Statistiques par sujet – Groupes ethniques et générations au Canada

Préciser les résultats par

Aide pour les filtres et la recherche
Filtres actuellement sélectionnés pouvant être supprimés

Mot(s)-clé(s)

Année de publication

1 facettes affichées. 1 facettes sélectionnées.

Enquête ou programme statistique

1 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Préciser les résultats par

Aide pour les filtres et la recherche
Filtres actuellement sélectionnés pouvant être supprimés

Mot(s)-clé(s)

Année de publication

1 facettes affichées. 1 facettes sélectionnées.

Enquête ou programme statistique

1 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Préciser les résultats par

Aide pour les filtres et la recherche
Filtres actuellement sélectionnés pouvant être supprimés

Mot(s)-clé(s)

Année de publication

1 facettes affichées. 1 facettes sélectionnées.

Enquête ou programme statistique

1 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Autres ressources disponibles pour appuyer vos recherches.

Aide pour trier les résultats
Explorer notre base centrale des principaux concepts normalisés, définitions, sources de données et méthodes.
En cours de chargement
Chargement en cours, veuillez patienter...
Tout (15)

Tout (15) (15 of 15 results)

  • Produits techniques : 11-522-X2004001
    Description :

    Depuis 1984, une série de conférences annuelles a été parrainé par Statistique Canada. Le recueil de la conférence est disponible depuis 1987. Le Symposium 2004 a été le vingt-et-unième d'une série de colloques internationaux organisés par Statistique Canada sur des questions de méthodologie. Chaque année le symposium traite d'un thème particulier. Celui de 2004 était : « Méthodes innovatrices pour enquêter auprès des populations difficiles à joindre ».

    Date de diffusion : 2005-10-27

  • Produits techniques : 11-522-X20040018749
    Description :

    Pour mesurer la santé mentale des réfugiés cambodgiens aux É-U, ce document présente une nouvelle méthode efficiente de dénombrement, de sélection et de caractérisation des ménages afin de créer un échantillon aléatoire de participants admissibles.

    Date de diffusion : 2005-10-27

  • Produits techniques : 11-522-X20040018740
    Description :

    L'immigration clandestine est difficile à échantillonner en Italie puisqu'il est habituellement impossible d'obtenir des bases de sondage complètes. L'échantillonnage de centres, est destiné aux enquêtes auprès de la population immigrante.

    Date de diffusion : 2005-10-27

  • Produits techniques : 11-522-X20040018734
    Description :

    L'Enquête sur la diversité ethnique apporte des défis méthodologiques comme le choix du plan de sondage, l'élaboration du questionnaire, la collecte de données, la pondération et l'estimation de la variance.

    Date de diffusion : 2005-10-27

  • Produits techniques : 11-522-X20040018735
    Description :

    Ce document décrit des analyses de la non-réponse chez les minorités ethniques aux Pays-Bas. Ces analyses démontrent que l'effet de réponse s'explique par le degré d'urbanisation. Un impact négatif est observé chez les minorités ethniques.

    Date de diffusion : 2005-10-27

  • Articles et rapports : 11F0019M2005267
    Description :

    Nous analysons la mobilité intergénérationnelle du revenu des Canadiens nés de parents immigrants d'après les données du Recensement de 2001. Nous brossons un portrait détaillé de la population canadienne et fournissons des estimations de la mobilité intergénérationnelle chez les enfants d'immigrants originaires de 70 pays différents. Le degré de persistance, estimé au moyen de modèles de régression vers la moyenne, est à peu près le même pour les immigrants que pour l'ensemble de la population, et la mobilité intergénérationnelle chez les immigrants est plus importante au Canada qu'aux États Unis. Nous recourons également à la régression quantile afin de distinguer le rôle du capital social de celui d'autres contraintes limitant la mobilité et constatons que ces contraintes existent et sont associées au niveau de scolarité du père.

    Date de diffusion : 2005-10-25

  • Articles et rapports : 11-008-X20050028455
    Description :

    Les Sud-Asiatiques, dont le nombre s'élevait à 917 000 en 2001, formaient alors le deuxième groupe de minorités visibles en importance, tout juste après les Chinois, dont la population s'établissait à un peu plus d'un million de personnes. La communauté sudasiatique est l'une des populations les plus diversifiées des minorités visibles, comprenant des groupes distincts sur les plans ethnique, religieux et linguistique et dont l'ascendance, les antécédents en matière d'immigration et l'expérience personnelle des membres varient grandement. S'appuyant sur les données de l'Enquête sur la diversité ethnique (EDE) de 2002 et du Recensement de la population de 2001, cet article traite de la diversité de la population des Sud-Asiatiques au Canada. On y retrace leur histoire en ce pays, puis on examine comment les antécédents ethniques et culturels de ce groupe se manifestent dans leur vie de tous les jours.

    Date de diffusion : 2005-09-13

  • Articles et rapports : 82-003-X20040048041
    Description :

    Cet article fait état de la prévalence autodéclarée de l'embonpoint et de l'obésité parmi différents groupes ethniques. L'article se penche également sur l'influence que peut avoir sur la prévalence de l'embonpoint le temps écoulé depuis l'immigration, et ce, tant entre les différents groupes ethniques qu'au sein même de ces derniers. Les résultats reposent sur les données tirées de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2000-2001 et de 2003.

    Date de diffusion : 2005-06-28

  • Articles et rapports : 11F0019M2005252
    Description :

    De nombreux chercheurs considèrent l'accession des immigrants à la propriété comme signifiant leur assimilation au secteur résidentiel général, même si l'étude du caractère ethnique des quartiers où les immigrants achètent effectivement des maisons confirme rarement cette affirmation. Dans le présent article, nous nous servons des données des fichiers maîtres des recensements de la population du Canada de 1996 et de 2001, ainsi que de modèles probit bivariés avec correction pour la sélection de l'échantillon (que nous appelons modèles probit d'Heckman) pour évaluer les déterminants ethniques au niveau du quartier de l'accession à la propriété à Toronto, au Canada. En déterminant si l'achat d'une maison est associé à une faible concentration ethnique, il est possible de préciser si les immigrants quittent leur enclave à la recherche d'une maison dans la « terre promise », comme le laisse entendre la théorie classique de l'assimilation, ou si, aujourd'hui, certains d'entre eux cherchent à s'établir dans les « collectivités ethniques » décrites récemment par Logan, Alba et Zhang (2002) dans le American Sociological Review. L'évaluation du rôle de la concentration ethnique dans des conditions d'équilibre permet de constater que, dans le cas de plusieurs groupes, la concentration de membres d'un même groupe influe sur la propension à acheter une maison.

    Date de diffusion : 2005-05-26

  • Articles et rapports : 11F0019M2005253
    Description :

    Le present article résume les conclusions de le document de recherché intitulée Les immigrants achètent-ils pour s'intégrer? : Le rôle du regroupement ethnique dans la propension à devenir propriétaire chez douze groupes d'immigrants à Toronto, 1996 à 2001. La théorie de l'assimilation spatiale est un modèle d'accession à un statut social reliant les positions spatiale et sociale des membres des groupes minoritaires (Massey et Denton, 1985). Lorsqu'on l'applique aux immigrants, le modèle fait ressortir que ceux ci se regrouperont d'abord dans des quartiers typiquement pauvres, où il existe des concentrations élevées de membres de la même collectivité ethnique, mais que cette concentration ethnique est temporaire et perd de son utilité au fil du temps. Dès que le statut socioéconomique de la famille de l'immigrant s'améliore, celle ci s'intègre dans le secteur résidentiel général et s'installe dans un meilleur quartier, où il existe généralement une moins grande ségrégation résidentielle (Massey et Denton, 1985). Par ailleurs, même si le mode d'occupation du logement ne constitue pas une dimension explicite de la théorie de l'assimilation spatiale, compte tenu de la relation bien établie entre le revenu, le capital humain et l'accession à la propriété (Balakrishnan et Wu, 1992; Laryea, 1999), de même que de l'importance de l'accession à la propriété en tant qu'indicateur de bien être et d'assimilation résidentielle (Myers et Lee, 1998), un des éléments de l'ascension socioéconomique d'une famille d'immigrants est la transition de l'état de locataire à celui de propriétaire (Alba et Logan, 1992). Toujours selon la théorie de l'assimilation spatiale, la concentration de membres d'un même groupe devrait être inversement corrélée à l'accession à la propriété, les enclaves ethniques étant généralement perçues comme des zones à logements locatifs pauvres (Fong et Gulia, 1999; Myles et Hou, 2004).

    Selon des recherches récentes (Alba et Nee, 2003; Logan, Alba et Zhang, 2002), toutefois, certains groupes d'immigrants pourraient choisir d'aller à l'encontre de l'assimilation spatiale en formant des « collectivités ethniques » durables (Logan, Alba et Zhang, 2002), exerçant ainsi un « effet d'enclave » positif et croissant sur l'accession à la propriété (Borjas, 2002). Dans le présent rapport, nous évaluons la possibilité d'un effet d'enclave en tant qu'explication des profils d'accession à la propriété observés entre 1996 et 2001 chez les douze plus grands groupes de nouveaux immigrants à Toronto. Au moyen de données sur la composition ethnique des quartiers longitudinalement cohérentes et temporellement antécédentes à 1996, nous déterminons si les immigrants choisissent d'acheter une maison en dehors de leur enclave, ou préfèrent un quartier habité par des membres du même groupe qu'eux qui sont propriétaires de leur logement. À cette fin, nous passons en revue les avantages qu'il pourrait y avoir à vivre dans une enclave et à y acheter une maison. Puis nous élaborons un cadre prédictif, en vue de déterminer quels groupes seraient susceptibles de bénéficier de la création de collectivités ethniques de propriétaires. Nous présentons ensuite le problème du « déséquilibre par rapport au quartier » et nous évaluons l'effet d'enclave sur l'accession à la propriété à partir d'un échantillon de nouveaux résidents (1996 à 2001) et des caractéristiques ethniques du quartier où ils habitaient en 1996, au moyen de modèles probit bivariés avec correction pour la sélection de l'échantillon (Van de Ven et Van Praag, 1981).

    Date de diffusion : 2005-05-26

  • Microdonnées à grande diffusion : 89M0019X
    Description :

    L'Enquête sur la diversité ethnique de 2002 contient des renseignements sur la façon dont les antécédents des gens influencent leur participation à la vie sociale, économique et culturelle du Canada. Elle révèle aussi comment les Canadiens de différentes origines ethniques interprètent et déclarent leur appartenance ethnique. Les sujets abordés dans l'enquête comprennent l'ascendance ethnique, l'identité ethnique, le lieu de naissance, l'appartenance à une minorité visible, la religion, la pratique religieuse, la connaissance des langues, les antécédents familiaux, l'interaction familiale, les réseaux sociaux, la participation à la collectivité, l'interaction avec la société, les attitudes, la satisfaction à l'égard de la vie, la confiance et les activités socioéconomiques.

    L'Enquête sur la diversité ethnique (EDE) était une enquête postcensitaire menée entre avril et août 2002. Environ 42 500 personnes de 15 ans ou plus ont été interviewées par téléphone dans les 10 provinces. La population cible excluait les personnes vivant dans des logements collectifs, les résidents des réserves indiennes, les personnes ayant déclaré une origine ou une identité autochtone au recensement de 2001 et les personnes vivant dans les régions du Nord et les régions éloignées.

    La documentation d'accompagnement doit faciliter l'utilisation du fichier de microdonnées à grande diffusion de l'EDE de 2002. Elle contient des renseignements sur la méthodologie de l'enquête, les variables utilisées et les procédures d'estimation ainsi que sur les règles relatives à la diffusion d'estimations.

    Date de diffusion : 2005-05-10

  • Articles et rapports : 11F0019M2005247
    Description :

    Dans la présente étude, nous procédons à trois comparaisons fondées sur les données recueillies au deuxième cycle (1996 1997) de l'Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes (ELNEJ) au Canada. En premier lieu, nous comparons les résultats sur le plan de la santé des enfants des personnes nées au Canada (canadiennes de naissance ou CDN) et ceux du groupe d'immigrants en général. Nous examinons également les différences entre les trois sous groupes d'immigrants, soit ceux des immigrants américains, européens et asiatiques. En deuxième lieu, nous vérifions l'hypothèse selon laquelle, à niveau de ressources égal, les enfants de n'importe quel groupe d'immigrants au Canada ont de meilleurs résultats en matière de santé. En troisième lieu, nous examinons l'association entre la durée de résidence des immigrants de divers groupes et les résultats en matière de santé de leurs enfants. Une famille immigrante est une famille dans laquelle au moins l'un des parents, soit le père ou la mère, est né à l'étranger. Les résultats en matière de santé sont mesurés selon l'évaluation de l'état de santé de l'enfant par la PCM (personne qui connaît le mieux l'enfant). Nos estimations se fondent sur des modèles logit ordonnés. Les enfants sélectionnés aux fins d'analyse sont âgés de 4 à 13 ans.

    Selon les données de l'ELNEJ, les résultats en matière de santé des enfants des familles immigrantes en général sont semblables à ceux du groupe CDN. Toutefois, les résultats en matière de santé des groupes des immigrants asiatiques sont légèrement inférieurs tandis que ceux du groupe d'immigrants américains sont nettement supérieurs. Mis à part le groupe d'immigrants américains, selon certaines indications, à niveau de ressources égal, l'état de santé des enfants de tout autre groupe d'immigrants serait moins bon. Selon les résultats de la décomposition, les résultats en matière de santé nettement meilleurs du groupe d'immigrants américains sont attribuables à un niveau supérieur de ressources observables et non observables, tandis que les résultats moins bons du groupe d'immigrants asiatiques sont attribuables à un niveau inférieur de ressources observables et non observables. Par contre, les résultats en matière de santé du groupe d'immigrants européens sont meilleurs que ceux du groupe CDN lorsqu'on tient compte de la variation des ressources et moins bons lorsqu'on tient compte de la variation des coefficients de productivité. Enfin, selon certaines preuves statistiques, si les résultats en matière de santé des enfants de familles immigrantes sont initialement moins bons, ils s'améliorent à mesure que se prolonge la durée de résidence des parents immigrants. Les conclusions de l'étude indiquent que, de façon générale, les résultats actuels en matière de santé des enfants des familles immigrantes ne sont pas une source de grave inquiétude. Toutefois, il y aurait peut être lieu de s'inquiéter de ceux du groupe d'immigrants asiatiques.

    Date de diffusion : 2005-04-15

  • Articles et rapports : 11-008-X20040047774
    Description :

    Suivant une longue tradition, les gens qui vivent au Canada s'identifient au pays ou à la nation de leurs ancêtres parfois lointains. Au cours des dernières décennies, cependant, un nombre sans cesse croissant d'entre eux ont commencé à se déclarer Canadiens lors du recensement. La proportion de la population ayant déclaré être en partie d'ascendance ethnoculturelle canadienne est passée de moins de 1 % en 1986 à près de 40 % en 2001, ce qui en fait de loin l'ascendance ethnoculturelle la plus fréquemment déclarée au recensement.

    À l'aide des données des recensements de la population, on explore dans cet article les raisons possibles derrière ces changements. On examine d'abord notre compréhension de l'ethnicité et la façon dont elle a changé avec le temps pour ensuite passer en revue certaines des significations qui se rattachent à l'ethnicité canadienne en particulier. On y examine ensuite les caractéristiques des personnes qui, selon le Recensement de 2001, ont déclaré avoir des origines ethniques canadiennes.

    Date de diffusion : 2005-03-08

  • Articles et rapports : 11-008-X20040047778
    Description :

    Les Chinois au Canada constituent aujourd'hui le plus grand groupe minoritaire visible, affichant une population de plus de 1 million de personnes par suite de vagues successives d'immigration. Ils constituent un groupe diversifié, tant par leur pays de naissance, leur langue maternelle, la langue parlée à la maison ou l'appartenance religieuse. Néanmoins, ils sont liés par une ethnicité commune. Bien que les premiers immigrants chinois arrivent comme travailleurs manuels, les nouveaux arrivants sont généralement instruits et ont un capital humain à offrir. Le présent article porte sur l'histoire des Chinois au Canada, la diversité de leur population et leur contribution à la riche mosaïque culturelle de la nation.

    Date de diffusion : 2005-03-08

  • Articles et rapports : 11F0019M2005241
    Description :

    Dans le présent document, nous examinons l'effet des quartiers sur la croissance des salaires ainsi que sur d'autres résultats obtenus sur le marché du travail par les immigrants de sexe masculin au Canada au moyen des données des recensements de 1981, 1986, 1991 et 1996. Même si nous établissons l'appartenance principalement d'après le pays de naissance, nous examinons également l'appartenance ethnique, la langue et l'appartenance à une minorité visible pour déterminer la robustesse des résultats. Conformément aux résultats observés aux États Unis, nous constatons que les quartiers fondées sur le pays de naissance ont un effet négatif sur la croissance des salaires des immigrants au cours d'une période de dix ans. En outre, nous constatons que le modèle de croissance salariale est robuste à différentes périodes et différentes années de référence ainsi qu'à l'utilisation de la langue et de l'appartenance ethnique pour déterminer le groupe d'appartenance. Lorsque nous utilisons le pays de naissance comme indice d'appartenance, nous constatons que l'exposition a un effet négatif sur la croissance des gains totaux et hebdomadaires ainsi que sur les salaires initiaux des cohortes d'entrée. Même s'il y a peu de preuves de l'effet des quartiers sur l'évolution de l'emploi, nous constatons que l'exposition a un effet négatif sur les taux d'emploi à l'arrivée au pays des cohortes les plus récentes. En outre, même si l'effet global des quartiers sur la croissance des salaires est négatif, nous constatons que les quartiers ont un effet différent sur différentes cohortes, à savoir, un effet positif sur la croissance des salaires des cohortes plus récentes et un effet négatif sur celle des salaires des cohortes antérieures.

    Date de diffusion : 2005-02-25

Données (1)

Données (1) (1 result)

  • Microdonnées à grande diffusion : 89M0019X
    Description :

    L'Enquête sur la diversité ethnique de 2002 contient des renseignements sur la façon dont les antécédents des gens influencent leur participation à la vie sociale, économique et culturelle du Canada. Elle révèle aussi comment les Canadiens de différentes origines ethniques interprètent et déclarent leur appartenance ethnique. Les sujets abordés dans l'enquête comprennent l'ascendance ethnique, l'identité ethnique, le lieu de naissance, l'appartenance à une minorité visible, la religion, la pratique religieuse, la connaissance des langues, les antécédents familiaux, l'interaction familiale, les réseaux sociaux, la participation à la collectivité, l'interaction avec la société, les attitudes, la satisfaction à l'égard de la vie, la confiance et les activités socioéconomiques.

    L'Enquête sur la diversité ethnique (EDE) était une enquête postcensitaire menée entre avril et août 2002. Environ 42 500 personnes de 15 ans ou plus ont été interviewées par téléphone dans les 10 provinces. La population cible excluait les personnes vivant dans des logements collectifs, les résidents des réserves indiennes, les personnes ayant déclaré une origine ou une identité autochtone au recensement de 2001 et les personnes vivant dans les régions du Nord et les régions éloignées.

    La documentation d'accompagnement doit faciliter l'utilisation du fichier de microdonnées à grande diffusion de l'EDE de 2002. Elle contient des renseignements sur la méthodologie de l'enquête, les variables utilisées et les procédures d'estimation ainsi que sur les règles relatives à la diffusion d'estimations.

    Date de diffusion : 2005-05-10

Analyses (9)

Analyses (9) (9 of 9 results)

  • Articles et rapports : 11F0019M2005267
    Description :

    Nous analysons la mobilité intergénérationnelle du revenu des Canadiens nés de parents immigrants d'après les données du Recensement de 2001. Nous brossons un portrait détaillé de la population canadienne et fournissons des estimations de la mobilité intergénérationnelle chez les enfants d'immigrants originaires de 70 pays différents. Le degré de persistance, estimé au moyen de modèles de régression vers la moyenne, est à peu près le même pour les immigrants que pour l'ensemble de la population, et la mobilité intergénérationnelle chez les immigrants est plus importante au Canada qu'aux États Unis. Nous recourons également à la régression quantile afin de distinguer le rôle du capital social de celui d'autres contraintes limitant la mobilité et constatons que ces contraintes existent et sont associées au niveau de scolarité du père.

    Date de diffusion : 2005-10-25

  • Articles et rapports : 11-008-X20050028455
    Description :

    Les Sud-Asiatiques, dont le nombre s'élevait à 917 000 en 2001, formaient alors le deuxième groupe de minorités visibles en importance, tout juste après les Chinois, dont la population s'établissait à un peu plus d'un million de personnes. La communauté sudasiatique est l'une des populations les plus diversifiées des minorités visibles, comprenant des groupes distincts sur les plans ethnique, religieux et linguistique et dont l'ascendance, les antécédents en matière d'immigration et l'expérience personnelle des membres varient grandement. S'appuyant sur les données de l'Enquête sur la diversité ethnique (EDE) de 2002 et du Recensement de la population de 2001, cet article traite de la diversité de la population des Sud-Asiatiques au Canada. On y retrace leur histoire en ce pays, puis on examine comment les antécédents ethniques et culturels de ce groupe se manifestent dans leur vie de tous les jours.

    Date de diffusion : 2005-09-13

  • Articles et rapports : 82-003-X20040048041
    Description :

    Cet article fait état de la prévalence autodéclarée de l'embonpoint et de l'obésité parmi différents groupes ethniques. L'article se penche également sur l'influence que peut avoir sur la prévalence de l'embonpoint le temps écoulé depuis l'immigration, et ce, tant entre les différents groupes ethniques qu'au sein même de ces derniers. Les résultats reposent sur les données tirées de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2000-2001 et de 2003.

    Date de diffusion : 2005-06-28

  • Articles et rapports : 11F0019M2005252
    Description :

    De nombreux chercheurs considèrent l'accession des immigrants à la propriété comme signifiant leur assimilation au secteur résidentiel général, même si l'étude du caractère ethnique des quartiers où les immigrants achètent effectivement des maisons confirme rarement cette affirmation. Dans le présent article, nous nous servons des données des fichiers maîtres des recensements de la population du Canada de 1996 et de 2001, ainsi que de modèles probit bivariés avec correction pour la sélection de l'échantillon (que nous appelons modèles probit d'Heckman) pour évaluer les déterminants ethniques au niveau du quartier de l'accession à la propriété à Toronto, au Canada. En déterminant si l'achat d'une maison est associé à une faible concentration ethnique, il est possible de préciser si les immigrants quittent leur enclave à la recherche d'une maison dans la « terre promise », comme le laisse entendre la théorie classique de l'assimilation, ou si, aujourd'hui, certains d'entre eux cherchent à s'établir dans les « collectivités ethniques » décrites récemment par Logan, Alba et Zhang (2002) dans le American Sociological Review. L'évaluation du rôle de la concentration ethnique dans des conditions d'équilibre permet de constater que, dans le cas de plusieurs groupes, la concentration de membres d'un même groupe influe sur la propension à acheter une maison.

    Date de diffusion : 2005-05-26

  • Articles et rapports : 11F0019M2005253
    Description :

    Le present article résume les conclusions de le document de recherché intitulée Les immigrants achètent-ils pour s'intégrer? : Le rôle du regroupement ethnique dans la propension à devenir propriétaire chez douze groupes d'immigrants à Toronto, 1996 à 2001. La théorie de l'assimilation spatiale est un modèle d'accession à un statut social reliant les positions spatiale et sociale des membres des groupes minoritaires (Massey et Denton, 1985). Lorsqu'on l'applique aux immigrants, le modèle fait ressortir que ceux ci se regrouperont d'abord dans des quartiers typiquement pauvres, où il existe des concentrations élevées de membres de la même collectivité ethnique, mais que cette concentration ethnique est temporaire et perd de son utilité au fil du temps. Dès que le statut socioéconomique de la famille de l'immigrant s'améliore, celle ci s'intègre dans le secteur résidentiel général et s'installe dans un meilleur quartier, où il existe généralement une moins grande ségrégation résidentielle (Massey et Denton, 1985). Par ailleurs, même si le mode d'occupation du logement ne constitue pas une dimension explicite de la théorie de l'assimilation spatiale, compte tenu de la relation bien établie entre le revenu, le capital humain et l'accession à la propriété (Balakrishnan et Wu, 1992; Laryea, 1999), de même que de l'importance de l'accession à la propriété en tant qu'indicateur de bien être et d'assimilation résidentielle (Myers et Lee, 1998), un des éléments de l'ascension socioéconomique d'une famille d'immigrants est la transition de l'état de locataire à celui de propriétaire (Alba et Logan, 1992). Toujours selon la théorie de l'assimilation spatiale, la concentration de membres d'un même groupe devrait être inversement corrélée à l'accession à la propriété, les enclaves ethniques étant généralement perçues comme des zones à logements locatifs pauvres (Fong et Gulia, 1999; Myles et Hou, 2004).

    Selon des recherches récentes (Alba et Nee, 2003; Logan, Alba et Zhang, 2002), toutefois, certains groupes d'immigrants pourraient choisir d'aller à l'encontre de l'assimilation spatiale en formant des « collectivités ethniques » durables (Logan, Alba et Zhang, 2002), exerçant ainsi un « effet d'enclave » positif et croissant sur l'accession à la propriété (Borjas, 2002). Dans le présent rapport, nous évaluons la possibilité d'un effet d'enclave en tant qu'explication des profils d'accession à la propriété observés entre 1996 et 2001 chez les douze plus grands groupes de nouveaux immigrants à Toronto. Au moyen de données sur la composition ethnique des quartiers longitudinalement cohérentes et temporellement antécédentes à 1996, nous déterminons si les immigrants choisissent d'acheter une maison en dehors de leur enclave, ou préfèrent un quartier habité par des membres du même groupe qu'eux qui sont propriétaires de leur logement. À cette fin, nous passons en revue les avantages qu'il pourrait y avoir à vivre dans une enclave et à y acheter une maison. Puis nous élaborons un cadre prédictif, en vue de déterminer quels groupes seraient susceptibles de bénéficier de la création de collectivités ethniques de propriétaires. Nous présentons ensuite le problème du « déséquilibre par rapport au quartier » et nous évaluons l'effet d'enclave sur l'accession à la propriété à partir d'un échantillon de nouveaux résidents (1996 à 2001) et des caractéristiques ethniques du quartier où ils habitaient en 1996, au moyen de modèles probit bivariés avec correction pour la sélection de l'échantillon (Van de Ven et Van Praag, 1981).

    Date de diffusion : 2005-05-26

  • Articles et rapports : 11F0019M2005247
    Description :

    Dans la présente étude, nous procédons à trois comparaisons fondées sur les données recueillies au deuxième cycle (1996 1997) de l'Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes (ELNEJ) au Canada. En premier lieu, nous comparons les résultats sur le plan de la santé des enfants des personnes nées au Canada (canadiennes de naissance ou CDN) et ceux du groupe d'immigrants en général. Nous examinons également les différences entre les trois sous groupes d'immigrants, soit ceux des immigrants américains, européens et asiatiques. En deuxième lieu, nous vérifions l'hypothèse selon laquelle, à niveau de ressources égal, les enfants de n'importe quel groupe d'immigrants au Canada ont de meilleurs résultats en matière de santé. En troisième lieu, nous examinons l'association entre la durée de résidence des immigrants de divers groupes et les résultats en matière de santé de leurs enfants. Une famille immigrante est une famille dans laquelle au moins l'un des parents, soit le père ou la mère, est né à l'étranger. Les résultats en matière de santé sont mesurés selon l'évaluation de l'état de santé de l'enfant par la PCM (personne qui connaît le mieux l'enfant). Nos estimations se fondent sur des modèles logit ordonnés. Les enfants sélectionnés aux fins d'analyse sont âgés de 4 à 13 ans.

    Selon les données de l'ELNEJ, les résultats en matière de santé des enfants des familles immigrantes en général sont semblables à ceux du groupe CDN. Toutefois, les résultats en matière de santé des groupes des immigrants asiatiques sont légèrement inférieurs tandis que ceux du groupe d'immigrants américains sont nettement supérieurs. Mis à part le groupe d'immigrants américains, selon certaines indications, à niveau de ressources égal, l'état de santé des enfants de tout autre groupe d'immigrants serait moins bon. Selon les résultats de la décomposition, les résultats en matière de santé nettement meilleurs du groupe d'immigrants américains sont attribuables à un niveau supérieur de ressources observables et non observables, tandis que les résultats moins bons du groupe d'immigrants asiatiques sont attribuables à un niveau inférieur de ressources observables et non observables. Par contre, les résultats en matière de santé du groupe d'immigrants européens sont meilleurs que ceux du groupe CDN lorsqu'on tient compte de la variation des ressources et moins bons lorsqu'on tient compte de la variation des coefficients de productivité. Enfin, selon certaines preuves statistiques, si les résultats en matière de santé des enfants de familles immigrantes sont initialement moins bons, ils s'améliorent à mesure que se prolonge la durée de résidence des parents immigrants. Les conclusions de l'étude indiquent que, de façon générale, les résultats actuels en matière de santé des enfants des familles immigrantes ne sont pas une source de grave inquiétude. Toutefois, il y aurait peut être lieu de s'inquiéter de ceux du groupe d'immigrants asiatiques.

    Date de diffusion : 2005-04-15

  • Articles et rapports : 11-008-X20040047774
    Description :

    Suivant une longue tradition, les gens qui vivent au Canada s'identifient au pays ou à la nation de leurs ancêtres parfois lointains. Au cours des dernières décennies, cependant, un nombre sans cesse croissant d'entre eux ont commencé à se déclarer Canadiens lors du recensement. La proportion de la population ayant déclaré être en partie d'ascendance ethnoculturelle canadienne est passée de moins de 1 % en 1986 à près de 40 % en 2001, ce qui en fait de loin l'ascendance ethnoculturelle la plus fréquemment déclarée au recensement.

    À l'aide des données des recensements de la population, on explore dans cet article les raisons possibles derrière ces changements. On examine d'abord notre compréhension de l'ethnicité et la façon dont elle a changé avec le temps pour ensuite passer en revue certaines des significations qui se rattachent à l'ethnicité canadienne en particulier. On y examine ensuite les caractéristiques des personnes qui, selon le Recensement de 2001, ont déclaré avoir des origines ethniques canadiennes.

    Date de diffusion : 2005-03-08

  • Articles et rapports : 11-008-X20040047778
    Description :

    Les Chinois au Canada constituent aujourd'hui le plus grand groupe minoritaire visible, affichant une population de plus de 1 million de personnes par suite de vagues successives d'immigration. Ils constituent un groupe diversifié, tant par leur pays de naissance, leur langue maternelle, la langue parlée à la maison ou l'appartenance religieuse. Néanmoins, ils sont liés par une ethnicité commune. Bien que les premiers immigrants chinois arrivent comme travailleurs manuels, les nouveaux arrivants sont généralement instruits et ont un capital humain à offrir. Le présent article porte sur l'histoire des Chinois au Canada, la diversité de leur population et leur contribution à la riche mosaïque culturelle de la nation.

    Date de diffusion : 2005-03-08

  • Articles et rapports : 11F0019M2005241
    Description :

    Dans le présent document, nous examinons l'effet des quartiers sur la croissance des salaires ainsi que sur d'autres résultats obtenus sur le marché du travail par les immigrants de sexe masculin au Canada au moyen des données des recensements de 1981, 1986, 1991 et 1996. Même si nous établissons l'appartenance principalement d'après le pays de naissance, nous examinons également l'appartenance ethnique, la langue et l'appartenance à une minorité visible pour déterminer la robustesse des résultats. Conformément aux résultats observés aux États Unis, nous constatons que les quartiers fondées sur le pays de naissance ont un effet négatif sur la croissance des salaires des immigrants au cours d'une période de dix ans. En outre, nous constatons que le modèle de croissance salariale est robuste à différentes périodes et différentes années de référence ainsi qu'à l'utilisation de la langue et de l'appartenance ethnique pour déterminer le groupe d'appartenance. Lorsque nous utilisons le pays de naissance comme indice d'appartenance, nous constatons que l'exposition a un effet négatif sur la croissance des gains totaux et hebdomadaires ainsi que sur les salaires initiaux des cohortes d'entrée. Même s'il y a peu de preuves de l'effet des quartiers sur l'évolution de l'emploi, nous constatons que l'exposition a un effet négatif sur les taux d'emploi à l'arrivée au pays des cohortes les plus récentes. En outre, même si l'effet global des quartiers sur la croissance des salaires est négatif, nous constatons que les quartiers ont un effet différent sur différentes cohortes, à savoir, un effet positif sur la croissance des salaires des cohortes plus récentes et un effet négatif sur celle des salaires des cohortes antérieures.

    Date de diffusion : 2005-02-25

Références (5)

Références (5) (5 of 5 results)

Explorez notre page de partenaires pour trouver la liste complète de nos partenaires et de leurs produits associés.

Date de modification :