Statistiques par sujet – Fabrication

Préciser les résultats par

Aide pour les filtres et la recherche
Filtres actuellement sélectionnés pouvant être supprimés

Mot(s)-clé(s)

Année de publication

1 facettes affichées. 1 facettes sélectionnées.

Auteur(s)

2 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Préciser les résultats par

Aide pour les filtres et la recherche
Filtres actuellement sélectionnés pouvant être supprimés

Mot(s)-clé(s)

Année de publication

1 facettes affichées. 1 facettes sélectionnées.

Auteur(s)

2 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Préciser les résultats par

Aide pour les filtres et la recherche
Filtres actuellement sélectionnés pouvant être supprimés

Mot(s)-clé(s)

Année de publication

1 facettes affichées. 1 facettes sélectionnées.

Auteur(s)

2 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Préciser les résultats par

Aide pour les filtres et la recherche
Filtres actuellement sélectionnés pouvant être supprimés

Mot(s)-clé(s)

Année de publication

1 facettes affichées. 1 facettes sélectionnées.

Auteur(s)

2 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Autres ressources disponibles pour appuyer vos recherches.

Aide pour trier les résultats
Explorer notre base centrale des principaux concepts normalisés, définitions, sources de données et méthodes.
En cours de chargement
Chargement en cours, veuillez patienter...
Tout (19)

Tout (19) (19 of 19 results)

  • Produits techniques : 15-206-X2008022
    Description :

    De nombreuses comparaisons historiques de la productivité internationale sont fondées sur des mesures de la productivité du travail (production par travailleur). Les différences de productivité du travail peuvent tenir à des différences d'efficacité technique ou d'intensité capitalistique. L'adoption de mesures de la productivité totale des facteurs permet de procéder à des comparaisons internationales pour déterminer si les différences de productivité du travail tiennent à des différences d'efficacité ou à des différences entre les facteurs utilisés dans le processus de production.

    Le présent document examine les différences de production par travailleur dans le secteur de la fabrication au Canada et aux États-Unis en 1929 et la mesure dans laquelle ces différences tiennent à des différences d'efficacité. Nous apportons des corrections pour tenir compte des différences d'intensité de capital et d'utilisation de matières par travailleur afin d'obtenir une mesure de l'efficacité totale des facteurs au Canada par rapport aux États-Unis, en nous appuyant sur des données détaillées sur les industries. Nous en arrivons à la conclusion que, même si la production par travailleur au Canada correspondait seulement à 75 % environ de celle aux États-Unis, la mesure de la productivité totale des facteurs au Canada était à peu près la même que celle aux États-Unis; autrement dit, il y avait très peu de différence sur le plan de l'efficacité technique entre les deux pays. La plus faible production par travailleur au Canada était attribuable à l'utilisation d'une plus faible quantité de capital et de matières par travailleur qu'aux États-Unis.

    Date de diffusion : 2008-12-23

  • Articles et rapports : 11F0027M2008053
    Description :

    La présente étude se penche sur le roulement des entreprises et sur la croissance de la productivité dans le secteur canadien du commerce de détail. Le roulement des entreprises a lieu lorsque, en raison du processus concurrentiel, des entreprises sortantes et des entreprises existantes en déclin voient diminuer leur part de marché au profit des nouvelles entreprises et des entreprises existantes en expansion. Ce phénomène est nettement plus fréquent dans le secteur du commerce de détail que dans celui de la fabrication, et il est davantage attribuable aux entrées et aux sorties d'entreprises. En outre, dans le secteur de la fabrication, la croissance de la productivité globale n'est que partiellement due au roulement des entreprises et à la réaffectation des ressources des entreprises moins productives à celles qui le sont davantage. Dans le secteur du commerce de détail, par contre, la croissance de la productivité agrégée découle entièrement de ces facteurs. Ainsi, l'effet « Wal-Mart » sur la productivité du secteur du commerce de détail, dont on a tant parlé, résulte surtout des pressions concurrentielles entraînant un déplacement des parts de marché des entreprises sortantes et des entreprises existantes en déclin aux entreprises entrantes et aux entreprises existantes en expansion. Dans le secteur du commerce de détail, 30 % de la croissance de la productivité du travail et 45 % de la croissance de la productivité multifactorielle étaient attribuables aux entreprises sous contrôle étranger, pour la période de 1984 à 1996, principalement en raison de l'entrée de ces entreprises sur le marché et de l'expansion d'entreprises sous contrôle étranger existantes, plus productives.

    Date de diffusion : 2008-12-08

  • Tableau : 26-201-X
    Description :

    La revue présente des statistiques complètes et récentes des industries minières, y compris des données sur la production et la valeur des minéraux par espèce et par province. Elle présente également des tableaux chronologiques de leur valeur par groupes principaux, les prix moyens des minéraux les plus importants ainsi que les principales statistiques par grand groupe et par province et les forages des dépôts autres que combustibles. Elle comprend des notes explicatives et une bibliographie.

    Date de diffusion : 2008-10-23

  • Tableau : 26-223-X
    Description :

    Cette publication annuelle présente des données sur les établissements, les salariés, les rémunérations, les matières utilisées, les fournitures et les services des entrepreneurs. Elle montre aussi des données sur la production, les livraisons et les forages complétés. Elle comprend une liste des établissements par tranche d'emploi, une liste de termes et définitions et une bibliographie.

    Date de diffusion : 2008-10-16

  • Tableau : 26-226-X
    Description :

    Cette publication présente des données sur les établissements, les salariés, la rémunération, les matières et fournitures employées, le combustible et l'électricité utilisés ainsi que sur la production et les livraisons. Les données sont présentées au niveau provincial. Elle comprend une liste des établissements, des définitions et une bibliographie.

    Cette publication traite du SCIAN 2123 : Extraction de pierre; Extraction de sable, de gravier, d'argile, de céramique et de minerais réfractaires; Extraction d'autres minerais non métalliques.

    Date de diffusion : 2008-10-10

  • Articles et rapports : 11F0027M2008054
    Description :

    Le présent document décrit la façon dont les établissements de fabrication canadiens s'adaptent à la concurrence croissante des importations en provenance de pays à bas salaires en modifiant leur portefeuille de produits. Nous faisons la distinction dans l'analyse entre les produits « de base » et les produits « périphériques », ainsi qu'entre les produits différenciés et les produits homogènes. Nous tenons compte également des complémentarités de coûts et des complémentarités technologiques en nous appuyant sur les liens, au niveau des entrées-sorties, entre les produits fabriqués par un établissement. Nous donnons des preuves d'un important roulement des produits dans les établissements au cours de la période allant de 1988 à 1996. Les changements les plus importants ont eu lieu dans les établissements multiproduits et concernent les produits périphériques. Les produits les plus touchés sont ceux susceptibles d'être utilisés comme entrées dans la fabrication du produit « de base », ceux qui sont homogènes (plutôt que différenciés) et ceux qui présentent des complémentarités d'entrées relativement faibles avec le produit de base. Les établissements qui font face à une forte concurrence des importations modifient leur portefeuille de produits de façon à se concentrer sur la fabrication de leur produit de base et à s'écarter de celle de produits périphériques non apparentés.

    Date de diffusion : 2008-05-16

  • Articles et rapports : 11F0027M2008052
    Description :

    Au cours des trois dernières décennies, les obstacles tarifaires ont diminué de façon significative, ce qui a mené à une intégration plus grande des établissements de fabrication canadiens aux marchés mondiaux, et plus particulièrement le marché des États-Unis. On a accordé beaucoup d'attention aux effets de cette transition à l'échelle nationale, mais peu à la variation de ces effets d'une région à l'autre. Dans un pays de la taille d'un continent, il existe de bonnes raisons de croire que les effets du commerce varieront d'une région à l'autre. De façon plus particulière, l'emplacement a un effet significatif sur la taille des marchés auxquels les entreprises ont accès, et cela peut avoir des répercussions sur la mesure dans laquelle elles réorganisent leur production par suite de la diminution des obstacles tarifaires. À partir d'un fichier de microdonnées longitudinales sur les établissements de fabrication (1974 à 1999), la présente étude a pour but d'évaluer l'effet de l'accroissement du commerce entre les régions sur l'organisation de la production à l'intérieur des établissements. L'étude a permis de déterminer que des niveaux plus élevés d'intensité des exportations (exportations en proportion de la production) entre les régions comportent un lien positif avec des cycles de production plus longs, des établissements plus importants et une plus grande spécialisation des produits à l'intérieur de ces établissements. Ces effets sont les plus marqués en Ontario et au Québec, les deux provinces les mieux situées par rapport au marché des États-Unis.

    Date de diffusion : 2008-05-09

  • Articles et rapports : 11F0027M2008051
    Description :

    Cette étude traite de l'incidence, sur la productivité manufacturière au Canada, de l'adoption de l'Accord de libre-échange (ALE) canado-américain. On y constate que les réductions tarifaires au Canada ont fait monter les taux de sortie des établissements non exportateurs modérément productifs, d'où un réaménagement des parts de marché au profit des établissements hautement productifs, ce qui aide à expliquer que la productivité globale ait augmenté là où ont diminué les tarifs au Canada. On y constate en outre que tous les gains de productivité dans les établissements par suite des réductions tarifaires aux États-Unis concerne les établissements exportateurs en général et les nouvelles entreprises exportatrices en particulier. On y démontre enfin que toute absence de variation de la production et toute élimination d'emplois à la suite de l'adoption de l'ALE n'intéressent que les établissements canadiens non exportateurs, alors que les établissements exportateurs acquièrent, eux, les gains procurés par cette entente.

    Date de diffusion : 2008-05-07

  • Articles et rapports : 11-621-M2008070
    Description :

    Dans cette étude, on passe en revue l'état et les tendances dans le secteur manufacturier en 2007. On y analyse les changements importants dans la distribution provinciale et industrielle de la production dans le contexte des principaux facteurs socioéconomiques comme la demande intérieure et les exportations. Des indicateurs de l'emploi, de la productivité et de la profitabilité des industries y sont aussi présentés.

    Date de diffusion : 2008-04-29

  • Articles et rapports : 11-010-X200800310537
    Description :

    Une étude des industries qui dépendent le plus des exportations pour leur production, et qui importent le plus grand nombre d'intrants.

    Date de diffusion : 2008-03-13

  • Articles et rapports : 11-010-X200800210522
    Description :

    À l'encontre de la situation des années 1990, les entreprises ont réduit leur utilisation de facteurs de production importés au début de la décennie. Cependant, comme le prix des importations a baissé avec l'ascension marquée de la valeur du dollar canadien, l'utilisation d'importations a augmenté en 2004, pour la première fois depuis 1998.

    Date de diffusion : 2008-02-15

  • Articles et rapports : 11F0027M2008049
    Description :

    La productivité et les salaires ont tendance à être plus élevés dans les villes. L'explication courante de ce phénomène repose sur les économies d'agglomération, qui font augmenter le rendement associé au fait d'occuper un emplacement urbain. Les arguments parallèles axés sur la spécialisation et sur la diversité viennent étayer cette explication proposée. Depuis longtemps, la recherche empirique s'efforce de confirmer l'existence de telles économies d'agglomération et de trancher entre, d'une part, les modèles de Marshall, Arrow et Romer (MAR), qui avancent que les avantages de la proximité sont en grande partie confinés à des industries particulières, et d'autre part l'argument de Jacobs (1969) voulant que de tels avantages découlent de l'accroissement général de la densité de l'activité économique dans un emplacement donné et profitent à l'ensemble des occupants de cet emplacement. L'objet premier de la présente étude est de déterminer les principales sources de la hausse du rendement en région urbaine, dans la foulée des travaux de Marshall (1920). L'examen de la distance sur laquelle se manifestent les externalités entre entreprises appartenant à une même industrie constitue un deuxième objectif. Afin d'étudier ces questions, nous utilisons des données au niveau des établissements, structurées sous forme de panel pour les années 1989 et 1999. Les données de panel permettent d'éliminer le biais d'échantillonnage découlant de l'hétérogénéité non observée au niveau des établissements, cette hétérogénéité étant constante au fil du temps. Les fonctions de production au niveau des établissements sont estimées pour l'ensemble du secteur canadien de la fabrication ainsi que pour cinq grands groupes d'industries caractérisés par la nature de leur production. Les résultats obtenus donnent beaucoup de poids aux arguments de Marshall (1920) concernant l'importance des réseaux acheteurs fournisseurs, des bassins de main d'oeuvre et des externalités. Les données montrent que les externalités donnent lieu à un accroissement de la productivité des établissements à l'intérieur d'une même industrie plutôt qu'entre industries, et que ces externalités tendent à se manifester sur une plus vaste étendue spatiale que ce qui avait été observé dans les études précédentes.

    Date de diffusion : 2008-02-05

  • Articles et rapports : 11-622-M2008018
    Description :

    Ce document porte sur la présence d'externalités de connaissances qui influent sur l'adoption de technologies de pointe dans le secteur canadien de la fabrication. Nous tâchons de déterminer, au moyen d'un modèle d'adoption de technologie, si les établissements qui adoptent des technologies de pointe sont plus susceptibles de ce faire lorsque d'autres établissements situés à proximité le font également.

    Date de diffusion : 2008-02-05

Données (9)

Données (9) (9 of 9 results)

Analyses (9)

Analyses (9) (9 of 9 results)

  • Articles et rapports : 11F0027M2008053
    Description :

    La présente étude se penche sur le roulement des entreprises et sur la croissance de la productivité dans le secteur canadien du commerce de détail. Le roulement des entreprises a lieu lorsque, en raison du processus concurrentiel, des entreprises sortantes et des entreprises existantes en déclin voient diminuer leur part de marché au profit des nouvelles entreprises et des entreprises existantes en expansion. Ce phénomène est nettement plus fréquent dans le secteur du commerce de détail que dans celui de la fabrication, et il est davantage attribuable aux entrées et aux sorties d'entreprises. En outre, dans le secteur de la fabrication, la croissance de la productivité globale n'est que partiellement due au roulement des entreprises et à la réaffectation des ressources des entreprises moins productives à celles qui le sont davantage. Dans le secteur du commerce de détail, par contre, la croissance de la productivité agrégée découle entièrement de ces facteurs. Ainsi, l'effet « Wal-Mart » sur la productivité du secteur du commerce de détail, dont on a tant parlé, résulte surtout des pressions concurrentielles entraînant un déplacement des parts de marché des entreprises sortantes et des entreprises existantes en déclin aux entreprises entrantes et aux entreprises existantes en expansion. Dans le secteur du commerce de détail, 30 % de la croissance de la productivité du travail et 45 % de la croissance de la productivité multifactorielle étaient attribuables aux entreprises sous contrôle étranger, pour la période de 1984 à 1996, principalement en raison de l'entrée de ces entreprises sur le marché et de l'expansion d'entreprises sous contrôle étranger existantes, plus productives.

    Date de diffusion : 2008-12-08

  • Articles et rapports : 11F0027M2008054
    Description :

    Le présent document décrit la façon dont les établissements de fabrication canadiens s'adaptent à la concurrence croissante des importations en provenance de pays à bas salaires en modifiant leur portefeuille de produits. Nous faisons la distinction dans l'analyse entre les produits « de base » et les produits « périphériques », ainsi qu'entre les produits différenciés et les produits homogènes. Nous tenons compte également des complémentarités de coûts et des complémentarités technologiques en nous appuyant sur les liens, au niveau des entrées-sorties, entre les produits fabriqués par un établissement. Nous donnons des preuves d'un important roulement des produits dans les établissements au cours de la période allant de 1988 à 1996. Les changements les plus importants ont eu lieu dans les établissements multiproduits et concernent les produits périphériques. Les produits les plus touchés sont ceux susceptibles d'être utilisés comme entrées dans la fabrication du produit « de base », ceux qui sont homogènes (plutôt que différenciés) et ceux qui présentent des complémentarités d'entrées relativement faibles avec le produit de base. Les établissements qui font face à une forte concurrence des importations modifient leur portefeuille de produits de façon à se concentrer sur la fabrication de leur produit de base et à s'écarter de celle de produits périphériques non apparentés.

    Date de diffusion : 2008-05-16

  • Articles et rapports : 11F0027M2008052
    Description :

    Au cours des trois dernières décennies, les obstacles tarifaires ont diminué de façon significative, ce qui a mené à une intégration plus grande des établissements de fabrication canadiens aux marchés mondiaux, et plus particulièrement le marché des États-Unis. On a accordé beaucoup d'attention aux effets de cette transition à l'échelle nationale, mais peu à la variation de ces effets d'une région à l'autre. Dans un pays de la taille d'un continent, il existe de bonnes raisons de croire que les effets du commerce varieront d'une région à l'autre. De façon plus particulière, l'emplacement a un effet significatif sur la taille des marchés auxquels les entreprises ont accès, et cela peut avoir des répercussions sur la mesure dans laquelle elles réorganisent leur production par suite de la diminution des obstacles tarifaires. À partir d'un fichier de microdonnées longitudinales sur les établissements de fabrication (1974 à 1999), la présente étude a pour but d'évaluer l'effet de l'accroissement du commerce entre les régions sur l'organisation de la production à l'intérieur des établissements. L'étude a permis de déterminer que des niveaux plus élevés d'intensité des exportations (exportations en proportion de la production) entre les régions comportent un lien positif avec des cycles de production plus longs, des établissements plus importants et une plus grande spécialisation des produits à l'intérieur de ces établissements. Ces effets sont les plus marqués en Ontario et au Québec, les deux provinces les mieux situées par rapport au marché des États-Unis.

    Date de diffusion : 2008-05-09

  • Articles et rapports : 11F0027M2008051
    Description :

    Cette étude traite de l'incidence, sur la productivité manufacturière au Canada, de l'adoption de l'Accord de libre-échange (ALE) canado-américain. On y constate que les réductions tarifaires au Canada ont fait monter les taux de sortie des établissements non exportateurs modérément productifs, d'où un réaménagement des parts de marché au profit des établissements hautement productifs, ce qui aide à expliquer que la productivité globale ait augmenté là où ont diminué les tarifs au Canada. On y constate en outre que tous les gains de productivité dans les établissements par suite des réductions tarifaires aux États-Unis concerne les établissements exportateurs en général et les nouvelles entreprises exportatrices en particulier. On y démontre enfin que toute absence de variation de la production et toute élimination d'emplois à la suite de l'adoption de l'ALE n'intéressent que les établissements canadiens non exportateurs, alors que les établissements exportateurs acquièrent, eux, les gains procurés par cette entente.

    Date de diffusion : 2008-05-07

  • Articles et rapports : 11-621-M2008070
    Description :

    Dans cette étude, on passe en revue l'état et les tendances dans le secteur manufacturier en 2007. On y analyse les changements importants dans la distribution provinciale et industrielle de la production dans le contexte des principaux facteurs socioéconomiques comme la demande intérieure et les exportations. Des indicateurs de l'emploi, de la productivité et de la profitabilité des industries y sont aussi présentés.

    Date de diffusion : 2008-04-29

  • Articles et rapports : 11-010-X200800310537
    Description :

    Une étude des industries qui dépendent le plus des exportations pour leur production, et qui importent le plus grand nombre d'intrants.

    Date de diffusion : 2008-03-13

  • Articles et rapports : 11-010-X200800210522
    Description :

    À l'encontre de la situation des années 1990, les entreprises ont réduit leur utilisation de facteurs de production importés au début de la décennie. Cependant, comme le prix des importations a baissé avec l'ascension marquée de la valeur du dollar canadien, l'utilisation d'importations a augmenté en 2004, pour la première fois depuis 1998.

    Date de diffusion : 2008-02-15

  • Articles et rapports : 11F0027M2008049
    Description :

    La productivité et les salaires ont tendance à être plus élevés dans les villes. L'explication courante de ce phénomène repose sur les économies d'agglomération, qui font augmenter le rendement associé au fait d'occuper un emplacement urbain. Les arguments parallèles axés sur la spécialisation et sur la diversité viennent étayer cette explication proposée. Depuis longtemps, la recherche empirique s'efforce de confirmer l'existence de telles économies d'agglomération et de trancher entre, d'une part, les modèles de Marshall, Arrow et Romer (MAR), qui avancent que les avantages de la proximité sont en grande partie confinés à des industries particulières, et d'autre part l'argument de Jacobs (1969) voulant que de tels avantages découlent de l'accroissement général de la densité de l'activité économique dans un emplacement donné et profitent à l'ensemble des occupants de cet emplacement. L'objet premier de la présente étude est de déterminer les principales sources de la hausse du rendement en région urbaine, dans la foulée des travaux de Marshall (1920). L'examen de la distance sur laquelle se manifestent les externalités entre entreprises appartenant à une même industrie constitue un deuxième objectif. Afin d'étudier ces questions, nous utilisons des données au niveau des établissements, structurées sous forme de panel pour les années 1989 et 1999. Les données de panel permettent d'éliminer le biais d'échantillonnage découlant de l'hétérogénéité non observée au niveau des établissements, cette hétérogénéité étant constante au fil du temps. Les fonctions de production au niveau des établissements sont estimées pour l'ensemble du secteur canadien de la fabrication ainsi que pour cinq grands groupes d'industries caractérisés par la nature de leur production. Les résultats obtenus donnent beaucoup de poids aux arguments de Marshall (1920) concernant l'importance des réseaux acheteurs fournisseurs, des bassins de main d'oeuvre et des externalités. Les données montrent que les externalités donnent lieu à un accroissement de la productivité des établissements à l'intérieur d'une même industrie plutôt qu'entre industries, et que ces externalités tendent à se manifester sur une plus vaste étendue spatiale que ce qui avait été observé dans les études précédentes.

    Date de diffusion : 2008-02-05

  • Articles et rapports : 11-622-M2008018
    Description :

    Ce document porte sur la présence d'externalités de connaissances qui influent sur l'adoption de technologies de pointe dans le secteur canadien de la fabrication. Nous tâchons de déterminer, au moyen d'un modèle d'adoption de technologie, si les établissements qui adoptent des technologies de pointe sont plus susceptibles de ce faire lorsque d'autres établissements situés à proximité le font également.

    Date de diffusion : 2008-02-05

Références (1)

Références (1) (1 result)

  • Produits techniques : 15-206-X2008022
    Description :

    De nombreuses comparaisons historiques de la productivité internationale sont fondées sur des mesures de la productivité du travail (production par travailleur). Les différences de productivité du travail peuvent tenir à des différences d'efficacité technique ou d'intensité capitalistique. L'adoption de mesures de la productivité totale des facteurs permet de procéder à des comparaisons internationales pour déterminer si les différences de productivité du travail tiennent à des différences d'efficacité ou à des différences entre les facteurs utilisés dans le processus de production.

    Le présent document examine les différences de production par travailleur dans le secteur de la fabrication au Canada et aux États-Unis en 1929 et la mesure dans laquelle ces différences tiennent à des différences d'efficacité. Nous apportons des corrections pour tenir compte des différences d'intensité de capital et d'utilisation de matières par travailleur afin d'obtenir une mesure de l'efficacité totale des facteurs au Canada par rapport aux États-Unis, en nous appuyant sur des données détaillées sur les industries. Nous en arrivons à la conclusion que, même si la production par travailleur au Canada correspondait seulement à 75 % environ de celle aux États-Unis, la mesure de la productivité totale des facteurs au Canada était à peu près la même que celle aux États-Unis; autrement dit, il y avait très peu de différence sur le plan de l'efficacité technique entre les deux pays. La plus faible production par travailleur au Canada était attribuable à l'utilisation d'une plus faible quantité de capital et de matières par travailleur qu'aux États-Unis.

    Date de diffusion : 2008-12-23

Explorez notre page de partenaires pour trouver la liste complète de nos partenaires et de leurs produits associés.

Date de modification :