Parlons recensement

20 janvier 2016

Le Recensement de la population est un projet de grande envergure. Nous devons faire appel à 35 000 employés et investir des millions de dollars pour dénombrer toutes les personnes vivant au Canada. La personne qui assume l'ultime responsabilité de ce grand projet — de même que de l'ensemble des opérations à Statistique Canada — est le statisticien en chef du Canada, Wayne R. Smith.

Les toutes premières données du recensement ont été recueillies il y a de cela 350 ans en Nouvelle-France, à l'hiver de 1665-1666. Monsieur Smith nous a récemment accordé une entrevue pour discuter du prochain recensement, des recensements à venir et de la façon dont les choses ont évolué depuis la tenue du premier recensement.

Recensement de 2016

« La discussion sur le questionnaire détaillé nous a montré à quel point le recensement est important pour les Canadiens », a mentionné Monsieur Smith. « Des centaines et des centaines d'organismes se sont fait entendre et ont souligné combien le recensement était important pour eux. Des entreprises nous ont fait part de leurs commentaires et des municipalités ont expliqué comment elles utilisent les données du recensement. En outre, les provinces utilisent les données du recensement, de même que les conseils scolaires et les districts de santé. Il s'agissait d'un message clair, non seulement pour StatCan et le gouvernement, mais également pour les Canadiens. »

En novembre 2015, lorsque le gouvernement nouvellement élu a demandé à Statistique Canada de réinstaurer le questionnaire détaillé obligatoire du recensement, l'organisme était prêt à réagir rapidement. Même si des questionnaires du recensement avaient été imprimés, les lettres de présentation renfermant des instructions pour les répondants pouvaient facilement être modifiées.

L'organisme a également évalué des options méthodologiques. « Nous avons dû tenir compte du fait qu'il puisse y avoir de la confusion au sein de la population par rapport à la participation volontaire ou obligatoire au recensement », a déclaré Monsieur Smith. Afin d'avoir un taux de réponse satisfaisant, de sorte que l'organisme puisse publier des données à tous les niveaux géographiques, StatCan a décidé de faire parvenir un formulaire détaillé du recensement à un ménage canadien sur quatre plutôt qu'à un ménage sur cinq, comme c'était le cas en 2006, ou qu'à un ménage sur trois pour ce qui était de l'Enquête nationale auprès des ménages, laquelle était à participation volontaire lors du Recensement de 2011.

Un autre changement prévu pour 2016 est l'utilisation des données sur le revenu de l'Agence du revenu du Canada. Il s'agit d'une première étape dans l'utilisation accrue de données administratives — des données fournies à d'autres organismes gouvernementaux et rendues accessibles à Statistique Canada selon des règles strictes de confidentialité.

Le recours aux sources de données de l'Agence du revenu du Canada signifie que les renseignements sur le revenu seront accessibles pour l'ensemble des ménages, plutôt que seulement pour ceux qui rempliront le questionnaire détaillé du recensement. Cela signifie également que les données sur le revenu fournies dans le cadre du recensement seront les plus précises jamais produites par StatCan.

En outre, fait tout aussi important, les Canadiens n'auront pas à fournir les mêmes renseignements statistiques qu'ils ont déjà fournis à un autre organisme gouvernemental.

Les recensements à venir

Au cours des prochaines années, l'organisme entreprendra un ensemble de projets de recherche afin d'améliorer l'efficacité du Recensement de la population.

D'ici 2026, l'organisme s'est engagé à utiliser des sources de données administratives pour la base du recensement, dont le dénombrement de la population. Monsieur Smith entrevoit qu'à un moment donné certains renseignements sur les ménages ne seront plus mis à jour seulement tous les cinq ans au moyen d'un recensement, mais chaque année, ou même de façon continue, comme c'est le cas dans certains pays. Par exemple, la Suède tient à jour depuis longtemps un registre des ménages plutôt que de mener régulièrement un recensement.

La difficulté qui se pose au Canada est que certains renseignements — par exemple la langue maternelle, la langue utilisée à la maison, les Canadiens qui étudient à l'étranger — sont obtenus seulement au moyen du recensement. « Je ne crois pas qu'un jour le recensement repose entièrement sur des dossiers administratifs, mais j'entrevois la possibilité qu'une importante partie des données du recensement, notamment celles sur le dénombrement de la population et certaines des variables les plus significatives, soient obtenues à partir de sources administratives », a mentionné Monsieur Smith.

Pour y arriver, StatCan travaille étroitement avec des partenaires à l'échelle internationale afin de comprendre comment d'autres pays résolvent des problèmes analogues. Monsieur Smith est l'actuel président de la Conférence des statisticiens européens, un groupe de statisticiens de pays d'Europe, du Canada et des États-Unis. « Les bureaux de statistique nationaux sont excellents pour réunir les partenaires afin qu'ils puissent partager leurs expériences, leurs outils et leurs méthodes, puis apprendre les uns des autres. Nous sommes au cœur de cet état de fait. Nous effectuons des travaux importants pour élaborer le recensement de l'avenir », a-t-il dit.

Un des domaines dans lesquels le Canada est un chef de file est l'utilisation d'Internet pour la collecte des données du recensement. En 2011, près de 54 % des Canadiens ont rempli le questionnaire du recensement en ligne. L'organisme espère que ce pourcentage passera à 65 % en 2016.

Les recensements passés

Soit dit en passant, le Canada était aussi un leader en 1666, lorsque Jean Talon est allé de porte en porte en Nouvelle-France pour effectuer ce qui est largement reconnu comme étant le premier « recensement moderne ». Comme le fait remarquer le statisticien en chef : « on entend par recensement moderne un recensement dont les données sont systématiquement recueillies auprès de l'ensemble de la population dans le but d'améliorer l'administration ou la gouvernance d'un pays. »

Pendant une bonne partie de son histoire, la collecte était effectuée par des employés embauchés et mandatés pour aller de porte en porte — à pied, en canot, en train ou en motoneige — pour parler aux gens.

Le recensement a connu un changement important en 1971, alors que Statistique Canada a demandé aux Canadiens de remplir eux-­mêmes les formulaires du recensement. En 1976, l'utilisation de lecteurs de caractères optiques en a accru l'efficacité. Par la suite, Internet a rapidement amélioré la capacité de saisir l'information.

Des changements tout aussi importants sont survenus dans les services administratifs, avec la mise en tableau des données. Une fois que des dossiers individuels ont pu être saisis dans un formulaire électronique, la valeur pouvant être extraite des données du recensement a pris une ampleur considérable. Des totalisations spéciales pour les petites régions géographiques ont été rendues possibles et les données administratives ont été saisies numériquement.

La publication des résultats du recensement s'est aussi accélérée. Lors des recensements précédents, il fallait habituellement deux ans avant que les Canadiens puissent voir les résultats. Pour le Recensement de 2016, les premiers résultats paraîtront en février 2017, un délai semblable à celui du Recensement de 2011, mais les résultats définitifs de toutes les variables seront publiés à la fin de 2017, soit dix mois plus tôt comparativement à 2011.

Appui au recensement

La population comprend l'importance que revêt le recensement pour son propre bien-­être, et le statisticien en chef est d'avis que la bonne volonté et l'appui exprimés lors du débat sur le questionnaire détaillé du recensement prévaudront.

En février, la collecte débutera dans le Nord du Canada. En mai, la collecte commencera dans les autres régions du Canada. « Le Recensement de 2016 fournira aux collectivités les renseignements qu'ils cherchaient. Nous comptons sur les Canadiens pour qu'ils remplissent le questionnaire du recensement afin d'appuyer leur collectivité. »

Veuillez prendre note que les commentaires sont modérés. Les commentaires peuvent prendre un certain temps avant d’apparaître en ligne. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter nos règles de participation.

Date de modification :