Statistiques par sujet – Comptes économiques

Préciser les résultats par

Aide pour les filtres et la recherche
Filtres actuellement sélectionnés pouvant être supprimés

Mot(s)-clé(s)

Type d’information

1 facettes affichées. 1 facettes sélectionnées.

Contenu

1 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Préciser les résultats par

Aide pour les filtres et la recherche
Filtres actuellement sélectionnés pouvant être supprimés

Mot(s)-clé(s)

Type d’information

1 facettes affichées. 1 facettes sélectionnées.

Contenu

1 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Préciser les résultats par

Aide pour les filtres et la recherche
Filtres actuellement sélectionnés pouvant être supprimés

Mot(s)-clé(s)

Type d’information

1 facettes affichées. 1 facettes sélectionnées.

Contenu

1 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Préciser les résultats par

Aide pour les filtres et la recherche
Filtres actuellement sélectionnés pouvant être supprimés

Mot(s)-clé(s)

Type d’information

1 facettes affichées. 1 facettes sélectionnées.

Contenu

1 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Autres ressources disponibles pour appuyer vos recherches.

Aide pour trier les résultats
Explorer notre base centrale des principaux concepts normalisés, définitions, sources de données et méthodes.
En cours de chargement
Chargement en cours, veuillez patienter...
Tout (69)

Tout (69) (25 of 69 results)

  • Produits techniques : 15-002-M2001001
    Description :

    Dans ce document, on décrit les sources, les méthodes et les concepts utilisés par les Comptes canadiens de productivité et on les compare aux sources, aux méthodes et aux concepts américains.

    Date de diffusion : 2004-12-24

  • Produits techniques : 11F0024M2004000
    Description :

    Le rythme accéléré du changement social, environnemental et technologique présente de nouveaux défis pour l'économie et la société. Pour relever ces défis, il faut bien les cerner, les mesurer avec précision et les comprendre parfaitement. La recherche fondamentale joue un rôle prépondérant dans ce processus.

    Les 7 et 8 juin 2004, Statistique Canada tiendra sa quinzième Conférence économique annuelle. Celle ci regroupera des chercheurs représentant le monde des affaires, les administrations publiques, le secteur de la recherche et le monde du travail, qui tenteront de jeter de la lumière sur les enjeux économiques et sociaux de l'heure. Cette activité fournira une expérience stimulante et dynamique aux présentateurs et aux participants, et favorisera l'échange d'idées ainsi que l'évaluation critique des questions empiriques et théoriques ainsi que de celles liées aux données. Le thème de cette année est le suivant : « Nouveaux défis : Le point sur l'économie et la société ».

    La Conférence économique 2004 vous fournira l'occasion de prendre connaissance des nouvelles recherches, d'examiner les idées les plus récentes, de participer à des discussions et d'acquérir de nouvelles connaissances. Le programme de la conférence regroupe des experts de la recherche socioéconomique de toutes les régions du Canada et d'autres pays, en vue d'examiner les enjeux émergents de l'économie et de la société d'aujourd'hui.

    La Conférence économique 2004 comprendra plusieurs séances plénières auxquelles participeront des conférenciers invités qui sont des experts dans leur domaine. Elle comprendra en outre des exposés qui permettront aux participants d'examiner des travaux de recherche et d'exprimer de nouvelles idées sur des sujets liés à l'un des sous thèmes énumérés ci dessous : - la croissance économique; - le visage changeant du Canada; - l'environnement et l'activité économique; - l'infrastructure.

    Date de diffusion : 2004-11-25

  • Produits techniques : 11F0024M20040007449
    Description :

    Le secteur des administrations locales et des États est propriétaire de près de 90 % des immobilisations corporelles non militaires et de 70 % du matériel non militaire aux États Unis. Par conséquent, les administrations locales et des États sont les décideurs clés en ce qui concerne les niveaux d'investissement en infrastructure. Cependant, en tant que gardiens de l'infrastructure, les États ont eu un passé difficile. Selon les études d'ingénierie actuelles portant sur les immobilisations corporelles aux États Unis, une grande partie de ces biens seraient en mauvais état et il faudrait investir près de 1,6 millions de dollars durant les cinq prochaines années pour rendre leur pleine fonctionnalité aux principaux types d'infrastructures.

    Les États affichent dernièrement un regain d'intérêt pour l'utilisation de l'investissement de capitaux dans l'infrastructure comme outil de développement économique. Selon les théories populaires du développement économique fondées sur l'amélioration des agglomérations industrielles, l'état des infrastructures clés est souvent un facteur qui entre en cause dans la croissance économique. Même si de nombreux États acceptent cette conclusion, ils se trouvent devant une énigme stratégique. Face à une situation fiscale serrée, les États et les administrations locales tâchent de déterminer quels investissements en infrastructure importent pour relancer la croissance économique. Dans ce document, l'auteur examine ce que l'on sait sur la mesure de l'effet de l'investissement en infrastructure et se penche sur la question de savoir si les États posent les bonnes questions avant de faire des dépenses en infrastructure.

    Date de diffusion : 2004-11-25

  • Produits techniques : 11F0024M20040007455
    Description :

    Le présent document fournit une analyse empirique des niveaux et des tendances en matière de diversité industrielle pour les villes canadiennes au cours des dix dernières années (1992 à 2002), années qui ont marqué une période de changements structurels importants dans l'économie canadienne. On a l'impression que les villes diversifiées sont plus stables et qu'elles fournissent un contexte qui suscite une croissance économique plus forte. À partir de données détaillées au niveau de l'établissement pour des entreprises provenant de toute la gamme des petites et des grandes villes au Canada, l'étude montre que les niveaux de diversité varient de façon considérable d'une ville à l'autre, les villes les plus peuplées étant beaucoup plus diversifiées que celles où la population est moins importante. Même s'il existe un rapport positif étroit entre la diversité et la population d'une ville, les villes relativement petites (celles dont la population se situe autour de 100 000 habitants) peuvent atteindre des niveaux de diversité qui se rapprochent de ceux des grands centres urbains. Par conséquent, la plupart des Canadiens vivent dans des environnements économiques urbains relativement diversifiés. Au fil du temps, le niveau de diversité des villes au Canada a augmenté de façon générale. Cela est particulièrement vrai dans le cas des petites villes dont la population est inférieure à 100 000 habitants. Les villes les plus importantes ont connu des baisses de leur niveau de diversité.

    Date de diffusion : 2004-11-25

  • Produits techniques : 11F0024M20040007448
    Description :

    Dans ce rapport, on présente une analyse quantitative de la contribution du capital public à la croissance de la productivité du secteur canadien des entreprises. La méthode élaborée dans l'étude intègre les forces exercées par la demande et par l'offre, y compris la contribution du capital public, susceptibles d'influer sur la productivité. On évalue le modèle au moyen de données désagrégées couvrant 37 branches d'activité du secteur canadien des entreprises de 1961 à 2000. Les résultats indiquent que les facteurs qui contribuent le plus à la croissance de la productivité, tant au niveau de la branche d'activité qu'au niveau agrégé, sont le progrès technique et la demande exogène (représentant l'effet de la croissance du revenu agrégé et de la population). De 1961 à 2000, la contribution du capital public à la croissance globale de la productivité multifactorielle du secteur des entreprises a été d'environ 18 %. Cette valeur est légèrement inférieure aux chiffres déjà publiés. Toutefois, l'importance de la contribution du capital public à la croissance de la productivité varie considérablement selon la branche d'activité et se concrétise surtout dans les transports, le commerce et les services d'utilité publique.

    Date de diffusion : 2004-11-25

  • Produits techniques : 11F0024M20040007450
    Description :

    La fabrication est un secteur important de l'économie canadienne. En 2002, la part de ce secteur dans le produit intérieur brut (PIB) du Canada a atteint 165 milliards de dollars et il a fourni plus de deux millions d'emplois. Au Canada, contrairement à d'autres pays du G 7, le secteur manufacturier joue un rôle croissant dans l'économie.

    Entre 1997 et 2002, la productivité moyenne du travail dans le secteur manufacturier a progressé plus lentement que la moyenne de l'ensemble des secteurs. En partie, cela est attribuable à la faiblesse relative des dépenses en immobilisations dans le secteur.

    En 2001, les dépenses de R D dans le secteur manufacturier représentaient 70 p. 100 de la totalité des dépenses de R-D industrielle. L'intensité de la R D est d'environ quatre fois plus élevée dans le secteur manufacturier que dans l'ensemble des secteurs au Canada.

    Le secteur manufacturier est à l'origine d'une bonne partie du commerce du Canada. En 2002, les exportations manufacturières représentaient 64 p. 100 de la totalité des exportations canadiennes de biens et services. L'orientation du secteur manufacturier vers l'exportation a augmenté sensiblement, mais la balance commerciale du Canada pour l'ensemble de ce secteur est déficitaire. Néanmoins, le secteur manufacturier du Canada est un modèle de réussite.

    Date de diffusion : 2004-11-25

  • Produits techniques : 11F0026M2004002
    Description :

    Ce document porte sur l'évolution du programme de la productivité à Statistique Canada. On y traite, entre autres, de sujets tels que les efforts internationaux en vue de produire des statistiques plus comparables, les efforts en vue de mieux comprendre les facteurs qui sous tendent la croissance de la productivité et les défis que doit relever le programme.

    Date de diffusion : 2004-08-06

  • Produits techniques : 11F0026M2004001
    Description :

    Dans ce document, on décrit la façon dont le programme analytique du groupe de la productivité de Statistique Canada est utilisé pour améliorer la qualité des produits. On y étudie, entre autres, la pertinence, la cohérence et la possibilité d'interpréter les données.

    Date de diffusion : 2004-07-08

  • Produits techniques : 13F0031M
    Description :

    Les quatre rapports forment le premier ensemble de documents produits au sujet des changements apportés lors de la présente révision historique: la révision historique de 1997 du SCNC

    Date de diffusion : 2003-06-20

  • Produits techniques : 13F0031M2003010
    Description :

    Cette publication permet aux compilateurs et aux utilisateurs du Canada et des États-Unis de mieux comprendre les pratiques actuelles, les similitudes et les différences entre les deux systèmes de comptabilité nationale. Grâce à ce document, les utilisateurs pourront comparer de façon concrète les données publiées des comptes nationaux. Ce rapport est le fruit de la collaboration entre les spécialistes des deux pays pour harmoniser et améliorer leurs systèmes de comptabilité nationale, et ce, au moment opportun afin de répondre aux normes internationales.

    Date de diffusion : 2003-06-20

  • Produits techniques : 15-547-X
    Description :

    À l'instar de la plupart des organismes statistiques nationaux, Statistique Canada publie trois séries ayant trait au produit intérieur brut (PIB), à savoir le PIB de la production, le PIB du revenu et le PIB des dépenses. Ce document a pour objectif de décrire des concepts, des définitions, des classifications et des méthodes statistiques qui sous-tendent la série du PIB de la production, également connu sous l'appellation de PIB par industrie ou tout simplement de PIB mensuel.

    Ce rapport est réparti en sept chapitres. Le chapitre 1 définit le PIB par industrie, décrit ses diverses utilisations et établit les liens entre le PIB et les autres composantes du Système de comptabilité nationale du Canada. Le chapitre 2 porte sur le calcul des estimations du PIB par industrie. Le chapitre 3 traite des systèmes de classification des industries et des produits. La déflation est abordée au chapitre 4, lequel traite également du choix des déflateurs, du rôle de l'année de base et de la méthode de modification de l'année de base. Le chapitre 5 présente diverses questions techniques comme l'étalonnage, l'ajustement en fonction des jours ouvrables et de la désaisonnalisation. Le chapitre 6 est consacré à la présentation du PIB par industrie, couvrant le format, les dates et les modes de diffusion, de même que la nécessité et la fréquence de révision des estimations. Enfin, dans le chapitre 7, on examine l'évolution historique du PIB mensuel, de 1926 à nos jours.

    Date de diffusion : 2002-11-29

  • Produits techniques : 13F0031M2001009
    Description :

    Les travaux à l'égard des tableaux d'entrées-sorties (E-S) au Canada ont commencé au début des années 1960. Dès le départ, il a été décidé que les tableaux d'E-S devaient jouer plusieurs rôles et fournir : a) un outil de vérification et de gestion visant à améliorer les statistiques économiques quant à leur cohérence, exactitude et intégralité; b) des points de repère pour le produit intérieur brut (PIB), son volet des revenus et ses composantes, son volet des dépenses et ses composantes, et les estimations du PIB par industrie, en prix courants et en prix constants, c) un cadre conceptuel pour l'analyse structurelle.

    Date de diffusion : 2001-04-10

  • Produits techniques : 13F0031M2001008
    Description :

    En présence d'inflation,élevée ou faible, la valeur des variations des stocks (VVS) est généralement différente lorsqu'elle est calculée trimestriellement puis agrégée annuellement ou lorsque le calcul est effectué annuellement. Ce document soutient qu'il s'agit d'un problème incontournable puisqu'un des axiomes de base des comptes annuels n'est pas respecté, à savoir, l'hypothèse d'homogénéité des prix au cours d'une période comptable.

    Date de diffusion : 2001-03-16

  • Produits techniques : 15F0077G
    Description :

    Cette publication fournit une description des sources de données et de la méthodologie utilisées pour compiler les tableaux d'entrées-sorties. On y retrouve une description sommaire du cadre comptable, un aperçu de la méthodologie utilisée pour les principales composantes des tableaux et un survol des techniques appliquées à chaque groupe de biens et services. On y fait aussi une distinction quant au calcul du produit intérieur brut par industrie en ce qui a trait au secteur commercial et non-commercial. Finalement, on y fait un exposé sur certains sujets critiques qui suscitent de l'intérêt.

    Date de diffusion : 2001-02-15

  • Produits techniques : 13F0031M2000002
    Description :

    Le présent document traite d'un problème soulevé par la comparaison internationale des statistiques économiques, soit le fait que les pays mesurent différemment la valeur ajoutée par secteur d'activité. La valeur ajoutée est une mesure économique importante en soi, mais aussi à titre de composante d'autres mesures économiques, notamment la productivité. La valeur ajoutée par secteur d'activité correspond à la valeur supplémentaire créée par un processus de production. Cette valeur supplémentaire, créée par des facteurs de production tels que la main-d'oeuvre et le capital, peut être calculée avant ou après déduction de la consommation du capital fixe affecté à la production. Ainsi, la valeur ajoutée brute d'un secteur d'activité est égale à la valeur des biens et des services qu'il produit, diminuée de la valeur de sa consommation intermédiaire de biens et de services, et la valeur ajoutée nette est la valeur de la production, diminuée des valeurs de la consommation intermédiaire et de la consommation de capital fixe.

    Date de diffusion : 2000-04-04

  • Produits techniques : 13F0031M2000005
    Description :

    Ce rapport présente les révisions à l'un des agrégats les plus importants, soit le PIB aux prix courants. Il comprend 13 tableaux, un sur chacun des sujets suivants :

    Dépenses personnelles en biens et services de consommation;Dépenses courantes des administrations en biens et services;Formation brute de capital fixe, bâtiments résidentiels;Formation brute de capital fixe, ouvrages non résidentiels;Formation brute de capital fixe, machines et matériel;Exportations et importations de biens et services;Rémunération des salariés;Revenu net des entreprises individuelles;Impôts indirects;Subventions;PIB aux prix courants en termes de dépenses;PIB aux prix courants en termes de revenus;Principales révisions au PIB.

    Date de diffusion : 1998-04-01

  • Produits techniques : 13F0031M2000001
    Description :

    Le Système de comptabilité nationale (SCN) de 1993 a été mis en oeuvre au Canada en novembre 1997 et toutes les séries - annuelles, trimestrielles et mensuelles, en prix courants ainsi que constants - des comptes nationaux ont été révisées rétrospectivement jusqu'à 1961. Nous avons modifié la classification des secteurs et des opérations, ainsi que les concepts et la méthodologie. En outre, nous avons éliminé les discontinuités statistiques causées dans les séries antérieures par nos pratiques de révision. Au printemps de chaque année, nous révisons, au besoin, les séries des comptes nationaux produites pour les quatre dernières années. Les discontinuités statistiques pour les périodes antérieures ne sont éliminées qu'au moment des révisions historiques, comme celle réalisée en novembre1997. Il s'agissait de la cinquième révision historique des séries du SCN, et la plus complète, effectuées depuis 1961 les révisions antérieures ont eu lieu à la fin des années 60, à la fin des années 70, en 1985 et en 1990. Comme nous avons procédé à une révision historique presque toutes les décennies pour commencer, puis plus fréquemment depuis les années 80, le système canadien n'a présenté des discontinuités statistiques que pendant de brèves périodes.

    Date de diffusion : 1998-04-01

  • Produits techniques : 13F0031M2000003
    Description :

    Ce rapport examine le SCNC de 1997et met en lumière ses différences avec le SCN de 1993, ce qui permet de mieux comprendre le système canadien par rapport à celui des autres pays. Nos divergences occasionnelles par rapport aux directives du SCN de 1993 tiennent avant tout à des considérations pragmatiques, telles la structure institutionnelle, les sources des données statistiques, la disponibilité et l'utilisation efficiente des ressources.

    Date de diffusion : 1998-04-01

  • Produits techniques : 13F0031M2000004
    Description :

    Les changements apportés lors de la présente révision historique, décrit en détail les changements, plus d'une centaine en tout, effectués dans les comptes. Il s'agit d'une mise à jour du rapport paru en août 1996: les décisions n'entraînant aucune modification des comptes ont été supprimées, plusieurs nouvelles questions ont été ajoutées et nombre de décisions ont fait l'objet d'une nouvelle rédaction.

    Date de diffusion : 1998-04-01

Données (0)

Données (0) (Aucun résultat)

Votre recherche pour «» n’a donné aucun résultat dans la présente section du site.

Vous pouvez essayer :

Analyses (0)

Analyses (0) (Aucun résultat)

Votre recherche pour «» n’a donné aucun résultat dans la présente section du site.

Vous pouvez essayer :

Références (69)

Références (69) (25 of 69 results)

  • Produits techniques : 15F0004X
    Description :

    On utilise généralement les modèles des entrées-sorties pour simuler l'incidence économique, d'une dépense sur un panier donné de biens et de services ou sur la production d'une ou de plusieurs industries. Les résultats de la simulation obtenus par suite d'un « choc » subi par un modèle d'entrées-sorties montreront les effets directs, indirects et induits de ce choc sur le PIB, les industries qui en tirent le plus d'avantages, le nombre d'emplois créés, les estimations brutes des impôts indirects et des subventions accordées, etc. Pour de plus amples renseignements, consultez le Guide d'utilisation du modèle d'entrées-sorties, qui est gratuit et disponible sur demande.

    À diverses occasions, des clients ont demandé s'ils pouvaient utiliser les modèles des prix des entrées-sorties ou de l'énergie, des modèles fiscaux ou des modèles de marchés. Sous réserve de leur disponibilité, des arrangements peuvent être pris pour l'utilisation de ces modèles sur demande.

    Le modèle d’entrées-sorties national n’était pas diffusé en 2015 ou 2016.

    Date de diffusion : 2017-06-09

  • Produits techniques : 15F0046X
    Description :

    Les multiplicateurs d'entrées-sorties sont dérivés des tableaux des ressources et des emplois. Ils sont utilisés pour évaluer les effets sur l'économie d'un changement exogène dans la demande finale pour la production d'une industrie donnée. Ils fournissent une mesure d'interdépendance entre une industrie et le reste de l'économie.

    Les multiplicateurs nationaux et provinciaux présentent les effets directs, indirects et induits sur la production brute, les composantes détaillées du PIB, l'emploi et les importations. Tout comme les tableaux des ressources et des emplois, les multiplicateurs sont disponibles selon quatre niveaux d'agrégation : le niveau de détail (236 industries), le niveau lien 1997 (187 industries), le niveau lien 1961 (111 industries) et le niveau sommaire (35 industries).

    Les multiplicateurs nationaux et provinciaux n’étaient pas diffusés en 2015 ou 2016.

    Date de diffusion : 2017-06-09

  • Produits techniques : 15F0009X
    Description :

    On utilise généralement les modèles des entrées-sorties pour simuler l'incidence économique, d'une dépense sur un panier donné de biens et de services ou sur la production d'une ou de plusieurs industries. Les résultats de la simulation obtenus par suite d'un « choc » subi par un modèle d'entrées-sorties montreront les effets directs, indirects et induits de ce choc sur le PIB, les industries qui en tirent le plus d'avantages, le nombre d'emplois créés, les estimations brutes des impôts indirects et des subventions accordées, etc. Pour de plus amples renseignements, consultez le Guide d'utilisation du modèle d'entrées-sorties, qui est gratuit et disponible sur demande.

    À diverses occasions, des clients ont demandé s'ils pouvaient utiliser les modèles des prix des entrées-sorties ou de l'énergie, des modèles fiscaux ou des modèles de marchés. Sous réserve de leur disponibilité, des arrangements peuvent être pris pour l'utilisation de ces modèles sur demande.

    Le modèle d’entrées-sorties interprovincial n’était pas diffusé en 2015 ou 2016.

    Date de diffusion : 2017-06-09

  • Produits techniques : 15-206-X
    Description :

    Cette publication de référence sur la productivité au Canada montre comment les tendances de la productivité affectent le niveau de vie au Canada et permet de mesurer la performance de l'économie canadienne et celle d'autres pays en termes de productivité. Dans les articles, on traite de la productivité et des questions connexes et on examine les sources sous-jacentes à la croissance économique au Canada.

    Date de diffusion : 2015-01-26

  • Produits techniques : 15-206-X2015039
    Description :

    Le présent document fournit les estimations mises à jour des taux de dépréciation qu’il convient d’utiliser dans les Comptes canadiens de productivité pour calculer le stock de capital et le coût d’usage du capital. Les estimations sont dérivées des courbes de dépréciation établies pour un ensemble varié d’actifs en se basant sur les profils des prix de revente et des âges de mise hors service.

    La méthode du maximum de vraisemblance est appliquée pour estimer conjointement les variations de la valeur des actifs au cours de leur vie utile, ainsi que la nature du processus de mise hors service des actifs utilisés, afin de produire les taux de dépréciation. Cette méthode convient mieux que d’autres, car elle produit des estimations dont le biais est plus faible et l’efficacité, plus élevée.

    Les estimations antérieures, calculées pour la période allant de 1985 à 2001, sont comparées à celles obtenues pour la période la plus récente, allant de 2002 à 2010.

    Date de diffusion : 2015-01-26

  • Produits techniques : 15-206-X2014038
    Description :

    Le présent document fournit un aperçu du programme de productivité de Statistique Canada et une brève description du rendement du Canada en matière de productivité. Il définit la productivité et les diverses mesures utilisées pour examiner les différentes facettes de la croissance de la productivité. Il décrit la différence entre des mesures de productivité partielles (par exemple, la productivité du travail) et une mesure plus complète (productivité multifactorielle) ainsi que les avantages et désavantages de chacune de ces mesures. Le document explique pourquoi la productivité est importante. Il décrit sommairement comment la croissance de la productivité s’intègre dans le cadre comptable de la croissance et comment on utilise ce dernier pour examiner les diverses sources de croissance économique. Il présente brièvement les défis que les statisticiens doivent relever lorsqu’ils mesurent la croissance de la productivité. Il fournit également un survol de la productivité à long terme du Canada et compare celle-ci à celle des États-Unis, selon les niveaux de productivité et selon les taux de croissance de la productivité.

    Date de diffusion : 2014-09-15

  • Produits techniques : 15-206-X2014037
    Description :

    Le document présente des estimations de la croissance effective de la productivité multifactorielle (PMF) au Canada, aux États-Unis, en Australie, au Japon et dans certains pays de l’Union européenne (UE), fondées sur la base de données EU KLEMS sur la productivité et sur les tableaux mondiaux des entrées-sorties. La croissance effective de la PMF permet de déterminer l’incidence des gains de productivité dans les industries en amont sur la croissance de la productivité et la compétitivité internationale des industries nationales, ce qui procure une mesure pertinente de la croissance de la productivité et de la compétitivité internationale de la production de produits de demande finale, comme les produits de consommation, de placement et d’exportation. Une part importante de la croissance de la PMF, particulièrement dans les petites économies ouvertes comme celle du Canada, est attribuable aux gains de la production d’intrants intermédiaires dans les pays étrangers. La croissance de la productivité tend à être plus élevée pour les produits de placement et d’exportation que pour les produits de consommation. Les progrès techniques et la croissance de la productivité dans les pays étrangers ont davantage contribué à la croissance de la production de produits de placement et d’exportation qu’à celle de produits de consommation. L’analyse présente des données empiriques cohérentes avec l’hypothèse que la croissance effective de la PMF constitue un indicateur plus approprié de la compétitivité internationale que la croissance standard de la PMF.

    Date de diffusion : 2014-09-09

  • Produits techniques : 15-206-X2014036
    Description :

    Les contrats de location constituent un outil important pour obtenir l’accès à des actifs, obtenir du financement et réduire l’exposition du preneur aux risques qui sont inhérents à la propriété d’actifs. Un contrat de location peut prendre la forme d’une location acquisition ou d’une location exploitation. Dans le cadre d’une location-acquisition, le détenteur du titre de propriété d’un actif (le bailleur) transfère la propriété économique de l’actif à l’utilisateur de ce dernier (le preneur), qui accepte en contrepartie d’assumer les risques d’exploitation et obtient les avantages économiques découlant de l’utilisation de l’actif dans le cadre d’une activité productive. Dans le cas de la location exploitation, le bailleur est à la fois le détenteur du titre de propriété et le propriétaire économique de l’actif loué, de sorte qu’il assume les risques d’exploitation et qu’il reçoit les avantages économiques engendrés par l’actif. Le bailleur transfère uniquement le droit d’utiliser l’actif au preneur.

    Les contrats de location permettent aux entreprises d’acquérir le droit d’utiliser des immobilisations selon des modalités différentes de celles associées à d’autres instruments financiers. Dans le Système de comptabilité nationale du Canada, les actifs pris en location sont enregistrés en fonction de leur propriétaire plutôt que de leur utilisateur. La distinction qui est faite entre la propriété — en particulier le titre de propriété — des immobilisations et l’utilisation de ces dernières soulève des difficultés lorsque l’on veut mesurer la productivité. Pour obtenir des mesures de la productivité qui soient uniformes au niveau des industries, les immobilisations louées doivent être réaffectées des comptes de leur propriétaire à ceux de leur utilisateur. Dans la présente étude, les bilans des sociétés établis conformément à l’Index général des renseignements financiers (IGRF) ainsi que des tableaux d’entrées sorties détaillés sont utilisés pour tester la robustesse des pratiques servant actuellement à recueillir des données sur les immobilisations louées.

    Date de diffusion : 2014-07-22

  • Produits techniques : 15-206-X2014035
    Description :

    Le présent rapport décrit les révisions apportées à la mesure de la croissance de la productivité multifactorielle (PMF) et aux variables connexes dans le secteur des entreprises et pour différentes industries. Ces révisions ont découlé de la révision historique du Système de comptabilité nationale du Canada (SCNC) diffusée le 1er octobre 2012, des révisions apportées aux comptes de la productivité du travail du 12 octobre 2012, ainsi que des modifications apportées à l’estimation de l’entrée de capital en vue d’accroître son uniformité dans les estimations de la croissance de la PMF par industrie.

    Le Programme de la productivité multifactorielle produit des indices de la PMF et des mesures connexes (production, entrée de capital, entrée de travail et entrées intermédiaires) pour le secteur des entreprises, les différents sous secteurs économiques et les industries qui les composent. Le Programme de la PMF ventile la croissance de la productivité du travail en fonction de ses principaux déterminants : l’intensité du capital (variations du capital par heure travaillée), l’investissement dans le capital humain et la PMF, qui englobe le changement technologique, l’innovation organisationnelle et les économies d’échelle.

    Date de diffusion : 2014-07-08

  • Produits techniques : 15-206-X2014033
    Description :

    Le présent document vise à examiner et à comparer la productivité du travail au Canada et aux États-Unis, pour les petites et les grandes entreprises, au cours de la période de 2002 à 2008. L'étude vise à quantifier l'importance relative des petites et de grandes entreprises au Canada et aux États-Unis, ainsi qu'à mesurer les niveaux de productivité relative des petites et des grandes entreprises.

    Les petites entreprises sont relativement plus importantes dans l'économie canadienne. Elles sont moins productives que les grandes entreprises dans les deux pays. Toutefois, le désavantage au chapitre de la productivité des petites entreprises par rapport aux grandes entreprises est plus important au Canada.

    L'étude fournit une estimation des répercussions que ces différences ont sur l'écart entre les niveaux de productivité du Canada et des États-Unis. Elle comprend tout d'abord une estimation des changements qui se produiraient dans la productivité agrégée du travail au Canada si la proportion des heures travaillées dans les grandes entreprises augmentait pour se situer au même niveau qu'aux États-Unis. Elle vise en outre à quantifier les répercussions de l'augmentation de la productivité relative des petites entreprises par rapport aux grandes entreprises au Canada jusqu'au ratio de productivité relative des petites et des grandes entreprises qui existe aux États-Unis.

    Mises ensemble, la diminution de l'importance relative des petites entreprises dans l'économie et l'augmentation de leur productivité relative par rapport aux grandes entreprises sont à l'origine de la majeure partie de l'écart dans les niveaux de productivité entre le Canada et les États Unis en 2002. Toutefois, les changements dans l'économie qui se sont produits entre 2002 et 2008 ont diminué la contribution du secteur des petites entreprises à l'écart dans les niveaux de productivité.

    Date de diffusion : 2014-01-08

  • Produits techniques : 15-206-X2013032
    Description :

    Dans cet article sont examinées les différences de productivité du travail entre les entreprises de petite, de moyenne et de grande taille au Canada.

    En 2008, le niveau de la productivité du travail, mesuré par le produit intérieur brut nominal par heure travaillée, des grandes entreprises était supérieur à celui des entreprises de moyenne et de petite taille. Cet écart entre les grandes entreprises et les petites et moyennes entreprises s'est légèrement resserré pendant la période postérieure à 2000.

    L'article examine aussi l'incidence des changements de la structure industrielle sur la productivité du travail.

    Date de diffusion : 2013-08-26

  • Produits techniques : 15-206-X2013031
    Description :

    Le présent document décrit l'évolution du Programme de la productivité multifactorielle lancé à Statistique Canada en 1987, ainsi que les améliorations apportées à la mesure de la productivité multifactorielle depuis ce temps. Ces améliorations prennent en compte les nouvelles notions abordées dans les ouvrages économiques publiés, les meilleures sources de données disponibles et les besoins de la collectivité des utilisateurs. Le document résume en outre les recherches effectuées à partir d'autres données et méthodologies pour évaluer l'exactitude du Programme de la productivité multifactorielle et pour éclairer des domaines que les programmes internationaux courants sur la productivité multifactorielle laissent de côté. Enfin, le document fait état des orientations pour l'avenir qui sont envisagées en vue d'améliorer encore la mesure de la productivité à Statistique Canada.

    Date de diffusion : 2013-05-28

  • Produits techniques : 15-206-X2013030
    Description :

    Le présent document donne une perspective provinciale du ralentissement de la croissance de la productivité et de la croissance économique dans l'ensemble du secteur canadien des entreprises entre 2000 et 2010, comparativement à la fin des années 1990. L'étude s'appuie sur la base de données provinciales sur la productivité multifactorielle la plus récente.

    Date de diffusion : 2013-04-17

  • Produits techniques : 15-206-X2012029
    Description :

    Les immobilisations incorporelles sont constituées des investissements qui n'ont pas les caractéristiques matérielles solides des machines et du matériel ou des immeubles. Néanmoins, ces investissements partagent certaines caractéristiques avec d'autres types d'investissements du fait qu'ils produisent des avantages durables, découlant de dépenses qui sont effectuées aujourd'hui. Dans les Comptes nationaux, ces dépenses doivent être capitalisées plutôt que passées en charges comme matières intermédiaires, aux fins de l'estimation du produit intérieur brut (PIB).

    Dans des ouvrages récents, on s'est penché sur les problèmes liés à la mesure des actifs incorporels. Baldwin et coll. (2005) ont abordé les problèmes entourant la recherche et développement (R-D). Ils ont noté que la R-D n'est que l'une des composantes des dépenses en innovation. Baldwin et coll. (2009) ont élargi la mesure des investissements incorporels au-delà de la R-D uniquement. Évidemment, le logiciel et la R-D figurent au c'ur des investissements incorporels. Toutefois, ceux-ci sont aussi constitués des services scientifiques achetés, des services scientifiques pour compte propre, des dépenses d'exploration dans le secteur des ressources et des dépenses de publicité, parce qu'ils représentent des actifs incorporels et produisent des avantages à long terme.

    Le présent document s'inscrit dans le prolongement des travaux antérieurs des auteurs de trois façons. Tout d'abord, il élargit la recherche à plusieurs nouveaux domaines, qui sont appelés compétences économiques. Il s'agit principalement des investissements dans le capital humain, par l'entremise des investissements dans la gestion et la formation, ainsi que des services de conseils en gestion. Cela permet non seulement d'assurer une couverture plus large, mais aussi d'effectuer des comparaisons entre le Canada et les États-Unis.

    En deuxième lieu, le présent document va au-delà de la mesure simple des investissements et comprend aussi l'élaboration d'estimations du stock de capital. Cela nécessite des hypothèses concernant les taux d'amortissement. Dans les deux cas, le document repose sur des hypothèses similaires à celles utilisées ailleurs pour l'élaboration d'estimations pour les États-Unis, afin de permettre la comparabilité.

    En troisième lieu, le document intègre les estimations des immobilisations incorporelles dans le cadre comptable de la croissance, afin de comprendre son lien avec la croissance de la productivité. Une comparaison du Canada et des États-Unis à cet égard est aussi fournie.

    Date de diffusion : 2012-06-01

  • Produits techniques : 15-206-X2010028
    Description :

    La présente étude s'appuie sur de nouvelles estimations du PIB du secteur des entreprises non constituées en société afin d'examiner la productivité du travail de ce secteur et de la comparer à celle du secteur des sociétés au cours de la période allant de 1987 à 2005. Le niveau du PIB nominal par heure travaillée des entreprises non constituées en société (23,20 $ en 2005) est nettement plus bas que celui observé pour les sociétés (43,40 $ en 2005). En 2005, le PIB par heure travaillée du secteur des entreprises non constituées en société était égal à seulement 53 % de celui du secteur des sociétés.

    Date de diffusion : 2010-10-18

  • Produits techniques : 15-206-X2010027
    Description :

    Les mesures de la productivité sont calculées en établissant une comparaison entre les sorties et les entrées. Le Système de comptabilité nationale (SCN) du Canada offre un cadre utile pour organiser les renseignements nécessaires aux comparaisons de ce type. Les systèmes intégrés des comptes économiques présentent des estimations de rechange cohérentes et uniformes des différents concepts pouvant être utilisés pour mesurer la productivité.

    Date de diffusion : 2010-06-29

  • Produits techniques : 15-206-X2009025
    Description :

    Baldwin et Gu (2008) donnent un aperçu du programme de la productivité de Statistique Canada et une brève description du rendement du Canada en matière de productivité. Le présent document offre une mise à jour de la productivité du Canada au cours des années plus récentes et une analyse des sources de faible productivité au Canada depuis 2000.

    Date de diffusion : 2009-08-04

  • Produits techniques : 15-206-X2009024
    Description :

    Nous utilisons des données au niveau de l'établissement sur la croissance de la productivité et sur la variation des parts de marché au cours de différentes périodes réparties à l'intérieur des années 1970, 1980 et 1990 afin de déterminer si les établissements dont la part de marché diminue profitent de retombées de productivité attribuables à des producteurs plus prospères, et si la distance entre établissements a une incidence sur les retombées. Nous voulons surtout savoir dans quelle mesure les externalités de productivité atténuent les forces centrifuges qui éloignent les établissements en croissance de leurs rivaux en déclin en raison des avantages que détiennent les premiers au chapitre de la productivité.

    Le document porte principalement sur la productivité des établissements dont la part de marché diminue, ces établissements étant susceptibles de profiter de retombées de productivité. Nous examinons deux sources de retombées possibles, soit les établissements rivaux se situant à la frontière technologique et ceux qui accroissent activement leur part de marché. Aux fins de l'analyse, nous mettons de l'avant un modèle du processus d'externalité dans lequel la productivité des établissements en déclin subit l'influence de trois facteurs : (1) la distance économique entre l'établissement en déclin et sa frontière technologique au début d'une période donnée; (2) les gains de productivité réalisés simultanément par les établissements rivaux qui s'emparent de parts de marché aux dépens des établissements en déclin; (3) la distance séparant les établissements rivaux.

    Nous déterminons l'existence et, le cas échéant, l'importance de ces sources de retombées (établissements se situant à la frontière et établissements qui accroissent leur part de marché) en raison de ce qu'elles révèlent au sujet du genre d'information sur la production détenue par les établissements rivaux et que les établissements en difficulté peuvent assimiler. Les retombées associées aux établissements se situant à la frontière refléteront probablement les pratiques exemplaires des chefs de file de l'industrie, tandis que celles émanant des établissements qui accroissent leur part de marché seront reliées à de nouvelles sources de savoir sur la production qui émergeront au fil du déplacement constant de la frontière. Notre modèle comprend également des renseignements géographiques sur la distance qui sépare les établissements en déclin des établissements à la frontière et de ceux dont la part de marché augmente, de façon à vérifier si les retombées de productivité sont circonscrites spatialement. Les résultats montrent que les gains de productivité des établissements plus prospères profitent à leurs rivaux en difficulté, et que ces avantages sont inversement proportionnels à la distance; il faut toutefois préciser que l'ampleur des retombées dont bénéficient les établissements en déclin et qui sont attribuables aux établissements en expansion est relativement faible. Les retombées ne représentent pas un filet de sécurité très solide pour les producteurs qui prennent du retard par rapport aux chefs de file au chapitre de la productivité. Le présent document montre également que les établissements en déclin qui, au départ, se situent en deçà de la frontière technologique sont susceptibles de perdre encore plus de terrain une fois que l'on prend en compte l'effet de la tendance à revenir à la moyenne.

    Date de diffusion : 2009-05-19

  • Produits techniques : 15-206-X2009023
    Description :

    Le présent document porte sur l'impact des révisions apportées aux estimations de la productivité du travail et aux variables associées incluses dans le cycle de révision des Comptes nationaux de 2004 à 2007 pour le Canada et de 2005 à 2007 pour les États-Unis.

    Date de diffusion : 2009-03-11

  • Produits techniques : 15-206-X2008021
    Description :

    Le cadre comptable de la croissance est utilisé dans cette étude afin d'évaluer l'importance du capital public dans la croissance de productivité du secteur privé. La majeure partie des estimations conventionnelles de la productivité multifactorielle (PMF) se limite à la contribution du secteur des entreprises. Cette analyse présente de nouvelles mesures expérimentales d'estimations de la productivité multifactorielle pour le secteur des entreprises qui incorporeraient la contribution du capital public. Elle emploie l'estimation de l'élasticité de la production du secteur des entreprises par rapport au capital public (tiré de l'étude de R. Macdonald (2008)). Les estimations conventionnelles de la croissance de la productivité multifactorielle s'élèvent en moyenne à environ 0,4 % par an au cours de la période. Près de la moitié de cette croissance est attribuable au capital public.

    Date de diffusion : 2009-01-14

  • Produits techniques : 15-206-X2008022
    Description :

    De nombreuses comparaisons historiques de la productivité internationale sont fondées sur des mesures de la productivité du travail (production par travailleur). Les différences de productivité du travail peuvent tenir à des différences d'efficacité technique ou d'intensité capitalistique. L'adoption de mesures de la productivité totale des facteurs permet de procéder à des comparaisons internationales pour déterminer si les différences de productivité du travail tiennent à des différences d'efficacité ou à des différences entre les facteurs utilisés dans le processus de production.

    Le présent document examine les différences de production par travailleur dans le secteur de la fabrication au Canada et aux États-Unis en 1929 et la mesure dans laquelle ces différences tiennent à des différences d'efficacité. Nous apportons des corrections pour tenir compte des différences d'intensité de capital et d'utilisation de matières par travailleur afin d'obtenir une mesure de l'efficacité totale des facteurs au Canada par rapport aux États-Unis, en nous appuyant sur des données détaillées sur les industries. Nous en arrivons à la conclusion que, même si la production par travailleur au Canada correspondait seulement à 75 % environ de celle aux États-Unis, la mesure de la productivité totale des facteurs au Canada était à peu près la même que celle aux États-Unis; autrement dit, il y avait très peu de différence sur le plan de l'efficacité technique entre les deux pays. La plus faible production par travailleur au Canada était attribuable à l'utilisation d'une plus faible quantité de capital et de matières par travailleur qu'aux États-Unis.

    Date de diffusion : 2008-12-23

  • Produits techniques : 15-206-X2008020
    Description :

    Les auteurs de cette étude comparent la croissance de la productivité d'un ensemble d'industries réglementées au Canada et aux États-Unis. À partir des données de la base de données KLEMS de Statistique Canada et de celles du Bureau of Economic Analysis des États-Unis, l'étude examine la croissance de la productivité dans les services de transport (qui incluent le transport aérien et le transport ferroviaire), la radiodiffusion et les télécommunications et les services financiers (qui incluent les intermédiaires financiers et les assurances) au cours de la période allant de 1977 à 2003. La majorité de ces industries fournissent les réseaux fondamentaux sur lesquels les autres industries s'appuient. Ces secteurs étaient assez fortement réglementés au Canada au début de la période à l'étude (1977), puis ils ont ensuite connu une déréglementation partielle au cours de la période et, enfin, ils étaient toujours soumis à un certain nombre de réglementations à la fin de la période (2003). Une déréglementation a également eu lieu aux États-Unis mais la réglementation a été généralement moins restrictive dans ce pays durant la plus grande partie de la période.

    Les données montrent que plusieurs industries canadiennes ayant fait l'objet d'une déréglementation ont connu une croissance de la productivité du travail et de la productivité multifactorielle plus rapide que l'ensemble du secteur des entreprises canadiennes et que leur productivité a augmenté autant, sinon plus, que celle des industries américaines correspondantes de 1977 à 2003. Il s'agit notamment du transport ferroviaire, de la radiodiffusion et des télécommunications, de l'intermédiation financière et des sociétés d'assurance. La croissance de la productivité dans le secteur du transport aérien a également été moindre au Canada qu'aux États-Unis durant cette période.

    Date de diffusion : 2008-11-26

  • Produits techniques : 12-589-X
    Description :

    Dans cette publication gratuite, on présente les concepts et les critères qui ont servi à déterminer les entités formant le secteur public du Canada.

    La population statistique qui en découle constitue le cadre qui permet d'examiner l'étendue de la participation du gouvernement à la production de biens et de services et le processus connexe d'allocation des ressources au sein de l'économie canadienne.

    Les concepts et les critères contenus dans le guide sont conformes à deux normes de classification reconnues à l'échelon international : le guide du Système de comptabilité nationale de 2008 et le Government Finance Statistics Manual 2001 du Fonds monétaire international (FMI).

    Dans ce guide, on établit également les diverses composantes du secteur public utilisées pour compiler et agréger les données de ce même secteur. Cette structure permet aussi de comparer les finances du gouvernement canadien aux appareils statistiques macroéconomiques internationaux.

    Date de diffusion : 2008-09-26

  • Produits techniques : 15-206-X2008019
    Description :

    L'objectif de cette étude est triple. Pour commencer, nous examinons le niveau de la productivité multifactorielle (PMF) au Canada comparativement aux États-Unis pour la période allant de 1994 à 2003. Puis, nous déterminons l'importance relative des différences d'intensité du capital et de PMF en tenant compte des différences de productivité du travail entre les deux pays. Enfin, nous remontons jusqu'au niveau de l'industrie pour établir les différences de PMF entre le Canada et les États-Unis et nous estimons les contributions respectives des secteurs des biens, des services et du génie à l'écart global de PMF.

    Nos principales constatations sont les suivantes. Premièrement, l'intensité globale du capital est aussi forte au Canada qu'aux États-Unis. Cependant, au Canada, l'intensité du capital varie considérablement selon la catégorie d'actifs. Le Canada possède nettement moins de machines et de matériel, environ la même quantité de bâtiments et beaucoup plus de travaux de génie. Deuxièmement, la plupart des différences de productivité du travail entre le Canada et les États-Unis sont imputables aux différences de PMF. Troisièmement, nos résultats par industrie montrent que les niveaux de la productivité du travail et de la PMF dans les secteurs canadiens des biens et du génie sont proches de ceux observés aux États-Unis. Par contre, dans le secteur des services, les niveaux de productivité du travail et de PMF sont nettement plus faibles au Canada, situation qui explique la plupart de la différence de niveau global de productivité entre les deux pays.

    Date de diffusion : 2008-07-21

  • Produits techniques : 15-206-X2008018
    Description :

    Les données officielles produites par les organismes statistiques ne sont pas toujours idéales aux fins de comparaisons entre pays en raison de différences relatives aux sources de données et de la méthodologie. Les analystes qui procèdent à des comparaisons entre pays doivent choisir avec soin entre plusieurs options et parfois adapter les données à leurs propres fins. Dans le présent document, nous élaborons des estimations comparables du stock de capital pour examiner l'intensité relative du capital au Canada et aux États Unis.

    À cette fin, nous appliquons des taux de dépréciation communs aux actifs du Canada et des États-Unis pour produire des estimations comparables du stock de capital selon la catégorie d'actifs et selon l'industrie dans les deux pays. Après application de taux de dépréciation communs, nous concluons que l'intensité du capital est plus forte dans le secteur canadien des entreprises que dans le secteur des entreprises aux États-Unis. Il s'agit du résultat net de ratios assez différents au niveau des actifs individuels. L'intensité des actifs d'infrastructure de génie par dollar de produit intérieur brut produit est plus forte au Canada. L'intensité des actifs des machines et du matériel (M et M) liés aux technologies de l'information et des communications (TIC) est plus faible au Canada. L'intensité des actifs des M et M non TIC et des bâtiments est semblable dans les deux pays.

    Toutefois, ces résultats ne tiennent pas compte du fait que les différentes intensités du capital selon les actifs au Canada et aux États-Unis peuvent provenir d'une structure industrielle différente. Lorsque les actifs et la structure industrielle sont pris en compte, la situation globale est un peu modifiée. Au Canada, l'intensité des actifs d'infrastructure de génie est toujours plus forte et l'intensité des actifs des bâtiments demeure semblable; toutefois, ce pays enregistre un déficit en intensité des actifs des M et M qui surpasse celui des actifs des TIC.

    Date de diffusion : 2008-07-10

Explorez notre page de partenaires pour trouver la liste complète de nos partenaires et de leurs produits associés.

Date de modification :