Foire aux questions

Devez-vous remplir un questionnaire?

  1. Qui doit remplir un questionnaire du Recensement de l'agriculture?
  2. Comment définit-on « exploitant agricole » ?
  3. Comment définit-on « exploitation agricole » ?
  4. Les fermes d'agrément sont-elles aussi visées par le Recensement de l'agriculture?
  5. Pourquoi les exploitants de très petites exploitations doivent-ils remplir le questionnaire du Recensement de l'agriculture?
  6. En quoi le Recensement de l'agriculture est-il avantageux pour les exploitants?
  7. Quelle est l'autorisation légale du Recensement de l'agriculture?
  8. Est-ce obligatoire de remplir et de retourner le questionnaire?

Confidentialité et biosécurité

  1. Une personne peut-elle être identifiée par l'information qu'elle fournit?
  2. Pourquoi Statistique Canada réalise-t-il le Recensement de l'agriculture?
  3. Comment le caractère confidentiel de mes données est-il préservé?
  4. Les données du Recensement de l'agriculture et du Recensement de la population sont-elles combinées de quelque façon?
  5. Quelles sont les mesures mises en place pour protéger la biosécurité dans les exploitations agricoles?

Coûts et fardeau de réponse

  1. Pourquoi le Recensement de l'agriculture ne fait-il pas usage d'échantillons?
  2. Pourquoi n'y a-t-il pas des questionnaires différents pour les différents types d'exploitations agricoles?
  3. Combien le Recensement de l'agriculture coûte-t-il?
  4. Pourquoi le Recensement de l'agriculture a-t-il lieu en mai, en une période d'activité intense pour les exploitants agricoles?
  5. Cette année, Statistique Canada réalise-t-il une Enquête financière sur les fermes en plus du Recensement de l'agriculture?
  6. Qu'en est-il de ma déclaration de revenus? Il me semble que le recensement demande des renseignements que j'ai déjà fournis au gouvernement.
  7. Pourquoi d'autres enquêtes agricoles sont-elles menées en même temps que le recensement?
  8. Quelles sont les autres enquêtes agricoles effectuées durant le cycle du Recensement de 2011?
  9. Comment a-t-on réduit le fardeau de réponse?

Contenu et données

  1. Quelles sont les différences entre le Recensement de l'agriculture de 2011 et celui de 2006?
  2. Comment a-t-on déterminé le contenu du Recensement de l'agriculture de 2011?
  3. Combien d'exploitations agricoles a-t-on dénombrées au dernier Recensement de l'agriculture?
  4. À quoi servent les données du Recensement de l'agriculture?
  5. Le Recensement de l'agriculture comporte-t-il des questions qui pourraient servir à évaluer les répercussions des activités agricoles sur l'environnement?

Traitement des données

  1. À quel endroit les données du Recensement de l'agriculture seront-elles traitées?
  2. Quelles mesures a-t-on prises pour faire en sorte que toutes les exploitations agricoles soient recensées?
  3. Quand les données du Recensement de l'agriculture de 2011 seront-elles mises à la disposition du public, et comment puis-je m'informer de la date de leur diffusion?
  4. Pourquoi faut-il une année avant que les résultats du Recensement de l'agriculture ne soient diffusés?
  5. Pour quelles régions géographiques les données du Recensement de l'agriculture sont-elles offertes?
  6. Comment évalue-t-on la qualité des données?

Devez-vous remplir un questionnaire?

1. Qui doit remplir un questionnaire du Recensement de l'agriculture?

Toute personne responsable de l'exploitation d'une ferme ou d'une exploitation agricole doit remplir un questionnaire du Recensement de l'agriculture.

2. Comment définit-on « exploitant agricole » ?

Le Recensement de l'agriculture utilise le mot exploitant pour désigner une personne responsable de la gestion ou de la prise de décisions financières liées à la production de produits agricoles. Une même exploitation agricole peut compter plus d'un exploitant, par exemple, un couple, un père et son fils, deux sœurs ou deux voisins.

Les expressions « exploitant agricole » et « exploitation » sont utilisées dans le recensement parce qu'elles ont une portée plus large que les mots « fermier » et « ferme », et reflètent mieux la diversité des activités agricoles sur lesquelles le Recensement de l'agriculture recueille des données. Par exemple, le mot ferme n'est pas normalement associé aux activités auxquelles se livrent des érablières, des champignonnières, des ranchs et des parcs d'engraissement.

3. Comment définit-on « exploitation agricole » ?

On définit une exploitation agricole comme une ferme, un ranch ou une autre exploitation qui produit des produits agricoles dans l'intention de vendre.

Les exploitations suivantes sont considérées comme des exploitations agricoles selon le Recensement de l'agriculture :

Toutes les exploitations qui cultivent, élèvent ou produisent n'importe quel des produits agricoles énumérés ci-dessous dans l'intention de les vendre (il n'est pas nécessaire que ces produits aient bel et bien été vendus, mais juste qu'ils soient destinés à la vente).

Cultures :

  • foin et grandes cultures (foin, céréales, pois secs, haricots, pommes de terres, coriandre et autres épices, etc.);
  • légumes (tous les légumes, herbes, rhubarbe, melons, ail, cucurbitacées, etc.);
  • gazon, produits de pépinière et arbres de Noël;
  • fruits, petits fruits ou noix (pommes, autres arbres fruitiers, raisins, bleuets et autres petits fruits, Saskatoon, noisettes, etc.);
  • semence.

Volailles :

  • poules pondeuses et poulettes;
  • poules et poulettes pour œufs d'incubation;
  • poulets à griller, poulets à rôtir et Cornouailles;
  • dindes et dindons;
  • autres volailles (oies, canards, coqs, autruches, émeus, faisans, cailles, pigeons, etc.);
  • couvoirs commerciaux.

Animaux :

  • bovins et veaux;
  • porcs;
  • moutons ou agneaux;
  • autres animaux (chevaux, chèvres, lamas, alpagas, lapins, bisons, élans, chevreuils, sangliers, visons, renards, ânes, mulets et mules, chinchillas, etc.).

Produits d'origine animale :

  • lait ou crème;
  • œufs;
  • laine;
  • fourrure;
  • viande.

Autres produits agricoles :

  • produits de serre;
  • champignons;
  • produits de l'érable;
  • abeilles possédées (pour le miel ou la pollinisation).

Autres activités ou entreprises considérées comme des exploitations agricoles selon le Recensement de l'agriculture :

  • la récolte du riz sauvage;
  • la germination de luzerne ou de haricots;
  • la culture de cannabis légal;
  • la culture de champignons sur billots dans un environnement contrôlé;
  • les exploitations vinicoles, si elles cultivent des raisins ou des fruits;
  • les centres de jardin, s'ils cultivent des produits;
  • les usines de transformation ou de déshydratation du foin, si elles cultivent du foin sur les terres possédées ou louées;
  • les exploitations équines qui ne vendent pas de produits agricoles, mais qui offrent des services de pension, de randonnée ou d'entraînement.

Les exploitations suivantes ne sont PAS considérées comme des exploitations agricoles selon le Recensement de l'agriculture.

Les exploitations qui récoltent, élèvent, cultivent ou produisent seulement :

  • de la sphaigne;
  • de la terre végétale;
  • du gravier;
  • du poisson (sauvage ou d'aquaculture);
  • des produits sylvicoles;
  • des cônes sauvages, des arbres de Noël sauvages, des bûches, du bois de chauffage, du bois à pâte, de branches décoratives, etc.;
  • des baies sauvages, des plantes sauvages, des champignons sauvages, etc.
  • des animaux sauvages, quels qu'ils soient;
  • des pigeons de concours;
  • des vers de terre;
  • des grillons, des rats, des souris, etc. destinés aux animaleries;
  • des animaux de laboratoire;
  • des animaux domestiques, quels qu'ils soient (chiens, chats, porcs ventrus, cochons d'Inde, pinsons, perruches, etc.), y compris au moyen de chenils.

Pour le Yukon, le Nunavut et les Territoires du Nord-Ouest seulement, les activités suivantes sont considérées comme des exploitations agricoles aux fins du Recensement de l'agriculture :

  • la garde d'animaux sauvages (comme les caribous et les bœufs musqués);
  • l'élevage de chiens de traîneau;
  • les pourvoiries de chevaux;
  • la récolte de plantes et de baies indigènes.

4. Les fermes d'agrément sont-elles aussi visées par le Recensement de l'agriculture?

Oui. Les fermes ayant de très faibles revenus — communément appelées « fermes d'agrément » — sont comprises dans tous les cas où les produits agricoles qui résultent de leurs activités sont produits dans l'intention de vendre.

5. Pourquoi les exploitants de très petites exploitations doivent-ils remplir le questionnaire du Recensement de l'agriculture?

Le Recensement de l'agriculture recense les petites exploitations parce qu'il est important que le total des superficies agricoles et des stocks de l'ensemble des cultures et du bétail et de tout autre produit agricole au Canada soit mesuré. Il existe un très grand nombre de petites exploitations agricoles qui, ensemble, contribuent de façon importante à la production agricole.

6. En quoi le Recensement de l'agriculture est-il avantageux pour les exploitants?

Chaque fois qu'un exploitant remplit et retourne son questionnaire de recensement, il ajoute une voix de plus au quart de million de réponses que reflètent les données du recensement. Une fois réunies, ces données représentent le seul portrait statistique complet du secteur agricole canadien offert aux organismes d'agriculteurs et aux autres décideurs dans le domaine de l'agriculture. Les médias interprètent aussi les données du recensement et sensibilisent ainsi le public aux enjeux de l'heure.

S'il existe d'autres enquêtes sur l'agriculture, seul le Recensement de l'agriculture produit des données à l'échelle régionale. Ses données au niveau des collectivités permettent de veiller à ce que les questions qui concernent les exploitants, leur collectivité et les exploitations agricoles soient prises en compte dans les décisions qui les touchent et influent sur leurs moyens de subsistance.

  • Les exploitants peuvent utiliser les données du recensement pour prendre des décisions liées à la production, à la mise en marché et à l'investissement.
  • Les groupes de producteurs et les organismes de mise en marché utilisent les données du recensement dans des activités privées pour informer les Canadiens et le gouvernement de leur situation économique.
  • Les entreprises qui fournissent des produits et des services agricoles utilisent les données pour déterminer à quel endroit installer leurs centres de service.
  • Les conseillers du gouvernement en matière de politiques utilisent les données pour aider à élaborer des programmes liés à la protection du revenu et aux ressources humaines pour le secteur agricole.
  • Les exploitants peuvent s'informer des tendances de l'agriculture canadienne grâce à l'analyse des données du Recensement de l'agriculture publiées dans les médias agricoles.
  • Les sites Web agricoles peuvent cibler leur information d'après les tendances et les besoins actuels du secteur qui se sont dégagés des données du recensement.
  • Les gouvernements et les organisations agricoles utilisent les données du recensement pour évaluer les répercussions des catastrophes naturelles sur l'agriculture (par exemple, les inondations, les sécheresses et les tempêtes) et réagir rapidement.

7. Quelle est l'autorisation légale du Recensement de l'agriculture?

Le mandat de réaliser le Recensement de l'agriculture tous les 10 ans vient de la Loi constitutionnelle de 1867 (autrefois appelée Acte de l'Amérique du Nord britannique [AANB]).

Après quelques dizaines d'années, le mandat relatif à la réalisation d'un recensement énoncé dans la Loi constitutionnelle de 1867 a été augmenté par la Loi sur la statistique de 1970, laquelle stipule que :

« Un recensement agricole du Canada est fait par Statistique Canada :

  1. tous les dix ans, à compter de l'année 1971;
  2. tous les dix ans à compter de l'année 1976, sauf, éventuellement, dans le cas où le gouverneur en conseil en décide autrement, 1970-71-72, ch. 15, art. 19. »

8. Est-ce obligatoire de remplir et de retourner le questionnaire?

Oui. En vertu de la Loi sur la statistique, les exploitants agricoles doivent remplir un questionnaire du Recensement de l'agriculture. L'exploitant qui refuse de répondre aux questions du questionnaire est passible d'une amende de 500 $ ou d'une peine de prison de trois mois, ou les deux.

Confidentialité et biosécurité

9. Une personne peut-elle être identifiée par l'information qu'elle fournit?

Non. Toutes les données publiées sont sujettes à des restrictions de confidentialité, et toute donnée permettant l'identification d'une personne ou d'une exploitation agricole est supprimée.

10. Pourquoi Statistique Canada réalise-t-il le Recensement de l'agriculture?

Le Recensement de l'agriculture recueille un large éventail de données sur le secteur agricole, par exemple, le nombre d'exploitations et d'exploitants agricoles, les superficies cultivées, les formes juridiques, les pratiques de gestion des terres, le nombre d'animaux d'élevage et les superficies en culture, les dépenses et les revenus d'exploitation, le capital agricole et les machines, le matériel et l'équipement agricoles.

Ces données fournissent une description complète de l'industrie agricole au Canada tous les cinq ans aux échelles nationale, provinciale et infraprovinciale.

11. Comment le caractère confidentiel de mes données est-il préservé?

Tous les questionnaires sont renvoyés par la poste au même centre de traitement situé dans la région de la capitale nationale. Tout suivi téléphonique en cas de questionnaire incomplet sera effectué à partir d'un endroit centralisé, à l'extérieur de votre région.

Bien que les employés de Statistique Canada voient vos renseignements personnels pendant le traitement de votre questionnaire, ils ont tous prêté un serment de discrétion qui les rend passibles de sanctions sévères s'ils divulguent des renseignements personnels.

12. Les données du Recensement de l'agriculture et du Recensement de la population sont-elles combinées de quelque façon?

Oui. On constitue une base de données spéciale sur le recensement de l'agriculture et l'enquête nationale auprès des ménagesaprès chaque recensement de manière à obtenir un profil social des personnes intervenant dans le secteur de l'agriculture. L'information porte sur la taille de la population agricole, l'état matrimonial et la langue des exploitants agricoles ainsi que sur la taille des familles agricoles. Les dispositions relatives à la confidentialité font en sorte que l'identité des personnes est protégée et que ces personnes ne peuvent être reliées à l'information qu'elles fournissent.

13. Quelles sont les mesures mises en place pour protéger la biosécurité dans les exploitations agricoles?

Tous les questionnaires du Recensement de l'agriculture sont envoyés par la poste aux répondants, bien que, dans certaines régions rurales du Canada, un agent recenseur vous livre votre questionnaire du Recensement de la population à domicile.

Comme des maladies risquent d'être introduites accidentellement par un visiteur, les exploitants agricoles peuvent limiter l'accès à leurs terres ou à leurs bâtiments. On invite les agents recenseurs à se comporter de façon responsable, en se montrant sensibles aux difficultés auxquelles les exploitants font face et en évitant de contribuer par leurs actes au risque de propagation d'une infection.

Pratiques que doivent suivre les agents recenseurs à la livraison des questionnaires :

  • Les questionnaires sont livrés à la résidence ou à la maison de ferme seulement;
  • Les recenseurs ne traversent pas les terres agricoles ou les champs afin de localiser l'exploitant s'il n'y a personne à la maison;
  • Les recenseurs n'entrent pas non plus dans les bâtiments de ferme, les ateliers, etc. afin de localiser l'exploitant;
  • Les recenseurs ne peuvent être accompagnés d'un animal domestique.

Dans le cas où un écriteau de biosécurité (« Accès limité », par exemple) est affiché à l'entrée ou à la barrière principale de l'exploitation agricole, l'agent recenseur n'entrera pas sur la propriété, mais consignera dans son rapport que l'accès est limité et qu'il utilisera une autre méthode (comme un appel téléphonique) pour veiller à ce que l'exploitant reçoive les questionnaires du recensement.

Coûts et fardeau de réponse

14. Pourquoi le Recensement de l'agriculture ne fait-il pas usage d'échantillons?

Aux termes de la Loi sur la statistique, un recensement de toutes les exploitations agricoles au Canada doit être effectué tous les cinq ans. Comme un recensement est, par définition, un relevé de toutes les exploitations agricoles, le fait d'échantillonner seulement une partie des exploitations ne respecterait pas la Loi, ni ne fournirait une description aussi complète que celle que permet un recensement.

Le Recensement de l'agriculture est la principale source de données sur les petites régions et pour l'établissement d'échantillons pour les enquêtes. Il est important que chaque exploitation agricole remplisse un questionnaire du Recensement de l'agriculture, peu importe sa taille ou son emplacement géographique. Les échantillons sont utilisés aux fins des estimations agricoles entre les années de recensement.

15. Pourquoi n'y a-t-il pas des questionnaires différents pour les différents types d'exploitations agricoles?

Le Recensement de l'agriculture envoie un questionnaire général à toutes les exploitations au Canada, car certaines questions sont semblables pour tous les répondants. L'utilisation d'un seul questionnaire pour l'ensemble du Canada a pour effet d'assurer la cohérence à l'échelle nationale, alors que les cases à cocher et les différentes étapes destinées aux types d'exploitation particuliers permettent aux exploitants de répondre seulement aux questions pertinentes pour leur exploitation. Un même questionnaire permet aussi de réaliser des économies au niveau de la conception des questionnaires. Nous ne ménageons aucun effort pour que le questionnaire soit aussi concis que possible afin de minimiser le fardeau de réponse.

16. Combien le Recensement de l'agriculture coûte-t-il?

Le coût total prévu pour le Recensement de l'agriculture de 2011, qui porte sur un cycle de six ans, est de 42,4 millions de dollars. Si le Recensement de l'agriculture était effectué indépendamment du Recensement de la population, il en coûterait au total au moins 13 millions de dollars de plus.

17. Pourquoi le Recensement de l'agriculture a-t-il lieu en mai, en une période d'activité intense pour les exploitants agricoles?

En cette période particulièrement occupée et difficile, l'arrivée du questionnaire du Recensement de l'agriculture de 2011 en mai peut paraître inopportune. Cependant, comme il est combiné avec le Recensement de la population et que cela se traduit par la mise en commun de nombreux aspects touchant la collecte, notamment les frais postaux et l'envoi au centre de traitement, il permet aux contribuables d'épargner des millions de dollars. Le moment choisi pour le Recensement de la population, lequel a une portée plus générale, découle de la nécessité de recenser le plus grand nombre possible de Canadiens qui sont à la maison durant le recensement. En hiver, les retraités migrent vers le sud, et c'est le moment où un grand nombre de familles canadiennes ayant des enfants à l'école partent en vacances. Ces facteurs ont amené les responsables du Recensement de la population à fixer au 10 mai le jour du recensement. Bien que le recensement ait pour effet d'éloigner les exploitants agricoles de leur travail, le fait de remplir le questionnaire porte ses fruits.

Les groupes de producteurs et les organismes de mise en marché utilisent les données du recensement pour informer les Canadiens et les gouvernements de leur santé économique, laquelle est susceptible d'avoir une influence sur les politiques agricoles. Les exploitants peuvent se tenir informés des tendances grâce à l'analyse des données du Recensement de l'agriculture publiées dans les médias agricoles. Et les sites Web sur l'agriculture utilisés par les exploitants agricoles peuvent cibler leur information sur les tendances et les besoins actuels qui se sont dégagés des données du recensement.

18. Cette année, Statistique Canada réalise-t-il une Enquête financière sur les fermes en plus du Recensement de l'agriculture?

L'Enquête financière sur les fermes est réalisée chaque année. En 2011, la période de collecte à été reportée en juillet et en août pour coïncider avec la période de collecte du recensement. Afin d'alléger le fardeau des répondants, le chevauchement avec d'autres enquêtes agricoles est minimisé.

19. Qu'en est-il de ma déclaration de revenus? Il me semble que le recensement demande des renseignements que j'ai déjà fournis au gouvernement.

À l'heure actuelle, les répondants doivent fournir les renseignements financiers liés à leur exploitation agricole dans le questionnaire du Recensement de l'agriculture. Statistique Canada a toutefois l'intention d'examiner ces renseignements pour déterminer comment utiliser les données fiscales afin de remplacer l'information relative aux dépenses d'exploitation détaillées, à l'étape 32, pour le Recensement de l'agriculture de 2016, ce qui allégera le fardeau de réponse des agriculteurs.

20. Pourquoi d'autres enquêtes agricoles sont-elles menées en même temps que le recensement?

Étant donné que les gouvernements et d'autres utilisateurs ont besoin de renseignements sur le secteur agricole en temps opportun, il faut effectuer des enquêtes-échantillons dans un délai plus court que celui d'un recensement. Le Recensement de l'agriculture est une activité nationale qui exige la collecte de renseignements auprès de toutes les exploitations agricoles au Canada. Les activités de collecte, de suivi, de contrôle de la qualité, de totalisation et de diffusion des données obtenues dans le cadre d'une activité d'une aussi grande envergure prennent environ une année. Le recensement ne pourrait remplacer les enquêtes à plus petite échelle, qui se font dans un délai beaucoup plus court. Il est également plus économique de recueillir certains types de renseignements à l'aide d'un échantillon, surtout si les données requises ne concernent que certaines provinces ou certains groupes de la population. Une fois obtenues, les données du Recensement de l'agriculture sont utilisées comme points de référence des enquêtes sur les exploitations agricoles.

21. Quelles sont les autres enquêtes agricoles effectuées durant le cycle du Recensement de 2011?

Entre la mi-avril et la fin juin, Statistique Canada réalisera les enquêtes agricoles suivantes :

  • Enquête agricole des provinces de l'Atlantique (taille de l'échantillon : environ 1 000 dans la région de l'Atlantique);
  • Enquête sur les fruits et légumes, printemps (taille de l'échantillon : environ 12 000 à l'échelle nationale);
  • Enquête sur les produits de l'érable (taille de l'échantillon : environ 2 000 en Ontario et au Nouveau-Brunswick);
  • Enquête sur la superficie et le rendement des pommes de terre (taille de l'échantillon : environ 200 dans la région de l'Atlantique, au Manitoba, en Saskatchewan et en Colombie-Britannique);
  • Rapport des fermes à fourrure (taille de l'échantillon : environ 300 à l'échelle nationale);
  • Enquête sur les fermes, juin (taille de l'échantillon : environ 24 850 à l'échelle nationale, à l'exception de la région de l'Atlantique);
  • Enquête de juillet sur le bétail (taille de l'échantillon : environ 10 500 au Québec, en Ontario, au Manitoba, en Saskatchewan, en Alberta et en Colombie-Britannique);
  • Enquête sur les prix du foin cultivé et de la paille (Ontario seulement; taille de l'échantillon : environ 125).

22. Comment a-t-on réduit le fardeau de réponse?

Pendant la période de collecte du Recensement de l'agriculture, la Division de l'agriculture annule quelques petites enquêtes, réduit la taille de l'échantillon de certaines autres et minimise le chevauchement avec les grosses enquêtes comme l'Enquête financière sur les fermes.

Offrant aux exploitants agricoles différents choix pour répondre au Recensement de l'agriculture — sur papier en retournant le questionnaire par courrier, en ligne ou par téléphone — aide à rendre plus facile et plus rapide les façons de répondre. Un numéro de téléphone sans frais est disponible pour aider à répondre aux questions des répondants à propos du Recensement de l'agriculture.

Contenu et données

23. Quelles sont les différences entre le Recensement de l'agriculture de 2011 et celui de 2006?

Le questionnaire du Recensement de l'agriculture de 2011 contient à la fois des questions qui étaient posées en 2006 et de nouvelles questions. Certaines questions demeurent inchangées afin de maintenir la cohérence et la comparabilité des données dans le temps. D'autres ont été ajoutées ou supprimées pour témoigner des changements dans le secteur agricole. Mentionnons par exemple :

  • Numéro d'entreprise : Une question a été ajoutée afin d'obtenir le numéro d'entreprise attribué à l'exploitation agricole par l'Agence du revenu du Canada (ARC). On a également inséré une brève note pour expliquer l'intention de cette question sur la couverture arrière du questionnaire. Un projet pilote s'appuyant sur les données recueillies au moyen de cette question permettra d'évaluer s'il est possible de remplacer les renseignements financiers demandés à l'étape 32 par les données fiscales de l' ARC, ce qui pourrait alléger grandement le fardeau de réponse des agriculteurs.
  • Travail rémunéré : Une question concernant le nombre d'employés à temps plein ou partiel a été ajoutée afin d'évaluer combien de personnes travaillent dans les fermes. Une fois regroupées avec les questions posées au sujet du nombre d'heures ou de semaines de travail rémunéré, les données recueillies grâce à cette question fourniront une meilleure représentation de la main-d'œuvre agricole.
  • Résidus de récolte : Une étape a été ajoutée afin de connaître les superficies sur lesquelles les résidus de récolte ont été mis en balles. Il s'agit d'une question pertinente sur le plan environnemental, car la gestion des résidus de récolte touche les taux d'érosion, la contamination des eaux souterraines et de surface, les émissions de gaz à effet de serre et la séquestration de carbone.
  • Pratiques de conservation et aménagement des terres : Deux questions ont été ajoutées afin de repérer les exploitations agricoles qui optent pour « l'alimentation ou pâturage hivernaux dans les champs » et « la planification de la gestion des éléments fertilisants ». Ces questions nous fourniront des données plus complètes sur l'adoption de techniques de gestion de l'environnement par les agriculteurs.
  • Internet : Une question concernant l'accès à un service Internet haute vitesse a été ajoutée afin d'évaluer l'accessibilité des répondants aux services offerts par Internet. Les données recueillies au moyen de cette question aideront les fournisseurs publics et privés à mieux planifier la prestation de services aux agriculteurs.
  • Blessures liées à l'exploitation agricole : Ces questions ont été enlevées parce que des données de meilleure qualité peuvent être obtenues au moyen d'autres sources.
  • Produits biologiques non certifiés : Cette catégorie a été enlevée afin de tenir compte du nouveau règlement concernant l'utilisation du mot « biologique ».

Les changements ou les ajouts apportés par rapport au questionnaire de 2006 sont décrits par thème, selon leur ordre d'apparition dans le questionnaire de 2011. Ces changements résultent du processus de consultation des utilisateurs et des essais qui ont permis d'établir la version définitive du questionnaire de 2011. Certaines questions ou catégories ont été combinées de façon à rendre les questions plus faciles à comprendre afin de mieux y répondre.

24. Comment a-t-on déterminé le contenu du Recensement de l'agriculture de 2011?

Le personnel du Recensement de l'agriculture a consulté les utilisateurs de données dans le cadre d'une série d'ateliers pancanadiens en 2007. Les groupes de producteurs agricoles, les analystes d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, d'autres analystes et universitaires des secteurs public et privé ont proposé par écrit, après avoir participé à des séances de consultation, qu'on ajoute des thèmes au Recensement de l'agriculture de 2011.

Des questions ont été conçues ou modifiées au bureau central, en collaboration avec des experts de l'industrie. Elles ont été mises à l'essai un certain nombre de fois auprès de groupes d'exploitants agricoles représentatifs de la diversité régionale — c'est-à-dire en tenant compte des types d'agriculture, des techniques de production, de la taille des exploitations, de la langue parlée et de l'âge. Ces essais ont démontré que certaines questions se prêtaient mal au recensement, et qu'il fallait reformuler d'autres questions.

D'après les résultats de ces essais, Statistique Canada a finalisé le contenu et la conception du questionnaire de 2011 à l'automne de 2009. Les questions ont été approuvées par le Cabinet et prescrites par décret du gouverneur en conseil, ainsi que l'exige la Loi sur la statistique, au printemps de 2010.

25. Combien d'exploitations agricoles a-t-on dénombrées au dernier Recensement de l'agriculture?

Le Recensement de l'agriculture de 2006 a dénombré 229 373 fermes de recensement.

Tableau 1 Nombre d'exploitations agricoles en 2011 et 2006, Canada et provinces
Province 2006 2001
Terre-Neuve-et-Labrador 510 558
Île-du-Prince-Édouard 1 495 1 700
Nouvelle-Écosse 3 905 3 795
Nouveau-Brunswick 2 611 2 776
Québec 29 437 30 675
Ontario 51 950 57 211
Manitoba 15 877 19 054
Saskatchewan 36 952 44 329
Alberta 43 234 49 431
Colombie-Britannique 19 759 19 844
Canada 205 730 229 373

Source : Statistique Canada, Recensement de l'agriculture.

26. À quoi servent les données du Recensement de l'agriculture?

Les données du Recensement de l'agriculture sont utilisées par :

  • l'exploitant agricole, pour la prise de décisions quant à la production, à la mise en marché et à l'investissement;
  • les groupes de producteurs agricoles, afin d'informer leurs membres des tendances et des changements au sein de l'industrie, de faire connaître le point de vue des exploitants aux législateurs et au public canadien et de défendre leurs intérêts dans les négociations commerciales internationales;
  • les gouvernements, afin de prendre des décisions stratégiques concernant le crédit agricole, l'assurance-récolte, le soutien aux exploitations agricoles, le transport, les services de mise en marché et le commerce international;
  • Statistique Canada, afin de produire des estimations annuelles intercensitaires du secteur de l'agriculture;
  • les entreprises, au moment de faire la mise en marché de produits et services, pour la prise de décisions liées à la production et aux investissements;
  • les universitaires, qui effectuent des recherches sur le secteur agricole;
  • les médias, afin de décrire le secteur agricole au grand public canadien.

27. Le Recensement de l'agriculture comporte-t-il des questions qui pourraient servir à évaluer les répercussions des activités agricoles sur l'environnement?

Bon nombre des questions du recensement peuvent contribuer d'une certaine façon à décrire la situation des exploitations agricoles canadiennes ainsi que les répercussions de leurs activités sur l'environnement.

Le Recensement de l'agriculture contient des questions sur les pratiques d'exploitation axées sur la conservation de la fertilité des sols et la prévention de l'érosion, l'utilisation des pesticides et des engrais, et l'aménagement des terres visant à prévenir les dommages causés par le vent ou l'eau. Il comporte différentes sections, notamment sur l'utilisation du fumier, l'irrigation, les pratiques de travail du sol et la mise en balle des résidus de récolte. Les données issues de ces questions brossent un tableau des relations des agriculteurs avec l'environnement et, en évaluant et en comparant les données dans le temps, les analystes peuvent voir comment les exploitants adaptent leurs méthodes et s'acquittent de leur rôle d'intendants de la terre.

Traitement des données

28. À quel endroit les données du Recensement de l'agriculture seront-elles traitées?

Une fois reçus par Postes Canada, les questionnaires remplis sont envoyés à un centre de traitement central dans la région de la capitale nationale, où ils sont numérisés par balayage et imagerie électronique afin qu'on en saisisse les données. Le traitement des questionnaires du Recensement de l'agriculture comprend de nombreuses vérifications et contrôles destinés à assurer une grande qualité des données. Il comporte de nombreuses étapes — notamment plusieurs vérifications (vérifications administratives, contrôle spécialisé et contrôle géographique), l'appariement et l'élimination des doubles comptes de fermes individuelles, l'ajustement pour tenir compte des données manquantes, la validation des données par comparaison avec plusieurs points de référence et l'estimation. Ces étapes ont évolué en un système complexe assurant des données de grande qualité. Les données produites sont sauvegardées dans une base de données et servent à produire des publications et à répondre aux demandes personnalisées des utilisateurs.

29. Quelles mesures a-t-on prises pour faire en sorte que toutes les exploitations agricoles soient recensées?

En 2011, Postes Canada a livré un questionnaire du Recensement de l'agriculture aux adresses auxquelles pourraient vivre des exploitants agricoles. Ces adresses sont tirées du recensement précédent et d'autres enquêtes agricoles. On y a livré également un questionnaire du Recensement de la population, mais il se peut que cela ait encore été fait par l'intermédiaire d'un agent recenseur dans les régions rurales.

Le questionnaire du Recensement de la population comporte une question où il est demandé si un exploitant agricole vit dans le ménage. Une réponse affirmative à cette question entraîne un suivi du bureau central, qui veillera à ce que les nouvelles exploitations agricoles soient identifiées et comptées.

Les répondants ont pu remplir leur questionnaire sur papier, par téléphone ou par Internet. Un suivi téléphonique sera effectué auprès des répondants qui ont reçu un questionnaire, mais ne l'ont pas retourné.

De plus, la séquence de traitement des données prévoit des mesures permettant de retracer les exploitations « manquantes » recensées en 2006, mais qui n'ont pas retourné le questionnaire en 2011 ou, à l'inverse, les exploitations agricoles qui n'existaient pas en 2006, mais qu'on a relevées dans le cadre d'enquêtes subséquentes sur l'agriculture.

30. Quand les données du Recensement de l'agriculture de 2011 seront-elles mises à la disposition du public, et comment puis-je m'informer de la date de leur diffusion?

Première diffusion de la base de donnée du Recensement de l'agriculture: le 10 mai 2012. Les utilisateurs de données intéressés peuvent connaître les dates de diffusion en consultant le Répertoire des produits, des services et des personnes–ressources de la Division de l'agriculture. Ce document contient des précisions sur le Recensement de l'agriculture de 2011 ainsi que des produits et services connexes, y compris les prix et les façons de se les procurer. Il est possible d'en obtenir un exemplaire en composant le 1-800-236-1136.

Le bulletin de diffusion officiel de Statistique Canada, Le Quotidien, énumère toutes les données du recensement et met l'accent sur les principales tendances et conclusions.

Les données du Recensement de la population et du Recensement de l'agriculture seront diffusées dans les médias généraux et les médias agricoles. Les utilisateurs peuvent également communiquer avec les conseillers spécialisés en données du Recensement de l'agriculture en composant le numéro sans frais 1-800-236-1136.

31. Pourquoi faut-il une année avant que les résultats du Recensement de l'agriculture ne soient diffusés?

Le Recensement de l'agriculture est une activité nationale qui exige la collecte de renseignements auprès de toutes les exploitations agricoles au Canada. La collecte, le suivi, les contrôles de qualité, le traitement, la totalisation et la diffusion des données de cette activité d'envergure prennent environ une année.

Nous devons franchir toutes ces étapes pour nous assurer que les données sont exactes, même à des niveaux de contrôle des petites géographies. Ces étapes sont essentielles étant donné que les données du recensement servent de référence aux estimations et à l'établissement d'échantillons d'enquêtes entre les recensements.

32. Pour quelles régions géographiques les données du Recensement de l'agriculture sont-elles offertes?

Les données du Recensement de l'agriculture sont offertes aux échelons national, provincial et territorial et pour les régions correspondant à des comtés, des districts agricoles et des municipalités rurales. On peut également obtenir des données sur des régions définies par les utilisateurs en communiquant avec les conseillers spécialisés en données du Recensement de l'agriculture au numéro sans frais 1-800-236-1136. Toutes les données totalisées sont sujettes à des restrictions de confidentialité et toutes les données susceptibles d'entraîner la divulgation de renseignements concernant une personne en particulier ou une exploitation agricole donnée sont supprimées.

33. Comment évalue-t-on la qualité des données?

Pour assurer l'exactitude des données du Recensement de 2011, on dispose de procédures de contrôle tout au long de la collecte et du traitement des données. Ce traitement est un processus long et complexe. Les nombreuses étapes — notamment, les diverses vérifications (vérifications administratives, contrôle spécialisé et contrôle géographique), l'appariement et l'élimination des doubles comptes, l'ajustement des données manquantes, la validation des données en les comparant à diverses autres sources de données, les estimations — ont évolué en un système complexe qui assure la production de données de grande qualité. Les données produites à la fin de toutes ces étapes sont sauvegardées dans une base de données et servent à produire les publications et à répondre aux demandes personnalisées des utilisateurs

Lors de la diffusion des données, le 10 mai 2012, il sera aussi possible de connaître le sous-dénombrement net des exploitations agricoles, des régions agricoles et des revenus agricoles bruts, basé sur une évaluation de la couverture du Recensement de l'agriculture.

Date de modification :