Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Dépenses en immobilisations non résidentielles et réparations, 2015 (données révisées), 2016 (estimations provisoires) et 2017 (perspectives)

Diffusion : 2017-02-28

Les dépenses en immobilisations corporelles non résidentielles devraient augmenter légèrement de 0,8 % en 2017, après deux baisses annuelles consécutives. Les dépenses des organismes du secteur privé diminuent chaque année depuis 2014, alors que des augmentations sont observées du côté des organismes publics.

Graphique 1  Graphique 1: Dépenses en immobilisations, actifs corporels non résidentiels : légère amélioration des perspectives en 2017
Dépenses en immobilisations, actifs corporels non résidentiels : légère amélioration des perspectives en 2017

Les organismes du secteur privé et du secteur public prévoient dépenser 240,5 milliards de dollars en immobilisations corporelles non résidentielles en 2017, en légère hausse de 0,8 % par rapport à 2016, en raison de l'augmentation des dépenses en immobilisations liées à la construction non résidentielle.

Les dépenses en immobilisations des organismes publics devraient augmenter de 4,9 % en 2017, après une hausse de 10,9 % en 2016. Pour leur part, les organismes du secteur privé devraient réduire leurs dépenses de 1,6 %. L'augmentation prévue des dépenses des organismes publics s'explique par la hausse des dépenses affectées aux projets de construction d'immobilisations ainsi qu'au matériel et à l'outillage.

Croissance modérée des dépenses prévues dans le sous-secteur de l'extraction de pétrole et de gaz en 2017

Les dépenses des organismes du sous-secteur de l'extraction de pétrole et de gaz devraient augmenter de 2,3 % en 2017, après deux années consécutives de repli. La hausse prévue est attribuable à une augmentation du nombre de projets de construction d'immobilisations dans la classe de l'extraction de pétrole et de gaz par des méthodes classiques.

Dans l'ensemble, trois provinces devraient être à l'origine de plus de 90 % des dépenses dans le sous-secteur en 2017. Les dépenses en Alberta devraient croître de 2,4 %, passant de 24,7 milliards de dollars en 2016 à 25,3 milliards de dollars en 2017, mais devraient toutefois rester en deçà des niveaux observés de 2010 à 2014. Les dépenses en immobilisations devraient augmenter de 1,1 milliard de dollars en Saskatchewan pour atteindre 3,2 milliards de dollars en 2017, tandis qu'elles devraient croître de 510,9 millions de dollars en Colombie-Britannique pour s'établir à 5,0 milliards de dollars. La croissance prévue des dépenses dans les trois provinces découle en grande partie d'une hausse des dépenses affectées aux projets de construction d'immobilisations.

Sommaires pour les secteurs industriels

Sept des 20 secteurs industriels prévoient des augmentations de leurs dépenses en immobilisations corporelles non résidentielles et en matériel et outillage en 2017. La hausse la plus prononcée est prévue dans le secteur des administrations publiques, où les dépenses devraient passer de 32,3 milliards de dollars en 2016 à 35,5 milliards de dollars en 2017. La croissance prévue des dépenses dans ce secteur est attribuable à l'augmentation des dépenses dans le sous-secteur des administrations publiques locales, municipales et régionales, et le sous-secteur des administrations publiques provinciales et territoriales.

Les dépenses en immobilisations dans le secteur des services immobiliers et des services de location et de location à bail devraient s'accroître de 983,1 millions de dollars (+8,0 %) pour se chiffrer à 13,3 milliards de dollars en 2017, surtout sous l'effet de hausses des dépenses en Ontario et au Québec. Les dépenses en Alberta devraient baisser de 662,4 millions de dollars (-23,1 %) dans le secteur.

Les dépenses en immobilisations totales dans le secteur du transport et de l'entreposage devraient augmenter de 499,4 millions de dollars (+1,7 %) pour s'établir à 30,4 milliards de dollars, ce qui s'explique en grande partie par la croissance des dépenses dans le sous-secteur du transport en commun et du transport terrestre de voyageurs.

Dans le secteur de la fabrication, les dépenses devraient reculer de 705,7 millions de dollars (-4,4 %) pour s'établir à 15,2 milliards de dollars, principalement du fait de la réduction des dépenses dans les sous-secteurs de la fabrication de produits minéraux non métalliques et la fabrication de produits du pétrole et du charbon.

Sommaires pour les provinces et territoires

Les dépenses en immobilisations totales devraient croître dans cinq provinces et territoires en 2017. La plus forte hausse des dépenses totales (+2,7 milliards de dollars pour se fixer à 70,6 milliards de dollars) est prévue en Ontario et s'explique par la croissance dans le secteur du transport et de l'entreposage, dans le secteur des administrations publiques, et le secteur des services immobiliers et des services de location et de location à bail.

Suit de près le Québec, où les dépenses devraient augmenter de 1,8 milliard de dollars pour se chiffrer à 38,3 milliards de dollars en 2017, surtout en raison de la croissance des dépenses dans le secteur des administrations publiques, le secteur des soins de santé et de l'assistance sociale, le secteur des services publics, et le secteur des services immobiliers et des services de location et de location à bail.

En Colombie-Britannique, les dépenses en immobilisations corporelles non résidentielles devraient s'accroître de 3,4 % pour se situer à 28,5 milliards de dollars, du fait de la progression des dépenses dans le secteur des administrations publiques, le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz, et le secteur du transport et de l'entreposage.

À Terre-Neuve-et-Labrador, les dépenses en immobilisations totales devraient fléchir de 1,8 milliard de dollars pour s'établir à 8,4 milliards de dollars en 2017, surtout sous l'effet de la baisse des dépenses dans le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz.

Les dépenses devraient diminuer de 1,2 milliard de dollars en Alberta pour se chiffrer à 60,9 milliards de dollars en 2017, principalement en raison d'un recul des dépenses dans le secteur du transport et de l'entreposage, le secteur des services immobiliers et des services de location et de location à bail, le secteur des services d'enseignement, et le secteur de la fabrication, bien qu'une augmentation des dépenses soit prévue dans le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz de cette province.

Les dépenses en immobilisations continuent de reculer en 2016

Les données provisoires des organismes du secteur privé et du secteur public semblent indiquer que la tendance à la baisse des dépenses en immobilisations corporelles non résidentielles s'est poursuivie en 2016. Dans l'ensemble, les dépenses ont fléchi de 5,0 %, passant de 251,3 milliards de dollars en 2015 à 238,7 milliards de dollars en 2016, en raison de la réduction des dépenses des organismes du secteur privé.

De fortes diminutions ont été observées dans le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz, le secteur de la fabrication, et le secteur des services d'hébergement et de restauration.

En 2016, les dépenses en immobilisations corporelles non résidentielles ont reculé dans six provinces et territoires. Parmi les provinces, des baisses sont survenues en Alberta, en Saskatchewan, Ontario, et à Terre-Neuve-et-Labrador. Le recul le plus marqué a été enregistré par les organismes de l'Alberta, dont les dépenses ont baissé de 13,6 milliards de dollars pour se fixer à 62,1 milliards de dollars, surtout sous l'effet du repli des dépenses dans le sous-secteur de l'extraction de pétrole et de gaz.

Les dépenses en immobilisations sur les actifs corporels non résidentiels reculent en 2015

Le pétrole brut West Texas Intermediate, qui affichait un prix relativement faible de 52 $US le baril au début de 2015, a clôturé l'année à moins de 40 $US le baril, son plus bas prix depuis le début de 2009. La variation des prix du pétrole brut a coïncidé avec des changements dans d'autres activités économiques, limitant la croissance économique à 0,9 % par rapport à 2014. Il s'agit de la plus faible variation annuelle du produit intérieur brut réel depuis 2010.

Dans ce contexte, les organismes du secteur privé et du secteur public ont dépensé 251,3 milliards de dollars en 2015 en immobilisations corporelles non résidentielles, en baisse de 7,6 % par rapport à 2014. C'est la première fois depuis 2009 qu'un repli est observé dans les dépenses en immobilisations corporelles non résidentielles. Il est attribuable en grande partie à la réduction marquée (-15,9 % ou -22,9 milliards de dollars) des dépenses en actifs découlant des travaux de génie.

En revanche, les dépenses en immobilisations liées à la construction de bâtiments non résidentielle ont crû de 6,3 % pour se chiffrer à 48,2 milliards de dollars en 2015, la première augmentation depuis 2012.

Les dépenses en matériel et outillage, une importante composante de la productivité, affichent une croissance terne depuis 2010, ayant diminué de 0,9 % en 2015, après une hausse de 6,5 % en 2014.

Recul des dépenses en immobilisations liées aux travaux de génie

En 2015, les dépenses ont fléchi dans sept des neuf groupes d'actifs liés aux travaux de génie, celui de la construction liée aux installations de pétrole et de gaz venant en tête (-18,7 milliards de dollars). Les dépenses consacrées aux autres travaux de génie (-2,0 milliards de dollars), aux travaux de génie liés à l'énergie électrique (-1,7 milliard de dollars) et à la construction liée aux installations minières (-1,1 milliard de dollars) ont aussi baissé. Le repli global n'a pas été compensé par la croissance des dépenses dans les groupes d'actifs des infrastructures de génie liées aux transports (+1,8 milliard de dollars) et des infrastructures de génie maritime (+192,0 millions de dollars).

Dépenses en immobilisations au chapitre des produits de propriété intellectuelle

Les dépenses en immobilisations liées à la prospection pétrolière, gazière et minérale ont diminué encore en 2015 (-26,5 %) pour s'établir à 5,4 milliards de dollars. Ce recul découle en grande partie de la réduction des dépenses en Alberta, en Colombie-Britannique et en Saskatchewan.

En 2015, les dépenses affectées au forage d'exploration pétrolier et gazier, qui représentaient la moitié des dépenses en immobilisations pour la prospection pétrolière, gazière et minérale, ont reculé de 40,1 % pour se situer à 2,7 milliards de dollars. De même, les dépenses en prospection minérale ont baissé de 9,9 %, alors que les dépenses géologiques, géophysiques et autres coûts d'exploration et d'évaluation liés au pétrole et au gaz se sont accrus de 7,4 % par rapport à 2014.

Les dépenses en immobilisations au chapitre des logiciels ont progressé de 11,3 %, passant de 8,0 milliards de dollars en 2014 à 8,9 milliards de dollars en 2015. Dans l'ensemble, les dépenses ont crû dans huit provinces et territoires, plus particulièrement en Ontario (+796,6 millions de dollars), au Québec (+166,0 millions de dollars) et en Nouvelle-Écosse (+74,1 millions de dollars). L'Alberta (-196,4 millions de dollars) a affiché la plus forte baisse des dépenses consacrées aux logiciels.




  Note aux lecteurs

Les données révisées de 2015, les estimations provisoires de 2016 et les perspectives de 2017 de l'Enquête sur les dépenses en immobilisations et réparations au chapitre de la construction non résidentielle et du matériel et outillage sont tirées d'une enquête par sondage réalisée auprès de 25 000 sociétés privées et organismes publics. Cette enquête a été réalisée de septembre 2016 à janvier 2017.

Les données du présent communiqué sont exprimées en dollars courants.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour obtenir des renseignements analytiques ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Lee-Anne Jennings au 613-951-0606 (lee-anne.jennings@canada.ca), Division de l'investissement, des sciences et de la technologie.

Date de modification :