Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Familles, ménages et état matrimonial : faits saillants du Recensement de 2016

Diffusion : 2017-08-02

Les données du Recensement de 2016 montrent qu'aujourd'hui il y a proportionnellement moins de ménages qui sont composés de familles comptant « une mère, un père et des enfants », et qu'il y a davantage de ménages composés de personnes vivant seules, de couples sans enfants ou encore de familles multigénérationnelles.

La vie familiale des Canadiens a évolué depuis la Confédération, à l'époque où les grandes familles rurales composées d'un couple marié et de nombreux enfants étaient plus courantes. En 1871, on comptait en moyenne 5,6 personnes par ménage, un ratio qui est passé à 2,4 en 2016.

Cette évolution est le résultat de changements démographiques, tels que le vieillissement de la population et la diversité ethnoculturelle croissante, de même que de changements sociaux, économiques et législatifs. L'évolution des modes de vie et des familles des Canadiens peut aussi avoir des conséquences, notamment sur le marché du logement, les soins donnés et reçus et les relations intergénérationnelles.

Statistique Canada diffuse aujourd'hui la troisième série de données du Recensement de 2016. Cette diffusion porte sur les familles, les ménages, l'état matrimonial et la langue. Ces données tracent le portrait d'un pays où des modes de vie diversifiés ont remplacé les modèles familiaux du passé.

Au fil des ans, le recensement a agi comme baromètre pour rendre compte avec précision de l'évolution des ménages et des familles au Canada. Il a permis de mesurer pour la première fois les unions libres en 1981, les couples de même sexe en 2001, et les enfants en famille d'accueil ainsi que les familles recomposées en 2011. Les données du recensement aident les gouvernements à répondre aux changements qui touchent la vie des Canadiens et à mettre en œuvre des politiques et des programmes comme la Prestation universelle pour la garde d'enfants et la Sécurité de la vieillesse.

Statistique Canada publiera l'ensemble des données du Recensement de 2016 en 2017 selon l'horaire de diffusion du Programme du Recensement de 2016.

La proportion de ménages d'une seule personne atteint un sommet en 150 ans d'histoire au Canada

En 2016, on comptait 14,1 millions de ménages privés au Canada, dont 9,5 millions (67,7 %) étaient composés d'au moins une famille de recensement. Les familles de recensement incluent les couples mariés ou vivant en union libre, avec ou sans enfants, et les familles monoparentales.

Infographie 1  Vignette de l'infographie 1: Aperçu des types de ménage, Canada, 2016
Aperçu des types de ménage, Canada, 2016

Les ménages formés d'une seule personne représentaient 28,2 % de tous les ménages canadiens en 2016, la proportion la plus élevée depuis la Confédération en 1867.

Pour la première fois, en 2016, les ménages formés d'une seule personne sont devenus le type de ménage le plus répandu, dépassant les couples avec enfants, dont le pourcentage est passé de 31,5 % de tous les ménages en 2001 à 26,5 % en 2016. En comparaison, le pourcentage de ménages d'une seule personne était de 25,7 % en 2001.

Au moment de la Confédération, très peu de gens vivaient seuls, et la grande majorité des ménages étaient des ménages familiaux. Depuis 1951, le pourcentage de ménages d'une seule personne a augmenté de façon constante, passant de 7,4 % à 28,2 % en 2016. Autrement dit, 13,9 % de la population canadienne âgée de 15 ans et plus vivait seule en 2016, comparativement à 1,8 % en 1951.

Graphique 1  Graphique 1: Pourcentage de ménages d'une seule personne, Canada, 1951 à 2016
Pourcentage de ménages d'une seule personne, Canada, 1951 à 2016

Mis à part les ménages d'une seule personne et les ménages composés d'au moins une famille de recensement, une faible proportion de ménages (4,1 %) étaient composés de deux personnes ou plus ne faisant pas partie d'une famille de recensement, comme des colocataires ou des frères et sœurs vivant ensemble.

Un certain nombre de facteurs sociaux, économiques et démographiques ont contribué à l'augmentation du nombre de ménages composés de personnes vivant seules. Par exemple, la redistribution du revenu, les pensions de retraite et la présence accrue des femmes sur le marché du travail ont fait en sorte que le nombre de personnes qui sont indépendantes économiquement est plus élevé aujourd'hui que par le passé, particulièrement chez les groupes plus âgés.

En outre, les taux plus élevés de séparation et de divorce ont fait en sorte que davantage de personnes vivent seules plutôt qu'en couple. Enfin, le vieillissement de la population et l'espérance de vie plus élevée ont aussi contribué à l'augmentation du nombre de ménages d'une seule personne étant donné qu'une proportion plus grande de personnes âgées que les autres groupes d'âge vivent seules.

La proportion de personnes vivant seules aussi à la hausse dans d'autres pays

Le pourcentage de ménages d'une seule personne au Canada (28,2 %) était semblable à celui observé aux États-Unis (27,5 % en 2012) et au Royaume-Uni (28,5 % en 2014), mais plus faible que dans de nombreux autres pays industrialisés.

Plus du tiers des ménages en France (33,8 % en 2011) et au Japon (34,5 % en 2015) comptaient une seule personne. Les pourcentages étaient encore plus élevés en Suède (36,2 % en 2011), en Norvège (40,0 % en 2012) et en Allemagne (41,4 % en 2015).

Diminution de la proportion de femmes âgées vivant seules au cours des dernières années

Un plus grand nombre de femmes que d'hommes vivent seules, et les femmes représentaient 53,7 % des ménages d'une seule personne en 2016.

Parmi les personnes âgées (personnes de 65 ans et plus), environ le tiers (33,0 %) des femmes vivaient seules en 2016, comparativement à 17,5 % des hommes. Toutefois, la proportion de femmes âgées vivant seules a diminué par rapport à 2001 (38,3 %), alors que celle des femmes âgées vivant avec un conjoint (marié ou en union libre) a augmenté, passant de 44,4 % en 2001 à 51,4 % en 2016.

Cette tendance est encore plus frappante chez les femmes de 80 ans et plus : la proportion de celles vivant en couple a augmenté pour passer de 19,9 % en 2001 à 27,6 % en 2016, tandis que la proportion de celles vivant seules a diminué pour passer de 56,1 % à 48,6 %.

Les femmes âgées sont plus susceptibles de vivre seules que les hommes âgés. Elles présentent une espérance de vie plus élevée que les hommes et elles ont aussi tendance à former un couple avec un conjoint plus âgé qu'elles. Elles sont ainsi plus à risque de devenir veuves que les hommes âgés. Toutefois, depuis les années 1970, les hommes ont enregistré des gains en espérance de vie plus importants, ce qui fait que les couples vivent ensemble plus longtemps.

Ménages d'une seule personne plus répandus au Québec et au Yukon

Au Québec en 2016, le tiers (33,3 %) des ménages étaient composés d'une seule personne, soit la proportion la plus élevée parmi les provinces et les territoires. Le Yukon venait juste derrière, à 32,2 %. Depuis 2001, le Québec et le Yukon ont toujours enregistré les proportions les plus élevées de ménages d'une seule personne.

La proportion que représentent les ménages d'une seule personne en Nouvelle-Écosse (29,5 %) et en Colombie-Britannique (28,8 %) était aussi supérieure à la moyenne nationale (28,2 %).

En revanche, le Nunavut comptait la proportion la plus faible de ménages d'une seule personne (18,9 %). Parmi les provinces, c'est l'Alberta (24,0 %) qui affichait la plus faible proportion, suivie de près par Terre-Neuve-et-Labrador (24,6 %).

Graphique 2  Graphique 2: Pourcentage des ménages d'une seule personne, Canada, provinces et territoires, 2016
Pourcentage des ménages d'une seule personne, Canada, provinces et territoires, 2016

De 2001 à 2016, la proportion de ménages d'une seule personne a augmenté le plus dans les provinces de l'Atlantique : Terre-Neuve-et-Labrador (+36,4 %), le Nouveau-Brunswick (+24,9 %), l'Île-du-Prince-Édouard (+20,2 %) et la Nouvelle-Écosse (+19,4 %). En comparaison, la proportion de ménages d'une seule personne a progressé de 9,6 % à l'échelle nationale au cours de la même période.

Cette hausse plus marquée dans les provinces de l'Atlantique est vraisemblablement liée au vieillissement plus rapide de la population de cette région. Près du cinquième des habitants (19,8 %) des provinces de l'Atlantique étaient âgés de 65 ans et plus en 2016, comparativement à 16,9 % pour l'ensemble du Canada.

Une carte montrant les proportions de ménages comptant une seule personne selon les divisions de recensement fournit également un aperçu des différences régionales aussi bien à l'échelle provinciale et territoriale qu'au niveau infraprovincial.

Le nombre de couples sans enfants augmente plus rapidement que le nombre de couples avec enfants

Les tendances dans la proportion de couples vivant avec des enfants ou sans enfants rendent aussi compte de la diversité croissante des ménages et des familles au Canada.

De 2011 à 2016, le nombre de couples vivant sans enfants a augmenté plus rapidement (+7,2 %) que le nombre de couples avec enfants (+2,3 %). Par conséquent, la proportion de couples vivant avec au moins un enfant a diminué pour passer de 56,7 % en 2001 à 51,1 % en 2016, le niveau le plus faible jamais enregistré.

La proportion de couples vivant avec des enfants est en baisse depuis un certain temps. Cela est principalement attribuable au vieillissement de la population. Au fur et à mesure que l'importante génération du baby-boom, c'est-à-dire les personnes nées entre 1946 et 1965, avance en âge, les couples sont de plus en plus nombreux à vivre le phénomène du nid vide après que leurs enfants ont quitté le domicile familial.

Toutefois, cette tendance a été contrebalancée en partie par une augmentation de la proportion de jeunes adultes vivant avec leurs parents au cours des quatre dernières décennies. L'article intitulé « Les jeunes adultes vivant avec leurs parents au Canada en 2016 », de la série Recensement en bref, fournit de plus amples renseignements sur les tendances récentes et les différences régionales chez les jeunes adultes vivant avec leurs parents.

De plus amples renseignements sur les familles avec enfants au Canada figurent dans l'article intitulé « Portrait de la vie familiale des enfants au Canada en 2016 », de la série Recensement en bref. Celui-ci donne un aperçu des diverses situations familiales des enfants âgés de 0 à 14 ans au Canada.

Davantage de couples vivant avec enfants que sans enfants dans certaines régions du pays

La proportion de couples avec ou sans enfants varie d'est en ouest au Canada, ce qui rend compte des différences dans la croissance et le vieillissement de la population. (Pour plus d'information sur la croissance et le vieillissement de la population, veuillez consulter Le Quotidien des 8 février et 3 mai 2017.)

En 2016, la proportion que représentent les couples avec enfants était plus élevée au Nunavut (76,5 %) et dans les Territoires du Nord-Ouest (61,0 %), suivie de l'Ontario (54,5 %), de l'Alberta (53,5 %) et du Manitoba (52,3 %). Ces proportions étaient toutes supérieures à la moyenne nationale de 51,1 %.

Graphique 3  Graphique 3: Pourcentage de couples avec ou sans enfants, Canada, provinces et territoires, 2016
Pourcentage de couples avec ou sans enfants, Canada, provinces et territoires, 2016

De 2011 à 2016, le nombre de couples avec enfants a augmenté le plus dans les provinces des Prairies, au Nunavut et au Yukon, en partie en raison d'une plus forte fécondité. La hausse en Alberta était aussi attribuable à la migration de jeunes adultes en provenance d'autres régions du pays.

Par contre, le nombre de couples avec enfants a diminué dans les provinces de l'Atlantique au cours de la même période de cinq ans, alors qu'il est demeuré inchangé au Québec. Les provinces de l'Atlantique ont aussi enregistré les proportions les plus faibles de couples avec enfants en 2016, allant de 42,8 % en Nouvelle-Écosse à 46,0 % à l'Île-du-Prince-Édouard.

Les unions libres toujours en hausse

Les couples mariés représentaient la majorité des couples en 2016, même si les couples en union libre sont de plus en plus répandus dans chaque province et territoire. En 2016, plus du cinquième de l'ensemble des couples (21,3 %) vivaient en union libre, soit plus de trois fois la proportion enregistrée en 1981 (6,3 %).

La proportion de couples vivant en union libre était plus élevée au Canada qu'aux États-Unis, où 5,9 % des couples cohabitaient sans être mariés (en 2010). La proportion au Canada était aussi légèrement plus élevée qu'au Royaume-Uni (20,0 % en 2015), mais plus faible qu'en France (22,6 % en 2011), en Norvège (23,9 % en 2011) et en Suède (29,0 % en 2010).

Proportions les plus élevées d'unions libres enregistrées au Nunavut et au Québec

La proportion que représentent les couples vivant en union libre a augmenté partout au Canada depuis 1981, la première année pour laquelle des données sur les unions libres ont été recueillies dans le cadre du recensement.

En 2016, le Québec (39,9 %) et les trois territoires, soit le Nunavut (50,3 %), les Territoires du Nord-Ouest (36,6 %) et le Yukon (31,9 %), affichaient les plus fortes proportions d'unions libres, largement supérieures à la moyenne pour le reste du Canada (15,7 % en excluant le Québec et les trois territoires). Les proportions observées au Québec et dans les territoires étaient aussi plus élevées que celles des pays affichant de forts pourcentages de couples en union libre, comme la Suède.

Graphique 4  Graphique 4: Pourcentage des couples en union libre, Canada, provinces et territoires, 1981 et 2016
Pourcentage des couples en union libre, Canada, provinces et territoires, 1981 et 2016

Non seulement la proportion d'unions libres au Québec est élevée, mais la croissance y a aussi été plus rapide au cours des dernières décennies. La proportion d'unions libres au Québec n'était que légèrement plus élevée que la moyenne nationale en 1981 (8,2 % comparativement à 6,3 %), mais était presque deux fois plus élevée en 2016 (39,9 % comparativement à 21,3 %).

De 2011 à 2016, le pourcentage de couples en union libre a augmenté le plus au Nunavut (+4,7 points de pourcentage) et au Québec (+2,1), comparativement au Canada dans l'ensemble (+1,4).

En 2016, on comptait aussi proportionnellement plus de couples avec enfants qui vivaient en union libre au Nunavut (49,5 %), au Québec (42,7 %), dans les Territoires du Nord-Ouest (33,4 %) et au Yukon (27,1 %) que dans le reste du Canada (11,7 % en excluant le Québec et les trois territoires).

L'article intitulé « Les couples de même sexe au Canada en 2016 », de la série Recensement en bref, fournit des renseignements additionnels sur les couples de même sexe au Canada, y compris ceux vivant en union libre et ceux qui sont mariés.

Les ménages multigénérationnels : le type de ménage en plus forte croissance

En 2016, la proportion que représentaient les ménages multigénérationnels, c'est-à-dire les ménages qui comprennent au moins trois générations de la même famille, n'était que de 2,9 % (403 810 ménages). Toutefois, de 2001 à 2016, ces ménages sont ceux dont le nombre a augmenté le plus rapidement (+37,5 %) parmi tous les types de ménage, la hausse se situant bien au-dessus de la croissance de 21,7 % pour l'ensemble des ménages. En 2016, 6,3 % de la population canadienne vivant dans des ménages privés, soit 2,2 millions de personnes, faisait partie d'un ménage multigénérationnel.

L'augmentation du nombre de ménages multigénérationnels peut être en partie attribuable à l'évolution de la composition ethnoculturelle du Canada. Ce mode de vie est plus répandu chez les Autochtones et les immigrants, qui représentent une proportion croissante de la population du Canada. Le nombre plus élevé de ménages multigénérationnels peut aussi être lié aux besoins en logements et au coût élevé de la vie dans certaines régions du pays.

Les ménages sans famille de recensement composés de deux personnes ou plus, comme les colocataires ou les frères et sœurs vivant ensemble, de même que les autres ménages familiaux (formés de deux familles de recensement ou plus vivant ensemble ou d'une famille de recensement vivant avec d'autres personnes, à l'exception des ménages multigénérationnels) ont aussi augmenté de façon marquée. Ensemble, ces deux types de ménages correspondaient à 7,8 % de tous les ménages privés en 2016 et à 10,1 % de la population du Canada vivant dans des ménages privés.

Au Nunavut, un ménage sur huit est multigénérationnel

En 2016, les ménages multigénérationnels étaient les plus répandus au Nunavut (12,2 %) et dans les Territoires du Nord-Ouest (4,3 %), où les communautés autochtones sont importantes, ainsi qu'en Ontario (3,9 %) et en Colombie-Britannique (3,6 %), les provinces comptant les proportions les plus élevées d'immigrants.

Les ménages multigénérationnels étaient les moins répandus au Québec, où ils représentaient moins de 2 % des ménages privés. À l'inverse, tel que mentionné plus haut, le Québec comptait le pourcentage le plus élevé de ménages d'une seule personne parmi les provinces et les territoires.

Graphique 5  Graphique 5: Pourcentage de ménages multigénérationnels, Canada, provinces et territoires, 2016
Pourcentage de ménages multigénérationnels, Canada, provinces et territoires, 2016

La proportion de ménages multigénérationnels était aussi relativement élevée dans certains grands centres urbains (régions métropolitaines de recensement) du pays, comme Abbotsford–Mission (7,6 %), Toronto (5,8 %), Vancouver (4,8 %), Oshawa (4,3 %) et Barrie (3,9 %). La diversité ethnoculturelle dans ces centres urbains est plus élevée qu'ailleurs au pays.

  Note aux lecteurs

Définitions

Dans la présente diffusion de données sur les familles, les ménages et l'état matrimonial du Recensement de 2016, l'analyse traite des ménages privés et de la population vivant dans des ménages privés, excluant ainsi la population vivant dans les logements collectifs.

Dans la présente diffusion du Recensement de 2016, les ménages comptant une famille de recensement formée d'un couple avec ou sans enfants ou d'un parent seul avec enfants ne sont formés que d'une seule famille de recensement et d'aucune autre personne additionnelle. Il s'agit d'une légère modification par rapport à la diffusion sur les familles et les ménages du Recensement de 2011. Lors de cette diffusion, les ménages unifamiliaux comprenaient les ménages comptant une seule famille sans autre personne additionnelle et ceux formés d'une seule famille avec des personnes additionnelles. Cette modification rend compte des principes et des recommandations des Nations Unies relatives aux recensements de la population et des logements, en ce qui a trait à la classification des ménages. Par suite de cette modification, les ménages comptant une seule famille de recensement et d'autres personnes sont maintenant inclus dans les « ménages multigénérationnels » ou « les autres ménages familiaux ». Ces nouvelles catégories de types de ménage sont publiées rétroactivement à 2001.

Les sources de données utilisées pour la comparaison internationale des ménages comptant une seule personne sont les suivantes : United States Census Bureau. 2012; Office for National Statistics. United Kingdom. 2014; Institut national de la statistique et des études économiques. France. 2011; Statistics Bureau, Japan. 2015; Statistics Sweden. 2011; Statistisches Bundesamt. Germany. 2015; Statistics Norway. 2012.

Veuillez consulter le Dictionnaire, Recensement de la population, 2016 (Numéro au catalogue98-301-X) pour obtenir plus de renseignements sur les variables du recensement.

Produits et diffusions du Recensement de la population de 2016

Statistique Canada publie aujourd'hui le troisième ensemble de résultats du Recensement de la population de 2016. Ces résultats portent sur les ménages et les familles au Canada et décrivent les tendances récentes liées à la situation des particuliers dans le ménage au Canada, y compris celle des jeunes adultes et des personnes âgées, des enfants et des couples de même sexe. Les différences régionales sont aussi indiquées lorsque cela est pertinent. Des résultats portant sur la langue sont aussi diffusés aujourd'hui.

Les résultats du recensement montrent dans quelle mesure les familles canadiennes deviennent plus diversifiées. Ces tendances comportent de nombreuses répercussions, y compris sur le bien-être des enfants, le soutien social et l'isolement, la sécurité du revenu, les besoins en logements et bien d'autres.

Plusieurs produits du Recensement de 2016 sont aussi disponibles à compter d'aujourd'hui dans le module Web du Programme du recensement. Ce module a été conçu pour donner un accès facile et sans frais aux données du recensement. Les données sont organisées en grandes catégories, y compris les produits analytiques, les produits de données, les produits de référence, la géographie et un centre vidéo.

Les produits analytiques comportent trois articles de la série Recensement en bref. Ces articles présentent des analyses axées sur les enjeux démographiques actuels, y compris ceux qui sont pertinents du point de vue des politiques publiques. Le premier article décrit les situations familiales des enfants qui vivent dans une famille monoparentale, dans une famille recomposée ou sans leurs parents en 2016. Le deuxième brosse un portrait démographique des jeunes adultes vivant avec leurs parents en 2016. Le troisième article dresse un portrait démographique des couples de même sexe au Canada en 2016.

Les produits de données comprennent les résultats ayant trait aux familles, aux ménages et à l'état matrimonial pour un large éventail de régions géographiques normalisées, et sont disponibles par l'intermédiaire du Profil du recensement, des Tableaux de données et des Faits saillants en tableaux.

De plus, la Série « Perspective géographique » présente des données et des faits saillants sur des thèmes clés du présent article du Quotidien et des articles de la série Recensement en bref, et ce, pour divers niveaux géographiques.

Les produits de référence contiennent des renseignements permettant de mieux comprendre les données du recensement. Ces produits comprennent le Guide du Recensement de la population, 2016, qui résume les aspects fondamentaux du recensement, et qui présente les taux de réponse et d'autres renseignements sur la qualité des données. Ils comprennent également le Dictionnaire, Recensement de la population, 2016, qui présente les concepts et les variables du recensement, et le Guide de référence sur les familles, qui explique les concepts du recensement ainsi que les modifications apportées au Recensement de 2016. Ce guide de référence contient aussi de l'information sur la qualité des données, la comparabilité historique et la comparaison avec d'autres sources de données. Tout au long du cycle de diffusion, le Dictionnaire et le Guide du Recensement de la population sont mis à jour en fonction des nouveaux renseignements.

Les produits et services géographiques liés au Programme du Recensement de 2016 figurent à la section Géographie. On y retrouve GéoRecherche, une application de cartographie interactive, et les cartes thématiques, qui présentent des données sur les familles et les ménages pour diverses régions géographiques normalisées.

Une vidéo présentant un aperçu des familles canadiennes d'hier et d'aujourd'hui est offerte dans le Centre vidéo.

Une infographie intitulée Portrait des ménages et des familles au Canada, Recensement de la population de 2016 illustre quelques faits saillants sur les familles et les ménages au Canada.

Le public est invité à clavarder avec nos experts au sujet de cette diffusion, le vendredi 4 août 2017, de 12 h 30 à 13 h 30, heure de l'Est.

Au cours des prochains mois, Statistique Canada continuera de diffuser les résultats du Recensement de la population de 2016, et fournira un portrait encore plus complet de la population canadienne. Veuillez consulter l'horaire de diffusion du Programme du Recensement de 2016 pour connaître les dates de diffusion des données et des analyses touchant différents thèmes tout au long de 2017.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca) ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :