Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Produit intérieur brut par industrie, septembre 2017

Diffusion : 2017-12-01

PIB réel par industrie

Septembre 2017

0,2 % hausse

(variation mensuelle)

Le produit intérieur brut (PIB) réel s'est accru de 0,2 % en septembre, après avoir connu un léger recul de 0,1 % en août. Les industries productrices de biens (+0,4 %) et les industries productrices de services (+0,1 %) ont enregistré une hausse sous l'effet de la croissance de 12 des 20 secteurs industriels, celui de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz ayant affiché l'augmentation la plus marquée.

Graphique 1  Graphique 1: Le produit intérieur brut réel s'accroît en septembre
Le produit intérieur brut réel s'accroît en septembre

Progression du secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz

Après avoir affiché des baisses pendant trois mois consécutifs, le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz a progressé de 0,7 % en septembre.

Graphique 2  Graphique 2: Le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière, et de l'extraction de pétrole et de gaz est en hausse en septembre
Le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière, et de l'extraction de pétrole et de gaz est en hausse en septembre

Le sous-secteur de l'extraction de pétrole et de gaz a enregistré une hausse de 1,0 % après avoir connu des reculs au cours des trois mois précédents. L'extraction de pétrole et de gaz par des méthodes classiques s'est accrue de 3,4 %, surtout en raison de la hausse de l'extraction de gaz naturel. La production de pétrole brut a également augmenté après avoir affiché un recul en août, lequel était en partie attribuable aux arrêts planifiés de la production aux fins d'entretien à Terre-Neuve-et-Labrador. L'extraction de pétrole par des méthodes non classiques a diminué de 1,6 %, ce qui représente la troisième baisse en quatre mois.

Pour un sixième mois d'affilée, le sous-secteur de l'extraction minière et de l'exploitation en carrière (à l'exception de l'extraction de pétrole et de gaz) a progressé, en hausse de 0,4 % en septembre. L'extraction de minerais métalliques (+1,6 %) s'est accrue pour un troisième mois consécutif, l'extraction de minerais de fer (+10,2 %) et de minerais d'or et d'argent (+4,7 %) ayant affiché les hausses les plus prononcées. Cette augmentation a été partiellement contrebalancée par des reculs dans l'extraction de minerais de cuivre, de nickel, de plomb et de zinc (-2,4 %) et d'autres minerais métalliques (-4,0 %).

La baisse de 1,2 % de l'extraction de minerais non métalliques observée en septembre n'a pas contrebalancé la hausse enregistrée en août. L'extraction d'autres minerais non métalliques a fléchi de 1,6 % en raison d'un ralentissement de l'extraction de potasse et d'autres minerais non métalliques.

Hausse des services immobiliers et des services de location et de location à bail

Les services immobiliers et les services de location et de location à bail ont progressé de 0,4 % en septembre. L'activité aux bureaux d'agents et de courtiers immobiliers s'est accrue pour un deuxième mois consécutif (+3,5 % en septembre), principalement en raison d'une hausse de l'activité de revente de maisons en Ontario et en Colombie-Britannique. Dans la foulée des changements apportés à la réglementation provinciale sur le logement en Ontario au mois d'avril, l'activité de ce sous-secteur n'a pas retrouvé son niveau enregistré en mars.

Cette hausse a contribué à la progression de 0,6 % des services professionnels, puisqu'elle a entraîné un accroissement de 2,4 % des services juridiques.

Croissance des services publics attribuable aux conditions météorologiques changeantes de septembre

Les services publics ont connu une hausse de 1,7 % en septembre en raison des conditions météorologiques changeantes et non saisonnières qui ont entraîné une augmentation de la demande de climatisation et de chauffage dans de nombreuses régions du pays. Le groupe de la production, du transport et de la distribution d'électricité a progressé de 1,5 %, tandis que celui de la distribution de gaz naturel a augmenté de 4,4 % en raison d'une hausse de la demande dans tous les secteurs.

Progression du secteur de la construction

Le secteur de la construction a enregistré une quatrième augmentation mensuelle consécutive, en hausse de 0,4 % en septembre. À l'exception d'un recul observé en mai qui était en partie attribuable à une grève chez les travailleurs syndiqués de la construction au Québec, ce secteur a progressé chaque mois depuis novembre 2016.

La construction résidentielle s'est accrue de 1,0 % en septembre, sous l'effet des augmentations observées au chapitre de la construction de maisons unifamiliales, de maisons doubles et de maisons en rangée, ainsi que des modifications et améliorations. Les travaux de réparation ont affiché une hausse de 1,5 %, la plus forte depuis novembre 2016, en partie sous l'effet des conditions météorologiques favorables. Les ouvrages de génie et les autres activités de construction ont connu une baisse de 0,6 %, tandis que la construction non résidentielle a affiché une diminution de 0,3 % en raison d'une baisse de la construction de bâtiments à usage industriel et public.

Croissance du transport et de l'entreposage

Le secteur du transport et de l'entreposage a progressé de 0,5 %, des hausses ayant été observées dans six des neuf sous-secteurs. Les services de transport ferroviaire ont augmenté de 4,4 % en raison de la croissance du transport de charbon, de céréales et d'engrais, du fret intermodal et du transport ferroviaire d'autres marchandises. Le transport par pipeline s'est accru de 1,3 %, le transport de pétrole brut et les autres services de transport par pipeline ayant connu une hausse de 2,6 %, tandis que le transport de gaz naturel par gazoduc a affiché une faible baisse de 0,1 %. Après trois hausses consécutives, le transport aérien a fléchi de 0,4 % en septembre.

Recul des secteurs du commerce de gros et du commerce de détail

Après avoir progressé au cours de huit des neuf mois précédents, le commerce de gros a reculé de 0,9 % en septembre, des baisses étant survenues dans sept des neuf sous-secteurs. Le commerce de gros d'articles personnels et ménagers a affiché une baisse de 6,7 %, ce qui a plus que contrebalancé les hausses des deux mois précédents. La diminution de 1,3 % enregistrée chez les grossistes-marchands de produits divers s'est généralisée dans l'ensemble des industries. Le commerce de gros de produits alimentaires, de boissons et de tabac (-0,8 %) a connu une troisième diminution en quatre mois. L'activité des grossistes-marchands de matériaux et de fournitures de construction s'est accrue de 2,9 %, ce qui a essentiellement contrebalancé la baisse du mois d'août.

Le commerce de détail a enregistré un recul pour le troisième mois consécutif, en baisse de 0,5 % en septembre, des diminutions ayant été observées dans 9 des 12 sous-secteurs. Les diminutions ont été les plus marquées dans les magasins de vêtements et d'accessoires vestimentaires (-1,8 %), les stations-service (-2,4 %) et les concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles (-0,9 %). En revanche, des hausses ont été observées chez les marchands de matériaux de construction et de matériel et fournitures de jardinage (+2,1 %) et dans les magasins de meubles et d'accessoires de maison (+2,0 %). Les conditions météorologiques non saisonnières qui ont touché les services publics ont entraîné une baisse de la demande saisonnière de vêtements tout en favorisant une intensification des activités de construction et de rénovation domiciliaires.

Stabilité du secteur de la fabrication

En général, le secteur de la fabrication était demeuré stable, la croissance de la fabrication de biens non durables (+0,4 %) ayant été contrebalancée par la diminution de la fabrication de biens durables (-0,4 %).

Dans les industries de fabrication de biens non durables, les hausses ont été principalement enregistrées dans la fabrication de produits du pétrole et du charbon (+4,0 %), après deux mois de recul. Dans les industries de fabrication de biens durables, la diminution est principalement attribuable à des reculs dans l'ensemble de ses industries, la baisse de 2,4 % de la première transformation des métaux ayant été la plus prononcée.

Autres industries

Le secteur public a connu une hausse de 0,3 %, des augmentations ayant été enregistrées dans ses trois composantes (services d'enseignement, soins de santé et administrations publiques).

Les services d'hébergement et de restauration ont affiché une hausse de 0,9 %, sous l'effet de la croissance des services d'hébergement et des services de restauration, et des débits de boissons.

Le secteur de la finance et des assurances a légèrement reculé de 0,1 % en septembre. L'intermédiation financière par le biais de dépôts et les autorités monétaires ainsi que les sociétés et les courtiers d'assurance ont connu des reculs, tandis que les services d'investissement financier, les fonds et les autres instruments financiers n'ont affiché pratiquement aucune variation.

L'agriculture, la foresterie, la pêche et la chasse (-0,5 %) ont diminué pour la 9e fois en 12 mois.

Graphique 3  Graphique 3: Contribution des principaux secteurs industriels à la variation en pourcentage du produit intérieur brut en septembre
Contribution des principaux secteurs industriels à la variation en pourcentage du produit intérieur brut en septembre

Troisième trimestre de 2017

La valeur ajoutée des industries productrices de biens s'est accrue de 0,4 % au troisième trimestre, en hausse pour un cinquième trimestre consécutif, tandis que celle des industries productrices de services a augmenté de 0,6 %, des hausses ayant été enregistrées dans 10 des 15 secteurs.

Le secteur de la construction (+1,3 %), qui a progressé pour un quatrième trimestre consécutif, a le plus contribué à la croissance des industries productrices de biens. Tous les sous-secteurs ont connu une croissance, la hausse de 2,8 % de la construction non résidentielle étant survenue après sept trimestres consécutifs de baisse.

Les services publics ont connu une augmentation de 2,9 % sous l'effet d'un accroissement de 3,8 % de la production, du transport et de la distribution d'électricité. Le secteur de l'extraction minière, l'exploitation en carrière et l'extraction de pétrole et de gaz a connu un recul de 0,2 %, alors que l'extraction de pétrole et de gaz était essentiellement inchangée, tandis que l'extraction minière à l'exception de l'extraction de pétrole et de gaz a augmenté, ce qui a été plus que contrebalancé par un ralentissement des activités de soutien à l'extraction pétrolière et gazière. Le secteur de la fabrication a fléchi de 0,1 %, principalement sous l'effet d'une diminution de la fabrication de matériel de transport. Le secteur de l'agriculture, la foresterie, la pêche et la chasse a affiché une baisse de 0,9 %.

La croissance des industries productrices de services provient en majeure partie de la quatrième hausse trimestrielle consécutive du commerce de gros (+2,0 %), des augmentations ayant été enregistrées dans l'ensemble des sous-secteurs.

Le secteur public (enseignement, soins de santé et administrations publiques) a connu une hausse de 0,9 % attribuable aux augmentations enregistrées dans toutes les composantes. Il s'agit de la 13e augmentation trimestrielle consécutive de ce secteur depuis le troisième trimestre de 2014.

Des hausses notables ont été enregistrées dans les services professionnels, scientifiques et techniques (+0,9 %) ainsi que dans le transport et l'entreposage (+0,6 %). Les services immobiliers et les services de location et de location à bail ont progressé de 0,3 %, mais l'activité des agents et des courtiers immobiliers a reculé de 5,6 %, une quatrième baisse au cours des cinq derniers trimestres. Le commerce de détail (-0,1 %) a enregistré une légère baisse après quatre hausses trimestrielles consécutives, alors que la finance et les assurances étaient essentiellement inchangées après huit trimestres de croissance.

L'histoire du Canada racontée en chiffres; #EnChiffres

Dans le but de souligner le 150e anniversaire du pays, Statistique Canada propose des instantanés de notre riche histoire statistique.

Le 11 septembre 2001, les événements qui sont survenus aux États-Unis ont immédiatement causé la fermeture des frontières aériennes des deux pays par les autorités fédérales américaines et canadiennes qui ont ordonné l'atterrissage d'urgence de tous les vols lorsqu'il est devenu évident que des attaques étaient perpétrées par avion. Des centaines de vols internationaux en direction des États-Unis ont été détournés vers différents aéroports canadiens, de nombreux avions atterrissant dans des villes qui n'étaient pas habituées à une circulation si importante, telles que Goose Bay, Gander et Stephenville à Terre-Neuve-et-Labrador ou à Whitehorse, au Yukon, escortés par des avions de chasse CF-18 de l'Aviation canadienne. L'hébergement de tous les voyageurs touchés a représenté un défi sur le plan logistique. De nombreuses petites collectivités canadiennes qui manquaient d'espace d'hébergement pour accueillir le flux de voyageurs, telles que Gander, ont ouvert leurs établissements communautaires et même leurs maisons à des milliers de voyageurs coincés sur place, ce qui a attiré l'attention de la communauté internationale et les louanges de celle-ci à l'égard de cette généreuse hospitalité. Après les événements, le Canada a fermé son espace aérien à toute circulation pendant quatre jours, à l'exception des vols nécessaires à des fins humanitaires ou militaires. Le 11 septembre, de nombreux sites gouvernementaux et touristiques ont été fermés, y compris la Colline du Parlement à Ottawa et la Tour CN à Toronto. Certains postes frontaliers ont également été fermés temporairement, notamment ceux du tunnel de Windsor et du pont Ambassador.

En conjugaison avec le ralentissement global de l'économie canadienne qui sévissait durant cette période, les événements ont contribué à une contraction de 0,6 % du produit intérieur brut (PIB) réel du Canada en septembre 2001, ce qui constitue l'un des reculs les plus marqués observés au cours des 35 dernières années si on fait exception du ralentissement économique enregistré à la fin de 2008. Au troisième trimestre de 2001, le PIB réel selon les dépenses a diminué de 0,1 %, ce qui a marqué la fin d'une longue série de hausses économiques trimestrielles ininterrompue au Canada (41 trimestres).

En septembre 2001, les baisses les plus prononcées ont été observées dans les secteurs liés aux voyages. Les services d'hébergement ont connu un recul de 10,6 %, ce qui représente la baisse mensuelle la plus prononcée jamais enregistrée pour ce secteur, alors que le transport aérien a affiché une diminution de 17,2 %, représentant la baisse mensuelle la plus prononcée au cours des 40 dernières années, en raison du recul observé tant au chapitre des voyageurs étrangers au Canada que des Canadiens voyageant à l'étranger. D'autres secteurs ont aussi été partiellement touchés par les événements du 11 septembre, notamment le commerce de gros (-1,9 %) et le commerce de détail (-1,6 %). La baisse de 1,8 % observée dans le secteur de la fabrication au cours du mois est en partie attribuable à l'augmentation des délais de traitement aux postes frontaliers à la suite des événements, mais elle s'explique aussi par d'autres facteurs comme les arrêts de la production aux fins d'entretien prévus dans plusieurs usines de produits du pétrole et du charbon.

Les répercussions de ces événements ont eu une incidence importante pour le sous-secteur du transport aérien au Canada. Au troisième trimestre de 2001, ce sous-secteur a vu son PIB réel diminuer de 6,9 %, et plus de trois ans se sont écoulés avant que l'activité économique du sous-secteur n'atteigne le niveau observé avant septembre 2001.



Objectifs liés au développement durable

Le 1er janvier 2016, le monde a officiellement entrepris la mise en œuvre de l'Agenda 2030 pour le développement durable, le plan d'action axé sur la transformation des Nations Unies qui vise à relever des défis mondiaux urgents au cours des 15 prochaines années. Le plan est fondé sur 17 objectifs précis liés au développement durable.

Le communiqué sur le produit intérieur brut par industrie est un exemple de la manière dont Statistique Canada appuie le suivi des progrès concernant les objectifs mondiaux liés au développement durable. Ce communiqué servira à mesurer l'objectif suivant :

  Note aux lecteurs

Les données mensuelles sur le produit intérieur brut (PIB) par industrie aux prix de base sont des estimations selon des indices de volume en chaîne dont l'année de référence est 2007. Cela signifie que les données pour chaque industrie et chaque agrégat sont obtenues à partir d'un indice enchaîné de volume multiplié par la valeur ajoutée de l'industrie en 2007. Les données mensuelles sont ajustées aux indices de volume Fisher du PIB enchaînés annuellement, lesquels sont obtenus à partir des tableaux des ressources et des emplois (TRE) en prix constants jusqu'à la dernière année des TRE (2014).

Pour la période commençant en janvier 2015, on a établi les données en enchaînant un indice de volume Laspeyres à pondération fixe à la période précédente. La pondération fixe est constituée des prix des industries de 2014.

Cette approche rend les données mensuelles du PIB par industrie plus comparables à celles du PIB établies selon les dépenses, enchaînées trimestriellement.

Toutes les données qui figurent dans le présent communiqué sont désaisonnalisées. Pour obtenir des renseignements sur la désaisonnalisation, veuillez consulter le document intitulé Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Pour obtenir plus de renseignements sur le PIB, vous pouvez regarder la vidéo Qu'est-ce que le produit intérieur brut (PIB)?

Révisions

Dans le présent communiqué sur le PIB mensuel par industrie, les données ont été révisées rétroactivement jusqu'à janvier 2013.

Chaque mois, les plus récentes données administratives et données d'enquêtes de différentes industries de l'économie sont intégrées, ce qui donne lieu à des révisions statistiques. Des données administratives mises à jour et révisées (y compris des statistiques fiscales), de nouveaux renseignements fournis par les répondants aux enquêtes sur l'industrie ainsi que des changements standards apportés aux calculs de désaisonnalisation sont pris en compte lors de chaque diffusion.

Tableaux de données CANSIM en temps réel

Le tableau de données CANSIM en temps réel 379-8031 sera mis à jour le 18 décembre. Pour obtenir plus de renseignements, consultez le document Tableaux de données CANSIM en temps réel.

Prochaine diffusion

Les données d'octobre sur le PIB par industrie seront diffusées le 22 décembre.

Produits

Pour obtenir plus de renseignements concernant le PIB national mensuel par industrie, consultez le module Système des comptes macroéconomiques figurant sur notre site Web.

Le Guide de l'utilisateur : Système canadien des comptes macroéconomiques (Numéro au catalogue13-606-G) est aussi accessible.

Le Guide méthodologique : Système canadien des comptes macroéconomiques (Numéro au catalogue13-607-X) est également accessible.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Allan Tomas au 613-790-6570, Division des comptes des industries.

Date de modification :