Infographie : La violence familiale au Canada

Date de diffusion : 21 janvier 2016
Infographie : La violence familiale au Canada
Description de l'Infographie : La violence familiale au Canada

On entend par violence familiale déclarée par la police tous les types de crimes violents perpétrés par un membre de la famille qui ont été signalés à la police.

En deux mille quatorze, plus de trois cent vingt-trois mille six cents personnes ont été victimes d'un crime violent. De ce nombre, vingt-six pour cent ont été agressées par un membre de leur famille.

  • Sept victimes de violence familiale sur dix étaient des femmes ou des filles.

Les jeunes âgés de douze à dix-sept ans étaient les plus à risque d'être victimes d'agression sexuelle aux mains d'un membre de la famille ou d'une personne non apparentée.

Plus de quinze mille deux cents victimes d'un crime violent avaient moins de douze ans. Ces enfants ont été le plus souvent agressés par un membre de leur famille.

  • Cinquante-cinq pour cent des crimes violents commis contre des enfants de moins de douze ans ont été perpétrés par un membre de leur famille.
    • Voici la répartition de ces crimes :
      • trente-huit pour cent ont été commis par un parent;
      • neuf pour cent ont été commis par un membre de la famille élargie;
      • huit pour cent ont été commis par un frère ou une sœur.
  • Quarante-cinq pour cent des crimes violents commis contre des enfants de moins de douze ans ont été perpétrés par d'autres personnes.
    • Voici la répartition de ces crimes :
      • vingt pour cent ont été commis par une connaissance;
      • quinze pour cent ont été commis par une personne entretenant avec eux un autre type de relation;
      • dix pour cent ont été commis par un étranger.

Plus de neuf mille deux cents personnes âgées (soixante-cinq ans et plus) ont été victimes d'un crime violent, dont environ le tiers ont été commis par un membre de la famille. De ce nombre :

  • trente-quatre pour cent ont été agressées par un membre de la famille;
  • vingt-cinq pour cent ont été agressées par un étranger;
  • vingt et un pour cent ont été agressées par une personne entretenant avec elles un autre type de relation;
  • vingt pour cent ont été agressées par une connaissance.

On entend par violence conjugale autodéclarée les actes de violence conjugale physique ou sexuelle qui ont été signalés ou non à la police.

  • Soixante-dix pour cent des actes de violence conjugale ne sont pas signalés à la police.

De nombreuses victimes de violence conjugale ont déclaré avoir subi des formes graves de violence

Plus précisément :

  • Vingt-cinq pour cent des victimes de violence conjugale ont été agressées sexuellement, battues, étranglées ou menacées avec une arme à feu ou un couteau.
    • Trente-quatre pour cent des femmes victimes de violence conjugale ont été agressées sexuellement, battues, étranglées ou menacées avec une arme à feu ou un couteau.
    • Seize pour cent des hommes victimes de violence conjugale ont été agressés sexuellement, battus, étranglés ou menacés avec une arme à feu ou un couteau.
  • Vingt-quatre pour cent des victimes de violence conjugale ont reçu des coups de pied ou ont été mordues, frappées ou frappées avec un objet.
    • Trente-cinq pour cent des hommes victimes de violence conjugale ont reçu des coups de pied ou ont été mordus, frappés ou frappés avec un objet.
    • Dix pour cent des femmes victimes de violence conjugale ont reçu des coups de pied ou ont été mordues, frappées ou frappées avec un objet.

Sources : Violence familiale déclarée par la police : Statistique Canada, Programme de déclaration uniforme de la criminalité, 2014.
Violence conjugale autodéclarée : Statistique Canada, Enquête sociale générale sur la victimisation, 2014.

Date de modification :