, les chiffres annuels du commerce ont été fortement influencés par les fluctuations des taux de change et des prix de l'énergie, les prix des importations ayant crû de 3,3 % et ceux des exportations ayant diminué de 4,6 %. Les termes d'échange du Canada avec le monde ont baissé de 6,0 % pour s'établir à 0,92 (selon l'année de référence de 2007), ce qui constitue le plus important repli annuel observé depuis 2009.

En valeur nominale, les importations totales ont augmenté, alors que les exportations totales ont reculé. Toutefois, en valeur réelle (ou en volume), les exportations se sont accrues de 4,0 % et les importations, de 1,1 %. De ce fait, la balance commerciale du Canada avec le monde en termes réels est passée d'un déficit de 10,3 milliards de dollars en 2014 à un excédent de 2,6 milliards de dollars en 2015.

La baisse de la valeur des exportations est principalement attribuable aux produits énergétiques

Après cinq hausses annuelles consécutives, la valeur des exportations a reculé de 0,8 % pour se chiffrer à 524,7 milliards de dollars en 2015. Des replis ont été observés dans 2 des 11 sections, la diminution des exportations de produits énergétiques ayant été en grande partie contrebalancée par des augmentations dans la plupart des autres sections. Les exportations de véhicules automobiles et pièces pour véhicule automobile et celles de biens de consommation ont connu les plus fortes hausses. Excluant les produits énergétiques, les exportations ont progressé de 10,2 % en 2015, marquant la sixième augmentation annuelle consécutive.

Les exportations nominales de produits énergétiques ont fléchi de 34,9 % pour se fixer à 83,8 milliards de dollars, soit la plus faible valeur annuelle enregistrée depuis 2010. Cette baisse était surtout attribuable au pétrole brut et pétrole brut bitumineux, dont les exportations ont reculé de 39,3 % pour se situer à 56,2 milliards de dollars. La part des exportations totales qu'ont représentée les produits énergétiques a diminué pour passer de 17,7 % en janvier 2015 à 13,0 % en décembre 2015.

Cette diminution a été atténuée par la croissance de 16,9 % de la valeur des exportations de véhicules automobiles et pièces pour véhicule automobile, qui a atteint 87,1 milliards de dollars. Les exportations d'automobiles et camions légers ont augmenté de 16,4 % pour se chiffrer à 57,8 milliards de dollars, et celles de moteurs et pièces d'automobiles ont crû de 16,8 % pour s'établir à 22,9 milliards de dollars. Il s'agit de la première année depuis 2006 où les exportations de véhicules automobiles et pièces pour véhicule automobile ont dépassé celles de produits énergétiques.

Les exportations de biens de consommation ont augmenté de 18,8 % pour se chiffrer à 69,8 milliards de dollars. Les exportations d'autres produits alimentaires (+22,8 %), de produits pharmaceutiques et médicinaux (+26,3 %) et de biens et fournitures divers (+31,9 %) ont progressé.

Hausses généralisées des exportations réelles

En valeur réelle (ou en volume), les exportations ont crû pour atteindre 478,3 milliards de dollars en 2015, soit 27,1 % du produit intérieur brut réel, lequel s'est chiffré à 1 768 milliards de dollars. Les exportations réelles ont augmenté dans 9 des 11 sections en 2015, les produits énergétiques et les biens de consommation ayant connu les plus fortes hausses. Excluant les produits énergétiques, les exportations réelles ont progressé de 3,6 %.

Les exportations réelles de produits énergétiques se sont accrues de 5,3 % pour se situer à 107,9 milliards de dollars, et ont été à l'origine de près du tiers de la hausse globale des exportations réelles totales. Les exportations de pétrole brut et pétrole brut bitumineux ont crû de 5,8 % pour se chiffrer à 68,6 milliards de dollars, et celles de produits pétroliers raffinés pour combustibles ont augmenté de 11,6 % pour se situer à 10,0 milliards de dollars.

En 2015, les exportations réelles de biens de consommation ont affiché une hausse de 7,6 % pour atteindre 55,1 milliards de dollars. Les exportations de biens et fournitures divers (+26,5 %), de produits pharmaceutiques et médicinaux (+8,9 %) et de meubles et articles d'ameublement (+18,5 %) se sont accrues.

La baisse des prix des produits énergétiques se traduit par un écart entre les exportations nominales et les exportations réelles

La différence entre les tendances nominales et réelles de la valeur des exportations en 2015 s'explique surtout par la baisse des prix des produits exportés. Le repli des exportations nominales totales était le premier en cinq ans; en comparaison, la croissance des exportations réelles totales représentait la sixième augmentation consécutive depuis 2009.

Les prix des exportations ont fléchi dans 3 des 11 sections. Les prix des produits énergétiques ont enregistré la plus forte baisse, s'étant repliés de 38,2 %, après deux hausses annuelles consécutives. Les prix du pétrole brut et pétrole brut bitumineux ont reculé de 42,6 %, ce qui représente le recul annuel le plus marqué depuis 1986. En outre, les prix des liquides de gaz naturel et produits connexes (-47,9 %) et ceux du gaz naturel (-37,2 %) ont diminué de façon notable. Excluant les produits énergétiques, les prix annuels des exportations ont augmenté de 6,4 %.

Hausses généralisées de la valeur des importations

Les importations nominales ont atteint un sommet inégalé de 547,8 milliards de dollars en 2015, en hausse de 4,5 % par rapport à 2014. La croissance des importations de biens de consommation et de véhicules automobiles et pièces pour véhicule automobile a été partiellement contrebalancée par la diminution des importations de produits énergétiques.

Les importations de biens de consommation ont progressé de 10,6 % pour se chiffrer à 117,5 milliards de dollars, soit une cinquième augmentation annuelle consécutive. Les hausses ont été généralisées dans toute la section, les vêtements, chaussures et accessoires (+13,3 %), les biens et fournitures divers (+9,8 %) et les autres produits alimentaires (+17,1 %) ayant affiché les plus fortes progressions.

Les importations de véhicules automobiles et pièces pour véhicule automobile ont crû de 11,0 % pour se fixer à 100,4 milliards de dollars. Les importations nominales de moteurs et pièces d'automobiles ont atteint 41,5 milliards de dollars en 2015, en hausse de 13,4 %. Les importations d'automobiles et camions légers ont augmenté de 11,6 % pour se situer à 44,5 milliards de dollars.

Ces hausses ont été atténuées par le recul de 28,8 % de la valeur des importations de produits énergétiques, qui s'est établie à 30,7 milliards de dollars. Ce repli a été principalement attribuable au pétrole brut et pétrole brut bitumineux, dont les importations ont reculé de 33,0 % pour se chiffrer à 15,1 milliards de dollars. Les importations de produits pétroliers raffinés pour combustibles (-21,2 %) et celles de gaz naturel (-42,4 %) ont également diminué en 2015.

Des mouvements compensatoires se soldent par une légère augmentation des importations réelles

En valeur réelle (ou en volume), les importations ont atteint 475,7 milliards de dollars en 2015, en hausse de 1,1 % par rapport à 2014. Il s'agit du plus faible taux de croissance observé depuis 2009. La hausse des importations réelles de véhicules automobiles et pièces pour véhicule automobile a été contrebalancée en partie par la baisse des importations de machines, matériel et pièces industriels.

Les importations réelles de véhicules automobiles et pièces pour véhicule automobile ont progressé de 6,2 % pour se fixer à 93,3 milliards de dollars en 2015. Les importations d'automobiles et de camions légers ont le plus contribué à cette augmentation, s'étant accrues de 14,0 % pour se chiffrer à 49,6 milliards de dollars. Les ventes de véhicules automobiles neufs ont atteint un sommet record au Canada en 2015.

Cette croissance a été partiellement contrebalancée par le recul de 7,6 % des importations réelles de machines, matériel et pièces industriels, qui se sont établies à 38,6 milliards de dollars en 2015. Des baisses ont été observées dans les importations d'autres machines et matériel d'usage général (-7,7 %), des machines et matériel pour l'exploitation forestière, minière et de construction (-17,1 %) et des pièces diverses de machines et de matériel (-9,4 %).

Augmentation des importations attribuable aux prix plus élevés

En 2015, les prix des importations se sont accrus de 3,3 %, malgré la baisse prononcée des prix de l'énergie. Les prix ont crû dans 9 des 11 sections, notamment dans celles des aéronefs et autres matériel et pièces de transport (+18,1 %), des machines, matériel et pièces industriels (+14,1 %), et des produits agricoles et de la pêche et produits intermédiaires des aliments (+12,4 %).

Les produits énergétiques (-31,0 %) et les produits chimiques de base et industriels, produits en plastique et en caoutchouc (-5,1 %) ont été les seules sections à enregistrer une baisse des prix. Excluant ces deux sections, dont les prix sont liés à ceux du pétrole brut, les augmentations prononcées des prix témoignent de la forte corrélation positive entre les taux de change et les prix des importations.

Augmentation des importations en provenance des États-Unis et des pays autres que les États-Unis

Les importations nominales en provenance des États-Unis se sont accrues de 3,6 % pour se situer à 363,1 milliards de dollars en 2015, alors que les exportations vers les États-Unis ont baissé de 0,8 % pour se chiffrer à 396,5 milliards de dollars. Par conséquent, l'excédent commercial du Canada avec les États-Unis s'est rétréci pour passer de 49,0 milliards de dollars en 2014 à 33,4 milliards de dollars en 2015.

La valeur des importations provenant des pays autres que les États-Unis a augmenté de 6,4 % pour s'établir à 184,7 milliards de dollars. Les importations en provenance de la plupart des principaux partenaires commerciaux du Canada ont crû en 2015, celles de la Chine (+9,5 %), de l'Allemagne (+14,4 %) et du Japon (+18,7 %) arrivant en tête.

Par ailleurs, les exportations à destination de pays autres que les États-Unis se sont chiffrées à 128,2 milliards de dollars, en baisse de 0,9 %. Le recul des exportations vers l'Italie (-45,0 %) a été partiellement compensé par l'augmentation de celles à destination de l'Inde (+33,0 %) et du Mexique (+15,8 %). Par conséquent, le déficit commercial du Canada avec les pays autres que les États-Unis s'est accentué pour passer de 44,2 milliards de dollars en 2014 à 56,5 milliards de dollars en 2015.




  Note aux lecteurs

Les données sur le commerce international par produit sont offertes sur la base de la balance des paiements (BDP) ainsi que sur la base douanière. Les données sur le commerce international par pays sur la base douanière sont offertes pour tous les pays, et sont offertes sur la base de la BDP pour les 27 principaux partenaires commerciaux (PPC) du Canada. Cette liste des PPC s'appuie sur leur part annuelle du commerce de marchandises total — importations et exportations — effectué avec le Canada en 2012. Les données sur la BDP sont calculées à partir des données sur la base douanière en faisant des ajustements liés à l'évaluation, à la couverture, au choix du moment et à la résidence. Ces ajustements sont effectués afin d'assurer la conformité avec les concepts et les définitions du Système de comptabilité nationale du Canada.

Sauf indication contraire, dans le présent communiqué, les données figurent sur la base de la BDP; elles sont désaisonnalisées et exprimées en dollars courants.

Les dollars constants sont calculés à l'aide de la formule du volume de Laspeyres (2007=100).

Les prix sont calculés à l'aide de l'indice de prix Paasche (2007=100). Cependant, les termes d'échange, soit les prix des exportations relatifs à ceux des importations, sont calculés à l'aide de l'indice de prix Laspeyres.

Les données du présent communiqué sont accessibles dans les tableaux de CANSIM 228-0059, 228-0065 et 228-0069.

Prochaine diffusion

Les données mensuelles de mars sur le commerce international de marchandises du Canada seront diffusées le 4 mai.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Benoît Carrière au 613-415-5305 (benoit.carriere@canada.ca), Division du commerce et des comptes internationaux.

Date de modification :