Déclin de la syndicalisation

Mégatendances canadiennes

Issu de l'industrialisation de l'économie survenue à la fin du 19e siècle, le mouvement syndical canadien comptait à l'époque surtout des hommes parmi ses membres, situation qui s'est maintenue jusqu'aux années 1960. De nos jours, en revanche, une personne syndiquée est légèrement plus susceptible d'être une femme et de travailler dans un bureau, une école ou un hôpital, alors que l'affiliation syndicale des travailleurs d'usine, des mineurs et des cols bleus en général a connu un déclin au cours du dernier quart de siècle.

Le déclin du taux de syndicalisation n'est pas un phénomène récent. Au Canada, il est survenu principalement au cours des années 1980 et 1990. Depuis que Statistique Canada mesure le taux de syndicalisation à partir des enquêtes-ménages, celui-ci est passé de 37,6 % en 1981 à 28,8 % en 2014. Les tendances divergent cependant selon le sexe.

Graphique 1 - Taux de syndicalisation des personnes occupées de 17 à 64 ans, 1981 à 2014
Description du graphique 1

Le titre du graphique est « Graphique 1 Taux de syndicalisation des personnes occupées de 17 à 64 ans, 1981 à 2014 ».
Ceci est un graphique linéaire simple.
Il y a au total 34 catégories sur l'axe horizontal. L'axe vertical débute à 25 et se termine à 45 avec des mesures à tous les 5 points.
Il y a 3 séries dans ce graphique.
L'axe vertical s'intitule « pourcentage ».
Les unités de l'axe horizontal sont des années de 1981 à 2014.
Le titre de la série 1 est « Les deux sexes ».
La valeur minimale est 28,8 survenue en 2014.
La valeur maximale est 37,9 survenue en 1984.
Le titre de la série 2 est « Hommes ».
La valeur minimale est 27,2 survenue en 2014.
La valeur maximale est 42,4 survenue en 1984.
Le titre de la série 3 est « Femmes ».
La valeur minimale est 29,5 survenue en 1999.
La valeur maximale est 32,5 survenue en 1984.

Taux de syndicalisation des personnes occupées de 17 à 64 ans, 1981 à 2014
Année Les deux sexes Hommes Femmes
%
1981 37.6 42.1 31.4
1982 37.7 42.2 31.8
1983 37.8 42.3 32.2
1984 37.9 42.4 32.5
1985 37.0 41.1 31.9
1986 36.0 39.9 31.2
1987 34.6 38.3 30.0
1988 36.0 39.8 31.4
1989 35.9 39.2 32.1
1990 35.4 38.7 31.7
1991 34.9 37.9 31.5
1992 34.3 37.0 31.2
1993 33.7 36.2 30.9
1994 33.1 35.3 30.6
1995 32.5 34.4 30.4
1996 31.9 33.6 30.1
1997 31.3 32.7 29.8
1998 31.0 32.0 29.8
1999 30.4 31.2 29.5
2000 30.6 31.2 29.8
2001 30.7 31.2 30.1
2002 30.6 30.5 30.6
2003 30.7 30.9 30.4
2004 30.2 30.1 30.4
2005 30.3 30.1 30.4
2006 29.8 29.3 30.4
2007 29.8 29.3 30.4
2008 29.7 29.0 30.3
2009 29.8 28.6 31.0
2010 30.0 28.6 31.3
2011 29.6 28.3 30.9
2012 29.9 28.5 31.3
2013 29.6 28.2 31.0
2014 28.8 27.2 30.5

Deux mesures de l'activité syndicale sont généralement utilisées dans les statistiques : le taux de syndicalisation et le taux de couverture. Pour illustrer cette mégatendance, nous utiliserons le taux de syndicalisation étant donné que celui-ci est mieux couvert pas les enquêtes.

Les taux connaissent un déclin chez les hommes et les jeunes travailleurs

Le déclin du taux de syndicalisation était principalement observable chez les hommes, leur taux étant passé d'un peu plus de 42 % en 1981 à 27 % en 2014, soit une baisse de près de 15 points de pourcentage. La perte la plus importante — 8 points de pourcentage — s'est produite durant les années 1990. En raison de cette diminution, en 2014, le taux de syndicalisation des hommes était de 2 points inférieur à celui des femmes, alors qu'en 1981, il dépassait celui des femmes de près de 11 points de pourcentage. Chez les femmes, le taux de syndicalisation a affiché peu de changements durant ces années, ayant oscillé entre 30 % et 32 %.

Graphique 2 - Taux de syndicalisation des personnes occupées de 17 à 64 ans, 1981 à 2014
Description du graphique 2

A. Taux de syndicalisation par sexe et groupe d'âge (hommes)

Le titre du graphique est « Graphique 2 Taux de syndicalisation par sexe et groupe d'âge (hommes) ».
Ceci est un graphique à colonnes groupées.
Il y a au total 5 catégories sur l'axe horizontal. L'axe vertical débute à 0 et se termine à 60 avec des mesures à tous les 10 points.
Il y a 2 séries dans ce graphique.
L'axe vertical s'intitule « pourcentage ».
L'axe horizontal s'intitule « Taux de syndicalisation des hommes par groupe d'âge (%) ».
Le titre de la série 1 est « 1981 ».
La valeur minimale est 29,2 et ceci correspond à « 17 à 24 ».
La valeur maximale est 48,6 et ceci correspond à « 55 à 64 ».
Le titre de la série 2 est « 2014 ».
La valeur minimale est 14,9 et ceci correspond à « 17 à 24 ».
La valeur maximale est 33,0 et ceci correspond à « 55 à 64 ».

Taux de syndicalisation par sexe et groupe d'âge (hommes), pourcentage
Âge 1981 2014
%
17 to 24 29,2 14,9
25 to 34 43,3 24,9
35 to 44 46,1 28,5
45 to 54 47,8 32,7
55 to 64 48,6 33,0

B. Taux de syndicalisation par sexe et groupe d'âge (femmes)

Le titre du graphique est « Graphique 2 Taux de syndicalisation par sexe et groupe d'âge (femmes) ».
Ceci est un graphique à colonnes groupées.
Il y a au total 5 catégories sur l'axe horizontal. L'axe vertical débute à 0 et se termine à 40 avec des mesures à tous les 5 points.
Il y a 2 séries dans ce graphique.
L'axe vertical s'intitule « pourcentage ».
L'axe horizontal s'intitule « Taux de syndicalisation des femmes par groupe d'âge (%) ».
Le titre de la série 1 est « 1981 ».
La valeur minimale est 23,1 et ceci correspond à « 17 à 24 ».
La valeur maximale est 36,3 et ceci correspond à « 35 à 44 ».
Le titre de la série 2 est « 2014 ».
La valeur minimale est 13,4 et ceci correspond à « 17 à 24 ».
La valeur maximale est 35,5 et ceci correspond à « 45 à 54 ».

Taux de syndicalisation par sexe et groupe d'âge (femmes), pourcentage
Âge 1981 2014
%
17 to 24 23,1 13,4
25 to 34 34,7 29,8
35 to 44 36,3 34,5
45 to 54 32,9 35,5
55 to 64 29,9 35,2

La diminution du taux de syndicalisation a été plus prononcée chez les jeunes travailleurs. Chez les hommes, le taux a diminué pour tous les groupes d'âge, mais de façon plus prononcée pour ceux de 25 à 34 ans et ceux de 35 à 44 ans. Chez les jeunes femmes, le taux de syndicalisation a également diminué, mais dans une moindre mesure — en grande partie parce que les baisses des années 1980 et 1990 ont été compensées par une hausse dans les années 2000. En revanche, les femmes plus âgées constituent le seul groupe pour lequel le taux a augmenté de 1981 à 2014, ce taux s'étant accru de 4 points de pourcentage chez les femmes de 45 à 54 ans et de 7 points de pourcentage pour celles de 55 à 64 ans.

Déplacements de l'emploi

Parmi les raisons du déclin de la syndicalisation chez les jeunes hommes figure le déplacement de l'emploi des industries et professions à fort taux de syndicalisation — comme la construction et la fabrication — vers des industries et professions ayant des taux de syndicalisation plus faibles, comme le commerce de détail et les services professionnels. La hausse de la syndicalisation chez les femmes plus âgées est attribuable à leur concentration au sein des industries ayant un taux élevé de syndicalisation, tels que les soins de santé et l'assistance sociale, les services d'enseignement et l'administration publique.

De 1999 à 2014, le taux de syndicalisation du secteur public a augmenté de 70,4 % à 71,3 %, alors que celui du secteur privé a diminué de 18,1 % à 15,2 %.

Les déplacements de l'emploi, cependant, n'expliquent pas tout. Par exemple, chez les hommes de 25 à 34 ans, ces facteurs étaient à l'origine de moins de la moitié du total du déclin du taux de syndicalisation de 1981 à 1998. Cela signifie que les changements à l'intérieur des industries et des groupes de professions ont également joué un rôle.

Les taux ont diminué dans toutes les provinces. En 2014, l'Alberta avait le plus bas taux de syndicalisation (20,3 %), tandis que le Québec et Terre-Neuve-et-Labrador avaient les taux les plus élevés (près de 36 %).


Définitions

Taux de syndicalisation : Rapport du nombre de salariés syndiqués au nombre total de salariés dans un cadre défini (entreprise, profession, secteur économique, etc.).

Taux de couverture : Proportion des employés couverts par une convention collective, qu'ils soient membres d'un syndicat ou non.

Références

Galarneau, D. et T. Sohn. 2013. « Les tendances à long terme de la syndicalisation », Regards sur la société canadienne, Statistique Canada, produit no 75-006-X au catalogue.

Morissette, R., G. Schellenberg et A. Johnson. 2005. « La syndicalisation : tendances divergentes », L'emploi et le revenu en perspective, vol. 6, no 4, avril, Statistique Canada, produit no 75-001-X au catalogue.

Riddell, C. 1993. « Unionization in Canada and the United States: A Tale of Two Countries », Small Differences That Matter: Labor Market and Income Maintenance in Canada and the United States, publié sous la direction de David Card et Richard B. Freeman, University of Chicago Press.

Personnes-ressources

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données de la présente publication, communiquez avec Diane Galarneau (613-854-3018), Division de la statistique du travail.

 
Date de modification :