Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Revenu agricole, 2016

Diffusion : 2017-05-24

Le revenu agricole net réalisé continue d'augmenter

Le revenu agricole net réalisé s'est accru de 7,6 % en 2016 pour atteindre 8,8 milliards de dollars. Il s'agit de la troisième année consécutive — et de la sixième fois en sept ans — où le revenu agricole net réalisé augmente.

Le revenu net réalisé correspond à la différence entre les recettes monétaires et les dépenses d'exploitation des agriculteurs, moins les frais d'amortissement, plus le revenu en nature.

Ensemble, la légère diminution des dépenses d'exploitation et la faible hausse des recettes monétaires agricoles ont contribué à l'accroissement observé en 2016.

Le revenu net réalisé a crû dans six provinces : l'Île-du-Prince-Édouard, le Nouveau-Brunswick, le Québec, l'Ontario, le Manitoba et l'Alberta. Le Québec a enregistré l'augmentation en pourcentage la plus importante (+65,7 %).

Les recettes monétaires agricoles affichent leur plus faible hausse annuelle depuis 2010

Les recettes monétaires agricoles, qui comprennent les recettes du marché provenant des ventes de cultures et de bétail ainsi que les paiements de programme, ont légèrement augmenté (+0,5 %) en 2016 pour se chiffrer à 60,0 milliards de dollars. Il s'agit de la plus faible hausse depuis 2010, la dernière année où les recettes monétaires agricoles ont baissé. Le Québec est la province qui a enregistré la plus forte croissance (+6,5 %). Le Nouveau-Brunswick (+4,5 %), l'Île-du-Prince-Édouard (+2,1 %), le Manitoba (+2,0 %), l'Ontario (+1,3 %) et Terre-Neuve-et-Labrador (+0,1 %) ont aussi connu des augmentations. La Saskatchewan (-2,5 %) et la Colombie-Britannique (-2,5 %) ont affiché les reculs les plus marqués.

Les recettes du marché étaient essentiellement inchangées, alors que les revenus provenant des ventes de cultures et de bétail se sont maintenus à 57,6 milliards de dollars en 2016. La hausse des ventes de cultures a été contrebalancée par la baisse des recettes du bétail.

Les recettes du marché correspondent au produit des prix et des mises en marché. Les mises en marché représentent les quantités vendues, exprimées selon diverses unités de mesure.

Les revenus provenant de la production de bétail ont baissé de 7,2 % en 2016 pour s'établir à 23,8 milliards de dollars. Le recul de 17,7 % des recettes des bovins et des veaux est la première diminution observée depuis 2009. Les prix ont fléchi de 21,8 %, alors que les stocks nord-américains ont continué de croître. La baisse des prix a commencé au second semestre de 2015.

Les recettes des porcs ont aussi reculé, diminuant de 3,2 % sous l'effet du recul des prix de 3,0 %. La production record de porcs aux États-Unis a continué d'exercer une pression à la baisse sur les prix.

La hausse des recettes du bétail se limitait aux secteurs assujettis à la gestion de l'offre. Les recettes laitières ont augmenté de 2,4 %, alors que la croissance de 3,4 % des mises en marché a plus que suffi à compenser la baisse des prix de 1,0 %. Les recettes des secteurs assujettis à la gestion de l'offre ont affiché une hausse globale de 3,2 %, et les recettes de la volaille (+2,9 %) et des œufs (+8,3 %) ont aussi augmenté, principalement en raison de l'accroissement des volumes de ventes.

Les recettes des cultures se sont élevées à 33,8 milliards de dollars en 2016, ce qui représente une hausse de 5,8 % par rapport à 2015. Cette croissance provenait surtout des recettes du canola, qui se sont chiffrées à 9,2 milliards de dollars, en hausse de 15,1 % par rapport à 2015. Les mises en marché ont augmenté de 12,1 % en 2016, alors que la demande est demeurée ferme dans les marchés d'exportation et à la hausse sur le marché intérieur de la transformation, où les niveaux de broyage ont atteint un sommet inégalé.

L'augmentation de 67,6 % des recettes des pois secs a aussi contribué à la croissance des recettes des cultures. Le marché d'exportation robuste était à l'origine d'une augmentation de 45,9 % des mises en marché.

La hausse des recettes des cultures a été atténuée par le recul de 11,0 % des ventes de blé (à l'exclusion du blé dur), dont les mises en marché ont diminué de 12,8 %. L'augmentation mondiale de la production a limité les possibilités d'exportation.

Les recettes des lentilles ont baissé de 11,0 %, alors que les mises en marché ont diminué de 14,9 % par rapport au niveau record de 2015.

Les paiements de programme ont crû de 13,8 % pour se chiffrer à 2,4 milliards de dollars en 2016, et cette augmentation était surtout due aux hausses des paiements des programmes provinciaux de stabilisation et des programmes privés d'assurance contre la grêle.

Le recul des prix des bovins, des engrais et du carburant entraîne une baisse des dépenses agricoles

Pour la première fois en six ans, les dépenses d'exploitation agricoles (après les remises) ont diminué en 2016 (-0,9 %) pour se situer à 44,2 milliards de dollars. Cette baisse fait suite à une augmentation de 1,7 % en 2015.

Les dépenses engagées pour l'achat de bétail ont baissé de 28,3 % en 2016, après avoir crû de 67,1 % au cours des deux années précédentes. Le recul des prix des bovins et des veaux après plusieurs années de hausse était le principal facteur à l'origine de cette diminution. La réduction des prix a également contribué à la baisse des dépenses en engrais (-10,7 %) et en carburant pour les machines (-11,3 %).

Ces baisses ont été contrebalancées par l'accroissement de la plupart des autres postes de dépenses, dont une hausse de 5,0 % des frais d'intérêts et de 2,8 % des salaires en espèces.

Les dépenses totales, qui comprennent les frais d'amortissement, ont légèrement diminué (-0,6 %) pour s'établir à 51,3 milliards de dollars. L'augmentation de 1,0 % des frais d'amortissement est la plus faible depuis 2010.

Les dépenses totales ont reculé dans quatre provinces, et l'Alberta a enregistré la baisse la plus marquée (-2,8 %). Les autres provinces qui ont affiché une diminution sont l'Île-du-Prince-Édouard, l'Ontario et le Manitoba.

L'augmentation des stocks de blé et de lentilles contribue à la croissance du revenu agricole net total

Le revenu agricole net total a atteint 9,5 milliards de dollars en 2016, en hausse de 1,2 milliard de dollars par rapport à l'année précédente. Cette croissance fait suite à une augmentation de 3,5 milliards de dollars en 2015.

Le revenu net total correspond au revenu net réalisé ajusté en fonction de la variation des stocks de cultures et de bétail des agriculteurs. Il représente le rendement des capitaux propres, la main-d'œuvre agricole non rémunérée, la gestion et le risque.

Les stocks à la ferme de blé (y compris le blé dur) et de lentilles se sont accrus, ce qui a contribué à l'augmentation de la valeur de la variation des stocks (+582 millions de dollars).

Bien que le revenu net total national ait augmenté, seulement quatre provinces ont enregistré une hausse à ce chapitre, soit l'Île-du-Prince-Édouard, le Québec, la Saskatchewan et l'Alberta.

L'histoire du Canada racontée en chiffres; #EnChiffres

Dans le but de souligner le 150e anniversaire du pays, Statistique Canada propose des instantanés de notre riche histoire statistique.

Le revenu agricole net est généralement sujet à des fluctuations annuelles. Celles-ci peuvent être causées par de nombreux facteurs, tels que les conditions de croissance, la variabilité des prix des produits, l'essor ou le ralentissement commercial ainsi que la conjoncture économique générale au Canada et dans le monde. La modification des politiques gouvernementales, en particulier celles qui visent à stabiliser les revenus agricoles, peut aussi avoir une incidence.

Depuis l'année du centenaire du Canada en 1967, la diminution la plus marquée (-86,0 %) du revenu net réalisé en dollars constants est survenue en 2003. Cette année-là, les exportations de bovins vers les États-Unis ont cessé après la découverte d'un cas d'encéphalopathie spongiforme bovine chez une vache de l'Alberta. Les prix des bovins ont alors nettement reculé. Les mises en marché des cultures ont aussi diminué fortement cette année-là, alors que les sécheresses qui sévissaient dans l'Ouest canadien en 2001 et en 2002 ont réduit la production agricole.

L'augmentation la plus marquée — une multiplication par plus de cinq — a suivi en 2004, alors que les mises en marché des cultures sont revenues à des niveaux plus normaux et que la croissance des recettes des porcs a plus que suffi à contrebalancer la stagnation continue des recettes des bovins.



  Note aux lecteurs

Le revenu net réalisé peut varier fortement d'une exploitation agricole à l'autre en raison de plusieurs facteurs, y compris le type de production de l'exploitation, les prix, les conditions météorologiques et les économies d'échelle. Cette mesure ainsi que d'autres mesures agrégées du revenu agricole sont calculées à l'échelon provincial à l'aide des mêmes concepts que ceux qui sont utilisés pour mesurer le rendement de l'ensemble de l'économie canadienne. Il s'agit de mesures du revenu de l'exploitation agricole et non du revenu du ménage agricole.

Les données provisoires sur le revenu agricole pour l'année civile précédente sont diffusées pour la première fois au mois de mai de chaque année (cinq mois après la période de référence), et fournissent des renseignements actuels sur le rendement du secteur agricole. Les données révisées sont diffusées par la suite au mois de novembre de chaque année, et englobent les données ayant été reçues trop tard pour être diffusées dans le premier communiqué. Les données de l'année ayant précédé la période de référence peuvent aussi faire l'objet de révisions.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les recettes monétaires agricoles pour le premier trimestre de 2017, consultez le communiqué intitulé « Recettes monétaires agricoles », diffusé dans Le Quotidien d'aujourd'hui.

Produits

Des tableaux sommaires sont également offerts.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :