Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Commerce de détail annuel, 2015

Diffusion : 2017-03-29

Les recettes d'exploitation des détaillants en magasin et hors magasin se sont élevées à 575,5 milliards de dollars en 2015, en hausse de 1,6 % par rapport à l'année précédente. La croissance était attribuable à une hausse des ventes dans cinq sous-secteurs, soit les concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles, les marchands de matériaux de construction et de matériel et fournitures de jardinage, les magasins d'alimentation, les magasins de produits de santé et de soins personnels, et les magasins de vêtements et d'accessoires vestimentaires.

Le plus grand sous-secteur du Canada, les concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles, a encore une fois affiché la plus forte hausse des recettes d'exploitation, celles-ci progressant de 6,7 % pour atteindre 141,9 milliards de dollars en 2015. Comme en 2014, les concessionnaires d'automobiles neuves représentaient plus de 80 % de cette hausse, les ventes de camions ayant poursuivi leur croissance.

La croissance globale des recettes d'exploitation totales a été ralentie par les stations-service, dont les ventes ont régressé de 14,0 % pour s'établir à 57,8 milliards de dollars en 2015. Cette baisse s'expliquait en grande partie par des prix moins élevés à la pompe.

Les détaillants hors magasin, également touchés par la baisse des prix du carburant, ont enregistré une baisse de leurs recettes d'exploitation, qui sont passées de 23,4 milliards de dollars en 2014 à 21,3 milliards de dollars en 2015. Cette diminution de 9,2 % était principalement attribuable à la baisse des recettes d'exploitation des marchands de mazout, qui comprennent les établissements œuvrant principalement dans la vente au détail de mazout de chauffage, de gaz de pétrole liquéfié et d'autres combustibles par la vente directe.

Le coût des biens vendus par les détaillants, qui représentait 73,0 % des recettes d'exploitation, a augmenté de 0,6 % en 2015. Les dépenses d'exploitation totales, qui incluent la rémunération de la main-d'œuvre, se sont accrues de 4,5 % pour atteindre 127,5 milliards de dollars.

La marge brute des détaillants a légèrement augmenté, passant de 26,3 % en 2014 à 27,0 % en 2015, et les marges bénéficiaires d'exploitation sont passées de 4,8 % en 2014 à 4,9 % en 2015. Les marges brutes ont augmenté dans 8 des 12 sous-secteurs du commerce de détail en 2015; la plus forte hausse a été observée chez les détaillants hors magasin, dont les marges brutes sont passées de 25,5 % en 2014 à 30,0 % en 2015.

Les détaillants ont remplacé leur marchandise (coût des biens vendus divisé par la valeur moyenne des stocks) 5,8 fois en 2015, comparativement à 5,9 fois en 2014.

Les détaillants en magasin sont répartis entre les magasins à succursales et les magasins n'appartenant pas à une chaîne de succursales. Les magasins à succursales, c'est-à-dire les magasins qui exploitent au moins quatre emplacements dans le même groupe d'industrie et sous une même appartenance juridique, ont vu leur part de marché diminuer quelque peu au cours des trois dernières années. En Nouvelle-Écosse, au Manitoba et en Colombie-Britannique, les magasins à succursales ont été à l'origine de plus de la moitié des recettes d'exploitation totales du commerce de détail en 2015, ce qui est nettement supérieur à la moyenne nationale, qui était de 45,1 %.

L'histoire du Canada racontée en chiffres; #EnChiffres

Dans le but de souligner le 150e anniversaire du pays, Statistique Canada propose des instantanés de notre riche histoire statistique.

En 1930, au début de la Grande Crise, les ventes au détail se chiffraient à 2,8 milliards de dollars et les épiceries et épiceries-boucheries ainsi que les grands magasins étaient les principaux acteurs dans le secteur. En 1946, une année après la Seconde Guerre mondiale, la valeur des ventes au détail avait plus que doublé pour atteindre 5,8 milliards de dollars.

En 1930, c'est l'Ontario et le Québec qui contribuaient le plus au commerce de détail au Canada, représentant près des deux tiers du total, tandis que l'Alberta faisait partie des provinces qui y contribuaient le moins (6,4 %). Alors qu'en 2015, l'Ontario et le Québec demeurent les plus grands contributeurs au commerce de détail, l'Alberta s'est hissée au troisième rang, générant 14,1 % des recettes d'exploitation totales.

  Note aux lecteurs

Les données de 2015 portant sur les marchandises vendues hors-magasin (tableaux CANSIM 80-0029), méthode de vente (tableaux CANSIM 80-0031) et sur le commerce électronique (tableaux CANSIM 80-0032) seront diffusées à une date ultérieure.

Les données de 2013 et 2014 ont été révisées

Les données historiques sur le commerce de détail sont tirées de Statistiques historiques du Canada, Section V : Commerce intérieur (Numéro au catalogue11-516-X).

Les camions comprennent notamment les mini-fourgonnettes, les véhicules utilitaires sport, les camions légers et lourds, les fourgonnettes et les autobus

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca) ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :