Les exportations du Canada au fil du temps : ressources et biens fabriqués

Mégatendances canadiennes

Le commerce international a joué un rôle fondamental dans l'histoire économique du Canada. Le commerce influe sur l'économie d'une multitude de façons, notamment comme source de production industrielle et de croissance du revenu, et comme moyen pour les Canadiens d'accéder aux fonds étrangers, aux produits d'investissement, aux nouvelles technologies, et à un éventail sans cesse croissant de produits et de services.

En particulier, les exportations contribuent de façon substantielle à la croissance économique du Canada. Les flux des exportations canadiennes ont évolué au fil du temps, les secteurs axés sur l'exportation s'étant adaptés aux changements dans la demande mondiale pour les produits canadiens. Tant les ressources que les biens fabriqués ont joué un rôle important dans le développement des marchés d'exportation canadiens.

Les exportations aux débuts du Canada

Pendant une bonne partie du début de l'histoire du Canada, les exportations de marchandises ont répondu à une demande internationale croissante de produits de première nécessité dérivés de matières premières : des produits agricoles et forestiers à la fin des années 1800 aux métaux et minéraux et aux produits primaires de transformation pendant la première moitié du 20e siècle.

À cette époque, les exportations reflétaient des périodes de croissance alimentée par les ressources. Cette croissance est en partie attribuable à l'évolution de la demande mondiale, alors que les nouvelles technologies amélioraient la viabilité commerciale de l'extraction de divers produits de base.

Depuis le centième anniversaire du Canada en 1967, les exportations de marchandises ont continué à évoluer en réponse aux grands changements survenus dans les conditions du marché et les régimes de réglementation.

Croissance de la fabrication et des ressources axées sur les exportations depuis le centenaire du Canada

Au cours des 30 années qui ont suivi le centenaire du pays, les changements observés dans le rythme et la composition de la croissance des exportations ont reflété, pour l'essentiel, le développement du secteur de la fabrication, axé sur les exportations.

Pendant cette période, de nouvelles mesures législatives touchant le commerce transfrontalier avec les États-Unis ont soutenu la croissance des exportations de produits fabriqués. Mentionnons notamment l'entrée en vigueur de l'Accord canado-américain sur les produits de l'industrie automobile en 1965, de l'Accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis en 1989 et de l'Accord de libre-échange nord-américain en 1994.

En 2001, la Chine est devenue membre de l'Organisation mondiale du commerce. Le déplacement de la fabrication vers la Chine et d'autres économies émergentes s'est traduit par un essor mondial dans le secteur des produits de base, renforçant ainsi la demande de pétrole et d'autres produits de base produits par le Canada.

Au début des années 2000, les prix mondiaux du pétrole ont commencé à grimper, et grâce aux nouvelles percées technologiques, la production de pétrole au moyen de méthodes d'extraction non classiques, comme celles utilisées pour les sables bitumineux de l'Ouest canadien, est devenue plus viable sur le plan commercial.

En conséquence, les exportations canadiennes de produits énergétiques à destination des États-Unis ont augmenté rapidement, et le secteur de l'énergie a beaucoup contribué à la croissance des exportations. Au cours de la période, les exportations de produits fabriqués, particulièrement les livraisons de produits automobiles aux États-Unis, ont ralenti, les exportateurs procédant à une diversification de leurs marchés.

Croissance dans l'ensemble du commerce de marchandises

L'importance globale du commerce de marchandises dans l'économie canadienne s'est considérablement accrue au cours des 50 dernières années. Au moment du centième anniversaire du Canada, la valeur combinée des exportations et des importations de marchandises du Canada représentait environ le tiers du produit intérieur brut (PIB).

À la fin des années 1960 et au début des années 1970, le ratio des échanges commerciaux par rapport au PIB a légèrement progressé, les exportations et les importations ayant toutes deux connu des hausses attribuables à l'augmentation des livraisons de produits fabriqués et de produits dérivés de matières premières. En particulier, la croissance des exportations de produits industriels, de machines et de matériel, de produits agricoles et de produits forestiers a contribué à des augmentations d'au moins 10 % des exportations annuelles au début des années 1970.

À la fin des années 1970, la croissance des exportations s'expliquait principalement par une augmentation des livraisons de produits automobiles et de produits industriels, et les fabricants de ces produits et d'autres produits fabriqués durables ont alors accru leur production.

Graphique 1 Graphique 1 Ratio du commerce de marchandises par rapport au produit intérieur brut (PIB)
Description : Graphique 1 Ratio du commerce de marchandises par rapport au produit intérieur brut (PIB)
Graphique 1 Ratio du commerce de marchandises par rapport au produit intérieur brut (PIB) - pourcentage
Année Commerce de marchandises par rapport au PIB Exportations de biens par rapport au PIB Importations de biens par rapport au PIB
1961 29,2 14,9 14,2
1962 29,1 14,9 14,2
1963 29,0 15,2 13,8
1964 30,6 16,2 14,4
1965 30,5 15,5 15,0
1966 31,8 16,2 15,6
1967 31,9 16,5 15,5
1968 34,2 18,1 16,2
1969 34,8 18,0 16,9
1970 34,3 18,8 15,4
1971 33,7 18,1 15,6
1972 35,2 18,5 16,7
1973 37,7 20,0 17,6
1974 41,5 21,3 20,2
1975 39,1 19,4 19,7
1976 37,4 19,1 18,3
1977 38,9 20,1 18,8
1978 41,8 21,8 20,0
1979 45,3 23,4 21,8
1980 46,2 24,6 21,7
1981 45,2 23,5 21,7
1982 40,0 22,4 17,6
1983 40,1 22,1 18,0
1984 45,8 25,1 20,7
1985 46,0 24,6 21,4
1986 45,8 23,8 21,9
1987 43,8 22,9 20,8
1988 44,2 22,9 21,3
1989 42,7 21,9 20,8
1990 42,2 21,9 20,3
1991 41,1 21,1 20,1
1992 44,3 22,8 21,5
1993 49,2 25,5 23,7
1994 55,1 28,8 26,3
1995 59,6 31,9 27,7
1996 60,3 32,6 27,7
1997 64,2 33,5 30,7
1998 67,1 34,8 32,3
1999 69,1 36,6 32,5
2000 71,7 38,8 32,8
2001 67,4 36,7 30,7
2002 64,6 34,6 30,0
2003 59,2 31,8 27,4
2004 59,4 32,1 27,3
2005 59,0 31,6 27,3
2006 57,4 30,3 27,1
2007 55,7 29,3 26,4
2008 56,3 29,5 26,8
2009 47,3 23,4 23,9
2010 49,2 24,3 24,9
2011 51,6 25,8 25,8
2012 51,4 25,3 26,0
2013 50,9 25,3 25,7
2014 53,1 26,6 26,5
2015 54,0 26,4 27,6
2016 52,7 25,7 27,0
Source : Statistique Canada, tableau CANSIM 380-0064.

Pendant les années 1980, le ratio des échanges commerciaux de marchandises par rapport à la production se situait, en moyenne, à 44 %, et les exportations de produits fabriqués ont poursuivi leur croissance. D'importantes augmentations annuelles des exportations de produits automobiles ont alimenté la croissance des exportations, la production de produits automobiles, stimulée par l'Accord canado-américain sur les produits de l'industrie automobile, ayant affiché de fortes hausses au début de la décennie. L'augmentation des livraisons de produits forestiers a contribué à la croissance des exportations à la fin des années 1980.

Accélération de la croissance des exportations sous le régime des accords de libre-échange

Au cours des années 1990, la valeur du commerce a connu une forte hausse, les entreprises canadiennes s'étant adaptées à la mise en œuvre de l'Accord de libre-échange entre le Canada et États-Unis en 1989 et de l'Accord de libre-échange nord-américain en 1994. Après la récession du début des années 1990, les exportations en dollars courants ont augmenté de plus de 10 % en moyenne par année jusqu'à la fin de la décennie, du fait principalement de la hausse des livraisons de véhicules automobiles et de pièces pour véhicule automobile. L'augmentation des livraisons de produits forestiers a aussi alimenté la croissance des exportations au début de la décennie. Les livraisons de matériel électronique et électrique ont par ailleurs stimulé les exportations vers la fin des années 1990, les fabricants du secteur des technologies de l'information et des communications ayant augmenté leur production.

La croissance des exportations au cours de cette période est en grande partie attribuable à un resserrement des liens commerciaux avec les États-Unis. Du début des années 1990 au début des années 2000, la part des exportations canadiennes destinées aux États-Unis a augmenté d'environ 10 points de pourcentage, atteignant un sommet de 84 % en 2002. Les livraisons à l'Union européenne cette année-là ont représenté 5 % de l'ensemble des exportations, tout comme les livraisons combinées à la Chine, au Mexique et au Japon.

À la fin des années 1990, le ratio du total des échanges commerciaux par rapport au PIB s'est accru pour passer à environ 70 %. Tout au long des années 1990, les flux d'exportation, mesurés en volume, ont par ailleurs contribué de façon remarquable à la croissance de l'économie, souvent davantage que les dépenses des ménages et l'investissement des entreprises.

Graphique 2 Exportations de biens, certains produits
Description : Graphique 2 Exportations de biens, certains produits
Graphique 2 Exportations de biens, certains produits - milliards de dollars
Année Tous les produits Produits énergétiques Produits forestiers et matériaux de construction et d'emballage Véhicules automobiles et pièces Autres produits non énergétiques
1971 18,4 1,3 3,0 4,2 9,9
1972 21,0 1,7 3,6 4,7 11,0
1973 26,5 2,5 4,6 5,4 14,1
1974 33,5 5,2 5,6 5,7 17,1
1975 34,4 5,3 5,1 6,4 17,6
1976 39,1 5,0 6,5 8,2 19,5
1977 45,6 5,4 7,9 10,3 22,0
1978 54,7 5,9 9,6 12,4 26,8
1979 67,1 8,9 11,7 11,8 34,7
1980 79,0 10,7 12,3 10,9 45,1
1981 86,1 10,2 12,7 15,6 47,5
1982 86,6 11,1 11,7 18,7 45,1
1983 92,8 11,2 12,6 23,4 45,6
1984 115,5 12,5 15,1 32,1 55,8
1985 122,7 14,2 15,8 35,9 56,8
1986 125,0 9,7 18,2 34,9 62,2
1987 131,2 11,4 21,2 34,9 63,8
1988 143,3 12,4 23,2 34,7 72,9
1989 146,7 13,3 23,0 34,1 76,3
1990 151,8 13,6 22,0 35,6 80,6
1991 147,3 13,7 20,2 33,6 79,8
1992 163,0 15,1 21,9 39,3 86,6
1993 189,6 17,3 25,8 49,8 96,8
1994 227,6 18,7 32,5 58,8 117,6
1995 264,7 19,9 40,8 64,0 140,1
1996 279,3 25,4 39,5 64,4 150,0
1997 302,5 26,4 41,0 70,7 164,5
1998 326,3 23,0 42,5 80,2 180,6
1999 367,9 29,0 48,4 99,4 191,1
2000 428,0 51,9 52,5 100,5 223,1
2001 419,1 54,4 50,7 95,3 218,7
2002 412,1 47,8 48,1 99,4 216,8
2003 397,3 58,9 44,8 89,1 204,4
2004 427,2 66,0 50,1 91,5 219,6
2005 448,4 84,9 47,3 88,3 228,0
2006 452,0 81,5 44,6 82,7 243,1
2007 461,4 85,2 40,0 77,6 258,7
2008 487,3 118,0 35,5 61,3 272,5
2009 367,2 74,4 27,5 44,2 221,1
2010 404,0 83,6 29,4 57,4 233,6
2011 456,6 103,7 30,4 59,6 262,9
2012 461,5 103,7 30,6 68,5 258,7
2013 479,2 113,9 33,4 68,2 263,7
2014 528,4 128,7 36,6 74,6 288,5
2015 524,9 83,8 39,6 87,3 314,2
2016 521,3 71,6 41,3 95,6 312,7
Sources : Statistique Canada, tableaux CANSIM 376-0006 et 376-0107.
Graphique 3 Croissance des exportations de biens, certaines régions
Description : Graphique 3 Croissance des exportations de biens, certaines régions
Graphique 3 Croissance des exportations de biens, certaines régions - indice (1971=100)
Année Total, toutes les régions États-Unis Union européenne Autres régions
1971 100,0 100,0 100,0 100,0
1972 113,7 117,7 100,5 109,1
1973 144,2 145,2 125,0 155,6
1974 184,1 180,7 163,1 213,5
1975 189,0 182,8 167,6 229,2
1976 214,6 213,9 177,9 246,0
1977 250,2 258,6 184,2 270,6
1978 300,1 313,4 196,0 331,5
1979 368,8 373,6 279,7 420,3
1980 431,2 405,9 378,7 567,6
1981 474,8 467,9 352,2 596,7
1982 474,6 481,5 298,8 586,3
1983 509,2 550,2 268,6 543,6
1984 626,1 702,9 282,5 605,9
1985 669,5 777,4 276,3 571,9
1986 703,9 809,3 330,0 600,2
1987 739,4 826,8 392,4 682,2
1988 807,2 872,7 466,0 828,0
1989 826,4 895,3 495,0 827,0
1990 855,1 924,6 522,4 853,9
1991 830,4 900,2 500,9 826,0
1992 919,2 1 022,5 508,5 852,2
1993 1 069,7 1 235,7 478,0 908,2
1994 1 283,1 1 500,5 519,0 1 063,4
1995 1 492,1 1 704,8 726,6 1 291,5
1996 1 575,0 1 843,7 692,7 1 254,9
1997 1 701,3 2 003,8 713,5 1 337,1
1998 1 834,9 2 225,8 767,4 1 200,2
1999 2 068,7 2 553,2 809,4 1 231,9
2000 2 406,9 2 965,4 956,4 1 441,1
2001 2 356,8 2 906,7 937,2 1 399,4
2002 2 317,6 2 864,2 890,8 1 377,8
2003 2 234,1 2 715,2 954,9 1 425,5
2004 2 402,6 2 893,8 1 072,0 1 596,2
2005 2 521,7 3 041,3 1 106,7 1 674,4
2006 2 541,7 2 984,1 1 270,9 1 871,9
2007 2 594,6 2 938,2 1 525,5 2 139,1
2008 2 740,1 3 057,4 1 555,1 2 474,3
2009 2 065,0 2 238,6 1 260,5 2 042,1
2010 2 271,7 2 445,9 1 481,0 2 235,7
2011 2 567,8 2 728,9 1 696,8 2 643,6
2012 2 595,3 2 789,7 1 647,9 2 606,0
2013 2 694,9 2 961,8 1 433,7 2 678,8
2014 2 971,5 3 312,7 1 617,5 2 748,2
2015 2 952,0 3 292,1 1 560,9 2 761,9
2016 2 931,7 3 251,2 1 666,9 2 720,2
Sources : Statistique Canada, tableaux CANSIM 228-0001 et 228-0069.

Croissance des exportations depuis 2000 : L'énergie contrebalance les baisses observées dans le secteur de l'automobile

Au début des années 2000, les produits fabriqués représentaient près des trois quarts de l'ensemble des exportations. Près du quart des recettes d'exportation étaient alors attribuables aux livraisons de véhicules automobiles et de pièces pour véhicule automobile. En revanche, les livraisons de produits énergétiques (pétrole brut et pétrole brut bitumineux, gaz naturel et produits pétroliers raffinés) représentaient 12 % des exportations totales.

Depuis 2000, la composition des exportations a beaucoup changé, sous l'effet notamment de l'évolution des recettes relatives tirées du secteur automobile et du secteur de l'énergie. Ces changements étaient déjà bien amorcés avant la récession de 2008-2009. Les exportations de véhicules automobiles et de pièces pour véhicule automobile ont baissé de façon marquée de 2005 à 2008, la part des importations américaines de véhicules automobiles auprès de producteurs canadiens ayant diminué.

Les exportations annuelles du secteur de l'automobile se sont établies à environ 60 milliards de dollars en 2008, ce qui représente une baisse de 40 % par rapport aux niveaux de 2000, et la part des recettes d'exportation tirées des produits automobiles s'est repliée pour passer de 24 % à 13 %. Les exportations de produits forestiers et de matériel électronique et électrique, qui avaient beaucoup contribué à la croissance des exportations au cours des décennies précédentes, ont aussi fléchi au cours de cette période.

Les baisses observées au chapitre des livraisons de produits fabriqués aux États-Unis ont contribué à des diminutions générales de l'intensité des échanges commerciaux. De 2000 à 2008, le ratio du commerce de marchandises par rapport à la production totale a suivi une tendance à la baisse, fléchissant à des niveaux vus pour la dernière fois au milieu des années 1990, avant la forte accélération des flux commerciaux observée pendant cette décennie.

Tandis que les exportations de produits fabriqués à destination des États-Unis ont connu une baisse pendant les années 2000, l'exportation de produits fabriqués à destination des marchés non américains a augmenté, particulièrement vers l'Union européenne et la Chine. En 2008, les exportations à destination de l'Union européenne, les livraisons au Royaume-Uni occupant le premier rang, correspondaient à 8 % de l'ensemble des exportations, tandis que les exportations à destination de la Chine représentaient un peu plus de 2 % des livraisons totales.

Tandis que la baisse des livraisons de produits automobiles vers les États-Unis a eu pour effet de ralentir la croissance des exportations au début des années 2000, la valeur des exportations du secteur de l'énergie a augmenté. Soutenues par la hausse des prix et des volumes, les exportations de pétrole ont crû pour passer de 18 6 milliards de dollars en 2002 à 61 0 milliards en 2008. Le total des recettes tirées des produits énergétiques cette année-là, qui comprennent les recettes tirées du pétrole brut, du gaz naturel et des produits pétroliers raffinés, a représenté 24 % des recettes d'exportation. Presque toutes ces exportations de produits énergétiques étaient destinées aux États-Unis.

De nouvelles réalités économiques observées depuis la récession de 2008-2009 ont permis d'atténuer la transition des exportations de produits automobiles vers les exportations de produits énergétiques. Les livraisons de produits automobiles ont augmenté considérablement depuis la récession. En 2016, les exportations annuelles de véhicules automobiles et de pièces pour véhicule automobile ont atteint 96 milliards de dollars, le niveau le plus élevé observé depuis 2002, en raison de la hausse des livraisons d'automobiles et de camions légers.

Même si les exportations de pétrole brut ont elles aussi augmenté après la récession, les baisses de prix du pétrole qui ont débuté au milieu de 2014 ont eu pour effet de réduire considérablement les recettes d'exportation tirées des produits énergétiques. En 2015, les recettes annuelles tirées des exportations de produits automobiles ont éclipsé celles tirées des exportations de produits énergétiques pour la première fois depuis 2006.

Les exportations de produits non énergétiques ont aussi connu d'importantes hausses au cours des dernières années, les livraisons de produits alimentaires et de produits pharmaceutiques, de matériaux de construction et d'emballage ainsi que de matériel de communication ayant toutes augmenté.

La croissance globale des exportations qui a suivi la récession de 2008-2009 est en grande partie attribuable à la hausse des livraisons aux États-Unis, au Royaume-Uni et à des pays ne faisant pas partie de l'Union européenne, tout particulièrement la Chine. En 2016, les exportations à destination de la Chine se sont élevées à 22 4 milliards de dollars au total, ce qui représente environ la moitié de la valeur des exportations du Canada à destination de l'Union européenne.

Références

Baldwin, J.R. et R. Macdonald. 2012. « Ressources naturelles, termes de l'échange et croissance du revenu réel au Canada : 1870 à 2010 ». Série de documents de recherche sur l'analyse économique, no 79, produit no F110027M au catalogue de Statistique Canada.

Baldwin, J.R. et B. Yan. 2010. « Dynamiques du marché d'exportation et productivité au niveau de l'établissement : impact des réductions tarifaires et des cycles des taux de change ». Série de documents de recherche sur l'analyse économique, no 63, produit no F110027M au catalogue de Statistique Canada.

Banque du Canada. 2015. Vers une compréhension raffinée des prix du pétrole et de leur incidence sur l'économie. Discours de Timothy Lane lors de réunions de la Madison International Trade Association.

Carrière, B. 2014. « 2002-2012 : une décennie de changements dans les exportations manufacturières canadiennes ». Analyse en bref, no 92, produit no 11-621-M au catalogue de Statistique Canada.

Cross, P. et D. Wyman. 2006. « L'évolution de la composition de l'excédent commercial de marchandises ». Observateur économique canadien, novembre 2006, produit no 11-010-X au catalogue de Statistique Canada.

Personnes-ressources

Pour en savoir davantage sur les concepts, la méthodologie ou la qualité des données de cette publication, veuillez communiquer avec Elizabeth Richards au 613-863-4623 (elizabeth.richards@canada.ca), Direction des études analytiques.

Date de modification :