Le coût environnemental des aliments

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Les aliments que nous consommons ont un coût environnemental allant au-delà de leur prix. En 2003, les achats d'aliments et de boissons non alcoolisées ont entraîné la production de 46 000 kilotonnes de gaz à effet de serre (GES) au Canada, ce qui équivaut à 6,4 % de l'ensemble des GES.

Près du quart des émissions de GES liées aux aliments découlait de la production de viande fraîche et congelée. À lui seul, le bœuf était à l'origine de 15 % de toutes les émissions de GES attribuables aux dépenses alimentaires des ménages.

En 2003, la production d'aliments prêts-à-servir a consommé plus d'énergie (19 %) que tout autre groupe d'aliments. Les produits laitiers et les œufs suivaient de près, à 18 %, tandis que la viande fraîche et congelée représentait 14 %.

Une grande partie de ces aliments n'est toutefois pas consommée. En 2007, les pertes d'aliments solides vendus au détail étaient estimées à 38 %, ou l'équivalent de 183 kilogrammes par personne. Le gaspillage résulte de la détérioration des aliments et d'autres pertes en magasin, au restaurant et à la maison.

graphique 13.3 Émissions de gaz à effet de serre (GES) liées aux dépenses des ménages pour certains aliments, 2003
Voir la source des données du graphique 13.3

Date de modification :