Article principal

  1. Introduction
  2. Plus forte augmentation des ventes de véhicules depuis 2010
  3. Recul des ventes de carburant à la fin de 2014
  4. Les véhicules prennent une plus grande part des dépenses au détail que les aliments
  5. Les magasins de marchandises diverses poursuivent leur croissance
  6. Hausse des ventes au détail dans toutes les provinces
  7. Emploi dans le commerce de détail en 2014

1   Introduction

Les ventes au détail ont augmenté de 4,6 % en 2014, soit le plus haut taux de croissance annuelle depuis 2010. Chaque sous-secteur et province a fait état d’un accroissement des ventes. Cette croissance s’est reflétée dans les volumes, les ventes au détail totales ayant augmenté de 3,5 %, ce qui constitue aussi le plus haut taux de croissance depuis 2010. Par comparaison, les ventes au détail aux États-Unis ont progressé de 3,5 % en 2014, soit le plus bas taux de croissance depuis 2009.

C’est le sous-secteur des véhicules et des pièces automobiles qui a contribué le plus à la hausse en 2014, le nombre d’automobiles et de camions vendus ayant atteint un record de tous les temps. Pour la première fois depuis 2007, les véhicules automobiles neufs et d’occasion (17,5 %) ont représenté une plus grande part des ventes au détail que les aliments (17,4 %).

Les ventes mensuelles ont ralenti au dernier trimestre dans les stations-service, après une baisse des prix du pétrole brut. Les ventes de carburants, d’huiles et d’additifs pour véhicules automobiles ont représenté 10,4 % du total des ventes au détail au quatrième trimestre, leur plus bas niveau depuis 2010.

Le sous-secteur des magasins de marchandises diverses a vu progresser ses ventes en 2014, en continuant d’accroître sa part des ventes d’aliments et boissons, tandis que fléchissait sa part des ventes de vêtements, de chaussures et d’accessoires.

Les ventes des magasins d’appareils électroniques et ménagers (+1,3 %) ont augmenté pour la première fois depuis 2011. L’accroissement des ventes d’appareils ménagers (+10,8 %) a été le principal facteur.

2   Plus forte augmentation des ventes de véhicules depuis 2010

Les ventes des concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles ont progressé de 7,1 % en 2014. Cette augmentation était principalement attribuable à une hausse de 8,2 % des ventes des concessionnaires d’automobiles neuves, qui ont déclaré leur plus importante croissance annuelle depuis 2010.

Selon l’Enquête sur les ventes de véhicules automobiles neufs, le nombre de voitures, camions et autobus vendus a atteint un niveau record en 2014, soit 1 890 387. Cela représente une augmentation de 6,4 % du nombre de véhicules vendus par rapport à l’année précédente. Sur une base mensuelle, le nombre de véhicules vendus a augmenté au cours de 11 des 12 mois par rapport à 2013, atteignant un niveau mensuel record. La valeur moyenne des véhicules automobiles vendus a crû de 2,1 % et atteint 34 996 $.

3   Recul des ventes de carburant à la fin de 2014

Les ventes des stations-service ont augmenté de 4,7 % en 2014, entraînées par une hausse de 5,0 % des recettes pour les carburants, les huiles et les additifs pour véhicules automobiles. Vers la fin de 2014, la baisse des prix à la pompe a provoqué une diminution de 5,7 % des ventes d’essence à moteur au quatrième trimestre, tandis que le volume des ventes a augmenté au cours de la même période.

Graphique 1

La part du total des ventes au détail qui revient aux carburants pour automobiles a diminué pour passer à 10,2 % au quatrième trimestre de 2014, soit son plus bas niveau depuis 2010.

4   Les véhicules prennent une plus grande part des dépenses au détail que les aliments

Les aliments et les véhicules automobiles continuent de représenter les plus grandes parts des dépenses de détail. Pour la première fois depuis 2007, la part des dépenses de détail pour les véhicules neufs et d’occasion (+17,5 %) a dépassé légèrement celle des aliments (+17,4 %). Le pourcentage des dépenses de détail consacrées aux véhicules neufs et d’occasion n’a pas cessé de progresser depuis le creux historique de 14,8 % de 2009, tandis que la partie consacrée aux aliments est demeurée relativement inchangée depuis 2011.

5   Les magasins de marchandises diverses poursuivent leur croissance

Les ventes des magasins de marchandises diverses ont crû de 6,2 % en 2014, entraînées par une hausse de 9,3 % des ventes d’aliments et boissons. Poursuivant leur expansion sur le marché des aliments, les détaillants de marchandises diverses ont accru de 0,7 point de pourcentage leur part du marché des aliments et boissons, qui est maintenant de 15,0 %. Les aliments et boissons représentent maintenant 27,2 % des ventes des détaillants de marchandises diverses, en hausse par rapport à 15,8 % en 2005.

Malgré une augmentation de 2,7 % des ventes de vêtements, de chaussures et d’accessoires dans les magasins de marchandises diverses, la proportion des dépenses de détail pour l’habillement qui sont faites dans les magasins de marchandises diverses a continué de fléchir en 2014. Les détaillants de marchandises diverses détenaient 21,7 % du marché des vêtements, après avoir atteint un sommet de 23,9 % en 2008. Le gros de cette érosion de part de marché peut être attribué aux magasins de vêtements et d’accessoires vestimentaires, dont la part de marché a progressé de 0,7 % au cours de la même période.

Les ventes des magasins d’articles de sport, d’articles de passe-temps, d’articles de musique et de livres ont crû de 5,6 %, soit leur plus fort taux de croissance depuis 2000. Cela est principalement attribuable à l’augmentation des ventes de vêtements, de chaussures et d’accessoires (+12,6 %). La composition des ventes des magasins d’articles de sport, d’articles de passe-temps, d’articles de musique et de livres a évolué lentement, et les vêtements, chaussures et accessoires représentent maintenant 25,0 % de leurs ventes totales, comparativement à 20,7 % en 2008.

Les ventes d’appareils électroniques, d’ordinateurs et d’appareils photo sont demeurées stables, mais les magasins d’appareils électroniques et ménagers ont quand même affiché une hausse de 1,3 % de leurs ventes en 2014, soit le premier résultat positif du secteur depuis 2011. La plus grande partie de la croissance du secteur est venue d’une hausse de 10,8 % des ventes d’appareils ménagers. La composition des ventes des magasins d’appareils électroniques et ménagers a évolué lentement depuis 2012, au détriment des appareils électroniques et en faveur des appareils ménagers. Les appareils ménagers représentent maintenant 13,7 % des ventes des magasins d’appareils électroniques et ménagers, comparativement à 12,6 % en 2013 et à 11,8 % en 2012. Quant à la part de marché, les magasins d’appareils électroniques et ménagers ont accru leur part du marché des appareils ménagers de 2,0 % en 2014, principalement aux dépens des magasins de marchandises diverses.

6   Hausse des ventes au détail dans toutes les provinces

Les ventes au détail ont progressé dans chaque province en 2014. Pour la deuxème année consécutive, l’Alberta (+7,5 %) a enregistré le plus haut taux de croissance des ventes au détail au Canada. L’augmentation de 16,7 % des ventes des stations-service est attribuable principalement à l’accroissement des volumes, ceux des ventes au détail d’essence à moteur ayant augmenté de 18,8 % selon Approvisionnement et utilisation des produits pétroliers raffinés au Canada. Les ventes de véhicules automobiles neufs ont poursuivi leur tendance à la hausse amorcée en 2010, les ventes des concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles ayant augmenté de 7,7 %, surtout grâce à une hausse de 12,1 % du nombre de camions neufs vendus.

En Ontario, les ventes au détail ont augmenté de 5,0 % en 2014, soit une cinquième hausse annuelle consécutive. La croissance des ventes a été stimulée par des augmentations des ventes des concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles (+9,6 %), des magasins de marchandises diverses (+5,7 %) et des magasins d’aliments et boissons (+2,4 %).

Les ventes au détail ont progressé en Colombie-Britannique (+5,6 %), où des recettes plus élevées ont été réalisées par les concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles (+8,7 %) et les magasins d’aliments et boissons (+4,7 %).

Le Québec (+1,7 %) a enregistré sa cinquième augmentation annuelle consécutive, les concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles (+3,3%) ayant déclaré une hausse de leurs recettes. Les ventes des magasins de marchandises diverses ont crû de 3,5 %, tandis que les ventes des magasins d’appareils électroniques et ménagers ont diminué de 5,4 %.

La Saskatchewan (+4,6 %) et le Manitoba (+4,3 %) ont affiché des hausses des ventes pour une cinquième année consécutive. La progression observée en Saskatchewan était principalement attribuable à une augmentation des ventes des magasins de marchandises diverses (+11,4 %) et des stations-service (+7,1 %). Au Manitoba, les ventes au détail ont augmenté, surtout à la faveur de l’augmentation des ventes des concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles (+10,0 %).

Dans les provinces de l’Atlantique, l’augmentation des ventes des concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles et des magasins d’aliments et boissons ont été les principaux facteurs de la croissance en Nouvelle-Écosse (+2,3 %) et à l’Île-du-Prince-Édouard (+3,3 %). Après une baisse en 2012, les ventes au détail au Nouveau-Brunswick (+3,8 %) ont augmenté pour une deuxième année d’affilée, tandis que les ventes ont progressé de 3,4 % à Terre-Neuve-et-Labrador.

7   Emploi dans le commerce de détail en 2014

Le nombre total de personnes ayant un emploi dans le secteur du commerce de détail a crû de 1,1 % et atteint 1,94 million en 2014, soit 12,4 % du nombre total de salariés non agricoles.

Les augmentations de l’emploi survenues en Ontario (+2,5 %) et en Alberta (+3,0 %) ont représenté une bonne part de la progression. L’emploi dans le commerce de détail des provinces de l’Atlantique a diminué de 1,3 %, les reculs survenus au Nouveau-Brunswick (4,2 %) et en Nouvelle-Écosse (1,6 %) ayant été plus grands que les augmentations enregistrées à Terre-Neuve-et-Labrador (+1,6 %) et à l’Île-du-Prince-Édouard (+5,0 %).

L’emploi a augmenté dans le sous-secteur des concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles (+4,3 %), les magasins de produits de santé et de soins personnels (+4,6 %) et les magasins de vêtements et d’accessoires vestimentaires (+2,4 %). La restructuration industrielle a été un facteur des baisses de l’emploi dans les magasins d’aliments et boissons (-0,7 %) et les magasins d’appareils électroniques et ménagers (-5,2 %).

Les salariés des concessionnaires de pièces de véhicules automobiles continuent d’afficher le plus haut salaire hebdomadaire moyen, soit 969 $, ce qui constitue une augmentation de 4,6 % par rapport à 2013. À l’inverse, les salaires dans les magasins de vêtements et d’accessoires vestimentaires (+5,1 %) ont encore une fois été les plus faibles en 2014, à 391 $.

Date de modification :