Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Étude : Les jeunes hommes et les jeunes femmes sans diplôme d'études secondaires, 1990 à 2016

Diffusion : 2017-05-04

En 2016, 340 000 jeunes Canadiens âgés de 25 à 34 ans n'avaient pas terminé leur secondaire. Plus des deux tiers des jeunes hommes canadiens qui n'avaient pas de diplôme d'études secondaires occupaient un emploi. Parmi les femmes sans diplôme du même groupe d'âge, un peu plus de 40 % d'entre elles occupaient un emploi.

Ces résultats sont tirés d'une nouvelle étude, intitulée « Les jeunes hommes et les jeunes femmes sans diplôme d'études secondaires », qui évalue les caractéristiques et les résultats sur le marché du travail des jeunes Canadiens qui n'ont pas terminé leurs études secondaires.

Il est important d'examiner les résultats sur le marché du travail des jeunes Canadiens qui n'ont pas de diplôme d'études secondaires, parce que le type d'expérience qu'acquièrent les jeunes travailleurs détermine souvent leurs résultats futurs sur le marché du travail.

En outre, en raison de l'importance des compétences dans l'économie actuelle, le fait de connaître les résultats sur le marché du travail des jeunes adultes peut aider les jeunes d'aujourd'hui à prendre des décisions plus éclairées au sujet de leur scolarité.

Les hommes sont plus susceptibles que les femmes de ne pas avoir de diplôme d'études secondaires

La proportion de jeunes Canadiens sans diplôme d'études secondaires est plus élevée chez les hommes que chez les femmes. En 2016, 8,5 % des hommes âgés de 25 à 34 ans se sont classés dans cette catégorie, par rapport à 5,4 % des femmes.

Ces proportions représentent une baisse significative depuis 1990, alors que 22 % des jeunes hommes et 19 % des jeunes femmes n'avaient pas de diplôme d'études secondaires.

D'autres groupes de la population étaient aussi plus susceptibles de ne pas avoir terminé leurs études secondaires, notamment les Autochtones (c.-à-d. les Premières Nations vivant hors réserve, les Métis et les Inuits).

En 2016, 20 % des hommes autochtones et 16 % des femmes autochtones âgés de 25 à 34 ans n'avaient pas de diplôme d'études secondaires.

Les personnes n'ayant pas terminé leurs études secondaires sont plus susceptibles d'avoir une incapacité

Les personnes sans diplôme d'études secondaires peuvent faire face à des contraintes personnelles ou familiales lorsqu'elles souhaitent terminer leurs études secondaires ou trouver un emploi.

Parmi les jeunes hommes et les jeunes femmes âgées de 25 à 34 ans n'ayant pas de diplôme d'études secondaires, 11 % ont déclaré avoir une incapacité, par rapport à 5 % des jeunes hommes et 6 % des jeunes femmes ayant déclaré un diplôme d'études secondaires ou des études postsecondaires partielles comme plus haut niveau de scolarité.

Les problèmes mentaux ou psychologiques sont le type d'incapacité le plus fréquemment mentionné par les jeunes Canadiens sans diplôme d'études secondaires.

Graphique 1  Graphique 1: Proportion des personnes de 25 à 34 ans ayant au moins un type d'incapacité chronique, selon le niveau de scolarité, 2012
Proportion des personnes de 25 à 34 ans ayant au moins un type d'incapacité chronique, selon le niveau de scolarité, 2012

En outre, une jeune femme sans diplôme d'études secondaires sur cinq était monoparentale, par rapport à une femme titulaire d'un diplôme d'études secondaires sur dix.

Les jeunes qui n'ont pas terminé leurs études secondaires étaient aussi plus susceptibles d'avoir des enfants, et devenaient généralement parents à un plus jeune âge, surtout chez les femmes.

Détérioration de la situation sur le marché du travail pour les personnes n'ayant pas de diplôme d'études secondaires

Au cours des 25 dernières années, les jeunes Canadiens n'ayant pas de diplôme d'études secondaires ont observé une détérioration de leur situation sur le marché du travail.

De 1990 à 2016, le taux d'emploi des jeunes femmes sans diplôme d'études secondaires a diminué, passant de 50 % à 41 %. Au cours de la même période, la proportion des personnes qui n'ont pas été actives sur le marché du travail a augmenté, passant de 40 % à 51 %.

Parmi les personnes ayant un emploi, les femmes n'ayant pas terminé leurs études secondaires étaient moins susceptibles que les hommes de travailler à temps plein et pendant l'année complète, et étaient plus susceptibles d'avoir un emploi moins bien rémunéré, comme caissières ou préposées à l'entretien ménager et au nettoyage - travaux légers.

Les hommes n'ayant pas terminé leurs études secondaires étaient significativement plus susceptibles de travailler que les femmes de la même catégorie en matière de scolarité. Cependant, leur situation sur le marché du travail s'est aussi détériorée au cours de cette période.

De 1990 à 2016, la proportion d'hommes qui avaient un emploi a diminué, passant de 75 % à 67 %, tandis que la proportion d'inactifs a augmenté, passant de 12 % à 22 %.

Les aides de soutien des métiers et manœuvres en construction ainsi que les conducteurs de camions de transports étaient les deux professions les plus communes des hommes sans diplôme d'études secondaires.

La majorité du revenu des femmes sans diplôme d'études secondaires provient de transferts gouvernementaux

La présence plus faible des femmes sans diplôme d'études secondaires sur le marché du travail fait en sorte qu'elles dépendent davantage des transferts gouvernementaux (p. ex. l'assurance-emploi, l'aide sociale, les prestations pour enfants, les indemnisations des accidentés du travail ou le crédit pour la TPS/TVH).

De 2012 à 2014, les transferts gouvernementaux ont représenté plus de 60 % du revenu individuel total des jeunes femmes sans diplôme d'études secondaires, comparativement à 39 % du revenu des jeunes femmes ayant seulement un diplôme d'études secondaires.

Parmi les jeunes hommes de la même catégorie en matière de scolarité, les transferts gouvernementaux ont représenté 31 % du revenu individuel total moyen, comparativement à 16 % du revenu des jeunes hommes ayant un diplôme d'études secondaires seulement.

  Note aux lecteurs

Cette étude s'appuie sur les données de trois sources : l'Enquête sur la population active (EPA), l'Enquête canadienne sur le revenu (ECR) et l'Enquête canadienne sur l'incapacité (ECI). L'EPA est une enquête mensuelle à participation obligatoire qui permet de recueillir des renseignements sur le marché du travail auprès de tous les membres des ménages de 15 ans et plus, ainsi que des renseignements sur les caractéristiques démographiques et les liens familiaux de tous les membres du ménage. Sont exclus du champ d'observation de l'enquête les habitants des réserves et d'autres établissements autochtones dans les provinces, les membres à temps plein des Forces armées canadiennes et les personnes vivant en établissement. Les données de l'EPA sur les personnes âgées de 25 à 34 ans de 1990 à 2016 ont été utilisées pour analyser le niveau de scolarité, la situation et d'autres caractéristiques de la population active.

L'ECR est une enquête multisectorielle élaborée afin d'évaluer le bien-être économique des particuliers et des familles au Canada. Il s'agit d'un supplément annuel de l'EPA; la première collecte a eu lieu en 2013, pour l'année de référence 2012. Les données de l'ECR sur les personnes âgées de 25 à 34 ans des années de référence 2012, 2013 et 2014 ont été utilisées pour déterminer indirectement le revenu et l'intensité du travail. Les données des trois années ont été mises en commun afin d'augmenter la taille de l'échantillon.

L'ECI est une enquête menée auprès des adultes canadiens dont les activités quotidiennes sont limitées en raison d'un état ou d'un problème de santé à long terme. L'ECI de 2012 était fondée sur un échantillon de personnes ayant déclaré une limitation des activités dans le cadre de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011. L'ECI est fondée sur un modèle social de l'incapacité plutôt que sur un modèle médical. La prémisse de ce modèle social est que l'incapacité résulte de l'interaction des limitations fonctionnelles d'une personne et des obstacles que comporte l'environnement de cette personne, notamment les obstacles sociaux et physiques, qui font en sorte qu'il est plus difficile pour cette personne d'exercer ses activités au quotidien. Les données sur les personnes âgées de 25 à 34 ans tirées de l'ECI de 2012 ont été utilisées pour déterminer indirectement les estimations de prévalence de l'incapacité.

Produits

L'étude intitulée « Les jeunes hommes et les jeunes femmes sans diplôme d'études secondaires » est maintenant accessible dans la publication Regards sur la société canadienne (Numéro au catalogue75-006-X).

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes ou la qualité des données, communiquez avec Sébastien LaRochelle-Côté au 613-951-0803 (sebastien.larochelle-cote@canada.ca).

Pour obtenir de plus amples renseignements à propos de Regards sur la société canadienne, communiquez avec Sébastien LaRochelle-Côté au 613-951-0803 (sebastien.larochelle-cote@canada.ca).

Date de modification :