Le revenu des personnes âgées de 1976 à 2014 : quatre décennies, deux tendances

Mégatendances canadiennes

De 1976 à 1995, le revenu des familles de personnes âgées a affiché une croissance beaucoup plus rapide que celui des familles plus jeunes. Cette tendance a changé dans les années qui ont suivi la croissance du revenu des familles plus jeunes s’étant accélérée pour dépasser celle du revenu des personnes âgées.

L’édition de ce mois des Mégatendances canadiennes se penche sur les variations des revenus des personnes âgées en examinant les sources de revenu ainsi que les changements sociaux qui ont contribué à ces changements. Les taux de personnes âgées vivant avec un faible revenu seront également examinés au moyen de deux mesures distinctes.

De la réduction à l'accentuation de l'écart

Le revenu des familles dont le principal soutien économique était âgé de 65 ans ou plus (familles de personnes âgées) a augmenté progressivement de 1976 à 2014. Cela n’a toutefois pas été le cas du revenu des familles plus jeunes, lequel a affiché une tendance considérablement différente.

De 1976 à 2014, les familles de personnes âgées ont vu leur revenu médian après impôt augmenter de façon constante, soit de 67 %, celui-ci étant passé de 32 700 $ à 54 500 $ (en dollars de 2014).

En revanche, de 1976 à 1995, le revenu médian après impôt des familles plus jeunes (ou les familles de personnes non âgées) a reculé de 5,9 %, passant de 62 500 $ à 58 800 $. Toutefois, de 1995 à 2014, le revenu des familles plus jeunes s’est accru de façon marquée, atteignant 82 100 $ en 2014.

En raison de ces tendances, l’écart sur le plan du revenu entre les familles de personnes âgées et les familles plus jeunes s’est rétréci de 1976 à 1995, mais il s’est élargi après 1995. Si l’on compare les deux groupes, le revenu des familles plus jeunes a augmenté de 39,6 % de 1995 à 2014, tandis que celui des familles de personnes âgées a affiché une hausse de 27,0 %.

En ce qui concerne les personnes vivant seules, de 1976 à 2014, l’écart entre les personnes non âgées et les personnes âgées au chapitre du revenu était davantage prononcé. Il a toutefois suivi les mêmes tendances que celles des familles, se rétrécissant jusqu’au milieu des années 1990 pour ensuite s’accroître jusqu’en 2014. De 1976 à 1995, le revenu médian après impôt des personnes âgées vivant seules a crû de 52,2 % pour passer de 13 600 $ à 20 700 $. Il a ensuite affiché une croissance plus lente, en hausse de 30,0 % pour s’établir à 26 900 $ en 2014.

Graphique 1 Taux de faible revenu chez les personnes âgées de 65 et plus, 1976 à 2014
Description du graphique 1

Graphique 1 Taux de faible revenu chez les personnes âgées de 65 et plus, 1976 à 2014
Année Familles de personnes âgées Familles plus jeunes
dollars constants de 2014
1976 32 700 62 500
1977 33 200 63 700
1978 35 200 63 800
1979 35 400 63 900
1980 38 900 64 700
1981 37 000 63 800
1982 39 200 61 400
1983 37 200 60 000
1984 37 600 60 600
1985 39 200 61 600
1986 39 700 62 000
1987 39 700 61 900
1988 40 200 63 600
1989 42 900 63 900
1990 44 600 61 900
1991 41 600 59 500
1992 41 900 60 200
1993 41 200 58 300
1994 42 000 59 300
1995 42 900 58 800
1996 42 100 59 000
1997 41 500 59 400
1998 41 300 62 000
1999 43 000 63 600
2000 43 000 64 900
2001 44 700 67 800
2002 45 400 67 300
2003 45 100 67 800
2004 45 900 68 700
2005 47 200 69 800
2006 48 800 72 100
2007 51 000 74 000
2008 50 900 75 600
2009 51 200 76 100
2010 50 100 76 800
2011 51 500 77 600
2012 53 800 79 300
2013 53 500 79 200
2014 54 500 82 100

Sources de croissance du revenu : du public au privé

De 1976 à 1995, la croissance du revenu médian après impôt des familles de personnes âgées était principalement attribuable aux transferts gouvernementaux, tels que les prestations du Régime de pensions du Canada, de la Sécurité de la vieillesse et du Supplément de revenu garanti. Au cours de cette période, le montant de transferts gouvernementaux reçu par les personnes âgées a augmenté de 61,8 % pour passer de 15 700 $ à 25 400 $, tandis que leur revenu du marché médian affichait une croissance plus lente, progressant de 7,0 % pour passer de 22 700 $ à 24 300 $.

En revanche, de 1995 à 2014, le revenu du marché est devenu la principale source de croissance du revenu des familles de personnes âgée, affichant une hausse de 43,2 % pour atteindre 34 800 $ en 2014. Par comparaison, le montant des transferts gouvernementaux reçus par les personnes âgées était relativement stable au cours de cette période, progressant de 3,9 % pour s’établir à 26 400 $ en 2014.

Graphique 2 Revenu médian du marché, transferts gouvernementaux médians et revenu total médian des familles de personnes âgées, 1976 à 2014
Description du graphique 2

Graphique 2 Revenu médian du marché, transferts gouvernementaux médians et revenu total médian des familles de personnes âgées, 1976 à 2014
Year Revenu total médian Revenu du marché médian Transferts gouvernementaux médians
dollars constants de 2014
1976 33 300 22 700 15 700
1977 33 500 22 600 15 700
1978 35 900 27 500 16 000
1979 36 000 24 600 17 200
1980 39 900 26 300 18 200
1981 38 000 24 500 19 100
1982 40 100 24 900 20 100
1983 38 500 21 500 20 900
1984 38 700 22 400 22 100
1985 40 900 23 100 22 100
1986 42 200 23 500 22 400
1987 42 000 22 800 23 000
1988 42 500 23 700 23 500
1989 46 700 29 400 23 500
1990 48 500 28 400 24 300
1991 45 100 25 000 24 400
1992 45 000 23 100 25 000
1993 44 700 23 500 25 100
1994 45 100 23 000 25 900
1995 46 800 24 300 25 400
1996 45 200 24 200 25 600
1997 45 200 23 600 25 800
1998 44 500 21 900 25 900
1999 46 800 23 600 25 600
2000 47 300 24 500 25 400
2001 48 400 25 200 25 800
2002 49 000 26 600 25 500
2003 48 800 26 600 25 700
2004 50 000 27 300 25 800
2005 51 200 28 800 25 700
2006 53 100 29 800 26 000
2007 54 500 31 100 26 100
2008 54 500 30 300 26 500
2009 53 700 30 300 27 000
2010 52 200 28 700 27 100
2011 53 900 31 100 26 500
2012 57 400 33 200 26 900
2013 56 900 32 600 27 100
2014 58 500 34 800 26 400

Revenus de régimes de retraite privés

De 1976 à 2014, le revenu moyen provenant des régimes de retraite privés des familles de personnes âgées a plus que quintuplé, passant de 4 800 $ à 24 600 $. Pour ce qui est du revenu d’emploi, on observe encore une fois deux tendances. De 1976 à 2001, le revenu d’emploi moyen des familles de personnes âgées a reculé pour passer de 19 300 $ à 6 500 $. Après ce creux, le revenu d’emploi des personnes âgées a connu une tendance à la hausse (atteignant 16 400 $ en 2014) et est retourné aux niveaux enregistrés au début des années 1980. Cette remontée du revenu d’emploi rend compte d’un changement similaire de la tendance du taux d’emploi des personnes âgées, lequel a baissé pour passer de 9,0 % en 1976 à 5,9 % en 2001, pour ensuite rebondir et dépasser son niveau historique, atteignant 12,9 % en 2014.

Graphique 3 Revenu moyen d'emploi et de régimes de retraite privés chez les familles de personnes âgées, 1976 à 2014
Description du graphique 3

Graphique 3 Revenu moyen d'emploi et de régimes de retraite privés chez les familles de personnes âgées, 1976 à 2014
Année Revenu moyen d'emploi Revenu moyen de régimes de retraite privés
dollars constants de 2014
1976 19 300 4 800
1977 16 500 5 000
1978 18 400 5 300
1979 15 400 5 000
1980 18 000 6 200
1981 15 500 5 400
1982 13 700 6 500
1983 14 100 6 100
1984 14 400 7 300
1985 13 600 7 600
1986 14 600 7 600
1987 13 200 8 400
1988 13 600 8 900
1989 16 100 9 100
1990 12 600 10 500
1991 13 400 10 200
1992 11 100 11 000
1993 11 500 11 900
1994 10 000 13 100
1995 10 700 13 600
1996 9 200 14 600
1997 10 000 14 700
1998 6 800 16 600
1999 7 100 17 800
2000 7 600 18 600
2001 6 500 19 700
2002 8 700 20 200
2003 7 600 20 600
2004 7 500 21 400
2005 9 200 21 400
2006 10 000 21 900
2007 10 800 23 100
2008 11 500 21 500
2009 10 700 21 500
2010 10 500 21 100
2011 11 800 21 800
2012 14 800 23 600
2013 14 800 22 900
2014 16 400 24 600

Situation de faible revenu des personnes âgées vue à travers deux optiques

Le taux de personnes âgées vivant en situation de faible revenu peut être mesuré de deux façons. La première consiste à comparer des niveaux de revenu des personnes âgées au niveau de vie contemporain au moyen des seuils de la mesure de faible revenu (MFR) après impôt. Le principe sous-jacent des seuils de la MFR attribue aux familles le statut de famille à faible revenu pour une année donnée si leur revenu correspond à moins de 50 % de la médiane du revenu des familles après impôt obtenu dans une année.

Selon la MFR après impôt, le taux de faible revenu chez les personnes âgées a considérablement diminué de 1976 à 1995 pour passer de 30,6 % en 1976 à un creux de 3,9 % en 1995. Il a toutefois augmenté pendant les deux décennies suivantes pour se situer à 12,5 % en 2014. Cette tendance rend compte de la croissance plus rapide du revenu médian chez les personnes âgées que chez les personnes non âgées de 1976 à 1995, et du ralentissement ultérieur de la croissance chez les personnes âgées comparativement aux personnes non âgées après 1995.

La seconde mesure consiste à comparer des niveaux de revenu des personnes âgées à un seuil (en valeur réelle) fixe antérieur, sans égard aux variations du niveau de vie. Par exemple, on peut prendre une valeur fixe des seuils de la MFR après impôt de 1992 et l’indexer ensuite à l’inflation au moyen de l’Indice des prix à la consommation. Les variations du taux de faible revenu observées sous ces seuils « fixes » de la MFR après impôt montrent si les revenus des personnes âgées ayant un plus faible revenu suivent le rythme de l’inflation ou non.

Selon la MFR après impôt basée sur la valeur des seuils du faible revenu fixe de 1992, le taux de faible revenu des personnes âgées a diminué progressivement pour passer de 31,8 % en 1976 à un creux de 1,8 % en 2014, ce qui rend compte d’une croissance plus rapide du revenu des personnes âgées ayant un plus faible revenu que la croissance de l’inflation. Cela veut aussi dire qu'en valeur réelle, le niveau de vie des personnes âgées s’est amélioré au fil du temps. La mesure du seuil de faible revenu de Statistique Canada, pour laquelle on a aussi utilisé une valeur réelle fixe de 1992, présente la même tendance.

Ces deux mesures des tendances se complètent l’une l’autre et présentent un portrait plus complet des personnes âgées en situation de faible revenu. Ensemble, elles démontrent que le niveau de revenu réel des personnes âgées s’est amélioré au fil du temps, mais que l’écart en matière de revenu augmente entre les personnes âgées en situation de faible revenu et les autres Canadiens depuis le milieu des années 1990.

Graphique 4 Taux de faible revenu chez les personnes âgées de 65 et plus, 1976 à 2014
Description du graphique 4

Graphique 4 Taux de faible revenu chez les personnes âgées de 65 et plus, 1976 à 2014
Année Mesure de faible revenu, variable Mesure de faible revenu, fixe (1992)
taux (%)
1976 30.6 31.8
1977 33.1 32.6
1978 32.0 31.0
1979 28.3 26.2
1980 24.1 21.4
1981 20.4 18.4
1982 15.4 15.3
1983 15.7 17.3
1984 14.3 14.6
1985 11.9 11.4
1986 11.1 10.3
1987 10.3 9.4
1988 13.1 9.6
1989 10.7 6.9
1990 7.5 5.8
1991 5.4 5.6
1992 5.2 5.2
1993 5.5 6.3
1994 4.1 4.6
1995 3.9 4.4
1996 4.6 5.1
1997 4.9 5.0
1998 5.9 5.0
1999 6.3 4.0
2000 7.6 4.4
2001 8.0 3.7
2002 9.7 4.4
2003 9.1 4.0
2004 8.7 3.5
2005 10.2 3.7
2006 10.2 3.3
2007 11.0 2.3
2008 12.9 2.6
2009 12.6 2.6
2010 13.2 2.7
2011 13.4 2.3
2012 12.2 1.7
2013 11.6 1.5
2014 12.5 1.8

Définitions

Le revenu total désigne le revenu de toute provenance, y compris les transferts gouvernementaux, avant déduction de l’impôt fédéral et provincial sur le revenu. Le revenu total est aussi appelé revenu avant impôt (mais après transferts). Toutes les sources de revenu sont classées dans deux catégories : revenu du marché et transferts gouvernementaux.

Le revenu après impôt correspond au total du revenu du marché et des transferts gouvernementaux, moins l’impôt sur le revenu.

Le revenu du marché comprend le revenu d’emploi, les revenus de régimes de retraite privés, les revenus de placements et les revenus d’autres sources.

Le revenu de placements comprend les intérêts reçus durant la période de référence, ainsi que l’intérêt sur les certificats d’épargne, les obligations garanties et non garanties, ainsi que les dividendes reçus d’actions de sociétés et de fonds communs de placement. Il comprend aussi d’autres revenus de placements, tels que les revenus nets provenant de la location d’une propriété, les intérêts sur les prêts et les hypothèques, le revenu régulier provenant d’une succession ou d’un fonds en fiducie et les intérêts sur les polices d’assurance. Le revenu du marché ne comprend pas les gains ou les pertes en capital.

Les autres revenus renvoient au revenu comptant ordinaire reçu durant la période de référence qui n’a pas été déclaré dans l’une des autres sources indiquées sur le questionnaire. Par exemple, les indemnités de départ et les indemnités de retraite, pension alimentaire, soutien d’un enfant, soutien périodique reçu de personnes ne faisant pas partie du ménage, revenu reçu de l’étranger (sauf les dividendes et intérêts), bourses d’études non remboursables, bourses, bourses et subventions pour études, et subventions de projets aux artistes.

Les transferts gouvernementaux comprennent des prestations telles que la Sécurité de la vieillesse, le Supplément de revenu garanti, le Régime de pensions du Canada et le Régime de rentes du Québec, l’assurance-emploi, l’assistance sociale, le crédit d’impôt sur les biens et services, les crédits d’impôt provinciaux et divers types de prestations pour enfants.

La mesure de faible revenu (MFR) attribue aux personnes le statut de personne à faible revenu si leur revenu après impôt rajusté correspond à moins de 50 % de la médiane du revenu après impôt rajusté. Le revenu après impôt est rajusté en divisant le revenu du ménage par la racine carrée de la taille du ménage et en attribuant cette valeur à toutes les personnes du ménage.

Le seuil fixe de la mesure de faible revenu (MFR) est calculé en fonction de la répartition du revenu de toute la population pour une période de temps précise. Étant donné que le seuil fixe de la mesure de faible revenu garde le même niveau de vie, en tenant compte seulement de l’inflation, les taux de faible revenu qui sont basés sur cette mesure rendent compte de la façon dont le revenu des personnes âgées a varié par rapport à la dernière année pour laquelle il a été mis à jour.

Les personnes âgées sont définies comme les personnes de 65 ans ou plus.

Les familles de personnes âgées sont des familles dont le soutien économique principal est âgé de 65 ans ou plus. Dans le présent article, le calcul des taux de faible revenu est fondé sur les personnes âgées, alors que le calcul des autres revenus est fondé sur les familles de personnes âgées.

Références

STATISTIQUE CANADA. Juillet 2016. «  Les lignes de faible revenu : leur signification et leur calcul », produit no 11-621-MIF au catalogue — No 002.

STATISTIQUE CANADA. Mai 2010. « La mesure du faible revenu au Canada : Que nous apprennent les divers seuils et indices? », produit no 11-621-MIF au catalogue — No 003.

Personnes-ressources

Pour en savoir davantage sur les concepts, la méthodologie ou la qualité des données de cette publication, veuillez communiquer avec Andrew Heisz au 613-951-6429 (andrew.heisz@canada.ca) ou avec Burton Gustajtis au 613-302-2187 (burton.gustajtis@canada.ca), Division de la statistique sur le revenu.

Date de modification :