Statistiques par sujet – Services correctionnels

Autres ressources disponibles pour appuyer vos recherches.

Aide pour trier les résultats
Explorer notre base centrale des principaux concepts normalisés, définitions, sources de données et méthodes.
En cours de chargement
Chargement en cours, veuillez patienter...
Tout (9)

Tout (9) (9 of 9 results)

  • Articles et rapports : 85-002-X201100111440
    Description :

    Cet article présente de l'information sur les tendances à court et à long termes de l'utilisation de la détention provisoire pour les adultes et les jeunes aux échelons du pays, des provinces et des territoires. La détention provisoire est le placement sous garde temporaire d'une personne qui attend son procès, le prononcé de sa sentence ou le début d'une incarcération. L'analyse porte sur le nombre d'adultes et de jeunes en détention provisoire, sur le nombre d'admissions d'adultes et de jeunes en détention provisoire et sur la durée des séjours en détention provisoire. Sont également analysées les caractéristiques des personnes qui se trouvent en détention provisoire, notamment l'âge, le sexe et l'identité autochtone.

    Date de diffusion : 2011-05-17

  • Articles et rapports : 85-002-X201000311353
    Description :

    Cet article de Juristat donne un aperçu des caractéristiques des adultes admis aux services correctionnels en 2008-2009, ou remis en liberté, et dresse un bilan du nombre de cas traités. Il présente également les tendances des données remontant à 2004-2005. Dans cet article, nous nous reportons aux données tirées de l'Enquête sur les services correctionnels pour adultes (ESCA) et de l'Enquête intégrée sur les services correctionnels (EISC) afin de produire une analyse du nombre d'admissions dans les établissements provinciaux, territoriaux et fédéraux (détention après condamnation, détention provisoire et autre détention temporaire) et du nombre d'adultes qui sont sous surveillance communautaire (probation, condamnation avec sursis, mise en liberté d'office et surveillance des personnes en liberté conditionnelle). Ces données servent à examiner les principales caractéristiques, comme l'âge, le sexe, l'identité autochtone, ainsi que l'infraction la plus grave et la durée du temps passé en détention. Nous retrouvons également dans cet article une analyse d'autres caractéristiques, comme l'état matrimonial, l'emploi et le niveau de scolarité, pour les adultes en détention dans les secteurs de compétence qui ont fourni des données détaillées (c.-à-d. Terre-Neuve-et-Labrador, Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Ontario, Saskatchewan et le Service correctionnel du Canada). On présente également dans cet article une tendance sur dix ans des coûts des services correctionnels ainsi que le nombre d'établissements correctionnels qui oeuvrent au Canada.

    Date de diffusion : 2010-10-26

  • Articles et rapports : 85-002-X201000111147
    Description :

    Cet article de Juristat donne un aperçu des caractéristiques des jeunes de 12 à 17 ans admis aux services correctionnels en 2008-2009, ou remis en liberté, et dresse un bilan du nombre de cas traités. Il renferme également une analyse portant spécifiquement sur les jeunes autochtones dans les établissements correctionnels. Au moyen de données tirées de l'Enquête sur les services communautaires et le placement sous garde des jeunes (ESCPSGJ) et de l'Enquête intégrée sur les services correctionnels (EISC), on a analysé les tendances relatives aux placements et aux libérations des jeunes en détention après condamnation, en détention provisoire (détention avant procès) ou en probation, tout en tenant compte des facteurs clés de chaque cas, comme l'âge, le sexe, l'infraction la plus grave et la durée de la peine purgée. Quant à l'analyse sur les jeunes autochtones, elle inclut des comparaisons avec les jeunes non autochtones relativement aux taux d'incarcération au jour du Recensement de 2006 pour les secteurs de compétence ayant fourni des données détaillées (Terre-Neuve-et-Labrador et Nouveau-Brunswick combinés, Ontario et Alberta), à la durée de la peine purgée en détention et au type d'infraction.

    Date de diffusion : 2010-04-27

  • Articles et rapports : 85-002-X20070049645
    Description :

    Dans ce Juristat, on dresse le portrait de tous les refuges au Canada qui ont offert des services d'hébergement aux femmes violentées et à leurs enfants en 2005-2006. En outre, grâce à un instantané d'un jour (soit le 19 avril 2006), on y présente certaines caractéristiques des résidents (c.-à-d. les raisons pour lesquelles ils se sont rendus dans un refuge, les responsabilités parentales, le lien avec l'agresseur, les séjours à répétition, etc.). Les données figurant dans ce Juristat sont tirées principalement de l'Enquête sur les maisons d'hébergement (EMH). L'EMH, qui consiste en un recensement biennal de tous les établissements d'hébergement pour les femmes victimes de violence familiale, est menée par le Centre canadien de la statistique juridique dans le cadre de l'Initiative fédérale de lutte contre la violence familiale. Des questionnaires sont envoyés par courrier à tous les refuges et organismes reconnus pour fournir des services d'hébergement aux femmes violentées dans l'ensemble des provinces et des territoires. L'EMH permet de recueillir des renseignements sur les caractéristiques des résidents des refuges au cours d'une journée donnée, ainsi que sur les caractéristiques des établissements durant les 12 mois précédents (du 1er avril 2005 au 31 mars 2006). On présente également dans le rapport des comparaisons fondées sur des données tirées de séries chronologiques provenant du fichier sur les tendances de l'EMH. Le fichier sur les tendances de l'EMH ne comprend que les données des établissements qui ont participé à chaque cycle de l'enquête depuis 1997-1998.

    Date de diffusion : 2007-06-29

  • Articles et rapports : 85-002-X20070029601
    Description :

    Ce Juristat présente un aperçu des jeunes personnes sous surveillance correctionnelle. Il s'agit en outre de la première diffusion des données de l'Enquête sur les services communautaires et le placement sous garde des jeunes (ESCPSGJ) et l'Enquête intégrée sur les services correctionnels (EISC) depuis la mise en vigueur de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents (LSJPA), le 1er avril 2003. Les services correctionnels comprennent la détention provisoire (détention avant comparution), les placements sous garde en milieux fermé et ouvert, la probation, les ordonnances différées de placement sous garde et de surveillance, et la partie communautaire des peines de garde.

    Dans le Juristat, on examine les données sur les services correctionnels pour les jeunes provenant de deux sources : 1) le Rapport sur les indicateurs clés pour les jeunes, qui sert à dénombrer le nombre de jeunes sous garde en un jour moyen et en probation à la fin d'un mois donné. Un examen des tendances fournit un aperçu du nombre de cas de jeunes sous surveillance correctionnelle, ainsi que des taux d'incarcération et de probation; et 2) l'ESCPSGJ et l'EISC, qui permet de recueillir des données sur les admissions de jeunes aux programmes de détention et de surveillance dans la collectivité et sur leur libération de ces programmes. Ces données servent à examiner les principales caractéristiques des cas, comme l'âge, le sexe, l'identité autochtone ou non autochtone, ainsi que l'infraction la plus grave et la durée de la peine purgée. Les données sont analysées à l'échelon des provinces et des territoires ainsi qu'à l'échelon national.

    Date de diffusion : 2007-03-14

  • Articles et rapports : 85-002-X20060029082
    Description :

    Ce Juristat présente un aperçu des jeunes personnes sous surveillance correctionnelle. Il s'agit en outre de la première diffusion des données de l'Enquête sur les services communautaires et le placement sous garde des jeunes (ESCPSGJ) depuis la mise en vigueur de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents (LSJPA), le 1er avril 2003. Les services correctionnels comprennent la détention avant comparution (détention provisoire), les placements sous garde en milieux fermé et ouvert, la probation ainsi que les nouvelles options de peine sous le régime de la LSJPA, qui incluent les ordonnances différées de placement sous garde et de surveillance, la partie communautaire des peines de garde et les programmes d'assistance et de surveillance intensives.

    Dans le Juristat, on examine les données sur les services correctionnels pour les jeunes provenant de deux sources : 1) le Rapport sur les indicateurs clés pour les jeunes, qui sert à dénombrer le nombre de jeunes sous garde en un jour moyen et en probation à la fin d'un mois donné. Un examen des tendances fournit un aperçu du nombre de cas de jeunes sous surveillance correctionnelle, ainsi que des taux d'incarcération et de probation; et 2) l'ESCPSGJ, qui permet de recueillir des données sur les admissions de jeunes aux programmes de détention et de surveillance dans la collectivité et sur leur libération de ces programmes. Ces données servent à examiner les principales caractéristiques des cas, comme l'âge, le sexe, l'identité autochtone ou non autochtone, ainsi que l'infraction la plus grave et la durée de la peine purgée. Les données sont analysées à l'échelon des provinces et des territoires ainsi qu'à l'échelon national.

    Date de diffusion : 2006-03-28

  • Articles et rapports : 85-002-X20000038376
    Description :

    Dans le présent Juristat, on résume les données et tendances relatives aux services correctionnels canadiens, qui ont été recueillies au moyen de l'Enquête sur les services correctionnels pour adultes (SCA) pour l'exercice 1998-1999. On y présente de l'information sur la composition du système correctionnel, le nombre et les caractéristiques des délinquants sous surveillance dans un établissement de détention ou dans la collectivité, et les coûts associés à l'administration du système correctionnel. Des données plus détaillées sont fournies dans le produit de tableaux de données intitulé Services correctionnels pour adultes au Canada, tableaux de données, 1998-1999 (Centre canadien de la statistique juridique, 2000).

    Date de diffusion : 2000-06-01

  • Articles et rapports : 85-002-X19990058300
    Description :

    Le présent Juristat dresse le profil de trois populations de détenus : les femmes, les Autochtones et les condamnés à perpétuité. Les données sont basées un recensement des détenus adultes inscrits au registre dans tous les établissements correctionnels pour adultes à minuit le 5 octobre 1996. Les données ont été extraites de dossiers administratifs. Les premières données de ce recensement ont été diffusées dans un Juristat le 4 juin 1998. Des renseignements détaillés ont également été fournis dans un rapport détaillé de 480 pages paru le 17 mars 1999.

    Même si l'ensemble de la population du Canada se composait d'un nombre presque égal d'hommes et de femmes, les femmes représentaient 5 % des détenus dans les établissements correctionnels le 5 octobre 1996. Les femmes détenues avaient tendance à être au début de la trentaine, à être célibataires, à avoir une 9e année ou moins, et à être sans emploi au moment de l'admission. Elles étaient considérées comme posant un risque de récidive moins élevé que les hommes.

    Les Autochtones étaient surreprésentés dans le système carcéral. Même s'ils composaient seulement 2 % de la population adulte générale, ils formaient 17 % de la population carcérale. Ils étaient, en moyenne, plus jeunes que les détenus non autochtones, avaient moins d'instruction, et étaient plus susceptibles d'avoir été sans emploi. Ils étaient aussi considérés comme présentant un risque de récidive plus grave, et ils affichaient des besoins plus élevés que les détenus non autochtones.

    Les données ont également révélé qu'à minuit le 5 octobre 1996, les condamnés à perpétuité représentaient près du cinquième (18 %) des 13 900 détenus ou presque incarcérés dans les prisons fédérales. Une personne peut être condamnée à l'emprisonnement à perpétuité si elle a été reconnue coupable d'infractions comme un meurtre au premier ou au second degré. Pour être admissible à la libération conditionnelle, un condamné à perpétuité doit avoir purgé au minimum entre 10 et 25 ans de sa peine.

    Les détenus qui purgent des peines à perpétuité avaient tendance à être plus âgés et moins instruits que les autres détenus dans la population carcérale. Le jour de l'instantané, leur âge médian était de 39 ans comparativement à 33 pour les autres détenus. Plus de la moitié (56 %) des condamnés à perpétuité avaient une 9e année ou moins, comparativement à 44 % des autres détenus.

    En outre, la majorité (84 %) des détenus purgeant des peines à perpétuité étaient considérés comme posant un risque élevé de récidive, une proportion beaucoup plus forte que la proportion de 53 % chez les autres détenus.

    Fait peu étonnant, les condamnés à perpétuité affichaient des besoins plus élevés, c'est-à-dire des problèmes nécessitant une intervention, comme des problèmes personnels et affectifs, des problèmes au niveau des relations matrimoniales/ familiales, des problèmes d'attitude et des problèmes de fonctionnement dans la collectivité.

    Pour plus de renseignements ou pour s'enquérir des concepts, des méthodes ou de la qualité des données de cette diffusion, ou encore pour commander un exemplaire du Juristat, communiquez avec les Services d'information à la clientèle (613-951-9023 ou 1-800-387-2231), Centre canadien de la statistique juridique.

    Date de diffusion : 1999-04-22

  • Articles et rapports : 85-002-X19980088290
    Description :

    Ces rapports en série présentent des statistiques et de l'analyse détaillées des divers sujets et questions portant sur le système de justice pénale au Canada. Les Juristat annuels sont basés sur des sujets tel que : la criminalité, l'homicide, les tribunaux de la jeunesse et pour adultes et les services correctionnels. À chaque année, des Juristat additionnels sont rédigés et abordent des questions actuelles qui préoccupent la communauté de la justice. Ce périodique unique en son genre intéresse grandement les personnes chargées de planifier, de mettre sur pied, d'administrer et d'évaluer les programmes et les projets dans le domaine de la justice ou toute personne qui s'intéresse à l'appareil judiciaire canadien.

    Date de diffusion : 1998-06-04

Données (0)

Données (0) (Aucun résultat)

Votre recherche pour «» n’a donné aucun résultat dans la présente section du site.

Vous pouvez essayer :

Analyses (9)

Analyses (9) (9 of 9 results)

  • Articles et rapports : 85-002-X201100111440
    Description :

    Cet article présente de l'information sur les tendances à court et à long termes de l'utilisation de la détention provisoire pour les adultes et les jeunes aux échelons du pays, des provinces et des territoires. La détention provisoire est le placement sous garde temporaire d'une personne qui attend son procès, le prononcé de sa sentence ou le début d'une incarcération. L'analyse porte sur le nombre d'adultes et de jeunes en détention provisoire, sur le nombre d'admissions d'adultes et de jeunes en détention provisoire et sur la durée des séjours en détention provisoire. Sont également analysées les caractéristiques des personnes qui se trouvent en détention provisoire, notamment l'âge, le sexe et l'identité autochtone.

    Date de diffusion : 2011-05-17

  • Articles et rapports : 85-002-X201000311353
    Description :

    Cet article de Juristat donne un aperçu des caractéristiques des adultes admis aux services correctionnels en 2008-2009, ou remis en liberté, et dresse un bilan du nombre de cas traités. Il présente également les tendances des données remontant à 2004-2005. Dans cet article, nous nous reportons aux données tirées de l'Enquête sur les services correctionnels pour adultes (ESCA) et de l'Enquête intégrée sur les services correctionnels (EISC) afin de produire une analyse du nombre d'admissions dans les établissements provinciaux, territoriaux et fédéraux (détention après condamnation, détention provisoire et autre détention temporaire) et du nombre d'adultes qui sont sous surveillance communautaire (probation, condamnation avec sursis, mise en liberté d'office et surveillance des personnes en liberté conditionnelle). Ces données servent à examiner les principales caractéristiques, comme l'âge, le sexe, l'identité autochtone, ainsi que l'infraction la plus grave et la durée du temps passé en détention. Nous retrouvons également dans cet article une analyse d'autres caractéristiques, comme l'état matrimonial, l'emploi et le niveau de scolarité, pour les adultes en détention dans les secteurs de compétence qui ont fourni des données détaillées (c.-à-d. Terre-Neuve-et-Labrador, Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Ontario, Saskatchewan et le Service correctionnel du Canada). On présente également dans cet article une tendance sur dix ans des coûts des services correctionnels ainsi que le nombre d'établissements correctionnels qui oeuvrent au Canada.

    Date de diffusion : 2010-10-26

  • Articles et rapports : 85-002-X201000111147
    Description :

    Cet article de Juristat donne un aperçu des caractéristiques des jeunes de 12 à 17 ans admis aux services correctionnels en 2008-2009, ou remis en liberté, et dresse un bilan du nombre de cas traités. Il renferme également une analyse portant spécifiquement sur les jeunes autochtones dans les établissements correctionnels. Au moyen de données tirées de l'Enquête sur les services communautaires et le placement sous garde des jeunes (ESCPSGJ) et de l'Enquête intégrée sur les services correctionnels (EISC), on a analysé les tendances relatives aux placements et aux libérations des jeunes en détention après condamnation, en détention provisoire (détention avant procès) ou en probation, tout en tenant compte des facteurs clés de chaque cas, comme l'âge, le sexe, l'infraction la plus grave et la durée de la peine purgée. Quant à l'analyse sur les jeunes autochtones, elle inclut des comparaisons avec les jeunes non autochtones relativement aux taux d'incarcération au jour du Recensement de 2006 pour les secteurs de compétence ayant fourni des données détaillées (Terre-Neuve-et-Labrador et Nouveau-Brunswick combinés, Ontario et Alberta), à la durée de la peine purgée en détention et au type d'infraction.

    Date de diffusion : 2010-04-27

  • Articles et rapports : 85-002-X20070049645
    Description :

    Dans ce Juristat, on dresse le portrait de tous les refuges au Canada qui ont offert des services d'hébergement aux femmes violentées et à leurs enfants en 2005-2006. En outre, grâce à un instantané d'un jour (soit le 19 avril 2006), on y présente certaines caractéristiques des résidents (c.-à-d. les raisons pour lesquelles ils se sont rendus dans un refuge, les responsabilités parentales, le lien avec l'agresseur, les séjours à répétition, etc.). Les données figurant dans ce Juristat sont tirées principalement de l'Enquête sur les maisons d'hébergement (EMH). L'EMH, qui consiste en un recensement biennal de tous les établissements d'hébergement pour les femmes victimes de violence familiale, est menée par le Centre canadien de la statistique juridique dans le cadre de l'Initiative fédérale de lutte contre la violence familiale. Des questionnaires sont envoyés par courrier à tous les refuges et organismes reconnus pour fournir des services d'hébergement aux femmes violentées dans l'ensemble des provinces et des territoires. L'EMH permet de recueillir des renseignements sur les caractéristiques des résidents des refuges au cours d'une journée donnée, ainsi que sur les caractéristiques des établissements durant les 12 mois précédents (du 1er avril 2005 au 31 mars 2006). On présente également dans le rapport des comparaisons fondées sur des données tirées de séries chronologiques provenant du fichier sur les tendances de l'EMH. Le fichier sur les tendances de l'EMH ne comprend que les données des établissements qui ont participé à chaque cycle de l'enquête depuis 1997-1998.

    Date de diffusion : 2007-06-29

  • Articles et rapports : 85-002-X20070029601
    Description :

    Ce Juristat présente un aperçu des jeunes personnes sous surveillance correctionnelle. Il s'agit en outre de la première diffusion des données de l'Enquête sur les services communautaires et le placement sous garde des jeunes (ESCPSGJ) et l'Enquête intégrée sur les services correctionnels (EISC) depuis la mise en vigueur de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents (LSJPA), le 1er avril 2003. Les services correctionnels comprennent la détention provisoire (détention avant comparution), les placements sous garde en milieux fermé et ouvert, la probation, les ordonnances différées de placement sous garde et de surveillance, et la partie communautaire des peines de garde.

    Dans le Juristat, on examine les données sur les services correctionnels pour les jeunes provenant de deux sources : 1) le Rapport sur les indicateurs clés pour les jeunes, qui sert à dénombrer le nombre de jeunes sous garde en un jour moyen et en probation à la fin d'un mois donné. Un examen des tendances fournit un aperçu du nombre de cas de jeunes sous surveillance correctionnelle, ainsi que des taux d'incarcération et de probation; et 2) l'ESCPSGJ et l'EISC, qui permet de recueillir des données sur les admissions de jeunes aux programmes de détention et de surveillance dans la collectivité et sur leur libération de ces programmes. Ces données servent à examiner les principales caractéristiques des cas, comme l'âge, le sexe, l'identité autochtone ou non autochtone, ainsi que l'infraction la plus grave et la durée de la peine purgée. Les données sont analysées à l'échelon des provinces et des territoires ainsi qu'à l'échelon national.

    Date de diffusion : 2007-03-14

  • Articles et rapports : 85-002-X20060029082
    Description :

    Ce Juristat présente un aperçu des jeunes personnes sous surveillance correctionnelle. Il s'agit en outre de la première diffusion des données de l'Enquête sur les services communautaires et le placement sous garde des jeunes (ESCPSGJ) depuis la mise en vigueur de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents (LSJPA), le 1er avril 2003. Les services correctionnels comprennent la détention avant comparution (détention provisoire), les placements sous garde en milieux fermé et ouvert, la probation ainsi que les nouvelles options de peine sous le régime de la LSJPA, qui incluent les ordonnances différées de placement sous garde et de surveillance, la partie communautaire des peines de garde et les programmes d'assistance et de surveillance intensives.

    Dans le Juristat, on examine les données sur les services correctionnels pour les jeunes provenant de deux sources : 1) le Rapport sur les indicateurs clés pour les jeunes, qui sert à dénombrer le nombre de jeunes sous garde en un jour moyen et en probation à la fin d'un mois donné. Un examen des tendances fournit un aperçu du nombre de cas de jeunes sous surveillance correctionnelle, ainsi que des taux d'incarcération et de probation; et 2) l'ESCPSGJ, qui permet de recueillir des données sur les admissions de jeunes aux programmes de détention et de surveillance dans la collectivité et sur leur libération de ces programmes. Ces données servent à examiner les principales caractéristiques des cas, comme l'âge, le sexe, l'identité autochtone ou non autochtone, ainsi que l'infraction la plus grave et la durée de la peine purgée. Les données sont analysées à l'échelon des provinces et des territoires ainsi qu'à l'échelon national.

    Date de diffusion : 2006-03-28

  • Articles et rapports : 85-002-X20000038376
    Description :

    Dans le présent Juristat, on résume les données et tendances relatives aux services correctionnels canadiens, qui ont été recueillies au moyen de l'Enquête sur les services correctionnels pour adultes (SCA) pour l'exercice 1998-1999. On y présente de l'information sur la composition du système correctionnel, le nombre et les caractéristiques des délinquants sous surveillance dans un établissement de détention ou dans la collectivité, et les coûts associés à l'administration du système correctionnel. Des données plus détaillées sont fournies dans le produit de tableaux de données intitulé Services correctionnels pour adultes au Canada, tableaux de données, 1998-1999 (Centre canadien de la statistique juridique, 2000).

    Date de diffusion : 2000-06-01

  • Articles et rapports : 85-002-X19990058300
    Description :

    Le présent Juristat dresse le profil de trois populations de détenus : les femmes, les Autochtones et les condamnés à perpétuité. Les données sont basées un recensement des détenus adultes inscrits au registre dans tous les établissements correctionnels pour adultes à minuit le 5 octobre 1996. Les données ont été extraites de dossiers administratifs. Les premières données de ce recensement ont été diffusées dans un Juristat le 4 juin 1998. Des renseignements détaillés ont également été fournis dans un rapport détaillé de 480 pages paru le 17 mars 1999.

    Même si l'ensemble de la population du Canada se composait d'un nombre presque égal d'hommes et de femmes, les femmes représentaient 5 % des détenus dans les établissements correctionnels le 5 octobre 1996. Les femmes détenues avaient tendance à être au début de la trentaine, à être célibataires, à avoir une 9e année ou moins, et à être sans emploi au moment de l'admission. Elles étaient considérées comme posant un risque de récidive moins élevé que les hommes.

    Les Autochtones étaient surreprésentés dans le système carcéral. Même s'ils composaient seulement 2 % de la population adulte générale, ils formaient 17 % de la population carcérale. Ils étaient, en moyenne, plus jeunes que les détenus non autochtones, avaient moins d'instruction, et étaient plus susceptibles d'avoir été sans emploi. Ils étaient aussi considérés comme présentant un risque de récidive plus grave, et ils affichaient des besoins plus élevés que les détenus non autochtones.

    Les données ont également révélé qu'à minuit le 5 octobre 1996, les condamnés à perpétuité représentaient près du cinquième (18 %) des 13 900 détenus ou presque incarcérés dans les prisons fédérales. Une personne peut être condamnée à l'emprisonnement à perpétuité si elle a été reconnue coupable d'infractions comme un meurtre au premier ou au second degré. Pour être admissible à la libération conditionnelle, un condamné à perpétuité doit avoir purgé au minimum entre 10 et 25 ans de sa peine.

    Les détenus qui purgent des peines à perpétuité avaient tendance à être plus âgés et moins instruits que les autres détenus dans la population carcérale. Le jour de l'instantané, leur âge médian était de 39 ans comparativement à 33 pour les autres détenus. Plus de la moitié (56 %) des condamnés à perpétuité avaient une 9e année ou moins, comparativement à 44 % des autres détenus.

    En outre, la majorité (84 %) des détenus purgeant des peines à perpétuité étaient considérés comme posant un risque élevé de récidive, une proportion beaucoup plus forte que la proportion de 53 % chez les autres détenus.

    Fait peu étonnant, les condamnés à perpétuité affichaient des besoins plus élevés, c'est-à-dire des problèmes nécessitant une intervention, comme des problèmes personnels et affectifs, des problèmes au niveau des relations matrimoniales/ familiales, des problèmes d'attitude et des problèmes de fonctionnement dans la collectivité.

    Pour plus de renseignements ou pour s'enquérir des concepts, des méthodes ou de la qualité des données de cette diffusion, ou encore pour commander un exemplaire du Juristat, communiquez avec les Services d'information à la clientèle (613-951-9023 ou 1-800-387-2231), Centre canadien de la statistique juridique.

    Date de diffusion : 1999-04-22

  • Articles et rapports : 85-002-X19980088290
    Description :

    Ces rapports en série présentent des statistiques et de l'analyse détaillées des divers sujets et questions portant sur le système de justice pénale au Canada. Les Juristat annuels sont basés sur des sujets tel que : la criminalité, l'homicide, les tribunaux de la jeunesse et pour adultes et les services correctionnels. À chaque année, des Juristat additionnels sont rédigés et abordent des questions actuelles qui préoccupent la communauté de la justice. Ce périodique unique en son genre intéresse grandement les personnes chargées de planifier, de mettre sur pied, d'administrer et d'évaluer les programmes et les projets dans le domaine de la justice ou toute personne qui s'intéresse à l'appareil judiciaire canadien.

    Date de diffusion : 1998-06-04

Références (0)

Références (0) (Aucun résultat)

Votre recherche pour «» n’a donné aucun résultat dans la présente section du site.

Vous pouvez essayer :

Browse our partners page to find a complete list of our partners and their associated products.

Date de modification :