Statistiques par sujet – Marché du travail et revenu

Préciser les résultats par

Aide pour les filtres et la recherche
Filtres actuellement sélectionnés pouvant être supprimés

Mot(s)-clé(s)

Contenu

1 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Préciser les résultats par

Aide pour les filtres et la recherche
Filtres actuellement sélectionnés pouvant être supprimés

Mot(s)-clé(s)

Contenu

1 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Préciser les résultats par

Aide pour les filtres et la recherche
Filtres actuellement sélectionnés pouvant être supprimés

Mot(s)-clé(s)

Contenu

1 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Préciser les résultats par

Aide pour les filtres et la recherche
Filtres actuellement sélectionnés pouvant être supprimés

Mot(s)-clé(s)

Contenu

1 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Autres ressources disponibles pour appuyer vos recherches.

Aide pour trier les résultats
Explorer notre base centrale des principaux concepts normalisés, définitions, sources de données et méthodes.
En cours de chargement
Chargement en cours, veuillez patienter...
Tout (169)

Tout (169) (25 of 169 results)

Données (59)

Données (59) (25 of 59 results)

Analyses (102)

Analyses (102) (25 of 102 results)

  • Articles et rapports : 11-008-X201100211592
    Description :

    Les immigrants récents éprouvent plus de difficulté à s'adapter à l'économie canadienne que leurs prédécesseurs. Les nouveaux arrivants mettent plus de temps à atteindre des niveaux d'emploi et de revenu semblables à ceux des personnes nées au Canada. À partir des données de l'Enquête sociale générale de 2008, on examine, dans cet article, si les réseaux personnels et autres mesures du capital humain peuvent expliquer les différences relatives à l'emploi et au revenu entre les immigrants et les autres Canadiens. Des réseaux personnels plus restreints sont-ils associés à des niveaux d'emploi et de revenu plus faibles chez les immigrants récents au Canada?

    Date de diffusion : 2011-11-30

  • Articles et rapports : 81-595-M2011094
    Description :

    Contrairement aux vagues d'immigrants arrivés dans les années 1950 et 1960, ceux qui sont arrivés au Canada depuis les années 1970 possèdent des niveaux de scolarité relativement élevés, ce qui grossit énormément le bassin de diplômés de niveau postsecondaire au Canada. Dès leur arrivée toutefois, de nombreux immigrants ont du mal à trouver un travail lié à leur domaine d'études ainsi qu'à obtenir un emploi relativement bien rémunéré.

    À l'aide des données du Recensement de la population de 2006, le rapport dresse le profil des travailleurs rémunérés formés à l'étranger et portent sur les différents facteurs déterminants et les caractéristiques plus étroitement liés à une intégration plus facile au marché du travail canadien. Dans quelle mesure ces personnes sont-elles susceptibles de travailler dans une profession liée à leur domaine d'études ou dans une profession équivalente? Quelles sont leurs chances de toucher un revenu d'emploi égal ou supérieur au revenu médian associé à la profession correspondant le mieux à leur domaine d'études?

    Différents éléments sont pris en considération dans l'examen de leur situation sur le marché du travail, dont le temps écoulé depuis l'arrivée au pays, la région d'études et le type de titres de compétences ainsi que diverses caractéristiques sociodémographiques comme le sexe, le groupe d'âge, l'état matrimonial, la présence d'enfants, la province, le territoire et le lieu de résidence, les compétences linguistiques et l'appartenance à une minorité visible. Les résultats obtenus par les immigrants formés à l'étranger et travaillant contre rémunération sont comparés à ceux de leurs homologues titulaires d'un diplôme d'études postsecondaires obtenu au Canada et à ceux des Canadiens de naissance travaillant contre rémunération et ayant poursuivi des études postsecondaires.

    Date de diffusion : 2011-09-29

  • Articles et rapports : 81-595-M2011093
    Description :

    Ce rapport utilise des données du recensement de la population de 2006 pour examiner la mesure dans laquelle le lieu des études postsecondaires les plus élevées affecte le succès de marché du travail des travailleurs immigrants à la fleur de l'âge (25-64), au Canada. Au moyen de techniques descriptives et économétriques, différentes cohortes d'immigrants sont comparés aux Canadiens de naissance pour ce qui est du statut d'activité, des revenus salariaux et du niveau d'adéquation entre l'occupation professionnelle et la scolarité requise. Conformément à la recherche canadienne antérieure, nos résultats indiquent que comparativement aux canadiens de naissance, les immigrants, surtout les immigrants les plus récents, sont plus susceptibles d'être en dehors de la main-d'oeuvre et moins susceptibles d'être des employés rémunérés, même après la prise en compte d'un ensemble de variables pertinentes tirées de la recherche antérieure. Lorsqu'employés, les immigrants sont plus susceptibles d'être surqualifiés et moins susceptibles d'être adéquatement qualifiés ou d'être des travailleurs autonomes. Ils sont aussi plus susceptibles d'expérimenter un désavantage salarial sur les marchés du travail du Canada. Le lieu des études postsecondaires les plus élevés joue un rôle significatif. Ceux qui ont achevé leur éducation postsecondaire au Royaume-Uni, en France, aux États-Unis ou dans une certaine mesure en Allemagne sont plus susceptibles de mieux s'en sortir sur les marchés du travail du Canada en termes de ratios d'emploi et de revenus salariaux, peu importe la cohorte d'immigration considérée, comparativement à ceux qui ont complété leurs études postsecondaires dans tout autre pays étranger, spécialement en Chine, dans la fédération russe, au Pakistan ou en Corée du sud. Ce résultat nous a conduit à conclure que plusieurs employeurs prospectifs qui utilisent l'éducation pour jauger la productivité des participants au marché du travail prospectifs, percevraient les 'produits' des systèmes d'éducatifs postsecondaires britannique, américain, français et allemand comme ayant plus de composantes facilement transférables Canada que les 'produits' des systèmes éducatifs postsecondaires chinois, de la fédération russe, pakistanais et Sud-coréen. Nos résultats appuient l'idée selon laquelle plusieurs employeurs canadiens ainsi que bon nombre d'autres parties prenantes (comme les bureaux de régulation, les agences d'évaluation, etc.) ne valoriseraient pas les qualifications éducatives postsecondaires de toutes les régions source également.

    Date de diffusion : 2011-09-13

  • Articles et rapports : 75-001-X201100311500
    Description :

    Le travail indépendant est une importante source d'emplois pour les immigrants, plus que pour les non-immigrants. Les auteurs utilisent les données de l'Enquête sur la population active pour analyser diverses caractéristiques personnelles et d'emploi qui distinguent les immigrants qui travaillent de façon indépendante de leurs homologues non immigrants. Ils comparent également les raisons pour lesquelles les immigrants et les non-immigrants disent commencer et continuer à travailler de façon indépendante, selon les données de l'Enquête sur le travail indépendant.

    Date de diffusion : 2011-06-24

  • Articles et rapports : 75-001-X201100311505
    Description :

    Même si les immigrants arrivés au pays lors des dernières décennies sont plus instruits que les autres Canadiens, ils sont proportionnellement plus nombreux à s'inscrire dans des établissements d'enseignement postsecondaire au Canada après leur arrivée. Le présent article considère une cohorte d'immigrants établis au Canada en 1998 et 1999 alors qu'ils avaient entre 25 et 44 ans. À l'aide des données de la banque de Données administratives longitudinales (DAL), on compare l'évolution, sur une période de huit ans, du revenu d'emploi des immigrants selon qu'ils poursuivent ou non des études postsecondaires au Canada.

    Date de diffusion : 2011-06-24

  • Articles et rapports : 11F0019M2011331
    Description :

    Le présent document passe en revue les recherches récentes sur les déterminants des résultats sur le marché du travail des enfants d'immigrants au Canada et aux États-Unis. De nouvelles recherches sur les résultats obtenus au Canada y sont aussi présentées. Globalement, et en l'absence de variables de contrôle, les résultats sur le marché du travail de la deuxième génération, soit les enfants d'immigrants, sont égaux ou supérieurs à ceux de la troisième génération et des générations subséquentes, soit les enfants de parents nés au Canada. Toutefois, la situation diffère quelque peu lorsqu'on tient compte des niveaux d'études supérieurs et du lieu de résidence de la deuxième génération : aux États-Unis, l'avantage de la deuxième génération en ce qui a trait aux résultats sur le marché du travail disparaît; au Canada, chez les membres de deuxième génération d'un groupe de minorité visible, l'avantage devient marginalement négatif. Les différences liées aux résultats selon le groupe ethnique ou la région d'origine sont importantes dans les deux pays. Les déterminants importants de l'écart au chapitre des gains entre la deuxième génération et la troisième génération ainsi que les générations subséquentes comprennent le niveau de scolarité, qui est à l'origine de près de la moitié de l'écart, le lieu de résidence, l'origine ethnique, le degré de « capital ethnique » et la mobilité au chapitre de la scolarité et des gains entre les immigrants et leurs enfants.

    Date de diffusion : 2011-03-03

  • Articles et rapports : 81-004-X201000411339
    Description :

    En utilisant les données de l'Enquête sur la population active, cet article examine les tendances et l'évolution du taux de décrochage entre 1990-1991 et 2009-2010. Le taux de décrochage correspond à la proportion des jeunes de 20 à 24 ans qui ne fréquentent pas l'école et qui n'ont pas obtenu de diplôme d'études secondaires. De plus, l'Enquête sur la population active recueille maintenant des données nationales sur les Autochtones et les immigrants, ce qui permet aux chercheurs de déterminer en quoi le taux de décrochage de ces groupes diffère de celui du reste de la population. Enfin, l'article examine des résultats que les décrocheurs obtiennent sur le marché du travail, en termes de taux de chômage et de rémunération hebdomadaire médiane.

    Date de diffusion : 2010-11-03

  • Articles et rapports : 81-595-M2010084
    Description :

    L'intégration des immigrants au marché du travail canadien présente un intérêt pour les responsables des politiques gouvernementales canadiennes de même que pour les immigrants actuels et futurs. S'appuyant sur les données du Recensement de la population de 2006, ce rapport vise à faciliter la compréhension de l'intégration des immigrants formés à l'étranger au marché du travail canadien comparativement à ceux (Canadiens de naissance et autres immigrants) qui ont complété leur formation au Canada p.ex., Travaillent-ils dans une profession liée à leur domaine d'études ou dans une profession équivalente? Quels sont leurs conditions de travail et leurs gains? À ce titre, ce rapport présente un profil sociodémographique des immigrants formés à l'étranger à leur arrivée au Canada et examine leurs résultats sur le marché du travail selon la période écoulée depuis leur arrivée au pays.

    Date de diffusion : 2010-09-09

  • Articles et rapports : 81-595-M2010081
    Description :

    Les comparaisons internationales révèlent que le pourcentage des travailleurs possédant une formation collégiale ou universitaire qui touchent moins de la moitié du revenu d'emploi médian est plus élevé au Canada que dans la plupart, sinon la totalité, des pays de l'organisation de coopération et de développement économique (OCDE). Les données de l'Enquête sur la dynamique du travail et du revenu (EDTR) de Statistique Canada montrent qu'en 2006, 18 % des adultes ayant fait des études universitaires et 23 % des adultes canadiens âgés de 25 à 64 ans possédant une formation collégiale touchaient moins de la moitié du revenu d'emploi médian national.

    Cette étude fait appel à des statistiques descriptives et à des techniques de régression logistique pour déterminer les caractéristiques des travailleurs ayant un niveau de scolarité élevé qui risquent de se retrouver dans les catégories de travailleurs les moins bien rémunérés, incluant l'âge, le sexe, le domaine d'études, la profession et le secteur d'activité. Tous les travailleurs dans cette étude avaient un revenu d'emploi, mais une bonne partie d'entre eux ont déclaré une activité autre que le travail comme activité principale pendant l'année, un facteur clé qui explique leurs revenus d'emploi peu élevés. D'autres facteurs expliquent la rémunération peu élevée des travailleurs plus instruits, notamment le fait d'être travailleur autonome, le type de profession ou le secteur d'activité et le sexe (femmes).

    Date de diffusion : 2010-04-21

  • Articles et rapports : 71-606-X2009001
    Description :

    Cette série de rapports analytiques donne un aperçu de l'expérience des immigrants au Canada sur le marché du travail canadien qui se fonde sur les données de l'Enquête sur la population active. Ces rapports examinent les caractéristiques de la population active des immigrants; ils renferment des données sur l'emploi et le chômage au niveau du Canada, des provinces et des grandes régions métropolitaines. Ils contiennent en outre une analyse plus détaillée par région de naissance, ainsi qu'une analyse approfondie d'autres aspects particuliers des immigrants sur le marché du travail.

    Les deux premiers rapports présentent une analyse de l'expérience des immigrants sur le marché du travail en 2006. le troisième rapport contient une mise à jour d'un grand nombre de caractéristiques pour 2007, comme l'analyse selon la province, le sexe, le niveau de scolarité et certains groupes d'âge. Le quatrième rapport a analysé les taux d'emploi des immigrants en 2007 en fonction de l'endroit où ils ont obtenu leur plus haut niveau d'éducation postsecondaire. Ce cinquième rapport a analysé les caractéristiques de la qualité de l'emploi des immigrants en utilisant les données de 2008.

    Date de diffusion : 2009-11-23

  • Articles et rapports : 89-552-M2008020
    Description :

    On mène d'importants travaux de recherche pour comprendre les écarts salariaux entre les travailleurs immigrants et les travailleurs nés au Canada. Des études antérieures ont montré que les gains des immigrants sont généralement inférieurs à ceux des travailleurs nés au pays et possédant le même niveau de scolarité et la même expérience de travail. Les faibles gains des immigrants sont souvent attribués à la spécificité du capital humain acquis dans le pays d'origine. En d'autres termes, l'éducation ou l'expérience de travail acquises dans le pays d'origine ne sont pas directement transférables dans le pays d'accueil, ce qui fait que des immigrants qualifiés occupent des emplois faiblement rémunérés. Il se peut aussi que les employeurs du pays d'accueil fassent preuve de discrimination à l'endroit des travailleurs immigrants. Pour examiner ces questions, les auteurs de la présente étude se fondent sur le volet canadien de l'Enquête internationale sur l'alphabétisation et les compétences des adultes (EIACA), qui comprend des données démographiques standard et des données sur le marché du travail concernant les personnes nées au Canada et les immigrants, ainsi que les résultats de tests de compétences en littératie, en numératie et en résolution de problèmes. En assimilant les notes obtenues à ces tests à des mesures directes des capacités cognitives, ils peuvent désormais examiner de plus près les explications des faibles gains des immigrants. En outre, les auteurs disposent de renseignements plus précis que ceux de la plupart des études antérieures sur l'endroit où les immigrants ont étudié et sur l'âge de ces derniers au moment de l'immigration, ce qui leur permet d'examiner de plus près encore les écarts salariaux entre les immigrants et les personnes nées au Canada.

    Date de diffusion : 2008-07-21

  • Articles et rapports : 75-001-X200810113201
    Description :

    L'endroit où les immigrants choisissent de s'établir semble avoir une incidence sur leur intégration économique. Cette intégration est beaucoup plus rapide à l'extérieur des grands centres urbains. Dans les très grands centres urbains, les immigrants font face à un important désavantage initial au chapitre du revenu, et les hausses subséquentes ne leur sont pas suffisantes pour atteindre la parité avec les autres Canadiens. Une meilleure intégration économique des immigrants à l'extérieur des très grands centres urbains subsiste même après avoir tenu compte des différences liées à la scolarité, à la connaissance d'une langue officielle, à la catégorie d'admission et au pays d'origine.

    Date de diffusion : 2008-03-18

  • Articles et rapports : 11-008-X200700410312
    Description :

    Les politiques d'immigration de plusieurs pays soulignent l'importance d'avoir des travailleurs instruits capables de réussir dans une économie du savoir. Pour cette raison, elles favorisent l'admission au pays d'immigrants qui ont une formation professionnelle. Toutefois, à leur arrivée, les professionnels formés à l'étranger éprouvent souvent des difficultés à trouver du travail dans les emplois appropriés. À partir des données du recensement de 2001, on traite, dans cet article, de la mesure dans laquelle les médecins et les ingénieurs formés à l'étranger sont sous-employés dans les professions pour lesquelles ils ont été formés.

    Date de diffusion : 2007-12-11

  • Articles et rapports : 71-606-X2007001
    Description :

    Le présent article fera état de la situation sur le marché du travail des immigrants du principal groupe d'âge actif (de 25 à 54 ans) à la lumière des données recueillies dans le cadre de l'Enquête sur la population active en 2006, puisque ces personnes sont plus susceptibles d'avoir terminé leurs études et moins susceptibles d'être à la retraite que l'ensemble des personnes âgées de 15 ans et plus. On présentera tout d'abord un bref profil démographique de tous les immigrants, lequel sera suivi d'une analyse de la situation sur le marché du travail des immigrants du principal groupe d'âge actif pour l'ensemble du pays, puis selon la province, selon certaines régions métropolitaines de recensement (RMR) et selon le sexe. On décrira ensuite la situation des jeunes immigrants et des immigrants âgés de 55 ans et plus sur le marché du travail. Enfin, on analysera la situation sur le marché du travail des immigrants du principal groupe d'âge actif selon leur niveau de scolarité, les branches d'activité dans lesquelles ces immigrants travaillent et les professions qu'ils exercent.

    Date de diffusion : 2007-09-10

  • Articles et rapports : 11-010-X20070029571
    Description :

    Le taux de chômage est un indicateur bien connu de la santé du marché du travail. La hausse du taux de chômage national au cours des années qui ont immédiatement suivi l'effondrement du secteur de la haute technologie a fait place à des baisses annuelles soutenues. Évidemment, cette amélioration n'a pas profité également à toutes les parties du pays. Cet article souligne les différents taux de chômage des marchés du travail locaux (les 28 régions métropolitaines de recensement [RMR] et les 10 régions autres qu'une RMR). Il porte aussi sur la durée relative des périodes de chômage.

    Date de diffusion : 2007-03-20

  • Articles et rapports : 89-613-M2006010
    Description :

    Ce rapport a pour but d'effectuer un tableau statistique des conditions socio-économiques dans les régions métropolitaines de recensement (RMR) de Toronto, Montréal et Vancouver. L'étude met en lumière les tendances liées à la croissance de la population, la croissance de la banlieue, le navettage, l'emploi, le chômage, l'immigration, le revenu, le faible revenu, de même que les conditions économiques des immigrants, des peuples autochtones, et d'autres groupes. Les données utilisées proviennent des Recensements du Canada de 1981 à 2001, de la revue chronologique de la population active de 2005, et de l'édition 2004 du Revenu au Canada.

    Date de diffusion : 2006-07-20

  • Revues et périodiques : 89-616-X
    Description :

    Le présent article expose des résultats régionaux et provinciaux tirés du deuxième cycle de l'Enquête longitudinale auprès des immigrants du Canada (ELIC). L'enquête vise à étudier la façon dont les immigrants nouvellement arrivés s'adaptent au mode de vie du Canada au fil du temps.

    Le présent article porte donc sur l'intégration sur le marché du travail des immigrants au niveaux régional et provincial. L'intégration sur le marché du travail est un aspect particulièrement crucial du processus d'établissement des immigrants. Pour les principales provinces et régions métropolitaines de recensement, cet article répond aux questions suivantes : combien de temps faut-il aux immigrants nouvellement arrivés pour obtenir leur premier emploi? Combien d'entre eux trouvent un emploi dans la profession voulue? À quels obstacles font-ils face dans la recherche d'un emploi?

    Date de diffusion : 2006-01-31

  • Revues et périodiques : 89-615-X
    Description :

    Réalisée par Statistique Canada et Citoyenneté et Immigration Canada dans le cadre du Projet de recherche sur les politiques, l'Enquête longitudinale auprès des immigrants du Canada (ELIC) est une enquête exhaustive par laquelle on étudie comment les nouveaux immigrants en viennent à s'adapter à la vie canadienne. On a interviewé environ 12 000 immigrants de 15 ans et plus qui sont arrivés au pays entre octobre 2000 et septembre 2001. Vers la fin de 2005 où trois cycles d'interviews auront eu lieu, l'enquête permettra de bien comprendre comment se déroule le processus d'établissement des nouveaux immigrants.

    Les résultats de cette enquête nous éclaireront sur la manière dont les immigrants surmontent les diverses difficultés liées à leur intégration et sur la nature des ressources qui les aident à s'établir au Canada. Il sera principalement question du logement, de l'éducation, de la reconnaissance des titres acquis à l'étranger, de l'emploi, du revenu, de la création et de l'utilisation de réseaux sociaux, des compétences linguistiques, de la santé, des valeurs et attitudes ainsi que de la satisfaction à l'égard de l'établissement.

    Les résultats du premier cycle de l'ELIC avaient démontré que l'intégration au marché du travail constituait un aspect particulièrement crucial du processus d'établissement des immigrants. Le présent article porte donc sur ce point. On y répond notamment aux questions suivantes : combien de temps faut-il aux immigrants nouvellement arrivés pour obtenir leur premier emploi? Combien d'entre eux trouvent un emploi dans la profession envisagée? Quels obstacles rencontrent-ils dans la recherche d'un emploi?

    Date de diffusion : 2005-10-13

  • Revues et périodiques : 89-614-X
    Description :

    En suivant le cheminement des nouveaux arrivants au fil du temps, l'ELIC permet d'aider les chercheurs et les décideurs à cesser de simplement décrire les résultats du processus d'intégration des immigrants pour commencer à examiner la façon dont les nouveaux arrivants s'y sont pris pour obtenir ces résultats, bref, à répondre aux « comment » et « pourquoi » de l'intégration. Bien que l'enquête ne prendra sa pleine valeur qu'au terme des trois cycles de collecte, ce tout premier n'en fournit pas moins d'importantes données de référence.

    La présente publication s'intéresse aux premiers pas de la démarche d'établissement, soit d'avant la migration jusqu'à six mois après l'arrivée. Nous y faisons d'abord un survol de la population de l'ELIC, examinant les caractéristiques des immigrants avant qu'ils ne migrent et à leur arrivée. Suit un examen détaillé des six premiers mois de la démarche d'établissement sous l'angle de questions telles que la santé, le logement, la mobilité, les études et la formation depuis l'arrivée, l'emploi, le revenu et la perception qu'ont les immigrants en général de leur démarche d'établissement. La dernière section s'attarde un peu plus aux problèmes et aux difficultés qu'éprouvent les nouveaux arrivants dans quatre grands domaines d'intégration : l'accès aux services de santé, la recherche d'un logement, l'accès aux études et à la formation et la recherche d'un emploi. Les défis de l'intégration sont examinés dans l'optique de l'aide requise, de l'aide reçue et de qui elle a été reçue, ainsi que de l'aide requise mais non reçue.

    Date de diffusion : 2005-09-22

  • Articles et rapports : 11F0019M2005262
    Description :

    Il est question dans ce document de l'accentuation de l'écart de gains entre les immigrants et les Canadiens de souche depuis deux décennies, et des explications actuelles de cette détérioration du marché du travail parmi les immigrants récents en particulier. Le document fait état également de l'écart grandissant du taux de faible revenu entre les immigrants et les non-immigrants. Tout comme les études antérieures, l'auteur conclut que l'écart de gains à l'arrivée s'est élargi pour les immigrants qui sont arrivés au Canada pendant les années 1990, comparativement à ceux des années 1970. En outre, l'écart du taux de faible revenu s'élargit sans cesse. Le taux de faible revenu a augmenté parmi les immigrants (particulièrement les immigrants récents) pendant les années 1990, mais il a baissé chez les personnes nées au Canada. La hausse du taux de faible revenu chez les immigrants a été généralisée et elle a touché tous les groupes de scolarité et les groupes d'âge, et la plupart des pays d'origine (sauf les « régions d'origine traditionnelle »). Les immigrants ayant un diplôme universitaire n'ont pas été exclus de cette hausse du taux de faible revenu, malgré les débats au sujet de la demande croissante de travailleurs très spécialisés au Canada. Étant donné à la fois la hausse du taux de faible revenu chez les immigrants et leur proportion sans cesse croissante dans la population, dans les principales villes canadiennes, la presque totalité de l'augmentation du taux de faible revenu dans les villes pendant les années 1990 s'est produite principalement dans la population immigrante.

    Nous examinons ici également les explications données dans les ouvrages publiés de la dégradation des résultats économiques des immigrants. Trois raisons principales sont cernées comme étant importantes sur le plan empirique, qui toutes tiennent à la détérioration des résultats sur le marché du travail. En premier lieu, l'évolution des caractéristiques des immigrants (p. ex., différentes régions d'origine, niveaux de scolarité à la hausse) semble expliquer environ le tiers de l'élargissement de l'écart de gains à l'entrée (c. à d. l'écart entre les immigrants et leurs homologues nés au Canada). En deuxième lieu, la baisse de la rétribution économique de l'expérience de travail acquise à l'étranger semble jouer un rôle également important. En troisième lieu, il y a eu une détérioration générale des résultats sur le marché du travail de tous les nouveaux entrants sur le marché du travail canadien et, lorsque de nouveaux immigrants arrivent au Canada, on observe un phénomène semblable dans leur cas, quel que soit leur âge. D'autres explications possibles sont également examinées. Il importe de souligner que la décroissance de la rétribution de l'instruction ne semble pas être au nombre des facteurs auxquels la détérioration serait attribuable. Les immigrants, en moyenne, reçoivent une plus faible rétribution économique de leur instruction acquise avant l'immigration (mais non pas de l'instruction acquise au Canada), mais cette situation n'a pas beaucoup évolué au cours des deux dernières décennies.

    Date de diffusion : 2005-06-27

  • Articles et rapports : 11-008-X20040047778
    Description :

    Les Chinois au Canada constituent aujourd'hui le plus grand groupe minoritaire visible, affichant une population de plus de 1 million de personnes par suite de vagues successives d'immigration. Ils constituent un groupe diversifié, tant par leur pays de naissance, leur langue maternelle, la langue parlée à la maison ou l'appartenance religieuse. Néanmoins, ils sont liés par une ethnicité commune. Bien que les premiers immigrants chinois arrivent comme travailleurs manuels, les nouveaux arrivants sont généralement instruits et ont un capital humain à offrir. Le présent article porte sur l'histoire des Chinois au Canada, la diversité de leur population et leur contribution à la riche mosaïque culturelle de la nation.

    Date de diffusion : 2005-03-08

  • Articles et rapports : 11F0019M2005241
    Description :

    Dans le présent document, nous examinons l'effet des quartiers sur la croissance des salaires ainsi que sur d'autres résultats obtenus sur le marché du travail par les immigrants de sexe masculin au Canada au moyen des données des recensements de 1981, 1986, 1991 et 1996. Même si nous établissons l'appartenance principalement d'après le pays de naissance, nous examinons également l'appartenance ethnique, la langue et l'appartenance à une minorité visible pour déterminer la robustesse des résultats. Conformément aux résultats observés aux États Unis, nous constatons que les quartiers fondées sur le pays de naissance ont un effet négatif sur la croissance des salaires des immigrants au cours d'une période de dix ans. En outre, nous constatons que le modèle de croissance salariale est robuste à différentes périodes et différentes années de référence ainsi qu'à l'utilisation de la langue et de l'appartenance ethnique pour déterminer le groupe d'appartenance. Lorsque nous utilisons le pays de naissance comme indice d'appartenance, nous constatons que l'exposition a un effet négatif sur la croissance des gains totaux et hebdomadaires ainsi que sur les salaires initiaux des cohortes d'entrée. Même s'il y a peu de preuves de l'effet des quartiers sur l'évolution de l'emploi, nous constatons que l'exposition a un effet négatif sur les taux d'emploi à l'arrivée au pays des cohortes les plus récentes. En outre, même si l'effet global des quartiers sur la croissance des salaires est négatif, nous constatons que les quartiers ont un effet différent sur différentes cohortes, à savoir, un effet positif sur la croissance des salaires des cohortes plus récentes et un effet négatif sur celle des salaires des cohortes antérieures.

    Date de diffusion : 2005-02-25

  • Articles et rapports : 11F0019M2004234
    Description :

    Dans cet article, on analyse le lien entre la qualité de l'éducation que les immigrants ont reçue dans leur pays d'origine, tel que mesurée par les résultats aux examens internationaux, et leur degré de réussite sur le marché du travail canadien.

    Date de diffusion : 2004-12-15

  • Articles et rapports : 11F0019M2004233
    Description :

    Dans le système fédéral canadien de sélection des immigrants (qualifiés) appartenant à la catégorie économique, les études postsecondaires sont traitées comme s'il s'agissait d'un élément homogène, toute variation se situant sur le seul plan quantitatif. Toutefois, certaines provinces établissent des distinctions selon le domaine d'études postsecondaires. Ce produit permet d'explorer les conséquences sur le plan économique pour les hommes et les femmes ainsi que pour deux sous-groupes d'immigrants, soit ceux qui ont fait leurs études au Canada et ceux qui les ont faites ailleurs.

    Le domaine d'études n'est pas observé pour expliquer bon nombre de différences au chapitre des gains entre les immigrants et les personnes nées au Canada, bien qu'il joue un rôle relativement plus important chez les hommes que chez les femmes. Fait intéressant à noter, malgré quelques exceptions, on remarque une tendance générale selon laquelle les différences entre les domaines à rémunération élevée et ceux à rémunération faible ne sont pas aussi grandes chez les immigrants que chez les personnes nées au Canada. De même, les prestations d'assistance sociale varient moins d'un domaine à l'autre pour les immigrants que pour les personnes nées au Canada. Néanmoins, il existe des différences considérables entre les domaines pour chaque groupe d'immigrants.

    Date de diffusion : 2004-10-28

  • Articles et rapports : 75-001-X200410613121
    Description :

    Dans ce document, on examine les difficultés que les nouveaux immigrants doivent affrontées lorsqu'ils cherchent un emploi au Canada, notamment la non-reconnaissance de leurs titres de compétences, de leur niveau de scolarité ou de leur expérience à l'étranger.

    Date de diffusion : 2004-09-21

Références (8)

Références (8) (8 of 8 results)

Browse our partners page to find a complete list of our partners and their associated products.

Date de modification :