Publications

Aperçus économiques

Dépenses en immobilisations non résidentielles : estimations réelles provisoires pour 2014 et intentions pour 2015

Dépenses en immobilisations non résidentielles : estimations réelles provisoires pour 2014 et intentions pour 2015

Valérie Gaudreault, Guy Gellatly et Cyndi Bloskie
Division de l'investissement, des sciences et de la technologie et Direction des études analytiques

Début de l'encadré

Le présent article de la série Aperçus économiques porte sur les estimations des dépenses en immobilisations pour 2014 et les intentions de dépenses pour 2015, diffusées par Statistique Canada le 6 juillet 2015. Les changements de rythme et de composition des dépenses en immobilisations non résidentielles sont examinés, tout en soulignant les variations clés des données pour ces années de référenceNote 1.

Les résultats présentés sont fondés sur l’information recueillie au moyen de l’Enquête sur les dépenses en immobilisations et réparations, une enquête-échantillon menée auprès d’environ 25 000 organismes des secteurs privé et public, qui sert à produire des estimations en dollars courants des dépenses en immobilisations allouées pour les ouvrages de construction et les machines et matérielNote 2. Les données réelles provisoires pour 2014 et les données sur les intentions pour 2015 présentées ici ont été recueillies d’octobre 2014 à la fin de janvier 2015 — une période caractérisée par d’importantes fluctuations du cours du pétrole brut et de la valeur du dollar canadien. Des mises à jour des données pour les grandes entreprises pétrolières et gazières ont été effectuées pour veiller à ce que les intentions de 2015 soient aussi justes que possible. L’article fait ressortir des variations clés des données sur les dépenses en immobilisations et les intentions pour cette période.

Fin de l'encadré

Aperçu

Les organismes des secteurs privé et public ont dépensé 264,9 milliards de dollars au titre d’ouvrages de construction non résidentielle et de machines et matériel en 2014, ce qui représente une hausse de 3,4 % par rapport à 2013 (graphique 1). La croissance observée est surtout attribuable aux dépenses accrues en machines et matériel, celles-ci ayant augmenté de 9,2 % en 2014, après avoir fléchi de 4,9 % en 2013. Les dépenses en immobilisations en construction non résidentielle se sont légèrement accrues de 0,9 % en 2014. La croissance générale des dépenses en immobilisations en 2014 a été soutenue par la hausse des dépenses des secteurs des services publics, de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle, et de la fabrication. Pour leur part, les industries de l’extraction minière, de l’exploitation en carrière, et de l’extraction de pétrole et de gaz ont légèrement réduit leurs dépenses en immobilisations par rapport à l’année précédente (-0,5 %). Les dépenses en immobilisations en Ontario, en Colombie-Britannique, à Terre-Neuve-et-Labrador, au Manitoba et en Alberta ont contribué à la croissance en 2014.

Les organismes des secteurs privé et public prévoient dépenser 251,8 milliards de dollars en immobilisations non résidentielles en 2015, en baisse de 4,9 % par rapport à 2014. Les prévisions plus faibles de dépenses en construction et en machines et matériel ont contribué au recul. Dans les industries du secteur de l’extraction minière, de l’exploitation en carrière et de l’extraction de pétrole et de gaz, les intentions de dépenses en immobilisations ont diminué de 18,7 % par rapport à 2014. Par contre, on s’attend à une augmentation des dépenses en immobilisations dans les industries du secteur du transport et de l’entreposage et dans celles du secteur de la fabrication. Le Québec, le Nouveau-Brunswick, le Manitoba, la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard ont les intentions les plus élevées.

Graphique 1  Dépenses en immobilisations non résidentielles par composante principale

Description du graphique 1

Augmentation des dépenses en machines et matériel en 2014

D’après les estimations provisoires, les dépenses en machines et matériel ont augmenté de 9,2 % en 2014, après deux baisses annuelles consécutivesNote 3. Les dépenses en immobilisations en machines et matériel représentaient 32 % du total des dépenses en immobilisations non résidentielles en 2014. Les industries du secteur de la fabrication sont celles qui ont le plus contribué à la croissance globale des dépenses en machines et matériel, les dépenses en immobilisations dans ce secteur ayant progressé de 22,8 % en 2014 comparativement à 4,4 % en 2013. Dans ce secteur, les dépenses en machines et matériel se sont élevées à 12,5 milliards de dollars, ce qui représente leur plus haut niveau depuis le sommet de 14,4 milliards de dollars atteint en 2008. Les dépenses en machines et matériel dans le secteur du transport et de l’entreposage ont aussi progressé en 2014, marquant une cinquième augmentation annuelle consécutive. Les dépenses annuelles en machines et matériel dans ce secteur ont augmenté de 7,6 % par rapport à 2007. L’Ontario, l’Alberta et la Colombie-Britannique ont présenté les plus fortes dépenses en machines et matériel.

Le rythme des dépenses en construction a ralenti, ayant légèrement progressé de 0,9 % en 2014 comparativement à 6,5 % en 2013. Ce ralentissement survient après une croissance annuelle moyenne de 13 % pour les trois années précédentes. L’augmentation des dépenses en construction dans les secteurs des services publics et de l’industrie de l’information et industrie culturelle a soutenu la croissance en 2014, tout comme l’augmentation observée dans le secteur de l’extraction minière, de l’exploitation en carrière, et de l’extraction de pétrole et de gaz. En 2014, les dépenses en immobilisations en construction dans le secteur de l’extraction minière, de l’exploitation en carrière, et de l’extraction de pétrole et de gaz étaient de 65 % plus élevées qu’en 2008 et représentaient 40 % de toutes les dépenses en construction de l’économie canadienne. Les dépenses en construction à Terre-Neuve-et-Labrador, en Ontario, au Manitoba et en Colombie-Britannique ont soutenu la croissance en 2014, alors qu’elles ont fléchi en Alberta.

Baisse des dépenses en immobilisations prévues en 2015 liée à une diminution des intentions en matière de construction non résidentielle et de machines et matériel

Les intentions de dépenses en immobilisations non résidentielles ont diminué de 4,9 % en 2015, en raison de la baisse des dépenses en immobilisations prévues pour les machines et matériel (-5,4 %) et pour les ouvrages de construction (-4,7 %). Le recul des intentions dans le secteur de l’extraction minière, de l’exploitation en carrière, et de l’extraction de pétrole et de gaz était le principal facteur à l’origine de la baisse attendue, les dépenses prévues en construction et en machines et matériel ayant beaucoup diminué (graphique 2). Le secteur des services publics prévoit aussi une baisse des dépenses en construction et en machines et matériel, alors que le secteur du transport et de l’entreposage et le secteur de la fabrication prévoient une hausse pour les deux types d’actifs. Dans l’ensemble, la baisse des intentions de construction en 2015 est surtout attribuable aux reculs prévus en Alberta et en Saskatchewan, tandis que la baisse des intentions relatives aux machines et matériel est liée en grande partie aux baisses prévues en Alberta et en Ontario.

Graphique 2  Dépenses en immobilisations selon certaines industries

Description du graphique 2

Recul de 18,7 % des intentions de dépenses en immobilisations dans le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière, et de l'extraction de pétrole et de gaz

Après un déclin de 0,5 % en 2014, les dépenses en immobilisations des industries du secteur de l’extraction minière, de l’exploitation en carrière, et de l’extraction de pétrole et de gaz devraient reculer de 18,7 % en 2015, en raison de la baisse des intentions de construction (diminution de 16,3 % par rapport à 2014) et de la baisse des intentions relatives aux machines et matériel (diminution de 33,5 %). Les intentions de dépenses en immobilisations dans ce secteur s’élèvent à 67,9 milliards de dollars en 2015, ce qui représente une baisse de 15,6 milliards de dollars par rapport aux estimations pour 2014 (graphique 3). Les industries de l’extraction de pétrole et de gaz, dont les intentions en 2015 se situaient à 55,6 milliards de dollars, prévoient dépenser 18,9 % de moins qu’en 2014 en immobilisations. Les intentions de dépenses en immobilisations des fournisseurs de services de soutien aux industries de l’extraction minière et de l’extraction de pétrole et de gaz, qui comprennent les services de montage et de forage, se chiffrent à 1,4 milliard de dollars en 2015, en baisse de 62,9 % par rapport à 2014. Compte tenu des 10,9 milliards de dollars d’intentions en immobilisations, les industries de l’extraction minière et de l’exploitation en carrière, sans le pétrole et le gaz, s’attendent à un recul de 1,7 % des dépenses en immobilisations.

Les fabricants s'attendent à une augmentation des dépenses en immobilisations en 2015

En 2015, les dépenses en immobilisations dans le secteur de la fabrication devraient augmenter de 2,7 % pour atteindre 17,5 milliards de dollars, ce qui représente une hausse de 462 millions de dollars par rapport à 2014 (graphique 3). Les fabricants de produits en bois, de produits du pétrole et du charbon, de métaux de première transformation, de produits minéraux non métalliques, et de machines et matériel prévoient tous accroître leurs dépenses en immobilisations en 2015, tandis que les fabricants de produits chimiques, de matériel de transport et de produits alimentaires prévoient diminuer leurs dépenses. Les fabricants de matériel de transport comptent dépenser presque 30 % de moins en immobilisations, après avoir augmenté leurs dépenses de 56 % en 2014. Les dépenses en immobilisations prévues des fabricants d’aliments ont diminué de 7,9 %, à la suite d’une augmentation de 7,2 % en 2014.

Les industries du transport et de l’entreposage prévoient dépenser 13,4 % de plus en immobilisations en 2015. Les intentions dans ce secteur, qui s’élèvent à 26,4 milliards de dollars, dépassent de 3,1 milliards de dollars les dépenses de 2014 (graphique 3). Les organismes qui fournissent des services de transport en commun et de transport terrestre de voyageurs, des services de soutien pour d’autres industries de transport, et des services d’entreposage ont annoncé une augmentation de leurs intentions de dépenses en immobilisations. En particulier, en 2015, les organismes qui assurent des services de transport par pipeline prévoient accroître de 21,8 % leurs dépenses en immobilisations, qui atteindront 8,3 milliards de dollars. Cette hausse survient après une réduction des dépenses en immobilisations en 2014, qui avait suivi des augmentations en 2012 et en 2013.

Graphique 3  Variation des dépenses en immobilisations et dépenses en immobilisations prévues, certaines industries

Description du graphique 3

Baisse de près de 10 % des intentions de dépenses en immobilisations dans l'Ouest canadien

Les organismes des secteurs public et privé dans les provinces de l’Ouest prévoient réduire de 9,3 % leurs dépenses en immobilisations non résidentielles en 2015 (graphique 4). Cette baisse fait suite au ralentissement de la croissance en 2014, les dépenses en immobilisations ayant crû de 3,0 %, sous l’effet d’augmentations au Manitoba et en Colombie-Britannique. De 2011 à 2013, les dépenses en immobilisations dans l’Ouest canadien ont augmenté en moyenne de 10 % par an, stimulées par l’accroissement des investissements en construction et en machines et matériel en Alberta et en Saskatchewan. Les quatre provinces de l’Ouest étaient à l’origine de 56 % de toutes les dépenses en immobilisations non résidentielles en 2014, et de 65 % de toutes les dépenses en immobilisations non résidentielles de propriété privée.

Graphique 4 Dépenses en immobilisations par région

Description du graphique 4

Une baisse des intentions dans l’Ouest canadien en 2015 reflète les diminutions prévues en Alberta, en Saskatchewan et en Colombie-Britannique. Les dépenses en immobilisations en Alberta devraient reculer de 11,0 % en 2015, en raison d’une diminution des intentions de construction (-9,0 %) et des intentions relatives aux machines et matériel (-17,0 %) par rapport à 2014. Les dépenses prévues en Alberta ont diminué de 10,1 milliards de dollars pour s’établir à 82,0 milliards de dollars. Selon les prévisions, les dépenses en immobilisations de propriété privée en Alberta diminueront de 11,3 % en 2015, tandis que les intentions de dépenses en immobilisations de propriété publique diminueront de 8,1 %. Les dépenses prévues en immobilisations de propriété privée représentent 89 % de toutes les intentions de dépenses en immobilisations en Alberta.

Graphique 5  Variation des dépenses en immobilisations et des dépenses en immobilisations prévues, par province et territoires

Description du graphique 5

Selon les prévisions, le total des dépenses en immobilisations des industries de l’extraction de pétrole et de gaz en Alberta diminuera de 18,5 % en 2015. Les organismes albertains qui assurent des services de soutien aux industries de l’extraction minière et de l’extraction de pétrole et de gaz prévoient dépenser 69,5 % de moins en immobilisations en 2015.

On prévoit que le total des dépenses en immobilisations en Saskatchewan reculera de 2,3 milliards de dollars pour s’établir à 15,5 milliards de dollars. Les dépenses en immobilisations de l’industrie de l’extraction de pétrole et de gaz dans la province devraient diminuer de 33 % en 2015. Les intentions pour l’extraction minière et l’exploitation en carrière ont reculé de 12,3 %. Les dépenses prévues en immobilisations de propriété privée représentent 77 % de toutes les intentions de dépenses en Saskatchewan.

Hausse des intentions au Québec et baisse des intentions en Ontario

Dans l’ensemble, les intentions relatives aux dépenses en immobilisations dans le Canada central sont stables, après avoir augmenté de 3,5 % en 2014 (graphique 4). À eux deux, le Québec et l’Ontario étaient à l’origine de 37 % de toutes les dépenses en immobilisations non résidentielles en 2014.

Les intentions de dépenses en immobilisations au Québec ont progressé de 2,7 % en 2015, après deux années consécutives de baisses. On s’attend à ce que les dépenses allouées pour les ouvrages de construction et les machines et matériel augmentent en 2015. Les industries de la fabrication au Québec prévoient dépenser 4,1% de plus en immobilisations en 2015, après avoir aussi déclaré une augmentation de leurs dépenses (+14,4 %) en 2014. La croissance des intentions de dépenses dans le secteur de la fabrication était soutenue par l’augmentation des dépenses prévues chez les fabricants de métaux de première transformation. En 2015, les dépenses prévues en immobilisations de propriété publique au Québec ont augmenté de 8 %, pour s’établir à 19,2 milliards de dollars. Dans l’ensemble, les intentions de dépenses en immobilisations de propriété privée ont diminué de 2,4 %, pour s’établir à 18,1 milliards de dollars.

En Ontario, les intentions de dépenses en immobilisations non résidentielles pour 2015 ont diminué de 1,5 %, alors que les dépenses en immobilisations avaient crû de 9,5 % en 2014. Ce recul est attribuable à la diminution des intentions pour les machines et matériel (-4,3 %). En comparaison, les dépenses en machines et matériel avaient crû de 18,3 % en 2014. Les fabricants ontariens prévoient réduire de 9,5 % leurs dépenses en immobilisations en 2015, la diminution prévue des dépenses de l’industrie du matériel de transport étant la plus prononcée.

Les dépenses en immobilisations prévues en Ontario sont inférieures aux dépenses enregistrées ces dernières années. Les intentions pour 2015 se chiffrent à 61,4 milliards de dollars. Il s’agit d’une baisse de 941,7 millions de dollars par rapport aux dépenses de 2014 (graphique 5). En 2007, les dépenses en immobilisations non résidentielles en Ontario se sont situées à 63 milliards de dollars, ce qui représente environ 2,6 % de plus que les intentions actuelles. Les intentions de dépenses en immobilisations de propriété publique, qui représentent 45 % des dépenses en immobilisations prévues en Ontario, ont diminué de 5,6 %, tandis que les intentions de dépenses en immobilisations de propriété privée ont augmenté de 2 %.

Augmentation des intentions de dépenses en immobilisations au Canada atlantique

Au Canada atlantique, les intentions de dépenses en immobilisations ont crû de 4,2 % en 2015. Cette augmentation fait suite à des hausses de 6,4 % en 2014 et de 8,8 % en 2013. Le Nouveau-Brunswick a contribué à l’accroissement des intentions en 2015, ses dépenses en machines et matériel ainsi qu’en construction devant augmenter. La Nouvelle-Écosse présente aussi des intentions plus élevées relativement aux machines et matériel et à la construction. Dans l’ensemble, les intentions pour Terre-Neuve-et-Labrador ont légèrement reculé de 0,2 %, en raison d’une diminution prévue des dépenses en machines et matériel.

Les intentions de dépenses en immobilisations de propriété privée pour 2015 ont augmenté dans chaque province, Nouvelle-Écosse se situant au premier rang avec une augmentation de 7,2 %. Les dépenses prévues en immobilisations de propriété publique ont augmenté de plus de 10 %, à l’exception de Terre-Neuve-et-Labrador, où elles ont diminué après avoir augmenté de 30 % l’année précédente.

Tableau 1
Taux de croissance annuels des dépenses en immobilisations en construction non résidentielle et en machines et matériel, selon le type d'actif, la propriété, le secteur industriel et la province et les territoires, 2007 à 2015
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Taux de croissance annuels des dépenses en immobilisations en construction non résidentielle et en machines et matériel 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015, calculées selon variation en pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
variation en pourcentage
Total des dépenses en immobilisations non résidentielles 6,3 6,4 -13,9 13,4 7,7 6,0 2,7 3,4 -4,9
Type d'actif  
Construction non résidentielle 11,3 15,2 -11,6 19,3 9,6 9,9 6,5 0,9 -4,7
Machines et matériel 0,9 -4,1 -17,2 4,4 4,5 -1,1 -4,9 9,2 -5,4
Propriété  
Privée 3,9 2,0 -21,1 14,0 13,1 7,7 5,0 0,7 -7,0
Publique 14,1 19,2 4,1 12,3 -2,6 2,2 -2,5 10,5 -0,2
Secteur industriel  
Extraction minière, exploitation en carrière, et extraction de pétrole et de gaz 3,9 9,8 -35,9 52,5 26,3 15,6 7,1 -0,5 -18,7
Fabrication 3,2 -2,6 -30,1 11,3 14,7 -0,9 3,9 8,1 2,7
Transport et entreposage 21,7 15,8 -10,2 -13,6 12,5 24,2 33,9 -4,6 13,4
Services publics 14,8 9,1 17,1 0,6 10,2 6,8 13,9 6,8 -1,1
Autres secteurs industriels 4,9 4,7 -6,6 7,3 -2,6 -1,3 -8,2 6,9 -0,7
Province et territoires  
Terre-Neuve-et-Labrador -1,2 25,4 -3,1 14,1 43,1 27,7 22,5 14,0 -0,2
Île-du-Prince-Édouard 17,1 -3,3 -3,9 -2,9 26,7 -25,2 7,2 1,7 7,6
Nouvelle-Écosse 0,6 -12,3 10,8 8,6 -2,1 -17,4 -0,6 3,4 9,2
Nouveau-Brunswick 3,0 9,5 -11,9 2,0 8,9 -25,3 -8,4 -9,8 11,9
Québec 6,7 5,8 -3,8 1,2 6,6 8,6 -4,5 -5,3 2,7
Ontario 5,3 -3,4 -9,7 13,5 2,2 -1,5 -9,4 9,5 -1,5
Manitoba 11,2 12,6 -2,2 13,7 -0,6 3,8 -2,3 25,0 4,5
Saskatchewan 8,6 23,0 11,8 20,1 10,5 7,4 12,4 -2,3 -12,9
Alberta 8,9 12,6 -29,2 23,7 15,0 11,7 16,6 0,4 -11,0
Colombie-Britannique 2,3 12,3 -14,8 7,9 3,5 12,2 -8,2 9,4 -6,3
Territoires 4,4 -10,7 -17,4 32,7 -6,6 -9,1 42,7 8,2 -3,6

Les intentions de dépenses en immobilisations en exploration et en évaluation diminuent de 25,1 %, pour s'établir à 6,8 milliards de dollars

Les intentions de dépenses en immobilisations en exploration et en évaluation comprennent les frais de forage d’exploration pétrolière et gazière, les dépenses géologiques et géophysiques, et les autres coûts d’exploration et d’évaluation pétrolière et gazière, ainsi que les frais de prospection minéraleNote 4. Les dépenses reliées à ces activités s’élevaient à 9,1 milliards de dollars en 2014, surtout attribuables aux dépenses de 3,7 milliards de dollars en Alberta et de 2,5 milliards de dollars en Colombie-Britannique. Avec des diminutions prévues de 26 % en Alberta et de plus de 50 % en Colombie-Britannique, les intentions de dépenses en exploration ont diminué de 25,1 % dans l’ensemble en 2015. Les seules provinces qui prévoient des hausses notables de dépenses en immobilisations en exploration sont le Québec (+36,9 %) et Terre-Neuve-et-Labrador (+66,3 %).

Tableau 2
Parts des dépenses totales en immobilisations en construction non résidentielle et en machines et matériel, selon le type d'actif, la propriété, le secteur industriel et la province et les territoires, 2007 à 2015
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Parts des dépenses totales en immobilisations en construction non résidentielle et en machines et matériel. Les données sont présentées selon Total des dépenses en immobilisations non résidentielles (titres de rangée) et 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Total des dépenses en immobilisations non résidentielles 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
pourcentage
Type d'actif  
Construction non résidentielle 54,4 58,9 60,5 63,7 64,7 67,1 69,5 67,9 68,0
Machines et matériel 45,6 41,1 39,5 36,3 35,3 32,9 30,5 32,1 32,0
Propriété  
Privée 74,5 71,4 65,4 65,8 69,0 70,1 71,6 69,7 68,2
Publique 25,5 28,6 34,6 34,2 31,0 29,9 28,4 30,3 31,8
Secteur industriel  
Extraction minière, exploitation en carrière, et extraction de pétrole et de gaz 23,8 24,6 18,3 24,6 28,8 31,4 32,8 31,5 27,0
Fabrication 8,4 7,7 6,2 6,1 6,5 6,1 6,2 6,4 7,0
Transport et entreposage 6,9 7,5 7,8 6,0 6,2 7,3 9,5 8,8 10,5
Services publics 8,2 8,4 11,4 10,1 10,4 10,4 11,6 11,9 12,4
Autres industries 52,7 51,8 56,2 53,2 48,1 44,7 40,0 41,3 43,2
Province et territoires  
Terre-Neuve-et-Labrador 1,2 1,5 1,7 1,7 2,2 2,7 3,2 3,5 3,7
Île-du-Prince-Édouard 0,3 0,3 0,3 0,3 0,3 0,2 0,2 0,2 0,2
Nouvelle-Écosse 2,0 1,7 2,1 2,0 1,9 1,4 1,4 1,4 1,6
Nouveau-Brunswick 1,9 2,0 2,0 1,8 1,9 1,3 1,2 1,0 1,2
Québec 16,0 16,0 17,8 15,9 15,7 16,1 15,0 13,7 14,8
Ontario 30,0 27,3 28,6 28,6 27,1 25,2 22,3 23,5 24,4
Manitoba 2,9 3,0 3,5 3,5 3,2 3,1 3,0 3,6 4,0
Saskatchewan 3,9 4,5 5,9 6,2 6,4 6,5 7,1 6,7 6,1
Alberta 29,6 31,3 25,7 28,1 29,9 31,5 35,8 34,8 32,6
Colombie-Britannique 11,1 11,7 11,6 11,0 10,6 11,2 10,0 10,6 10,4
Territoires 0,9 0,8 0,7 0,9 0,7 0,6 0,9 0,9 0,9

Références

Bloskie, C., V. Gaudreault, et G. Gellatly. 2013. Changements dans la composition de l’investissement agrégé. Aperçus économiques, no 22. Produit no 11-626-X au catalogue de Statistique Canada. Ottawa : Statistique Canada.

Statistique Canada. 2015. Rapprochement des dépenses en immobilisations et de la formation brute de capital fixe. Les nouveautés en matière de comptes économiques canadiens. Produit no 13-605-X au catalogue de Statistique Canada. Ottawa : Statistique Canada.

Notes

Date de modification :