Rapprochement du compte courant du Canada et des États-Unis, 2010 et 2011Note 1

Soldes rapprochés du compte courant
Sommaire de la méthodologie du rapprochement
Note sur le rapprochement du compte courant du Canada et des États-Unis
Remerciements

Cet article présente les résultats du rapprochement des statistiques des comptes courants bilatéraux du Canada et des États-Unis pour 2010 et 2011Note 2. L'exercice de rapprochement bilatéral est utile afin d'identifier les améliorations potentielles de la mesure des transactions internationales entre deux partenaires commerciaux.

Après rapprochement, le solde du compte courant du Canada avec les États-Unis montre un déficit du Canada ou un surplus des États-Unis de 2,2 milliards $É.U. pour 2010 et déficit du Canada ou surplus des États-Unis de 2,4 milliards $É.U. pour 2011 (voir les tableaux).Note 3 Le solde officiel des États-Unis montre un surplus américain (déficit canadien) de 18,1 milliards $É.U. pour 2010 et un surplus américain (déficit canadien) de 27,1 milliards $É.U. pour 2011.  Le solde officiel du compte courant du Canada avec les États-Unis indique un déficit canadien de 5,4 milliards $É.U. pour 2010 et un surplus canadien de 5,2 milliards $É.U. pour 2011.

Pour 2011, les ajustements totaux afin de réduire le solde officiel du compte courant des États-Unis ont été de 24,6 milliards $É.U. ou 3,2 pourcent des transactions totales (biens, services, revenus et transferts unilatéraux) entre les États-Unis et le Canada selon les statistiques officielles des États-Unis. Pour 2011,  les ajustements totaux afin de réduire le solde officiel du compte courant du Canada ont été de 7,6 milliards $É.U. ou 0,9 pourcent des transactions totales selon les statistiques officielles du Canada.

Les résultats agrégés du rapprochement sont présentés dans cet article suivis de tableaux sommaires.Note 4 Des tableaux supplémentaires sur le rapprochement du compte courant pour 2010 et 2011 sont disponibles sur demande.Note 5

Soldes rapprochés du compte courant

Pour le compte courant du Canada, le rapprochement résulte en une correction à la baisse  de $3,2 milliards $É.U. au déficit canadien de 2010 et en une correction à la baisse de 7,6 milliard $É.U. au surplus canadien de  2011. Pour 2010, les corrections à la baisse au déficit canadien reflète des corrections à la baisse aux transactions sud-nord qui ont été partiellement annulées par des corrections à la baisse aux transactions canadiennes nord-sud.Note 6 Pour 2011, la correction à la baisse du surplus canadien reflète des corrections à la baisse aux transactions canadiennes nord-sud qui ont été légèrement compensées par des corrections à la baisse des transactions canadiennes sud-nord. Pour les deux années, les corrections à la baisse les plus importantes aux transactions nord-sud du Canada proviennent de corrections définitionnelles afin d'éliminer les retenues fiscales des transferts courants, de corrections définitionnelles aux services entre parties non-affiliées, principalement les services financiers, et de corrections statistiques aux services entre parties affiliéesNote 7. Pour les deux années, les plus importantes corrections à la baisse aux transactions sud-nord du Canada proviennent de corrections statistiques aux services entre parties affiliées et aux transferts courants ainsi que de corrections définitionnelles aux biens.

Pour le compte courant des États-Unis, le rapprochement résulte en une correction à la baisse de 15,9 milliards $É.U. au surplus des États-Unis en 2010 et en une correction à la baisse de $24,6 milliards $É.U. au surplus des États-Unis en 2011. Pour les deux années, les corrections au solde des États-Unis reflètent des corrections à la hausse aux transactions nord-sud des États-Unis qui ont été partiellement annulées par des corrections à la hausse aux transactions sud-nord des États-Unis. Pour les deux années, les plus importantes corrections aux transactions nord-sud des États-Unis proviennent de corrections définitionnelles afin d'ajouter les réexportations canadiennes aux importations de biens par les États-Unis et de corrections statistiques aux "autres" servicesNote 8.  Dans les "autres" services, les plus importantes corrections statistiques ont été faites aux services entre parties affiliées, aux services informatiques et aux services financiers. Pour les deux années, les plus importantes corrections à la hausse aux transactions sud-nord des États-Unis proviennent de corrections statistiques aux "autres" services et de corrections statistiques et définitionnelles aux revenus des "autres" investissementsNote 9. Dans les "autres" services, les corrections statistiques les plus importantes ont été pour les services entre parties affiliées. Dans les revenus des "autres" investissements, les plus grandes corrections statistiques et définitionnelles ont été faites aux intérêts provenant des investissements de portefeuille.

Sommaire de la méthodologie du rapprochement

Afin de rapprocher les écarts entre les statistiques officielles des comptes courants bilatéraux du Canada et des États-Unis, ces statistiques officielles sont premièrement mises sur une base commune, c'est-à-dire corrigées pour des différences définitionnelles et méthodologiques, les changements restants pour atteindre les valeurs rapprochées proviennent des corrections statistiques. La structure pour produire le rapprochement des statistiques sur une base commune se conforme principalement aux standards internationaux publiés dans la cinquième édition du Manuel de la balance des paiements du Fonds monétaire international. Les statistiques officielles du Canada et des États-Unis se conforment largement maintenant aux recommandations internationales malgré que quelques différences avec ces recommandations internationales (et entre les statistiques du Canada et des États-Unis) persistent à cause des limites des données, des difficultés d'allocation des pays, des différences dans les classifications et, dans quelques cas, car les recommandations internationales peuvent suggérer plus d'une façon acceptable de traiter l'information.

Les corrections définitionnelles reflètent principalement la limitation des données et les différences dans l'allocation des pays. Par exemple, dans le rapprochement, les statistiques officielles des États-Unis sur les importations de biens en provenance du Canada sont corrigées à la hausse afin d'inclure les réexportations canadiennes vers les États-Unis (ce sont les biens importés d'un pays tiers par le Canada et réexportés aux États-Unis sans modifications substantielles) parce que les importations de biens par les États-Unis sont enregistrées en fonction du pays d'origine. Cette correction accroît le déficit des biens des États-Unis avec le Canada mais réduit le déficit américain avec les autres pays. Un autre exemple de correction définitionnelle est que les statistiques officielles canadiennes, principalement pour les revenus de placements, sont corrigées afin d'exclure les retenues fiscales parce que des retenues fiscales des États-Unis sont inclues sur une base globale dans les comptes publiés par les États-Unis et ne peuvent être allouées par pays pour être comparer avec les statistiques canadiennes. Cette correction définitionnelle fait en sorte que les valeurs rapprochées s'éloignent des recommandations internationales mais, sans ces corrections, les valeurs ne pourraient être comparées sur une base commune.   

Les corrections méthodologiques reflètent principalement les différences dans les classifications. Par exemple, dans les statistiques officielles des États-Unis, les services d'éducation sont enregistrés sous les "autres" services mais pour les fins du rapprochement, ces services sont reclassés sous les services de voyage. Quelques comptes du Canada et des États-Unis, principalement dans les revenus d'intérêts sur les placements, sont mis sur des bases nettes ou brutes afin d'être comparables. Ces corrections ne modifient pas le solde du compte courant puisque les corrections sud-nord et nord-sud  se contrebalancent.

Les différences statistiques reflètent l'utilisation de sources de données différentes au Canada et aux États-Unis, la difficulté de déterminer correctement l'allocation par pays à cause de données insuffisantes, la nature préliminaire de certaines données particulièrement pour l'année la plus récente, et l'utilisation d'échantillon entre les années de base. Autant pour les estimations sud-nord que les estimations nord-sud, la majorité des différences statistiques se trouvent dans les statistiques des "autres" services et des revenus de placements.

Note sur le rapprochement du compte courant du Canada et des États-Unis

Le rapprochement du compte courant du Canada et des États-Unis,  qui explique les différences entre les statistiques bilatérales officielles publiées par Statistique Canada et celles publiées par le Bureau of Economic Analysis (BEA), est effectué à cause des importants liens économiques entre les deux pays. Les statistiques rapprochées ont pour but d'aider les analystes qui utilisent les statistiques des deux pays et de montrer quelles seraient les statistiques du compte courant si les deux pays recouraient à des définitions, des méthodes et des sources de données identiques.Note 10

En principe, le compte courant bilatéral d'un pays devrait refléter le compte courant bilatéral de l'autre. Les statistiques officielles des comptes courants du Canada et des États-Unis présentent des écarts car ces pays utilisent des définitions, des méthodes et des sources de données différentes. Certains écarts relevés pour 2011 sont dans des composantes du compte courant dont les données sont toujours préliminaires et sujettes à révision; ces écarts pourraient être réduites ou disparaître dès que des données définitives sur ces composantes seront incorporées.

Le rapprochement du compte courant du Canada et des États-Unis est un exemple frappant des avantages que peut entraîner l'échange de données à l'échelle internationale. Comme résultat au processus du rapprochement, le Canada comme les États-Unis ont pu évaluer la précision des statistiques de la contrepartie et, comme résultat, chaque pays inclut maintenant dans ses statistiques officielles des données fournies par l'autre pays. L'échange de données entre le Canada et les États-Unis pour des transactions comme celles au titre du commerce des biens, des voyages et des tarifs des passagers, les transactions entre les administrations des deux pays et quelques importantes transactions en matière de transport représentent une grande part de la valeur du compte courant canadien et américain et ont donné lieu à l'élimination de certaines différences entre les statistiques officielles du Canada et des États-Unis. De plus, le processus de rapprochement a permis d'identifier les secteurs où des erreurs et omissions peuvent exister dans les données de chacun des pays facilitant le ciblage des efforts afin d'améliorer les données.

Bien que les statistiques officielles du Canada et des États-Unis fassent l'objet d'un rapprochement et qu'il y ait un échange de données entre le Canada et les États-Unis, des différences demeurent dans les statistiques officielles. Plusieurs raisons empêchent le remplacement intégral des statistiques officielles par celles rapprochées et un échange total de données. En ce qui concerne le commerce des biens, les importations apparaissant dans le compte des États-Unis seraient affectées du fait que ces derniers attribuent les réexportations canadiennes au pays d'origine plutôt qu'au Canada, le dernier pays d'expédition. Pour certains comptes, la confidentialité des sources de données doit être protégée, ce qui restreint l'échange de données. Finalement, certaines exigences diffèrent lors de l'intégration des comptes internationaux et nationaux (intérieurs) de chaque pays.

Remerciements

Les rapprochements ont été réalisés sous la direction de Edward Dozier, chef de la section des voyages et du transport  et de Barbara Berman, économiste international du Bureau of Economic Analysis; et de Éric Boulay, chef de la section du compte financier, Denis Caron, chef de la section du compte courant et Bryan van Tol, chef de la refonte de l'investissement direct à Statistique Canada.

Au BEA, Mai-Chi Hoang fut responsable du rapprochement des biens; Edward Dozier, et Anne Flatness, responsables des services, avec l'assistance de Lori Chang pour les services financiers; Peter Fox, responsable des comptes reliés aux investissements directs canadiens aux États-Unis; Mark New, responsable des comptes reliés aux investissements directs des États-Unis au Canada; et Barbara Berman, responsable des comptes de revenus d'investissements de portefeuille.

À Statistique Canada, Denis Caron fut responsable du rapprochement des biens et services canadiens; Bryan Van Tol, responsable des revenus d'investissements directs; et Éric Boulay, responsable des revenus d'investissements de portefeuille, avec la collaboration et l'assistance de David Benes, Komal Bobal, Marie-Josée Lamontagne et Éric Simard.

Tableau 1. Rapprochement du compte courant Canada et États-Unis - 2010Tableau 1. Rapprochement du compte courant Canada et États-Unis - 2010

Tableau 2. Rapprochement du compte courant Canada et États-Unis - 2011Tableau 2. Rapprochement du compte courant Canada et États-Unis - 2011


Notes:

  1. À l'exception de changements éditoriaux mineurs et l'ajout aux tableaux de données en dollars canadiens pour faire le lien avec les tableaux canadiens, ce texte est similaire à celui paru dans le numéro de janvier 2013 de la publication du U.S. Department of Commerce Survey of Current Business. Des tableaux supplémentaires sont cependant inclus dans l'article du Survey of Current Business.
  2. Le compte courant d'un pays, une composante des comptes de sa balance des paiements (ou transactions internationales), mesure les transactions en biens, services, revenus de placements et transferts courants entre les résidents de ce pays et les non-résidents.
  3. Les estimations issues du rapprochement ont pour but de donner une idée de l'état du compte courant, si les deux pays recouraient aux mêmes définitions, méthodes et sources de données. Dans cet article, toutes les valeurs sont exprimées en dollars américains. Les statistiques du rapprochement présentées dans les tableaux suivant cet article peuvent être différents des statistiques officielles publiées par le U.S. Bureau of Economic Analysis (BEA) et par Statistique Canada.
  4. Le rapprochement du compte courant a été effectué à chaque année entre 1970 et 2008. Après le rapprochement de 2008, le Bureau of Economic Analysis (BEA) et Statistique Canada se sont entendus pour des rapprochements à tous les deux ans. Les résultats sommaires du rapprochement ont été publiés au Canada dans les numéros suivants de la Balance des paiements internationaux du Canada (no 67-001 au catalogue) de Statistique Canada : quatrième trimestre de 1973, deuxième trimestre de 1976 et 1977, troisième trimestre de 1978 et 1979, premier trimestre de 1981 et troisième trimestre de 1981 à 2008; ainsi que dans la Revue trimestrielle des comptes économiques canadiens (une publication de Statistique Canada au catalogue 13-010-XWF), quatrième trimestre de 2010. Aux États-Unis les résultats ont été publiés dans les numéros suivants de Survey of Current Business : juin 1975, septembre 1976 et 1977, décembre 1979, juin 1981 et décembre 1981 jusqu'à 1991. Pour 1990 et les années ultérieures, on trouvera tous les détails sur les rapprochements dans les numéros de novembre 1992, d'octobre 1993 à 1995, de novembre 1996 à 2008, et en décembre 2010 de la même publication.
  5. Pour recevoir les tableaux supplémentaires, veuillez communiquez avec nous sans frais au 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca).  Aux fins du rapprochement, certains détails des tableaux de l'article diffèrent de ceux qui apparaissent dans les tableaux de la balance des paiements régulièrement publiés par le BEA et par Statistique Canada.
  6. Dans cet article, l'expression "sud-nord" désigne les importations canadiennes de biens et services, les paiements de revenus de placements et de transferts courants provenant du Canada, et désigne les exportations américaines de biens et services, les recettes de revenus de placements et de transferts courants vers les États-Unis. L'expression "nord-sud" indique les exportations canadiennes de biens et services, les recettes de revenus de placements et de transferts courants vers le Canada, et indique les importations américaines de biens et services, les paiements de revenus de placements et de transferts courants provenant des États-Unis.
  7. Les transactions entre parties affiliées consistent en des transactions intra-firmes à l'intérieur d'entreprises multinationales, plus spécifiquement, des transactions d'entreprises des États-Unis avec leurs filiales étrangères et des transactions entre des filiales des États-Unis et leurs parents étrangers.
  8. Les "autres" services incluent les redevances et frais de licence, les assurances, les services financiers, l'éducation et la formation, les communications, les services informatiques, les services aux entreprises, les sports et spectacles, les services gouvernementaux et les services militaires.  
  9. Les "autres" investissements comprennent les dividendes et intérêts provenant de l'avoir en investissements de portefeuille d'actions et de titres d'emprunt et les intérêts sur les dépôts, emprunts et autres catégories de titres d'emprunt mais excluent les revenus provenant des investissements directs.
  10. Un article détaillé sur la méthodologie servant au rapprochement du compte courant du Canada et des États-Unis a été publié par Statistique Canada dans "Rapprochement du compte courant canado- américain, 1990-1991" et par le BEA des États-Unis dans le numéro de novembre 1992 de Survey of Current Business. Statistique Canada en a aussi publié une version abrégée dans le numéro de décembre 1992 de "L'observateur économique canadien" et dans l'édition du troisième trimestre de 1992 de "Balance des paiements internationaux du Canada".
Date de modification :