Améliorer l’IPC

20 février 2013

Les indices des prix abondent à Statistique Canada : habitation, énergie, prix intervilles, machines et équipement, logiciels commerciaux, pour n’en nommer que quelques-uns du palmarès de StatCan.

Toutefois, l’indice qui touche les gens le plus directement est l’Indice des prix à la consommation (IPC). En effet, les chèques de pension, les tranches d’imposition, le contrôle des loyers, les paiements de transferts et les conventions collectives sont liés à l’IPC. En outre, la Banque du Canada se sert de l’IPC pour établir sa politique monétaire, laquelle influe à son tour sur le coût d’emprunt.

L’IPC peut également nous aider à trancher le débat à savoir si le prix de l’essence a augmenté plus rapidement que le prix d’un rôti de bœuf. Les paris sont faits? Le prix de l’essence a augmenté plus rapidement.

Description du graphique 1

L’Indice des prix à la consommation d’ensemble

Description du graphique 2

Indice des prix à la consommation

Transformation en cours

Depuis 90 ans, l’IPC a requis de petites améliorations ici et là, mais une transformation est en cours. L’Initiative d’amélioration de l’IPC, qui s’échelonne de 2010 à 2015, mettra l’IPC au point et le préparera aux nombreux autres changements à venir. Ce renouvellement s’opère pendant que l’IPC continue de produire une quantité de chiffres exacts tous les mois pour le Canada, les provinces et les principales villes canadiennes. 

Le statisticien en chef, Wayne Smith, fait remarquer que l’amélioration de l’IPC témoigne à la fois de l’évolution de la méthodologie internationale et des changements économiques observés depuis les 15 dernières années. Il souligne, entre autres, que « l’IPC constitue une bonne mesure, mais qu’il doit être aussi précis que possible. Ce qui correspondait à nos besoins dans le passé peut se révéler désuet dans le contexte d’une économie plus dynamique où les prix et les produits changent plus rapidement. »

L’IPC est souvent décrit comme la variation du prix d’un panier de biens et services généralement achetés par les Canadiens. Il est utilisé pour suivre la variation des prix réels au fil du temps et pour mesurer le niveau d’inflation dans l’économie. Le concept est simple, mais l’exécution est remarquablement complexe. Le panier de 2011 contient plus de 600 articles représentatifs qui sont soumis à des exercices de pondération, de comparaison de la qualité et d’analyse de régression ainsi qu’à des algorithmes et à d’autres calculs arithmétiques semblables.

L’amélioration de l’IPC comprend trois grands volets :

  • les mises à jour du panier de biens et services;
  • l’amélioration de l’échantillonnage;
  • le suivi des changements dans la qualité des produits.

Mises à jour du panier

La partie de l’Initiative d’amélioration de l’IPC la plus facile à comprendre est la mise à jour plus fréquente du panier, soit aux deux ans plutôt qu’aux quatre ans. Ce changement prendra effet le mois prochain, soit le 27 mars, et contiendra une mise à jour des biens et services du panier de l’IPC diffusé en février. Cette façon de procéder garantit que l’ensemble des produits et services composant le panier de l’IPC soit actuel et représentatif des achats des Canadiens.

La mise à jour porte sur l’ajustement des poids attribués aux articles du panier. Les articles sont pondérés en fonction des habitudes de dépense des consommateurs. Le poids d’un article fournit une indication de son importance relative, en comparaison avec tous les biens et services du panier de l’IPC. La mise à jour des poids du panier contribue à assurer que les articles du panier de l’IPC demeurent pertinents et qu’ils reflètent l’évolution des goûts des consommateurs. Ainsi, lors de la mise à jour du panier de 2009, les poids du panier de l’IPC ont été ajustés afin de refléter les nouveaux produits sur le marché que les Canadiens ont achetés, par exemple des tablettes électroniques et des téléphones intelligents.

Ces mises à jour plus fréquentes s’accompagnent d’une plus courte période de traitement des données. Lors de la mise à jour du panier de l’IPC de 2009, 18 mois ont été nécessaires. Le mois prochain, cette mise à jour prendra 15 mois. « Nous visons 12 mois », signale Haig McCarrell, qui dirige l’Initiative d’amélioration de l’IPC. « Le défi consiste à mettre l’IPC à jour dans des délais de plus en plus courts. Certaines personnes soutiennent que l’actualité des poids d’un nouveau panier est tout aussi importante que la fréquence. »

Améliorations de l’échantillonnage

L’échantillonnage change également dans le cadre de ce projet. En 2011, l’équipe de l’IPC a modifié l’échantillon d’épiceries à Toronto, à Montréal et à Vancouver afin d’établir un ensemble de points de vente plus représentatifs. Lorsque les prix sont établis à l’échelle nationale, il est plus facile de les suivre. Cependant, le suivi des prix établis aux niveaux régional et local représente un plus grand défi. Bien entendu, il faut également tenir compte du fait que certains prix, comme celui de l’essence, sont plus instables et doivent donc être recueillis plus souvent que ceux des pommes de terre frites congelées ou des automobiles.

Les produits pharmaceutiques sont un bon exemple de la façon dont le processus est remodelé pour en améliorer l’exactitude. À une certaine époque, la plupart des Canadiens obtenaient leurs ordonnances à la pharmacie de leur quartier. Aujourd’hui, ils peuvent les acheter en ligne, par la poste ou à l’épicerie. De plus, les médicaments génériques font concurrence aux médicaments de marque. « Idéalement, il faudrait suivre tous les achats individuels. Mais, comme il est impossible de recueillir des données sur chaque médicament vendu sur tous les marchés du Canada, il nous faut trouver une formule reflétant les achats réels », fait remarquer M. McCarrell. « Multipliez ce processus pour l’ensemble du panier de l’IPC et vous aurez une meilleure idée de la complexité du travail nécessaire. »

Ajustements des produits

L’organisme élabore également des méthodes permettant de prendre en considération la mesure dans laquelle les changements dans la qualité d’un produit se répercutent sur la variation des prix. Dans quelle mesure une variation de prix est‑elle attribuable à un changement apporté au produit? La chemise habillée de 2013 est‑elle la même que celle de 2012? De quel tissu est‑elle faite? Quel est le nombre de fils? Combien de poches a‑t‑elle? Comporte‑t‑elle davantage de garnitures? L’Initiative d’amélioration de l’IPC permettra d’élargir le recours à des méthodes statistiques plus complexes pour modeler les caractéristiques d’un produit et calculer la mesure dans laquelle l’augmentation du prix est liée aux différents facteurs en cause. La mesure exacte de la variation des prix garantit que les prix recueillis correspondent à un produit de qualité équivalente au fil du temps.

Bien entendu, la technologie vient à la rescousse de l’innovation. Dans la vision de l’équipe responsable de l’IPC, l’avenir est un monde sans papier où les données sont recueillies et agrégées à l’aide de la technologie la plus solide et la plus actuelle qui soit. En outre, les sources de données de l’avenir pourraient comprendre une combinaison de plus en plus complexe de bases de données de tierces parties, de codes de produits téléchargés ou de renseignements provenant d’Internet.

« Le processus sera constamment renouvelé afin de l’aligner sur les meilleures pratiques en vigueur », fait observer M. McCarrell. « Nous voulons d’une machine bien graissée de sorte que — comme le ferait une équipe de ravitaillement — nous puissions rapidement mettre à jour le panier et remettre la voiture sur la piste. »

Les lecteurs intéressés à en apprendre davantage sur l’IPC peuvent surveiller la mise en ligne, en septembre, d’un nouveau manuel de référence de l’IPC la première mise à jour depuis 1992.

Le mois prochain : L’Enquête sur la sécurité financière

Veuillez prendre note que les commentaires sont modérés. Les commentaires peuvent prendre un certain temps avant d’apparaître en ligne. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter nos règles de participation.

Date de modification :