Statistiques par sujet – Immigrants et résidents non permanents au Canada

Autres ressources disponibles pour appuyer vos recherches.

Aide pour trier les résultats
Explorer notre base centrale des principaux concepts normalisés, définitions, sources de données et méthodes.
En cours de chargement
Chargement en cours, veuillez patienter...
Tout (10)

Tout (10) (10 of 10 results)

  • Articles et rapports : 82-003-X201100411588
    Description :

    Cet article présente une analyse qui repose sur l'Étude canadienne de suivi de la mortalité selon le recensement de 1991 à 2001 et vise à explorer les associations entre la mortalité et le lieu de naissance ainsi que la période d'immigration.

    Date de diffusion : 2011-11-16

  • Articles et rapports : 11F0019M2011338
    Description :

    Le présent document examine les avantages sur le marché du travail associés au fait de devenir citoyen d'un pays hôte, dans ce cas le Canada ou les États-Unis. Selon des recherches internationales récentes, il y aurait un avantage économique lié à l'obtention de la citoyenneté. L'étude examine également l'écart croissant entre les taux de citoyenneté observés au Canada et aux États-Unis, ainsi que les différences en ce qui concerne les caractéristiques individuelles et celles de la région d'origine des immigrants, et ce, en vue d'expliquer les changements de l'écart entre les taux de citoyenneté entre les deux pays.

    Date de diffusion : 2011-10-12

  • Articles et rapports : 81-595-M2011094
    Description :

    Contrairement aux vagues d'immigrants arrivés dans les années 1950 et 1960, ceux qui sont arrivés au Canada depuis les années 1970 possèdent des niveaux de scolarité relativement élevés, ce qui grossit énormément le bassin de diplômés de niveau postsecondaire au Canada. Dès leur arrivée toutefois, de nombreux immigrants ont du mal à trouver un travail lié à leur domaine d'études ainsi qu'à obtenir un emploi relativement bien rémunéré.

    À l'aide des données du Recensement de la population de 2006, le rapport dresse le profil des travailleurs rémunérés formés à l'étranger et portent sur les différents facteurs déterminants et les caractéristiques plus étroitement liés à une intégration plus facile au marché du travail canadien. Dans quelle mesure ces personnes sont-elles susceptibles de travailler dans une profession liée à leur domaine d'études ou dans une profession équivalente? Quelles sont leurs chances de toucher un revenu d'emploi égal ou supérieur au revenu médian associé à la profession correspondant le mieux à leur domaine d'études?

    Différents éléments sont pris en considération dans l'examen de leur situation sur le marché du travail, dont le temps écoulé depuis l'arrivée au pays, la région d'études et le type de titres de compétences ainsi que diverses caractéristiques sociodémographiques comme le sexe, le groupe d'âge, l'état matrimonial, la présence d'enfants, la province, le territoire et le lieu de résidence, les compétences linguistiques et l'appartenance à une minorité visible. Les résultats obtenus par les immigrants formés à l'étranger et travaillant contre rémunération sont comparés à ceux de leurs homologues titulaires d'un diplôme d'études postsecondaires obtenu au Canada et à ceux des Canadiens de naissance travaillant contre rémunération et ayant poursuivi des études postsecondaires.

    Date de diffusion : 2011-09-29

  • Articles et rapports : 81-595-M2011093
    Description :

    Ce rapport utilise des données du recensement de la population de 2006 pour examiner la mesure dans laquelle le lieu des études postsecondaires les plus élevées affecte le succès de marché du travail des travailleurs immigrants à la fleur de l'âge (25-64), au Canada. Au moyen de techniques descriptives et économétriques, différentes cohortes d'immigrants sont comparés aux Canadiens de naissance pour ce qui est du statut d'activité, des revenus salariaux et du niveau d'adéquation entre l'occupation professionnelle et la scolarité requise. Conformément à la recherche canadienne antérieure, nos résultats indiquent que comparativement aux canadiens de naissance, les immigrants, surtout les immigrants les plus récents, sont plus susceptibles d'être en dehors de la main-d'oeuvre et moins susceptibles d'être des employés rémunérés, même après la prise en compte d'un ensemble de variables pertinentes tirées de la recherche antérieure. Lorsqu'employés, les immigrants sont plus susceptibles d'être surqualifiés et moins susceptibles d'être adéquatement qualifiés ou d'être des travailleurs autonomes. Ils sont aussi plus susceptibles d'expérimenter un désavantage salarial sur les marchés du travail du Canada. Le lieu des études postsecondaires les plus élevés joue un rôle significatif. Ceux qui ont achevé leur éducation postsecondaire au Royaume-Uni, en France, aux États-Unis ou dans une certaine mesure en Allemagne sont plus susceptibles de mieux s'en sortir sur les marchés du travail du Canada en termes de ratios d'emploi et de revenus salariaux, peu importe la cohorte d'immigration considérée, comparativement à ceux qui ont complété leurs études postsecondaires dans tout autre pays étranger, spécialement en Chine, dans la fédération russe, au Pakistan ou en Corée du sud. Ce résultat nous a conduit à conclure que plusieurs employeurs prospectifs qui utilisent l'éducation pour jauger la productivité des participants au marché du travail prospectifs, percevraient les 'produits' des systèmes d'éducatifs postsecondaires britannique, américain, français et allemand comme ayant plus de composantes facilement transférables Canada que les 'produits' des systèmes éducatifs postsecondaires chinois, de la fédération russe, pakistanais et Sud-coréen. Nos résultats appuient l'idée selon laquelle plusieurs employeurs canadiens ainsi que bon nombre d'autres parties prenantes (comme les bureaux de régulation, les agences d'évaluation, etc.) ne valoriseraient pas les qualifications éducatives postsecondaires de toutes les régions source également.

    Date de diffusion : 2011-09-13

  • Articles et rapports : 89-503-X201000111528
    Description :

    Le chapitre fournit un aperçu statistique des caractéristiques démographiques et socioéconomiques des femmes immigrantes au Canada. À partir des données des recensements et de sources administratives, le chapitre se penche sur les tendances sociodémographiques parmi les femmes qui se sont établies au Canada comme immigrantes. Le chapitre comprend des renseignements sur la croissance et la répartition géographique chez les immigrantes, la constitution changeante des immigrantes sur le plan de leur profil linguistique, leur pays natal et leur appartenance à une minorité visible. En outre, il inclut les catégories selon lesquelles les immigrantes ont été reçues au Canada. Les conditions socioéconomiques des immigrantes ont été examinées, telles que le niveau de scolarité, le domaine d'étude, le groupe professionnel, l'activité sur le marché du travail, les gains et la composante du revenu. Ces données ont ensuite été comparées avec celles des femmes nées au Canada. Bien que les données du recensement constituent la source principale de données pour l'analyse des situations socioéconomiques de la population, les données de l'Enquête sur la population active et de la Base de données longitudinales sur les immigrants sont utilisées, le cas échéant.

    Date de diffusion : 2011-07-26

  • Articles et rapports : 91-209-X201100111526
    Description :

    Cet article dresse le portrait récent de l'immigration internationale au Canada, et le situe dan un contexte historique et international, lorsque possible. De plus, on y trouve une analyse de l'immigration selon les catégories d'admission des immigrants au Canada en 2008, en 2009 et en 2010 (selon les données préliminaires), selon le lieu de naissance et la province ou le territoire de destination. Enfin, une brève section couvre les adoptions internationales.

    Date de diffusion : 2011-07-20

  • Articles et rapports : 11-008-X201100211453
    Description :

    Cet article porte sur l'étendue de la transmission des langues immigrantes entre 1981 et 2006. À l'aide d'une approche transversale, on y compare les mères immigrantes ayant pour langue maternelle une langue non officielle et leurs enfants nés au Canada. On utilise aussi une approche longitudinale afin de comparer les mères immigrantes en 1981 à leurs filles en 2006. L'article est basé sur les données des recensements de 1981 et 2006.

    Date de diffusion : 2011-06-07

  • Carte thématique : 82-583-X201000111211
    Description :

    Cette carte montre la distribution, par région sociosanitaire, de la proportion d'immigrants.

    Date de diffusion : 2011-02-28

  • Articles et rapports : 11F0019M2011330
    Description :

    Les connaissances actuelles concernant la réussite socioéconomique (au chapitre de la scolarité et des gains) des enfants d'immigrants sont fondées sur les expériences de ceux dont les parents immigrants sont venus au Canada avant les années 1970. Depuis, des cohortes successives d'immigrants adultes ont connu une détérioration de leurs gains à l'arrivée. Cela a suscité des questions sur la possibilité que les résultats de leurs enfants aient changé au fil du temps. La présente étude montre que les cohortes successives d'immigrants enfants qui sont arrivés au Canada à l'âge de 12 ans ou moins, au cours des années 1960, 1970 et 1980, ont atteint des niveaux de scolarité de plus en plus élevés (mesurés par la proportion de diplômes universitaires) que leurs homologues nés au Canada, de 25 à 34 ans. Conditionnellement au niveau de scolarité et à d'autres caractéristiques liées aux antécédents, les gains des immigrants enfants de sexe masculin arrivés dans les années 1960 étaient inférieurs à ceux du groupe de comparaison né au Canada, mais les deux cohortes subséquentes avaient des gains semblables à ceux du groupe de comparaison. Les immigrants enfants de sexe féminin avaient des gains égaux à ceux de leurs homologues nés au Canada, à l'exception de la cohorte de 1980, qui avait des gains plus élevés.

    Date de diffusion : 2011-01-25

  • Articles et rapports : 11F0019M2011329
    Description :

    On compare dans le présent document les changements dans les salaires des nouveaux travailleurs immigrants titulaires d'un diplôme universitaire au Canada et aux États-Unis au cours de la période allant de 1980 à 2005 à ceux de leurs homologues nés au pays et à ceux des diplômés d'études secondaires (avantage salarial du diplôme universitaire). Les salaires des nouveaux immigrants de sexe masculin titulaires d'un diplôme universitaire ont diminué par rapport à ceux des titulaires d'un diplôme universitaire nés au pays au cours de l'ensemble de la période à l'étude au Canada, mais ont augmenté entre 1990 et 2000 aux États-Unis. Les caractéristiques des immigrants arrivant au pays ont connu plus de changements au Canada qu'aux États-Unis au cours de la période de 1980 à 2005. Par conséquent, les changements dans la composition de la population immigrante ont eu un effet négatif plus grand sur les résultats des immigrants très scolarisés au Canada qu'aux États-Unis. Toutefois, même une fois pris en compte ces changements dans la composition, la plupart des écarts entre les gains relatifs des immigrants au Canada et des immigrants aux États-Unis se sont maintenus. L'avantage salarial du diplôme universitaire dans le cas des nouveaux immigrants a été à peu près similaire dans les deux pays en 1980, mais était considérablement plus grand aux États-Unis qu'au Canada en 2000, particulièrement pour les hommes.

    Date de diffusion : 2011-01-14

Données (1)

Données (1) (1 result)

Analyses (9)

Analyses (9) (9 of 9 results)

  • Articles et rapports : 82-003-X201100411588
    Description :

    Cet article présente une analyse qui repose sur l'Étude canadienne de suivi de la mortalité selon le recensement de 1991 à 2001 et vise à explorer les associations entre la mortalité et le lieu de naissance ainsi que la période d'immigration.

    Date de diffusion : 2011-11-16

  • Articles et rapports : 11F0019M2011338
    Description :

    Le présent document examine les avantages sur le marché du travail associés au fait de devenir citoyen d'un pays hôte, dans ce cas le Canada ou les États-Unis. Selon des recherches internationales récentes, il y aurait un avantage économique lié à l'obtention de la citoyenneté. L'étude examine également l'écart croissant entre les taux de citoyenneté observés au Canada et aux États-Unis, ainsi que les différences en ce qui concerne les caractéristiques individuelles et celles de la région d'origine des immigrants, et ce, en vue d'expliquer les changements de l'écart entre les taux de citoyenneté entre les deux pays.

    Date de diffusion : 2011-10-12

  • Articles et rapports : 81-595-M2011094
    Description :

    Contrairement aux vagues d'immigrants arrivés dans les années 1950 et 1960, ceux qui sont arrivés au Canada depuis les années 1970 possèdent des niveaux de scolarité relativement élevés, ce qui grossit énormément le bassin de diplômés de niveau postsecondaire au Canada. Dès leur arrivée toutefois, de nombreux immigrants ont du mal à trouver un travail lié à leur domaine d'études ainsi qu'à obtenir un emploi relativement bien rémunéré.

    À l'aide des données du Recensement de la population de 2006, le rapport dresse le profil des travailleurs rémunérés formés à l'étranger et portent sur les différents facteurs déterminants et les caractéristiques plus étroitement liés à une intégration plus facile au marché du travail canadien. Dans quelle mesure ces personnes sont-elles susceptibles de travailler dans une profession liée à leur domaine d'études ou dans une profession équivalente? Quelles sont leurs chances de toucher un revenu d'emploi égal ou supérieur au revenu médian associé à la profession correspondant le mieux à leur domaine d'études?

    Différents éléments sont pris en considération dans l'examen de leur situation sur le marché du travail, dont le temps écoulé depuis l'arrivée au pays, la région d'études et le type de titres de compétences ainsi que diverses caractéristiques sociodémographiques comme le sexe, le groupe d'âge, l'état matrimonial, la présence d'enfants, la province, le territoire et le lieu de résidence, les compétences linguistiques et l'appartenance à une minorité visible. Les résultats obtenus par les immigrants formés à l'étranger et travaillant contre rémunération sont comparés à ceux de leurs homologues titulaires d'un diplôme d'études postsecondaires obtenu au Canada et à ceux des Canadiens de naissance travaillant contre rémunération et ayant poursuivi des études postsecondaires.

    Date de diffusion : 2011-09-29

  • Articles et rapports : 81-595-M2011093
    Description :

    Ce rapport utilise des données du recensement de la population de 2006 pour examiner la mesure dans laquelle le lieu des études postsecondaires les plus élevées affecte le succès de marché du travail des travailleurs immigrants à la fleur de l'âge (25-64), au Canada. Au moyen de techniques descriptives et économétriques, différentes cohortes d'immigrants sont comparés aux Canadiens de naissance pour ce qui est du statut d'activité, des revenus salariaux et du niveau d'adéquation entre l'occupation professionnelle et la scolarité requise. Conformément à la recherche canadienne antérieure, nos résultats indiquent que comparativement aux canadiens de naissance, les immigrants, surtout les immigrants les plus récents, sont plus susceptibles d'être en dehors de la main-d'oeuvre et moins susceptibles d'être des employés rémunérés, même après la prise en compte d'un ensemble de variables pertinentes tirées de la recherche antérieure. Lorsqu'employés, les immigrants sont plus susceptibles d'être surqualifiés et moins susceptibles d'être adéquatement qualifiés ou d'être des travailleurs autonomes. Ils sont aussi plus susceptibles d'expérimenter un désavantage salarial sur les marchés du travail du Canada. Le lieu des études postsecondaires les plus élevés joue un rôle significatif. Ceux qui ont achevé leur éducation postsecondaire au Royaume-Uni, en France, aux États-Unis ou dans une certaine mesure en Allemagne sont plus susceptibles de mieux s'en sortir sur les marchés du travail du Canada en termes de ratios d'emploi et de revenus salariaux, peu importe la cohorte d'immigration considérée, comparativement à ceux qui ont complété leurs études postsecondaires dans tout autre pays étranger, spécialement en Chine, dans la fédération russe, au Pakistan ou en Corée du sud. Ce résultat nous a conduit à conclure que plusieurs employeurs prospectifs qui utilisent l'éducation pour jauger la productivité des participants au marché du travail prospectifs, percevraient les 'produits' des systèmes d'éducatifs postsecondaires britannique, américain, français et allemand comme ayant plus de composantes facilement transférables Canada que les 'produits' des systèmes éducatifs postsecondaires chinois, de la fédération russe, pakistanais et Sud-coréen. Nos résultats appuient l'idée selon laquelle plusieurs employeurs canadiens ainsi que bon nombre d'autres parties prenantes (comme les bureaux de régulation, les agences d'évaluation, etc.) ne valoriseraient pas les qualifications éducatives postsecondaires de toutes les régions source également.

    Date de diffusion : 2011-09-13

  • Articles et rapports : 89-503-X201000111528
    Description :

    Le chapitre fournit un aperçu statistique des caractéristiques démographiques et socioéconomiques des femmes immigrantes au Canada. À partir des données des recensements et de sources administratives, le chapitre se penche sur les tendances sociodémographiques parmi les femmes qui se sont établies au Canada comme immigrantes. Le chapitre comprend des renseignements sur la croissance et la répartition géographique chez les immigrantes, la constitution changeante des immigrantes sur le plan de leur profil linguistique, leur pays natal et leur appartenance à une minorité visible. En outre, il inclut les catégories selon lesquelles les immigrantes ont été reçues au Canada. Les conditions socioéconomiques des immigrantes ont été examinées, telles que le niveau de scolarité, le domaine d'étude, le groupe professionnel, l'activité sur le marché du travail, les gains et la composante du revenu. Ces données ont ensuite été comparées avec celles des femmes nées au Canada. Bien que les données du recensement constituent la source principale de données pour l'analyse des situations socioéconomiques de la population, les données de l'Enquête sur la population active et de la Base de données longitudinales sur les immigrants sont utilisées, le cas échéant.

    Date de diffusion : 2011-07-26

  • Articles et rapports : 91-209-X201100111526
    Description :

    Cet article dresse le portrait récent de l'immigration internationale au Canada, et le situe dan un contexte historique et international, lorsque possible. De plus, on y trouve une analyse de l'immigration selon les catégories d'admission des immigrants au Canada en 2008, en 2009 et en 2010 (selon les données préliminaires), selon le lieu de naissance et la province ou le territoire de destination. Enfin, une brève section couvre les adoptions internationales.

    Date de diffusion : 2011-07-20

  • Articles et rapports : 11-008-X201100211453
    Description :

    Cet article porte sur l'étendue de la transmission des langues immigrantes entre 1981 et 2006. À l'aide d'une approche transversale, on y compare les mères immigrantes ayant pour langue maternelle une langue non officielle et leurs enfants nés au Canada. On utilise aussi une approche longitudinale afin de comparer les mères immigrantes en 1981 à leurs filles en 2006. L'article est basé sur les données des recensements de 1981 et 2006.

    Date de diffusion : 2011-06-07

  • Articles et rapports : 11F0019M2011330
    Description :

    Les connaissances actuelles concernant la réussite socioéconomique (au chapitre de la scolarité et des gains) des enfants d'immigrants sont fondées sur les expériences de ceux dont les parents immigrants sont venus au Canada avant les années 1970. Depuis, des cohortes successives d'immigrants adultes ont connu une détérioration de leurs gains à l'arrivée. Cela a suscité des questions sur la possibilité que les résultats de leurs enfants aient changé au fil du temps. La présente étude montre que les cohortes successives d'immigrants enfants qui sont arrivés au Canada à l'âge de 12 ans ou moins, au cours des années 1960, 1970 et 1980, ont atteint des niveaux de scolarité de plus en plus élevés (mesurés par la proportion de diplômes universitaires) que leurs homologues nés au Canada, de 25 à 34 ans. Conditionnellement au niveau de scolarité et à d'autres caractéristiques liées aux antécédents, les gains des immigrants enfants de sexe masculin arrivés dans les années 1960 étaient inférieurs à ceux du groupe de comparaison né au Canada, mais les deux cohortes subséquentes avaient des gains semblables à ceux du groupe de comparaison. Les immigrants enfants de sexe féminin avaient des gains égaux à ceux de leurs homologues nés au Canada, à l'exception de la cohorte de 1980, qui avait des gains plus élevés.

    Date de diffusion : 2011-01-25

  • Articles et rapports : 11F0019M2011329
    Description :

    On compare dans le présent document les changements dans les salaires des nouveaux travailleurs immigrants titulaires d'un diplôme universitaire au Canada et aux États-Unis au cours de la période allant de 1980 à 2005 à ceux de leurs homologues nés au pays et à ceux des diplômés d'études secondaires (avantage salarial du diplôme universitaire). Les salaires des nouveaux immigrants de sexe masculin titulaires d'un diplôme universitaire ont diminué par rapport à ceux des titulaires d'un diplôme universitaire nés au pays au cours de l'ensemble de la période à l'étude au Canada, mais ont augmenté entre 1990 et 2000 aux États-Unis. Les caractéristiques des immigrants arrivant au pays ont connu plus de changements au Canada qu'aux États-Unis au cours de la période de 1980 à 2005. Par conséquent, les changements dans la composition de la population immigrante ont eu un effet négatif plus grand sur les résultats des immigrants très scolarisés au Canada qu'aux États-Unis. Toutefois, même une fois pris en compte ces changements dans la composition, la plupart des écarts entre les gains relatifs des immigrants au Canada et des immigrants aux États-Unis se sont maintenus. L'avantage salarial du diplôme universitaire dans le cas des nouveaux immigrants a été à peu près similaire dans les deux pays en 1980, mais était considérablement plus grand aux États-Unis qu'au Canada en 2000, particulièrement pour les hommes.

    Date de diffusion : 2011-01-14

Références (0)

Références (0) (Aucun résultat)

Votre recherche pour «» n’a donné aucun résultat dans la présente section du site.

Vous pouvez essayer :

Explorez notre page de partenaires pour trouver la liste complète de nos partenaires et de leurs produits associés.

Date de modification :