Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Enquête sur la sécurité financière, 2016

Diffusion : 2017-12-07

Valeur nette médiane des familles canadiennes

295 100

2016

14,7 % hausse

(variation d'une période à l'autre)

La valeur nette médiane des familles canadiennes s'est élevée à 295 100 $ en 2016, en hausse de 14,7 % par rapport à 2012 (257 200 $), la dernière année où cette enquête a été réalisée. La médiane pour 2016 était plus du double de celle enregistrée en 1999 (144 500 $).

Les familles canadiennes comprennent les familles de deux personnes ou plus ainsi que les personnes seules. La valeur nette correspond à la différence entre les actifs et les dettes d'une famille.

Le logement représente à la fois le principal actif et la principale dette des Canadiens. En 2016, 61,7 % des familles canadiennes ont déclaré leur résidence principale comme actif, et 57,3 % d'entre elles ont indiqué détenir une hypothèque sur leur résidence principale.

Dans l'ensemble, 29,6 % des familles canadiennes étaient exemptes de dettes en 2016. La proportion était la plus élevée parmi les familles ayant une personne âgée à leur tête, 58,0 % de celles-ci n'ayant aucune dette. Il s'agit d'une diminution par rapport à 1999, alors que 72,6 % des familles ayant une personne âgée à leur tête étaient exemptes de dettes.

La valeur nette est la plus élevée en Colombie-Britannique

En 2016, tout comme en 2012, les familles de la Colombie-Britannique ont affiché la valeur nette médiane la plus élevée, celle-ci s'élevant à 429 400 $. Les familles de l'Ontario se sont classées au deuxième rang (365 700 $), suivies de celles du Manitoba (320 800 $) et de la Saskatchewan (293 500 $). Parmi les provinces, c'est au Nouveau-Brunswick que la valeur nette médiane des familles a été la plus faible (158 400 $).

De 2012 à 2016, c'est le Manitoba qui a connu la plus forte croissance de la valeur nette médiane des familles, celle-ci progressant de 35,2 %, suivi de l'Ontario (+30,5 %) et de l'Île-du-Prince-Édouard (+28,6 %).

Parmi les plus grandes régions métropolitaines de recensement, Vancouver a enregistré la valeur nette médiane des familles la plus élevée en 2016, celle-ci s'élevant à 434 400 $. Cela représente plus du double de la valeur déclarée par les familles de Montréal (170 000 $). Les familles de Toronto (365 100 $) occupaient le deuxième rang en importance, suivies de celles de Calgary (339 400 $), de Québec (335 100 $), de Winnipeg (287 800 $) et d'Edmonton (230 200 $).

Les écarts provinciaux au chapitre de la valeur nette des familles sont liés, en partie, aux écarts au chapitre de la valeur des logements. La valeur médiane des résidences principales en Colombie-Britannique était de 550 000 $ en 2016. Cette valeur, la plus élevée au pays, dépasse de 105 000 $ celle enregistrée en Ontario, qui se situait au deuxième rang parmi les provinces.

La valeur accrue des actifs est liée à la valeur des logements

La valeur totale des actifs détenus par les Canadiens en 2016 s'est élevée à 12 billions de dollars. La valeur médiane des actifs totaux des familles s'est accrue de 12,4 % pour passer de 391 700 $ en 2012 à 440 200 $ en 2016.

La résidence principale était la plus importante catégorie d'actif, représentant plus du tiers de la valeur totale des actifs. Parmi les familles qui étaient propriétaires de leur résidence principale, la valeur médiane déclarée s'élevait à 349 000 $, ce qui représente une hausse de 10,3 % par rapport à 2012 et le double de la valeur médiane enregistrée en 1999.

Les régimes de retraite privés constituaient la deuxième catégorie en importance, représentant 29,2 % des actifs, en hausse de 17,7 % par rapport à 2012 pour se chiffrer à 3,5 billions de dollars. Cette croissance provient majoritairement des régimes de pension agréés offerts par les employeurs, dont la valeur a progressé de 17,4 % pour s'élever à 2,3 billions de dollars en 2016. Les Canadiens titulaires d'un tel régime ont vu leur valeur médiane s'accroître de 20,1 % pour atteindre 156 200 $.

Les autres biens immobiliers tels que les chalets, les multipropriétés (en temps partagé), les propriétés locatives et autres propriétés commerciales représentaient 10,0 % du total des actifs. Un peu moins d'un Canadien sur cinq (18,2 %) possédait ce type de propriété en 2016. La valeur médiane de ces biens était de 210 000 $, en hausse de 10,6 % par rapport à 2012 et de 141,1 % par rapport à 1999.

Les hypothèques entraînent une augmentation de la dette globale

En 2016, les dettes totales ont atteint 1,76 billion de dollars, ce qui représente une augmentation de 24,4 % par rapport à 2012, et de 183,8 % par rapport à 1999. La valeur médiane de la dette totale détenue par les familles a progressé de 27,1 % pour passer de 63 400 $ en 2012 à 80 600 $ en 2016.

La dette hypothécaire, sur les résidences principales et sur les autres biens immobiliers, comme les chalets, est restée le principal type de dette contractée par les Canadiens en 2016. La dette hypothécaire totale s'est accrue pour atteindre 330 milliards de dollars, en hausse de 30,4 % par rapport à 2012 et de 196,0 % par rapport à 1999.

En 2016, 38,4 % des familles canadiennes avaient une dette hypothécaire, dont la valeur médiane se chiffrait à 190 000 $. Cette valeur représente une augmentation de 20,0 % par rapport à 2012, et il s'agit du double de la valeur enregistrée en 1999. Les titulaires d'hypothèque âgés de 34 ans et moins avaient la dette hypothécaire médiane la plus élevée, celle-ci s'élevant à 219 000 $, ce qui correspond à plus du double du montant que détenaient les personnes de 65 ans et plus.

À l'échelle nationale, le pourcentage de familles titulaires d'une hypothèque était le plus faible en Nouvelle-Écosse (32,7 %) et le plus élevé en Alberta (44,0 %).

Ce sont les familles de l'Alberta qui avaient la dette hypothécaire la plus élevée, la valeur médiane de leur hypothèque se situant à 245 000 $, suivies des familles de la Colombie-Britannique (230 000 $) et de celles de l'Ontario (211 000 $).

De nouvelles données sur les hypothèques tirées de l'enquête

Pour la première fois en 2016, l'Enquête sur la sécurité financière a interrogé les Canadiens au sujet des modalités du prêt hypothécaire lié à leur résidence principale.

Les familles canadiennes détenaient plus de 5,4 millions d'hypothèques sur leur résidence principale. Le taux d'intérêt hypothécaire moyen pour ces emprunteurs s'élevait à 2,94 % en 2016.

Les taux d'intérêt varient en fonction du type d'hypothèque. Les hypothèques à taux fixe ont tendance à avoir un taux d'intérêt plus élevé que celles à taux variable. En 2016, les familles canadiennes ont déclaré un taux d'intérêt moyen de 3,01 % pour une hypothèque à taux fixe, et de 2,69 % pour une hypothèque à taux variable.

Près des trois quarts (74,4 %) des hypothèques contractées par les familles canadiennes étaient à taux fixe, et 20,8 % étaient à taux variable. Les 4,8 % restants étaient une combinaison des deux types de prêts.

La valeur nette du logement est à la hausse

Depuis 1999, la valeur nette du logement s'est accrue de manière significative, les propriétaires canadiens ayant déclaré une valeur médiane de 238 000 $ en 2016. Il s'agit d'une augmentation de 12,8 % par rapport à 2012, et de 115,2 % par rapport à 1999.

Les familles canadiennes dont le principal soutien économique était âgé de 65 ans et plus ont enregistré la valeur nette médiane du logement la plus élevée en 2016, celle-ci se chiffrant à 300 000 $, en hausse de 13,7 % par rapport à 2012. Chez les personnes âgées de 35 à 44 ans, la valeur nette médiane du logement se situait à 168 000 $, en hausse de 6,1 % par rapport à 2012.

Les familles exemptes de dettes

En 2016, 29,6 % des familles canadiennes étaient exemptes de dettes. La proportion la plus élevée de familles sans dettes était chez celles ayant une personne âgée à leur tête (58,0 %). Cependant, cela représente une diminution par rapport à 1999, alors que 72,6 % des familles ayant une personne âgée à leur tête n'avaient aucune dette. Seulement 15,4 % des personnes âgées de 35 à 44 ans étaient exemptes de dettes en 2016.

À l'échelle nationale, le pourcentage de familles n'ayant aucune dette allait de 23,9 % à Terre-Neuve-et-Labrador pour le taux le plus bas, à 32,8 % en Saskatchewan pour le taux le plus élevé.

En 2016, la dette médiane des familles ayant une personne âgée à leur tête s'élevait à 25 000 $. De plus, un plus grand nombre de ces familles détenaient toujours une hypothèque à l'âge de la retraite. En 2016, 13,9 % des familles ayant à leur tête une personne âgée de 65 ans et plus détenaient une hypothèque, comparativement à 7,7 % en 1999.




  Note aux lecteurs

Les familles canadiennes comprennent les familles économiques de deux personnes ou plus, ainsi que les personnes hors famille économique.

Les familles économiques comprennent les familles de deux personnes ou plus habitant dans le même logement et apparentées par le sang, par alliance, par union libre ou par adoption.

Une personne hors famille économique s'entend d'une personne qui vit seule ou avec d'autres personnes non apparentées.

La valeur nette correspond au montant qu'une famille économique ou une personne hors famille économique aurait à sa disposition si elle vendait tous ses actifs et remboursait toutes ses dettes.

Les estimations en dollars sont exprimées en dollars constants de 2016, afin de tenir compte de l'inflation et de permettre des comparaisons au fil du temps, en termes réels.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca) ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :