Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Comptes des flux physiques : utilisation d'énergie et émissions de gaz à effet de serre, 2015

Diffusion : 2017-09-12

Utilisation d'énergie et émissions de gaz à effet de serre selon les industries et les ménages

La consommation totale d'énergie par les industries et les ménages au Canada a diminué de 0,7 % en 2015, après avoir connu une hausse de 1,1 % l'année précédente. Les émissions de gaz à effet de serre (GES), qui avaient augmenté chaque année avant d'atteindre un plateau en 2014, ont connu une baisse de 0,5 % en 2015.

Ces changements sont survenus en parallèle avec une croissance économique, mesurée par le produit intérieur brut (PIB), qui a augmenté de 2,6 % en 2014 et de 0,9 % en 2015. L'intensité énergétique directe de l'industrie au Canada en 2015 s'est élevée à 5,37 térajoules par million de dollars de PIB, ce qui représente une baisse de 1,2 % par rapport à 2014, tandis que les émissions industrielles directes de GES ont également décru de 1,2 % depuis 2014 pour atteindre 0,37 kilotonne par million de dollars de PIB.

Les ménages sont demeurés les plus grands consommateurs d'énergie en 2015, ayant consommé 24,0 % de l'énergie à l'échelle nationale, ce qui représente une baisse de 0,3 point de pourcentage par rapport à 2014. La consommation d'énergie par les ménages s'est élevée à 78,3 gigajoules par personne, soit le rendement énergétique d'environ 13 barils de pétrole brut. Parallèlement, les ménages ont été à l'origine de 19,1 % des émissions de GES, puisqu'une part relativement grande de l'énergie qu'ils consomment est sous forme d'électricité, qui ne contribue pas directement aux émissions de GES. En 2015, les ménages ont émis 4,0 tonnes de GES par personne.

Après avoir diminué pendant quatre années consécutives, la consommation d'énergie dans les services publics et la construction a augmenté de 2,0 % en 2015. La consommation de ces industries, qui représentait 12,2 % du total de l'énergie utilisée en 2014, a augmenté pour s'établir à 12,6 % du total en 2015.

Les émissions de GES ont continué de croître dans le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz; l'augmentation depuis 2009 se chiffre à 29,2 %. Ce secteur est demeuré la première source d'émissions de GES en 2015, ayant produit 23,3 % du total national. De plus, il joue un rôle plus important au chapitre des émissions de GES qu'au chapitre de la consommation d'énergie, en raison des émissions fugitives provenant de l'extraction de pétrole et de gaz. Il en va de même pour les industries de l'agriculture, de la foresterie, et de la pêche et chasse, qui sont à l'origine de 10,9 % des émissions nationales de GES, en raison des émissions de méthane et d'oxyde nitreux associées à la production agricole et à l'élevage. Dans les industries de la fabrication et dans les autres services et les administrations publiques, la part des émissions de GES est plus basse comparativement à la part de l'énergie consommée, parce que l'électricité représente une grande partie de l'énergie utilisée dans ces secteurs.

L'histoire du Canada racontée en chiffres; #EnChiffres

Dans le but de souligner le 150e anniversaire du pays, Statistique Canada propose des instantanés de notre riche histoire statistique.

En octobre 1973, le Canada a été l'un des pays visés par un embargo sur les exportations de pétrole convenu par plusieurs pays producteurs de pétrole. L'embargo a été maintenu jusqu'en mars 1974 et a contribué à une augmentation notable du prix du pétrole. Cette première crise du pétrole, qui a été suivie d'une deuxième en 1979, a eu d'importantes répercussions sur le prix et la disponibilité du carburant et a eu plusieurs autres conséquences économiques indirectes.

Un rapport publié en 1978 par Statistique Canada, intitulé Energy availability, detailed disposition, and industrial demand coefficients for Canada (Deachman et Hamilton), mentionne que « les prix toujours élevés de l'énergie et la constatation de notre dépendance aux importations à la suite de la perturbation de 1973 ont suscité, parmi la population canadienne, un intérêt généralisé à l'égard de l'énergie, des possibilités d'approvisionnement en énergie et des facteurs ayant une incidence sur la demande » [traduction]. Pour répondre aux besoins en matière de données et d'analyse sur l'énergie, Statistique Canada a élaboré dans un premier temps un modèle de l'énergie en 1975-1976 et, dans un deuxième temps, un modèle de simulation à long terme présentant un volet sur l'énergie. Sous l'influence du mouvement environnemental, alors en plein essor, Statistique Canada a publié pour la première fois L'activité humaine et l'environnement en 1978 et a par la suite élaboré le Système des comptes de l'environnement et des ressources du Canada en 1997.

Aujourd'hui, Statistique Canada continue de collaborer avec des organismes nationaux de statistique pour concevoir et perfectionner des méthodes permettant de relier les données environnementales et économiques, et pour fournir aux décideurs des renseignements utiles afin de les aider à rendre l'économie plus respectueuse de l'environnement. L'une des plus grandes réalisations de cette collaboration est l'établissement, en 2012, d'une norme statistique internationale : le Système de comptabilité économique et environnementale (SCEE) des Nations Unies. Les comptes physiques de flux présentés ici sont un aspect parmi d'autres du SCEE; le compte de l'utilisation d'énergie, les mesures axées sur la demande et les multiplicateurs sont un héritage des efforts initiaux de Statistique Canada dans ce domaine, dans les années 1970.

Pour en savoir plus sur les données, les concepts et les méthodes liés à ces travaux, consultez le Guide méthodologique : Système de comptabilité économique et environnementale du Canada (Numéro au catalogue16-509-X).


  Note aux lecteurs

Les Comptes des flux physiques de Statistique Canada servent à enregistrer les flux annuels de ressources naturelles, de produits et de résidus entre l'économie canadienne et l'environnement. Les données sont présentées de manière à refléter les activités des industries, des ménages et des administrations publiques, et elles s'appuient sur le système de classification utilisé dans les tableaux des ressources et des emplois de Statistique Canada.

Les données provisoires des Comptes des flux physiques sur la consommation d'énergie et les émissions de gaz à effet de serre (GES) pour 2015 sont maintenant disponibles. Les estimations pour la consommation d'énergie et les émissions de GES de 2009 à 2014 ont été mises à jour à l'aide des données sources révisées. Les estimations révisées et préliminaires ont également été affectées par des révisions de la méthodologie de compilation du compte d'utilisation d'énergie, dont la plus importante a été la compilation des données au niveau provincial et territorial avant d'être agrégées aux estimations nationales fournies. Les estimations de la consommation d'énergie provinciale et territoriale sont disponibles en tant que tableau personnalisé sur demande.

Les intensités de la consommation d'énergie et des émissions de GES par industrie de 2009 à 2013 ont fait l'objet de révisions et reflètent les mises à jour des estimations de la consommation d'énergie et des émissions de GES.

Un tableau révisé sur la consommation d'énergie et les émissions de GES par catégorie de demande finale de 2009 à 2013 est maintenant disponible, et il reflète également les mises à jour des données de la consommation d'énergie et des émissions de GES.

Environnement et Changement climatique Canada est responsable de la production du Rapport d'inventaire national sur les sources et puits de gaz à effet de serre. Cet inventaire permet au Canada de s'acquitter de ses obligations en matière de déclaration aux termes de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), et il constitue le point de référence officiel pour les émissions de GES au Canada. Les exigences de déclaration de la CCNUCC diffèrent des lignes directrices méthodologiques du Système de comptabilité économique et environnementale des Nations Unies utilisées pour produire le compte des émissions de gaz à effet de serre présenté ici. Pour obtenir plus d'information sur ces différences, consultez la page de l'enquête sur les comptes des flux physiques (5115).

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :