Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Produit intérieur brut par industrie, janvier 2017

Diffusion : 2017-03-31

PIB réel par industrie

Janvier 2017

0,6 % hausse

(variation mensuelle)

Le produit intérieur brut a progressé de 0,6 % en janvier, en raison de la croissance généralisée dans les industries productrices de biens et dans les industries productrices de services. À l'exception du mois d'octobre, le produit intérieur brut a augmenté chaque mois depuis juin 2016.

Graphique 1  Graphique 1: Le produit intérieur brut réel continue à augmenter en janvier
Le produit intérieur brut réel continue à augmenter en janvier

Les industries productrices de biens ont affiché une croissance de 1,1 % en janvier; il s'agit d'une septième augmentation en huit mois. Les industries productrices de services ont pour leur part affiché une croissance de 0,4 %, ce qui représente leur croissance mensuelle la plus prononcée depuis juin 2015.

La fabrication demeure à la hausse

Le secteur de la fabrication, qui a progressé de 1,9 %, est le principal facteur à l'origine de la croissance du produit intérieur brut en janvier. Exception faite du mois d'octobre, la production du secteur de la fabrication s'est accrue chaque mois depuis juin 2016.

Graphique 2  Graphique 2: La production manufacturière augmente en janvier
La production manufacturière augmente en janvier

La fabrication de biens durables a augmenté de 2,0 % en janvier en raison des hausses enregistrées dans la fabrication de produits métalliques, de produits minéraux non métalliques et de produits en bois. À l'exception des activités diverses de fabrication, tous les sous-secteurs de la fabrication de biens durables ont affiché une croissance.

La fabrication de matériel de transport a progressé de 0,6 %, alors que la croissance observée dans la fabrication de véhicules automobiles, de carrosseries et de remorques, de produits aérospatiaux et de leurs pièces et de matériel ferroviaire roulant a été partiellement effacée par les reculs enregistrés dans la fabrication de pièces pour véhicules automobiles et d'autres types de matériel de transport.

La fabrication de biens non durables a enregistré une hausse de 1,8 % en janvier grâce à une croissance de tous les sous-secteurs, à l'exception de la fabrication de papier. Cette hausse est principalement attribuable à la fabrication d'aliments, qui a crû de 2,1 %. D'importantes augmentations ont également été observées dans la fabrication de boissons et de produits du tabac, de produits en plastique et en caoutchouc et de produits chimiques.

Le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz progresse

Le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz a progressé de 1,9 % en janvier, après s'être contracté de 0,5 % en décembre. L'extraction de pétrole et de gaz a connu une croissance de 2,0 % grâce aux hausses observées dans l'extraction de pétrole et de gaz par des méthodes classiques et dans l'extraction de pétrole par des méthodes non classiques. Cependant, ces hausses n'ont pas entièrement effacé les reculs enregistrés en décembre.

Le sous-secteur de l'extraction minière et de l'exploitation en carrière (sauf l'extraction de pétrole et de gaz) a augmenté de 1,1 % en janvier; il s'agit d'une quatrième hausse mensuelle consécutive. L'extraction de minerais métalliques a affiché une croissance de 4,4 % attribuable à une hausse de l'extraction de minerais de fer, de l'extraction de minerais de cuivre, de nickel, de plomb et de zinc et de l'extraction de minerais d'or et d'argent; hausse qui découle en partie d'une croissance des exportations. Cette croissance a été modérée par le recul de l'extraction de minéraux non métalliques (-3,2 %), attribuable à une baisse de l'extraction de potasse et de l'extraction de charbon (-2,8 %). Les activités de soutien à l'extraction minière, pétrolière et gazière ont progressé de 2,7 % sous l'effet de la croissance de l'activité de forage, qui a poursuivi sa tendance à la hausse amorcée au troisième trimestre de 2016, après avoir affiché une tendance à la baisse depuis le début de 2015.

Le commerce de gros affiche la croissance la plus marquée depuis juillet 2013

Le commerce de gros a connu une hausse de 2,4 % en janvier; il s'agit de sa hausse mensuelle la plus prononcée depuis juillet 2013. Cette hausse est le principal facteur à l'origine de la croissance des industries des services. La majorité des sous-secteurs ont affiché une croissance, la plus marquée étant celle des grossistes-marchands de véhicules et de pièces automobiles (+14 %), sous l'effet d'une augmentation des exportations et des importations.

La production des grossistes-marchands de produits agricoles s'est accrue en raison de la vigueur de l'activité des négociants en graines oléagineuses et en grains céréaliers tels que les négociants en canola, qui ont répondu à une demande accrue en provenance de la Chine. Les grossistes-marchands d'articles personnels et ménagers, de machines, de matériel et de fournitures, et d'aliments, de boissons et de produits du tabac ont également contribué en grande partie à la croissance du secteur. La production des grossistes-marchands de produits pétroliers et de produits divers a diminué.

Le secteur du commerce de détail continue de croître

Le commerce de détail a enregistré une croissance de 1,5 % en janvier; il s'agit d'une sixième augmentation au cours des sept derniers mois, grâce à la croissance de 10 des 12 sous-secteurs. Les concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles ont affiché une hausse de 1,2 %, principalement sous l'effet d'une croissance de l'activité des concessionnaires d'automobiles neuves. Les stations-service (-3,3%) ont affiché le plus grand recul au chapitre de la production.

Les services de transport et d'entreposage progressent

Les services de transport et d'entreposage ont progressé de 0,8 % en janvier. Les services de transport ferroviaire (+5,0 %) ont affiché la croissance la plus prononcée, attribuable à l'augmentation du transport de fret intermodal, de céréales, d'engrais et de produits automobiles. Le transport par pipeline a connu une hausse de 1,9 % sous l'effet de l'augmentation du transport de gaz naturel et de pétrole brut. Le transport par avion et par camion a également connu une croissance, alors que la production des services postaux, des messageries et services de messagers et de l'entreposage a diminué.

La construction demeure à la hausse

Le secteur de la construction a progressé de 0,4 % en janvier. La construction résidentielle (+0,5 %) a augmenté pour un troisième mois consécutif, en raison de l'augmentation des modifications et des améliorations et d'une croissance de la construction d'immeubles à appartements. La construction (réparations) et les travaux de génie et autres activités de construction ont affiché une croissance, tandis que la construction non résidentielle a reculé sous l'effet d'une contraction de l'activité de construction de bâtiments à usage industriel, public et commercial.

Les services immobiliers et les services de location et de location à bail ont connu une légère augmentation de 0,1 %.

La production des agents et des courtiers immobiliers a fléchi de 1,8 % en janvier, en raison d'une diminution de l'activité sur le marché de la revente de maisons. L'activité de ce sous-secteur est généralement en baisse depuis qu'elle a enregistré un sommet au deuxième trimestre de 2016.

Le secteur de la finance et des assurances est inchangé

Le secteur de la finance et des assurances était inchangé en janvier, alors que la croissance des institutions bancaires et des autres entreprises d'intermédiation financière par le biais de dépôts a été contrebalancée par un recul des services d'investissement financier. L'activité des sociétés d'assurance était essentiellement inchangée.

Autres industries

Les services d'hébergement et de restauration ont affiché une hausse de 0,9 % en janvier, sous l'effet de la croissance des services d'hébergement et des services de restauration et des débits de boissons.

Le secteur des services publics s'est contracté de 1,3 % en janvier. L'activité des sous-secteurs de la production, du transport et de la distribution d'électricité et de la distribution de gaz naturel a diminué en raison des températures saisonnières plus clémentes qu'à l'habitude dans l'ensemble du Canada, qui ont entraîné une réduction de la demande de chauffage.

Le secteur public a affiché une légère hausse de 0,1 % attribuable à une augmentation de l'activité des administrations publiques et des services d'éducation.

Le secteur de l'agriculture, de la foresterie, de la pêche et de la chasse (-0,9 %) a reculé pour la troisième fois en quatre mois en janvier.

Graphique 3  Graphique 3: Contribution des principaux secteurs industriels à la variation en pourcentage du produit intérieur brut en janvier
Contribution des principaux secteurs industriels à la variation en pourcentage du produit intérieur brut en janvier

L'histoire du Canada racontée en chiffres; #EnChiffres

Dans le but de souligner le 150e anniversaire du pays, Statistique Canada propose des instantanés de notre riche histoire statistique.

Aujourd'hui, nous faisons un retour en arrière sur la tempête de verglas de 1998 et son incidence sur le produit intérieur brut (PIB) réel par industrie.

La tempête de verglas de janvier 1998 est la deuxième catastrophe naturelle la plus coûteuse de l'histoire du Canada au chapitre des coûts relatifs aux pertes couvertes par les assurances (la première étant celle des feux de forêt de Fort McMurray en mai 2016, sur la base des pertes assurables estimées). De la pluie verglaçante est tombée du 4 au 10 janvier, recouvrant la vallée du Saint-Laurent, le sud-est du Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse d'une couche de glace accumulée allant jusqu'à 110 millimètres d'épaisseur.

La tempête de verglas a eu une incidence sur le PIB réel de janvier 1998, qui a diminué de 0,4 % par rapport à décembre 1997. La production, le transport et la distribution d'électricité ont diminué dans les régions touchées en raison des lignes électriques qui, croulant sous le poids de la glace, ont plongé des secteurs de ces régions dans la noirceur pendant une période qui s'est étalée jusqu'à trois semaines.

L'activité de construction a connu une croissance partiellement attribuable aux activités de réparation et de reconstruction qui ont découlé de la tempête. Comme de nombreux résidents des régions touchées ont dû évacuer leur demeure et chercher un refuge et de la nourriture, les services d'hébergement et de restauration ont connu une hausse. Cependant, plusieurs résidents ont aussi dû restreindre certaines activités, comme aller magasiner ou assister à un concert ou à un évènement sportif, de sorte que les secteurs du commerce de détail et des arts, des spectacles et des loisirs ont affiché un recul. Le secteur des administrations publiques a également été touché, puisque la glace recouvrant la région d'Ottawa–Gatineau empêchait les employés de se rendre à leur lieu de travail. Les services d'éducation ont également connu une baisse, en raison de la directive donnée aux écoliers et aux étudiants de demeurer à la maison ou de la fermeture d'écoles.


  Note aux lecteurs

Les données mensuelles sur le produit intérieur brut (PIB) par industrie aux prix de base sont des estimations selon des indices de volume en chaîne dont l'année de référence est 2007. Cela signifie que les données pour chaque industrie et chaque agrégat sont obtenues à partir d'un indice enchaîné de volume multiplié par la valeur ajoutée de l'industrie en 2007. Les données mensuelles sont ajustées aux indices de volume Fisher du PIB enchaînés annuellement, lesquels sont obtenus à partir des tableaux des ressources et des emplois (TRE) en prix constants jusqu'à la dernière année des TRE (2013).

Pour la période commençant en janvier 2014, on a établi les données en enchaînant un indice de volume Laspeyres à pondération fixe à la période précédente. La pondération fixe est constituée des prix des industries de 2013.

Cette approche rend les données mensuelles du PIB par industrie plus comparables à celles du PIB établies selon les dépenses, enchaînées trimestriellement.

Toutes les données qui figurent dans le présent communiqué sont désaisonnalisées. Pour obtenir des renseignements sur la désaisonnalisation, voir le document intitulé Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Pour obtenir plus d'information sur le PIB, voir la vidéo « Qu'est-ce que le produit intérieur brut (PIB)? »

Révisions

Dans le présent communiqué sur le PIB mensuel par industrie, les données ont été révisées rétroactivement jusqu'à janvier 2016.

Chaque mois, les plus récentes données administratives et données d'enquêtes de différentes industries de l'économie sont intégrées, ce qui donne lieu à des révisions statistiques. Des données administratives mises à jour et révisées (y compris des statistiques fiscales), de nouveaux renseignements fournis par les répondants aux enquêtes sur l'industrie ainsi que des changements standards apportés aux calculs de désaisonnalisation sont pris en compte lors de chaque diffusion.

Pour obtenir plus de renseignements concernant le PIB national mensuel par industrie, consultez le module Système des comptes macroéconomiques figurant sur notre site Web.

Tableaux de données CANSIM en temps réel

Le tableau de données CANSIM en temps réel 379-8031 sera mis à jour le 10 avril. Pour obtenir plus de renseignements, consultez le document Tableaux de données CANSIM en temps réel.

Prochaine diffusion

Les données de février sur le PIB par industrie seront diffusées le 28 avril.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Allan Tomas au 613-790-6570, Division des comptes des industries.

Date de modification :