Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Les peuples autochtones au Canada : faits saillants du Recensement de 2016

Diffusion : 2017-10-25

Statistique Canada diffuse aujourd'hui les premiers résultats du Recensement de la population de 2016 concernant les Premières Nations, les Métis et les Inuits. Des renseignements au sujet des diffusions antérieures et des prochaines diffusions des données du recensement se trouvent dans le calendrier de diffusion du Programme du Recensement de 2016.

Les peuples autochtones vivaient dans ce qu'est maintenant le Canada bien avant l'arrivée des premiers colons européens. En fait, l'histoire du Canada serait incomplète sans les histoires des Premières Nations, des Métis et des Inuits. Il en va de même pour son avenir.

Les recensements passés ont mis l'accent sur deux caractéristiques clés de la population autochtone, à savoir que les peuples autochtones sont à la fois jeunes et en croissance. Les données du Recensement de 2016 ont permis de réaffirmer ces tendances. Par ailleurs, les nouvelles données révèlent tant l'évolution de la nature que la diversité des populations des Premières Nations, des Métis et des Inuits.

En 2016, on comptait 1 673 785 Autochtones au Canada, ce qui représente 4,9 % de la population totale. Il s'agit d'une hausse par rapport à la proportion de 3,8 % enregistrée en 2006 et à celle de 2,8 % enregistrée en 1996.

Depuis 2006, la population autochtone a augmenté de 42,5 %, ce qui représente plus de quatre fois le taux de croissance de la population non autochtone au cours de la même période. Selon les projections démographiques, le nombre d'Autochtones continuera de progresser rapidement. Au cours des deux prochaines décennies, la population autochtone dépassera vraisemblablement 2,5 millions de personnes.

Deux facteurs principaux ont contribué à la croissance de la population autochtone : le premier est la croissance naturelle, qui comprend l'espérance de vie accrue et les taux de fécondité relativement élevés, et le deuxième a trait aux changements dans les données d'identification autodéclarées. En termes simples, un plus grand nombre de personnes se sont nouvellement identifiées comme Autochtones lors du recensement, une tendance qui se maintient au fil du temps.

Les populations des Premières Nations, des Métis et des Inuits continuent d'être beaucoup plus jeunes que la population non autochtone, et elles comprennent proportionnellement plus d'enfants et de jeunes et moins d'aînés. Toutefois, ces derniers aussi vieillissent : en 2016, les personnes de 65 ans et plus représentaient une proportion plus grande de la population autochtone que par le passé.

Les données dressent un portrait de la riche diversité des Premières Nations, des Métis et des Inuits. Plus de 70 langues autochtones ont été déclarées au Recensement de 2016. On a observé une croissance chez la population autochtone vivant dans les régions urbaines, chez les Premières Nations vivant dans les réserves ainsi que chez les Inuits vivant dans l'Inuit Nunangat. Les enfants autochtones étaient plus susceptibles de vivre dans une variété de contextes familiaux, comme des foyers multigénérationnels, dans lesquels des parents et des grands-parents sont présents.

Croissance rapide de la population des Premières Nations, des Métis et des Inuits

Les peuples autochtones au Canada — les Premières Nations, les Métis et les Inuits — présentent un éventail varié d'histoires, de cultures et de langues.

La population des Premières Nations, qui comprend à la fois les Indiens inscrits ou des traités, en vertu de la Loi sur les Indiens, et ceux qui ne le sont pas, a augmenté de 39,3 % par rapport à 2006, pour s'établir à 977 230 personnes en 2016.

La population de Métis (587 545) est celle qui a connu la croissance la plus marquée parmi les groupes au cours de la période de 10 ans, affichant une hausse de 51,2 % de 2006 à 2016.

La population inuite (65 025) a augmenté de 29,1 % de 2006 à 2016.

La population autochtone est jeune, mais elle est aussi vieillissante

La population autochtone est jeune. En 2016, l'âge moyen de la population autochtone se situait à 32,1 ans, soit près de dix ans de moins que l'âge moyen de la population non autochtone (40,9 ans).

Graphique 1  Graphique 1: Répartition (en pourcentage) de la population âgée de 0 à 14 ans et de 65 ans et plus selon l'identité autochtone, Canada, 2016
Répartition (en pourcentage) de la population âgée de 0 à 14 ans et de 65 ans et plus selon l'identité autochtone, Canada, 2016

Comme l'a révélé la diffusion des données du Recensement de 2016 sur l'âge et le sexe, le nombre de personnes âgées a dépassé le nombre d'enfants pour la première fois au Canada. Cela n'était pas le cas chez les peuples autochtones.

Environ le tiers de la population des Premières Nations (29,2 %) était âgée de 14 ans et moins en 2016, ce qui représente plus de quatre fois la proportion de la population âgée de 65 ans et plus (6,4 %). Dans le cas des Métis, 22,3 % de la population était âgée de 14 ans et moins, comparativement à 8,7 % qui était âgée de 65 ans et plus. Chez les Inuits, le tiers (33,0 %) de la population était âgée de 14 ans et moins, et 4,7 %, de 65 ans et plus.

Même si la population autochtone est plus jeune que le reste de la population au Canada, elle est aussi vieillissante. En 2006, 4,8 % de la population autochtone était âgée de 65 ans et plus; en 2016, cette proportion avait augmenté pour atteindre 7,3 %. Selon les projections démographiques, la proportion de la population des Premières Nations, Métis et Inuits âgée de 65 ans et plus pourrait plus que doubler d'ici 2036.

Croissance de la population des Premières Nations vivant dans les réserves et hors réserve

Les Premières Nations possèdent un riche patrimoine culturel constitué de langues, d'histoires et de territoires diversifiés. On compte plus de 600 Premières Nations/bandes indiennes distinctes au Canada. La population des Premières Nations comprend les membres d'une Première Nation/bande indienne et ceux qui ne sont pas membres, ainsi que ceux qui ont ou non le statut d'Indien inscrit ou des traités, en vertu de la Loi sur les Indiens.

Le nombre de personnes des Premières Nations ayant le statut d'Indien inscrit ou des traités a augmenté de 30,8 % de 2006 à 2016. On comptait 744 855 Premières Nations ayant le statut d'Indien inscrit ou des traités en 2016, soit un peu plus des trois quarts (76,2 %) de la population des Premières Nations. La proportion restante (23,8 %), qui n'avait pas le statut d'Indien inscrit ou des traités, a vu sa population augmenter de 75,1 % depuis 2006 pour atteindre 232 375 en 2016.

Parmi les 744 855 Premières Nations ayant le statut d'Indien inscrit ou des traités, 44,2 % d'entre elles vivaient dans des réserves en 2016, tandis que la proportion restante vivait hors réserve. On a observé une croissance de la population vivant dans des réserves (+12,8 %) et hors réserve (+49,1 %) de 2006 à 2016.

Plus de la moitié de la population des Premières Nations vit dans les provinces de l'Ouest

La population des Premières Nations était concentrée dans les provinces de l'Ouest; en effet, plus de la moitié vivait en Colombie-Britannique (17,7 %), en Alberta (14,0 %), au Manitoba (13,4 %) et en Saskatchewan (11,7 %). En comparaison, 30,3 % de la population non autochtone vivait dans les provinces de l'Ouest.

Près du quart (24,2 %) de la population des Premières Nations vivait en Ontario, soit la proportion la plus forte parmi les provinces, et 9,5 % de la population vivait au Québec.

De plus, 7,5 % de la population des Premières Nations vivait dans les provinces de l'Atlantique, et 2,1 %, dans les territoires.

Même si les Premières Nations représentaient 2,8 % de la population totale du Canada, elles constituaient le dixième de la population de la Saskatchewan (10,7 %) et du Manitoba (10,5 %) et presque le tiers de la population des Territoires du Nord-Ouest (32,1 %).

Les Premières Nations représentaient une proportion plus faible de la population du Québec (1,2 %), de l'Ontario (1,8 %) et des provinces de l'Atlantique (3,2 %).

Graphique 2  Graphique 2: Population des Premières Nations selon les provinces et les territoires, Canada, 2016
Population des Premières Nations selon les provinces et les territoires, Canada, 2016

La population des Premières Nations double dans la région de l'Atlantique

Même si la population des Premières Nations dans les provinces de l'Atlantique est relativement petite (73 655 ou 7,5 % de la population totale des Premières Nations), elle a plus que doublé (+101,6 %) de 2006 à 2016. Une partie importante de cette augmentation a probablement découlé des changements dans les données d'identification autodéclarées, c'est-à-dire les données des personnes qui se sont nouvellement identifiées comme personnes des Premières Nations lors du recensement.

Au cours de cette période de 10 ans, la population des Premières Nations a augmenté de 48,7 % en Ontario et de 37,5 % au Québec.

Même si la population des Premières Nations a augmenté à un rythme plus lent dans l'Ouest du Canada (+32,2 %), la région a connu la hausse totale la plus importante de la population des Premières Nations (+134 550) au Canada.

C'est en Ontario que l'on trouve la population de Métis la plus importante

Les Métis occupent une place unique sur le plan culturel et historique parmi les peuples autochtones au Canada, du fait de leurs traditions, de leur culture et de leur langue (mitchif) distinctes. Aujourd'hui, la population de Métis est présente dans chaque province, territoire et ville au Canada.

On comptait 587 545 Métis au Canada en 2016, ce qui représente 1,7 % de la population totale.

La majeure partie (80,3 %) de la population de Métis vivait en Ontario et dans les provinces de l'Ouest. Pour la première fois, l'Ontario comptait la population de Métis la plus importante au Canada, soit 120 585 personnes. Cela représente une hausse de 64,3 % par rapport à 2006 et le cinquième (20,5 %) de la population de Métis totale.

La population de Métis a augmenté de 32,9 % de 2006 à 2016 dans les provinces de l'Ouest pour atteindre 351 020 personnes.

L'Alberta comptait la population de Métis la plus importante des provinces de l'Ouest, soit 19,5 % de la population de Métis totale. On comptait à peu près le même nombre de Métis au Manitoba et en Colombie-Britannique (15,2 %), et on trouvait 9,9 % de la population de Métis en Saskatchewan.

Au total, 69 360 Métis vivaient au Québec en 2016, soit 11,8 % de la population de Métis totale. Parallèlement, 7,2 % de la population de Métis vivait dans les provinces de l'Atlantique, et 0,8 %, dans les territoires.

Graphique 3  Graphique 3: Population de Métis selon les provinces et les territoires, Canada, 2016
Population de Métis selon les provinces et les territoires, Canada, 2016

De 2006 à 2016, la population de Métis a augmenté au rythme le plus rapide au Québec (+149,2 %) et dans les provinces de l'Atlantique (+124,3 %). Parallèlement, la population de Métis a connu une hausse de 64,3 % en Ontario, et de 32,9 % dans les provinces de l'Ouest. Dans les territoires, la taille de la population de Métis est demeurée relativement inchangée par rapport à 10 ans plus tôt.

Près des deux tiers des Métis vivent dans une région métropolitaine

Parmi les trois groupes autochtones, les Métis étaient les plus susceptibles de vivre dans une ville, alors que 62,6 % d'entre eux vivaient dans une région métropolitaine qui comptait au moins 30 000 habitants.

On dénombrait huit régions métropolitaines ayant une population de plus de 10 000 Métis en 2016 : Winnipeg, Edmonton, Vancouver, Calgary, Ottawa–Gatineau, Montréal, Toronto et Saskatoon. Ces régions combinées représentaient un peu plus du tiers (34,0 %) de la population de Métis totale.

En 2016, Winnipeg avait la population de Métis la plus importante, soit 52 130 personnes, en hausse de 28,0 % par rapport à une décennie plus tôt.

Près des trois quarts des Inuits vivent dans l'Inuit Nunangat

Les Inuits sont les premiers habitants de la région de l'Arctique en Amérique du Nord. Au Canada, les Inuits constituent des communautés habitées qui s'étendent de la région la plus à l'ouest de l'Arctique à la côte est de Terre-Neuve-et-Labrador depuis d'innombrables générations. Cette région, appelée l'Inuit Nunangat, désigne non seulement les territoires, mais aussi l'eau et les glaces environnantes, que les Inuits considèrent comme faisant partie intégrante de leur culture et de leur mode de vie. Pour en savoir davantage, visitez le site Web d'Inuit Tapiriit Kanatami.

On comptait 65 025 Inuits au Canada en 2016, une hausse de 29,1 % par rapport à 2006. Près des trois quarts (72,8 %) des Inuits vivaient dans l'Inuit Nunangat.

Carte 1  Vignette de la carte 1: Population inuite selon la résidence, dans l'Inuit Nunangat et à l'extérieur de l'Inuit Nunangat, 2016
Population inuite selon la résidence, dans l'Inuit Nunangat et à l'extérieur de l'Inuit Nunangat, 2016

Parmi les Inuits de l'Inuit Nunangat, la majorité (63,7 % ou 30 140) vivait au Nunavut en 2016, alors que le quart (24,9 %) vivait au Nunavik, dont les communautés entourent les côtes ouest, nord et nord-est du Québec. En outre, 6,6 % des Inuits vivaient dans la région inuvialuite, qui est située dans l'ouest de l'Arctique, et 4,8 % dans les communautés du Nunatsiavut, le long de la côte nord-est de Terre-Neuve-et-Labrador.

Graphique 4  Graphique 4: Population inuite selon la région de la résidence inuite, 2006 et 2016
Population inuite selon la région de la résidence inuite, 2006 et 2016

Croissance de la population inuite vivant dans l'Inuit Nunangat et à l'extérieur de l'Inuit Nunangat

De 2006 à 2016, la population inuite a augmenté de 20,1 % dans l'Inuit Nunangat. À l'extérieur de cette région, la population inuite a connu une croissance de 61,9 %.

Parmi les quatre régions de l'Inuit Nunangat, la population inuite a connu la croissance la plus rapide au Nunavik (+23,3 %) et au Nunavut (+22,5 %) au cours de la période de 10 ans. Au Nunatsiavut, la population inuite a augmenté de 6,0 %, tandis que dans la région inuvialuite, elle est demeurée relativement inchangée.

À l'extérieur de l'Inuit Nunangat, la proportion la plus forte d'Inuits vivait dans les provinces de l'Atlantique (30,6 %). La plupart des Inuits des provinces de l'Atlantique vivaient à Terre-Neuve-et-Labrador, où l'on trouve près du quart de la population inuite vivant hors de l'Inuit Nunangat (23,5 %).

Plus d'un Inuit sur cinq (21,8 %) demeurant à l'extérieur de l'Inuit Nunangat vivait en Ontario, et 28,7 %, dans les provinces de l'Ouest. Un peu plus d'un Inuit sur dix (12,1 %) vivait au Québec, et 6,8 %, dans les Territoires du Nord-Ouest (à l'exclusion de la région inuvialuite) et au Yukon.

De nombreux Inuits, mis à part ceux de l'Inuit Nunangat, vivaient dans une ville. À l'extérieur de l'Inuit Nunangat, 56,2 % des Inuits vivaient dans une région métropolitaine comptant au moins 30 000 habitants. Parmi les Inuits vivant à l'extérieur de l'Inuit Nunangat, les populations inuites les plus importantes se trouvent à Ottawa–Gatineau (1 280), Edmonton (1 110) et Montréal (975).

La population autochtone vivant dans les régions métropolitaines est en croissance

On observe une augmentation de la population urbaine d'Autochtones depuis des décennies au Canada. Ce changement a souvent été interprété à tort comme correspondant au mouvement des personnes des Premières Nations des réserves vers les villes. En fait, la population des Premières Nations continue de croître, tant dans les réserves qu'à l'extérieur des réserves.

Tout comme la croissance de la population totale des personnes des Premières Nations, des Métis et des Inuits, l'urbanisation des peuples autochtones au Canada est attribuable à de nombreux facteurs, notamment la croissance démographique, la mobilité et l'évolution de l'autodéclaration de l'identité.

En 2016, 867 415 Autochtones vivaient dans une région métropolitaine comptant au moins 30 000 habitants, soit plus de la moitié (51,8 %) de la population autochtone totale. De 2006 à 2016, le nombre d'Autochtones vivant dans une région métropolitaine de cette taille a augmenté de 59,7 %.

Les régions métropolitaines de recensement (RMR) de Winnipeg (92 810), d'Edmonton (76 205), de Vancouver (61 460) et de Toronto (46 315) comptaient les populations autochtones les plus importantes. Parmi toutes les RMR, les Autochtones représentaient la proportion la plus forte de la population à Thunder Bay (12,7 %), Winnipeg (12,2 %) et Saskatoon (10,9 %).

Graphique 5  Graphique 5: Nombre de personnes des Premières Nations, de Métis et d'Inuits selon certaines régions métropolitaines de recensement, 2016
Nombre de personnes des Premières Nations, de Métis et d'Inuits selon certaines régions métropolitaines de recensement, 2016

De 2006 à 2016, la population autochtone a plus que doublé dans sept RMR : St. John's, Halifax, Moncton, Québec, Saguenay, Sherbrooke et Barrie. Parmi toutes les RMR, la population autochtone a augmenté le plus rapidement à St. John's (+237,3 %), Halifax (+199,0 %) et Moncton (+197,9 %).

Au cours de la même période, la croissance de la population autochtone a été la plus lente à Regina (+26,4 %), Winnipeg (+37,1 %) et Saskatoon (+45,4 %). Toutefois, même à Regina, où la croissance de la population autochtone a été la plus lente parmi toutes les RMR, la population autochtone a augmenté à un rythme plus rapide que la population non autochtone.

Les enfants autochtones sont plus susceptibles de vivre dans une famille avec au moins un grand-parent

La compréhension des caractéristiques des jeunes enfants âgés de 0 à 4 ans est importante, étant donné que les expériences vécues durant la petite enfance ont une incidence non seulement sur le bien-être actuel, mais aussi sur le bien-être futur.

Au total, 145 645 enfants autochtones âgés de 0 à 4 ans ont été dénombrés dans le Recensement de 2016, soit 8,7 % de la population autochtone totale. De ce groupe, 60,1 % vivaient avec deux parents.

Un peu plus du tiers (34,0 %) des enfants autochtones âgés de 0 à 4 ans vivaient avec un parent seul. Les enfants des Premières Nations âgés de 0 à 4 ans (38,9 %) étaient les plus susceptibles de vivre avec un parent seul, suivis des enfants métis (25,5 %) et des enfants inuits (26,5 %) du même groupe d'âge. Toutefois, de nombreux enfants vivant avec un parent seul vivaient aussi avec au moins un grand-parent. En 2016, 10,5 % des enfants autochtones âgés de 0 à 4 vivaient avec un parent seul et au moins un grand-parent.

Environ un enfant autochtone sur six (17,9 %) âgé de 0 à 4 ans vivait avec au moins un grand-parent en 2016, qu'un des parents soit présent ou non. Les enfants inuits de ce groupe d'âge étaient les plus susceptibles de vivre avec au moins un grand-parent (22,8 %), suivis des enfants des Premières Nations (21,2 %) et des enfants métis (10,5 %).

Pour obtenir plus de renseignements concernant les caractéristiques des familles des jeunes enfants autochtones, voir l'article Caractéristiques diversifiées des familles des enfants autochtones âgés de 0 à 4 ans.

Plus de 70 langues autochtones déclarées

La langue influe sur la culture à laquelle elle appartient et est influencée par celle-ci. Les langues autochtones, qui sont regroupées en 12 familles linguistiques, sont au centre de l'histoire des Premières Nations, des Métis et des Inuits au Canada et elles continuent de jouer un rôle de premier plan aujourd'hui.

Il existe une grande diversité de langues autochtones au Canada. En 2016, plus de 70 langues autochtones distinctes ont été déclarées dans le recensement, dont plus de 30 comptaient au moins 500 locuteurs.

Au total, 260 550 Autochtones pouvaient parler une langue autochtone en 2016, une hausse de 3,1 % par rapport à 2006.

En général, le nombre de personnes des Premières Nations, de Métis et d'Inuits qui pouvaient parler une langue autochtone était plus élevé que le nombre de personnes dont la langue maternelle était une langue autochtone. Cela laisse supposer que les personnes apprennent une langue autochtone comme deuxième langue.

L'article Les langues autochtones des Premières Nations, des Métis et des Inuits comprend plus de renseignements sur la diversité des langues autochtones au Canada.


  Note aux lecteurs

Définitions, concepts et méthodes

Dans le présent article, la population autochtone est définie à partir du concept d'identité autochtone.

Veuillez consulter le Dictionnaire, Recensement de la population, 2016 pour obtenir plus de renseignements sur les variables du recensement.

Pour en savoir davantage sur la croissance projetée de la population autochtone, voir la publication Projections de la population et des ménages autochtones au Canada, 2011 à 2036.

Les données du présent document indiquant des variations en pourcentages et en proportions entre 2006 et 2016 ont été rajustées pour tenir compte des réserves indiennes partiellement dénombrées en 2006 et/ou en 2016. Au total, 14 réserves ont été partiellement dénombrées en 2016, soit une baisse par rapport à 2006 et 2011.

Lorsque l'on compare les données sur les peuples autochtones du Recensement de la population de 2016 et des cycles précédents, on doit tenir compte de plusieurs facteurs. Parmi eux figurent les différences de méthodologie, les modifications du libellé et de la présentation des questions destinées aux Autochtones, les changements législatifs et les différences dans la liste de réserves indiennes partiellement dénombrées.

En plus de ces facteurs, il arrive pour diverses raisons que certaines personnes déclarent leur identité autochtone différemment d'une période de collecte à l'autre.

Pour obtenir plus de renseignements, veuillez consulter le Guide du Recensement de la population, 2016.

Produits et diffusions du Recensement de la population de 2016

Statistique Canada publie aujourd'hui le cinquième ensemble de résultats du Recensement de la population de 2016. Ces résultats portent sur les peuples autochtones, l'immigration et la diversité ethnoculturelle ainsi que le logement au Canada.

Plusieurs produits du Recensement de 2016 sont aussi disponibles à compter d'aujourd'hui dans le module Web du Programme du recensement. Ce module a été conçu pour donner un accès facile et sans frais aux données du recensement. Les données sont organisées en grandes catégories, y compris les produits analytiques, les produits de données, les produits de référence, la géographie et un centre vidéo.

Les produits analytiques comprennent trois articles de la série Recensement en bref axés sur la population autochtone. Le premier article examine les caractéristiques des familles des enfants autochtones âgés de 0 à 4 ans et est intitulé Caractéristiques diversifiées des familles des enfants autochtones âgés de 0 à 4 ans. L'article Les conditions de logement des peuples autochtones au Canada porte sur la taille convenable du logement et les logements qui nécessitent des réparations. L'article Les langues autochtones des Premières Nations, des Métis et des Inuits examine la diversité des langues autochtones au Canada.

Les produits de données comprennent les résultats ayant trait aux familles, aux ménages et à l'état matrimonial pour un large éventail de régions géographiques normalisées, et sont disponibles par l'intermédiaire du Profil du recensement, des Tableaux de données et des Faits saillants en tableaux.

De plus, la Série « Perspective géographique » présente des données et des faits saillants sur des thèmes clés du présent article du Quotidien et des articles de la série Recensement en bref, et ce, pour divers niveaux géographiques.

Les produits de référence contiennent des renseignements permettant de mieux comprendre les données du recensement. Ces produits comprennent le Guide du Recensement de la population, 2016, qui résume les aspects fondamentaux du recensement, et qui présente les taux de réponse et d'autres renseignements sur la qualité des données. Ils comprennent également le Dictionnaire, Recensement de la population, 2016, qui présente les concepts et les variables du recensement, et le Guide de référence sur les peuples autochtones, qui explique les concepts du recensement ainsi que les modifications apportées au Recensement de 2016. Ce guide de référence contient aussi de l'information sur la qualité des données, la comparabilité historique et la comparaison avec d'autres sources de données. Tout au long du cycle de diffusion, le Dictionnaire et le Guide du Recensement de la population sont mis à jour en fonction des nouveaux renseignements.

Les produits et services géographiques liés au Programme du Recensement de 2016 figurent à la section Géographie. On y trouve GéoRecherche, une application de cartographie interactive.

Une infographie intitulée La population autochtone au Canada, Recensement de la population de 2016 illustre la croissance démographique des populations des Premières Nations, des Métis et des Inuits et aborde les langues autochtones au Canada.

Le public est invité à clavarder avec nos experts au sujet des Peuples autochtones le lundi 30 octobre 2017 de 12 h 30 à 13 h 30, heure de l'Est.

Au cours des prochains mois, Statistique Canada continuera de diffuser les résultats du Recensement de la population de 2016, et fournira un portrait encore plus complet de la population canadienne. Veuillez consulter l'horaire de diffusion du Programme du Recensement de 2016 pour connaître les dates de diffusion des données et des analyses touchant différents thèmes tout au long de 2017 et consulter régulièrement le module Web du Programme du recensement pour la diffusion d'autres produits.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca) ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :