Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Commerce de gros annuel, 2015

Diffusion : 2017-01-24

En 2015, les revenus d'exploitation des grossistes canadiens ont connu une baisse de 6,6 % et sont descendus sous le seuil du 1,0 billion de dollars qui avait été atteint en 2014.

Huit des neuf sous-secteurs ont affiché des augmentations, mais les baisses dans le sous-secteur des produits pétroliers ont entraîné une chute du secteur dans son ensemble. Sans les produits pétroliers, les revenus d'exploitation ont augmenté de 3,9 % comparativement à 2014.

Dans l'ensemble, les bénéfices d'exploitation des grossistes, exprimés en pourcentage des revenus d'exploitation totaux, ont augmenté pour passer de 4,2 % en 2014 à 4,4 % en 2015. Sans les produits pétroliers, les bénéfices d'exploitation étaient de 5,4 % en 2015, les mêmes qu'en 2014, tandis que les grossistes de produits pétroliers ont affiché des bénéfices d'exploitation de 1,3 % en 2015, comparativement à 1,8 % en 2014. Le sous-secteur des produits pétroliers a généralement affiché les bénéfices d'exploitation les plus bas du secteur du commerce de gros; la baisse de l'importance relative du sous-secteur des produits pétroliers a donc fait croître l'ensemble des bénéfices d'exploitation du commerce de gros en 2015.

Le coût des biens vendus, qui représentait 83,0 % du total des revenus d'exploitation, a baissé de 8,1 % pour s'établir à 809,2 milliards de dollars en 2015. Cette baisse est attribuable à la diminution du coût des biens vendus par le sous-secteur des produits pétroliers, qui a reculé de 27,9 % par rapport à 2014 pour se chiffrer à 239,3 milliards de dollars en 2015. Parallèlement, l'Indice des prix des matières brutes pour le pétrole brut classique a baissé de 38,0 %. Les reculs dans le sous-secteur des produits pétroliers ont été contrebalancés en partie par l'augmentation de 9,6 % du coût des biens vendus par le sous-secteur des véhicules automobiles et de leurs pièces, qui a atteint 104,7 milliards de dollars.

Le total des dépenses d'exploitation, qui inclut la rémunération du travail, a augmenté de 2,9 % pour atteindre 123,5 milliards de dollars. Le total des dépenses d'exploitation dans le sous-secteur des produits pétroliers a baissé de 14,2 % pour s'établir à 5,2 milliards de dollars, mais cette baisse a été contrebalancée par des augmentations du total des dépenses d'exploitation dans sept des huit autres sous-secteurs.

Les marges brutes pour les grossistes (la différence entre les revenus d'exploitation totaux et le coût des biens vendus, exprimée en pourcentage des revenus d'exploitation) ont augmenté pour atteindre 17,0 % en 2015, par rapport à 2014 où elles étaient de 15,7 %. La baisse de la part des produits pétroliers dans le secteur du commerce de gros est à l'origine de l'augmentation de l'ensemble des marges brutes. La raison de cette augmentation est que le sous-secteur des produits pétroliers affichait les marges brutes les plus basses dans le secteur, soit 3,4 % en 2015, en baisse comparativement à 3,6 % en 2014. Sans les produits pétroliers, les marges brutes étaient inchangées en 2015, soit 21,7 %.

La majorité des sous-secteurs affichent des augmentations, tandis que le sous-secteur des produits pétroliers recule

Exprimé en dollars, le plus important changement relativement aux revenus d'exploitation a été observé dans le sous-secteur des produits pétroliers, où ils ont reculé de 28,0 % en 2015 pour s'établir à 247,7 milliards de dollars. Le sous-secteur des produits pétroliers a été fortement touché par la diminution du prix du pétrole en 2015 comparativement à 2014. Il s'agit du seul sous-secteur du commerce de gros qui a affiché une diminution de ses revenus d'exploitation en 2015.

En 2015, les revenus d'exploitation des grossistes de produits pétroliers représentaient la plus grande part des revenus du secteur du commerce de gros, soit 25,4 % du total des revenus d'exploitation, ce qui constituait une baisse par rapport à la part de 32,9 % enregistrée en 2014.

L'augmentation la plus importante des revenus a été observée dans le sous-secteur des véhicules automobiles et de leurs pièces, en hausse de 9,7 % pour se chiffrer à 124,3 milliards de dollars en 2015. Parmi les trois industries de ce sous-secteur, l'industrie qui a le plus contribué à la hausse a été celle des véhicules automobiles, qui a connu une hausse de 12,2 % de ses revenus d'exploitation. À elle seule, cette industrie a représenté 94,5 % du changement du total des revenus d'exploitation pour ce sous-secteur. En 2015, les exportations et les importations de véhicules automobiles et de leurs pièces ont affiché des hausses, ce qui a contribué à l'augmentation des revenus d'exploitation des grossistes de véhicules automobiles et de leurs pièces.

Les grossistes du sous-secteur des articles personnels et ménagers ont vu leurs revenus d'exploitation augmenter de 4,9 % pour s'établir à 102,7 milliards de dollars en 2015. La hausse dans ce sous-secteur était attribuable en grande partie aux grossistes de fournitures pharmaceutiques et de pharmacie, qui ont affiché une augmentation de 5,6 % de leurs revenus d'exploitation pour atteindre 51,9 milliards de dollars en 2015.

Les marges brutes des grossistes sont en hausse

Exprimées en pourcentage des revenus d'exploitation totaux, les marges brutes sont passées à 17,0 % en 2015, en hausse comparativement à 15,7 % en 2014. Des gains ont été affichés dans trois des neuf sous-secteurs, tandis que trois sous-secteurs ont fait état d'une diminution de leurs marges brutes et que les autres étaient inchangés.

Les marges brutes exprimées en pourcentage des revenus d'exploitation ont beaucoup varié d'un sous-secteur à l'autre, selon la structure de coûts des différents types de grossistes.

Parmi les marchands en gros, la plus faible marge brute (3,4 %) a été enregistrée par les grossistes de produits pétroliers. La marge la plus élevée a été observée dans le sous-secteur des machines, du matériel et des fournitures, avec 26,9 %, en hausse par rapport à 2014 où elle était de 26,5 %, suivi du sous-secteur des articles personnels et ménagers, qui a affiché une marge de 25,4 %, en baisse par rapport à 2014 où elle était de 25,7 %.

La marge brute des grossistes des matières premières et fournitures de construction est passée de 23,2 % en 2014 à 23,5 % en 2015, tandis que celle des grossistes de produits alimentaires, de boissons et de tabac est passée de 17,2 % en 2014 à 17,5 % en 2015.

Légère hausse des bénéfices d'exploitation

Quatre des neuf sous-secteurs ont enregistré des hausses annuelles de leurs bénéfices d'exploitation exprimés en pourcentage des revenus d'exploitation en 2015, tandis que quatre sous-secteurs ont fait état d'une diminution, et que l'autre sous-secteur était inchangé.

Parmi les marchands en gros, le sous-secteur des produits divers a affiché les augmentations les plus marquées de leurs bénéfices d'exploitation, qui sont passés de 4,2 % en 2014 à 4,8 % en 2015. Ces hausses sont attribuables à l'augmentation des bénéfices d'exploitation dans l'industrie des autres produits divers, qui sont passés de 2,6 % en 2014 à 4,0 % en 2015.

Parmi les autres sous-secteurs, les bénéfices d'exploitation des grossistes de produits pétroliers ont diminué pour s'établir à 1,3 % en 2015, comparativement à 1,8 % en 2014. Parallèlement, les grossistes des machines, du matériel et des fournitures ont enregistré des baisses de leurs bénéfices d'exploitation, qui sont passés de 7,3 % en 2014 à 6,7 % en 2015.

Les bénéfices d'exploitation des agents en gros sont passés de 14,1 % en 2014 à 14,9 % en 2015.

Le secteur du commerce de gros du Canada se divise en deux catégories

En 2015, le rendement du secteur du commerce de gros à l'échelle des provinces a été déterminé en grande partie par l'importance relative du sous-secteur des produits pétroliers dans chacune d'elles. Dans les provinces où la proportion des produits pétroliers sur le total des revenus d'exploitation était élevée, le secteur du commerce de gros a enregistré des baisses. En contrepartie, dans les provinces où les produits pétroliers représentaient une proportion moins grande, le rendement a été relativement meilleur.

Cinq provinces et les trois territoires ont affiché des baisses de revenus d'exploitation de leurs grossistes en 2015. Dans l'ensemble, les revenus d'exploitation au Canada ont diminué de 69,1 milliards de dollars en 2015 par rapport à 2014. La baisse était principalement attribuable à une diminution de 87,4 milliards de dollars des revenus d'exploitation en Alberta, qui a été légèrement contrebalancée par une augmentation de 18,6 milliards de dollars en Ontario.

En 2015, les revenus d'exploitation des grossistes en Ontario ont surpassé ceux de l'Alberta. Ils ont augmenté de 5,4 % pour se chiffrer à 361,8 milliards de dollars, une hausse attribuable en grande partie aux augmentations dans le sous-secteur des véhicules automobiles et de leurs pièces (+12,9 %) et dans le sous-secteur des articles personnels et ménagers (+6,7 %). Les hausses des revenus des grossistes de fournitures pharmaceutiques et de pharmacies de l'Ontario ont représenté près des trois quarts de l'augmentation du sous-secteur des articles personnels et ménagers dans cette province.

Les bénéfices d'exploitation des grossistes en Ontario ont augmenté pour passer de 5,4 % en 2014 à 5,8 % en 2015, en raison d'une augmentation des revenus plus prononcée que celle du coût des biens vendus, qui a affiché une hausse de 4,9 %, et que celle des dépenses d'exploitation, qui ont crû de 5,1 %.

En 2015, les grossistes de l'Alberta ont enregistré un recul annuel de 24,4 % de leurs revenus d'exploitation, qui se sont établis à 270,5 milliards de dollars. Cette baisse est principalement attribuable au sous-secteur des produits pétroliers (-31,4 %), qui représentait approximativement deux tiers des revenus d'exploitation des grossistes en Alberta. Parallèlement, les grossistes des sous-secteurs des machines, du matériel et des fournitures (-11,1 %) et des matériaux et fournitures de construction (-10,0 %) ont également affiché des pourcentages de reculs de leurs revenus dans les deux chiffres.

Les bénéfices d'exploitation des grossistes en Alberta ont baissé, pour passer de 3,0 % en 2014 à 2,6 % en 2015. De plus, le coût des biens vendus a diminué de 25,2 % et les dépenses d'exploitation ont reculé de 3,9 %.

Parmi les provinces, le Québec se situe au troisième rang pour ce qui est de l'importance du total de ses revenus d'exploitation. Ceux-ci ont atteint 146,7 milliards de dollars en 2015, en légère hausse par rapport à 2014 où ils étaient de 146,4 milliards de dollars. Les grossistes de produits pétroliers du Québec ont enregistré une baisse annuelle de 20,3 % de leurs revenus d'exploitation, qui se sont chiffrées à 15,8 milliards de dollars en 2015, mais cette baisse a été contrebalancée par des hausses dans tous les autres sous-secteurs des marchands en gros au Québec. Plus précisément, les grossistes de produits alimentaires, de boissons et de tabac ont vu le total de leurs revenus d'exploitation augmenter de 1,5 milliard de dollars pour s'établir à 32,2 milliards de dollars en 2015, tandis que les grossistes de machines, de matériel et de fournitures ont affiché une hausse annuelle de près de 1 milliard de dollars de leurs revenus d'exploitation, pour se chiffrer à 19,5 milliards de dollars.

Les bénéfices d'exploitation ont baissé légèrement au Québec, pour passer de 4,7 % en 2014 à 4,5 % en 2015. Le coût des biens vendus par les grossistes au Québec a reculé de 0,1 % au cours de l'année, pour se chiffrer à 115,7 milliards de dollars en 2015. Parallèlement, le total des dépenses d'exploitation des grossistes du Québec en 2015 a affiché une hausse de 600,5 millions de dollars, pour atteindre 24,3 milliards de dollars.



  Note aux lecteurs

Les données de 2014 ont été révisées.

On obtient la marge brute en soustrayant le coût des biens vendus du total des recettes d'exploitation. Les chiffres sont exprimés en pourcentage des revenus d'exploitation totaux.

On obtient le bénéfice d'exploitation en soustrayant du total des recettes d'exploitation le total des dépenses d'exploitation, majorées pour tenir compte du coût des biens vendus. Les chiffres sont exprimés en pourcentage des revenus d'exploitation totaux.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :