Les nouveautés en matière de comptes économiques canadiens
Les révisions de 2013 à 2015 des Comptes des revenus et dépenses

Date de diffusion : le 30 novembre 2016

Introduction

Le présent article fait état des révisions des Comptes du produit intérieur brut en termes de revenus et de dépenses pour la période allant de 2013 à 2015. Ces révisions font suite à la diffusion du 9 novembre 2016 des estimations des comptes économiques provinciaux et territoriaux pour l’année 2015, qui comprenaient les révisions pour 2013 et 2014.

Les deux premiers trimestres de 2016 sont également révisés à ce stade-ci. Cependant, comme ces estimations continueront d’être révisées durant les cycles à venir dans le cadre de notre pratique habituelle de révision, elles ne feront pas partie de l’analyse dans le présent article.

Processus de révision

Les estimations des Comptes du produit intérieur brut en termes de revenus et de dépenses peuvent faire l’objet de trois types de révisions. Les révisions du premier type concernent l’intégration du dernier repère des tableaux des ressources et des emplois. Les révisions du deuxième type concernent l’intégration des données des dernières enquêtes annuelles et données administratives. Les révisions du troisième type, qui sont effectuées moins fréquemment, font référence à l’intégration de nouveaux concepts, méthodes, normes comptables et systèmes de classification.

Les révisions de 2013 à 2015 des Comptes du produit intérieur brut en termes de revenus et de dépenses ne comportent que les deux premiers types de révisions. En général, ces deux types de révisions, qui sont de nature statistique, sont effectués chaque année et ont des répercussions uniquement sur les trois dernières années des séries chronologiques.

Les révisions statistiques au produit intérieur brut (PIB) rendent compte de l’intégration des sources de données les plus à jour, y compris les résultats d’enquête, les données administratives, les comptes publics et les tableaux annuels des ressources et des emplois. Ces tableaux intègrent dans un cadre comptable rigoureux et détaillé les sources de données de la plus haute qualité qui sont disponibles à Statistique Canada. Ils représentent par conséquent le système de comptabilité le plus détaillé et cohérent sur la structure de l’économie canadienne et ils sont considérés comme les repères les plus précis auxquels rattacher les estimations. Dans le cadre de la présente diffusion, les nouvelles valeurs repères des tableaux des ressources et des emplois pour l’année de référence 2013 ont été intégrées dans les Comptes du PIB en termes de revenus et de dépenses. De nouvelles données repères (découlant des enquêtes annuelles et des données administratives) sont également intégrées pour les deux dernières années (2014 et 2015, qui peuvent faire l’objet de révisions au cours des deux cycles de révision annuels suivants).

Le présent article décrit et explique brièvement l’effet des révisions de 2013 à 2015 sur le PIB annuel et trimestriel, tant sur une base nominale que réelle. Il examine aussi les révisions apportées aux diverses composantes du PIB en termes de revenus et de dépenses.

Révisions de la croissance du PIB nominal

Le taux de croissance annuel du PIB nominal a été révisé à la hausse de 0,29 et de 0,24 point de pourcentage pour 2013 et 2014, respectivement. Le taux de croissance en 2015 a diminué de 0,36 point de pourcentage en raison du processus de révision. Les révisions pour 2013 découlent de la prise en compte des nouvelles données repères des tableaux des ressources et des emplois de 2013. Les révisions pour 2013 et 2014 ont eu pour effet d’accroître l’excédent brut d’exploitation et la formation brute de capital fixe. Bien que le PIB nominal ait augmenté en 2015, l’estimation supérieure de 2014 a forcé une révision à la baisse du taux de croissance de 2015. Les sources des révisions sont de faibles hausses de l’excédent brut d’exploitation des sociétés non financières (2013, 2014), de la rémunération des salariés (2015), de la formation brute de capital fixe (2013, 2014) et des dépenses de consommation finale des ménages (2014). Ces hausses ont été contrebalancées par des baisses de l’excédent brut d’exploitation des sociétés financières (2013, 2014, 2015) et du revenu mixte brut (2013, 2014, 2015) et par un désinvestissement dans les stocks des entreprises non agricoles (2013, 2015).

Pour la période allant de 2013 à 2015, la révision absolue moyenne en points de pourcentage du taux de croissance annuel du PIB nominal a été de 0,05 point de pourcentage (voir le tableau 1).

Tableau 1
Révisions de la croissance annuelle du PIB nominal
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau 1 Révisions de la croissance annuelle du PIB nominal Croissance moyenne révisée du PIB annuel, Croissance moyenne du PIB annuel publiée antérieurement et Révision absolue moyenne de la croissance du PIB annuel, calculées selon pourcentage et points de pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Croissance moyenne révisée du PIB annuel Croissance moyenne du PIB annuel publiée antérieurement Révision absolue moyenne de la croissance du PIB annuel
pourcentage points de pourcentage
2013 4,10 3,81 0,29
2014 4,51 4,27 0,24
2015 0,16 0,52 0,36
2013 à 2015 2,92 2,87 0,05

Sur une base trimestrielle, les révisions des taux de croissance du PIB nominal ont donné lieu à peu de changement par rapport aux estimations précédentes. L’ampleur des révisions pour les 12 trimestres couverts par la période de révision a oscillé entre une révision à la hausse de 0,20 point de pourcentage et une révision à la baisse de 0,31 point de pourcentage. Ces révisions correspondent aux moyennes historiques. Dans l’ensemble, six trimestres ont connu une révision à la hausse et six trimestres ont enregistré une révision à la baisse. Au cours de la période de révision, la tendance trimestrielle est demeurée semblable à celle des estimations publiées antérieurement, sauf pour le quatrième trimestre de 2015 où la croissance de -0,1 a été révisée pour se situer à +0,1 %.

Tableau 2 Révisions de la croissance trimestrielle du PIB nominal
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau 2 Révisions de la croissance trimestrielle du PIB nominal Croissance moyenne révisée du PIB trimestriel , Croissance moyenne du PIB trimestriel publiée antérieurement et Révision absolue moyenne de la croissance du PIB trimestriel, calculées selon pourcentage et points de pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Croissance moyenne révisée du PIB trimestriel Croissance moyenne du PIB trimestriel publiée antérieurement Révision absolue moyenne de la croissance du PIB trimestriel
pourcentage points de pourcentage
2013 1,19 1,05 0,14
2014 0,92 0,96 0,04
2015 -0,10 -0,01 0,09
2013 à 2015 0,67 0,67 0,00

Révisions de la croissance du PIB réel

Le taux de croissance annuel du PIB réel a été révisé à la hausse de 0,26 point de pourcentage pour 2013 et de 0,10 point de pourcentage pour 2014, alors qu’il a été révisé à la baisse de 0,14 point de pourcentage pour 2015. Une fois de plus, les volumes du PIB réel ont été légèrement révisés à la hausse pour 2015, mais pas autant que pour 2014, d’où la révision à la baisse du taux de croissance.

Graphique 1 Révisions du produit intérieur brut réel selon l'année, dollars enchaînés (2007)

Description du graphique 1
Tableau de données du graphique 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 1. Les données sont présentées selon année (titres de rangée) et Estimation antérieure et Estimation révisée, calculées selon variation en pourcentage
unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
année Estimation antérieure Estimation révisée
variation en pourcentage
2013 2,2 2,5
2014 2,5 2,6
2015 1,1 0,9

La révision absolue moyenne en points de pourcentage du taux de croissance annuel du PIB réel pour la période de révision allant de 2013 à 2015 a été de 0,08 (voir le tableau 3).

En raison des changements minimes dans la composition des produits, les indices agrégés de prix en chaîne ont connu de légères révisions à la hausse de 0,1 point de pourcentage pour 2013 et de 0,2 point de pourcentage pour 2014 et à la baisse de 0,2 point de pourcentage pour 2015.

Tableau 3 Révisions de la croissance annuelle du PIB réel
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau 3 Révisions de la croissance annuelle du PIB réel Croissance moyenne révisée du PIB annuel, Croissance moyenne du PIB annuel publiée antérieurement et Révision absolue moyenne de la croissance du PIB annuel, calculées selon pourcentage et points de pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Croissance moyenne révisée du PIB annuel Croissance moyenne du PIB annuel publiée antérieurement Révision absolue moyenne de la croissance du PIB annuel
pourcentage points de pourcentage
2013 2,48 2,22 0,26
2014 2,57 2,47 0,10
2015 0,94 1,08 0,14
2013 à 2015 2,00 1,92 0,08

Les taux de croissance trimestriels du PIB réel pour 2013 ont été plus élevés que les estimations précédentes. Ainsi, le taux a été révisé à la hausse de 0,21 point de pourcentage pour le deuxième trimestre et de 0,14 point de pourcentage pour le troisième trimestre.

Graphique 2 Révisions du produit intérieur brut réel selon le trimestre, dollars enchaînés (2007)

Description du graphique 2
Tableau de données du graphique 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 2. Les données sont présentées selon année (titres de rangée) et période, Estimation antérieure et Estimation révisée, calculées selon variation en pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
année période Estimation antérieure Estimation révisée
variation en pourcentage
2013 I 1,0 1,0
II 0,4 0,6
III 0,7 0,8
IV 1,0 1,0
2014 I 0,1 0,1
II 0,9 1,0
III 0,5 0,5
IV 0,8 0,6
2015 I -0,2 -0,2
II -0,1 -0,1
III 0,5 0,6
IV 0,1 0,1

Pour 2014, il y a eu révision à la baisse des estimations pour tous les trimestres sauf pour le deuxième trimestre, qui a été révisé à la hausse de 0,13 point de pourcentage.

Pour 2015, la croissance du PIB réel est demeurée pratiquement inchangée pour les quatre trimestres : la révision à la hausse du troisième trimestre a été légèrement supérieure à celle des autres trimestres, mais elle est demeurée inférieure à un dixième de point de pourcentage, à 0,04.

Dans l’ensemble, la révision absolue moyenne en points de pourcentage du taux de croissance trimestriel du PIB réel pour la période de révision a été de 0,02.

Tableau 4 Révisions de la croissance trimestrielle du PIB réel
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau 4 Révisions de la croissance trimestrielle du PIB réel Croissance moyenne révisée du PIB trimestriel , Croissance moyenne du PIB trimestriel publiée antérieurement et Révision absolue moyenne de la croissance du PIB trimestriel, calculées selon pourcentage et points de pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Croissance moyenne révisée du PIB trimestriel Croissance moyenne du PIB trimestriel publiée antérieurement Révision absolue moyenne de la croissance du PIB trimestriel
pourcentage points de pourcentage
2013 0,88 0,78 0,10
2014 0,54 0,60 0,06
2015 0,09 0,08 0,01
2013 à 2015 0,50 0,48 0,02

Révisions du niveau du PIB annuel

Pour la période allant de 2013 à 2015, les révisions des Comptes du PIB en termes de revenus et de dépenses sont principalement attribuables aux nouveaux repères des ressources et des emplois pour l’année de référence 2013 et à l’intégration de données sources plus à jour pour les années suivantes.

Ces révisions statistiques ont donné lieu à un mouvement à la hausse du niveau du PIB pour la période de révision. Dans l’ensemble, le niveau du PIB nominal a été révisé à la hausse de 5,3 milliards de dollars pour 2013, de 10,1 milliards de dollars pour 2014 et de 2,9 milliards de dollars pour 2015, par rapport aux valeurs du PIB estimées précédemment.

Au cours de chacune de ces trois années, des révisions importantes ont été apportées à diverses composantes du PIB. Les principaux facteurs ayant contribué aux révisions sont des hausses de la valeur de l’excédent brut d’exploitation en ce qui concerne les revenus et de la formation brute de capital fixe des entreprises en ce qui a trait aux dépenses, les tableaux des ressources et des emplois ayant exploité les données détaillées contenues dans les enquêtes-entreprises annuelles et les estimations définitives de l’Enquête sur les dépenses en immobilisations et réparations.

Révisions des composantes du compte du PIB en termes de revenus

La principale source des révisions pour les trois années est la révision de la valeur de l’excédent brut d’exploitation. Cette valeur a été rajustée à la hausse de 6,8 milliards de dollars pour 2013, de 10,4 milliards de dollars pour 2014 et de 1,5 milliard de dollars pour 2015. Toutes les révisions à la hausse dans cette composante proviennent des sociétés non financières, les estimations de l’excédent brut d’exploitation des sociétés financières ayant été légèrement révisées à la baisse. Les estimations du revenu mixte brut et de la consommation de capital fixe pour les administrations publiques et les institutions sans but lucratif au service des ménages ont également été légèrement révisées à la baisse. Les impôts moins les subventions sur les produits et les importations ont été révisées à la baisse pour les deux dernières années seulement.

L’intégration d’estimations de la rémunération des salariés fondées sur des données administratives pour 2013 et de 2014 a entraîné un rajustement à la baisse du niveau de la rémunération des salariés pour ces deux années et une révision à la hausse pour 2015. Les niveaux pour 2013 et 2014 ont été révisés à la baisse de 0,9 milliard de dollars et de 0,6 milliard de dollars respectivement, alors qu’il y a eu révision à la hausse de 1,4 milliard de dollars pour 2015.

Ces révisions sont principalement attribuables aux nouveaux repères du système des ressources et des emplois de 2013, à l’intégration d’estimations de l’excédent d’exploitation du secteur des sociétés financières ou non financières fondées sur les données fiscales de 2015 et à l’intégration de nouvelles données de l’Agence du revenu du Canada.

Tableau 5 Révisions des composantes du produit intérieur brut en termes de revenus
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau 5 Révisions des composantes du produit intérieur brut en termes de revenus niveau moyen révisé, niveau moyen révisé publié antérieurement et révision moyenne, calculées selon millions de dollars unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Niveau moyen révisé Niveau moyen révisé publié antérieurement Révision moyenne
millions de dollars
Moyenne de 2013 à 2015  
Rémunération des salariés 994 953 994 994 -41
Excédent d'exploitation brut 527 815 521 574 6 241
Revenu mixte brut 222 867 223 650 -783
Impôts moins les subventions sur la production 83 913 83 160 753
Impôts moins les subventions sur les produits et les importations 125 358 125 991 -633
PIB au prix du marché 1 955 614 1 949 508 6 106
2013  
Rémunération des salariés 961 179 962 100 -921
Excédent d'exploitation brut 518 267 511 461 6 806
Revenu mixte brut 216 355 216 480 -125
Impôts moins les subventions sur la production 81 301 80 656 645
Impôts moins les subventions sur les produits et les importations 120 319 120 019 300
PIB au prix du marché 1 897 531 1 892 193 5 338
2014  
Rémunération des salariés 997 998 998 586 -588
Excédent d'exploitation brut 553 497 543 051 10 446
Revenu mixte brut 221 340 222 245 -905
Impôts moins les subventions sur la production 84 358 83 422 936
Impôts moins les subventions sur les produits et les importations 125 003 126 127 -1 124
PIB au prix du marché 1 983 117 1 973 043 10 074
2015  
Rémunération des salariés 1 025 682 1 024 296 1 386
Excédent d'exploitation brut 511 680 510 210 1 470
Revenu mixte brut 230 907 232 224 -1 317
Impôts moins les subventions sur la production 86 079 85 403 676
Impôts moins les subventions sur les produits et les importations 130 752 131 826 -1 074
PIB au prix du marché 1 986 193 1 983 288 2 905

Révisions des composantes du compte du PIB en termes de dépenses

Les estimations des dépenses de consommation finale des ménages ont été révisées à la hausse pour les trois années. Pour 2013 et 2014, les révisions à la hausse des dépenses en biens ont dépassé celles des dépenses en services, alors que ce fut l’inverse pour 2015.

Les dépenses de consommation finale des administrations publiques ont été inférieures aux estimations précédentes pour les trois années, les plus importantes révisions étant une réduction de 3,8 milliards de dollars pour 2013 et une réduction de 2,1 milliards de dollars pour 2015. Ces révisions découlent de nouvelles données provenant des repères du système des ressources et des emplois pour 2013 et de nouvelles données des comptes publics.

La formation brute de capital fixe des entreprises a fait l’objet de révisions à la hausse pour toutes les années de la période de 2013 à 2015. Les révisions les plus marquées visent 2014 (+14,3 milliards de dollars) et 2015 (+11,3 milliards de dollars). Ces révisions à la hausse sont principalement attribuables à la construction d’ouvrages non résidentiels et aux investissements en machines et en matériel. Les révisions reflètent les estimations définitives des données sur les investissements en capital provenant des tableaux des ressources et des emplois. Ces estimations tiennent compte des nouvelles données de l’Enquête sur les dépenses en immobilisations et réparations diffusées en mai 2016.

Les estimations de la formation brute de capital fixe des administrations publiques ont été révisées à la baisse pour 2014 (4,5 milliards de dollars) et 2015 (3 milliards de dollars), alors qu’elles sont demeurées pratiquement inchangées pour 2013.

Les estimations des stocks des entreprises de 2015 ont fait l’objet d’importantes révisions (-3,1 milliards de dollars), toutes dans la catégorie non agricole. Ces révisions découlent des nouvelles données issues de l’Enquête annuelle sur les industries manufacturières, de l’Enquête annuelle sur le commerce de gros et de l’Enquête annuelle sur le commerce de détail.

Les exportations de biens et de services ont été légèrement révisées à la baisse pour 2013 (-724 millions de dollars), mais elles ont été révisées à la hausse de 1,7 milliard de dollars et de 1,8 milliard de dollars, respectivement, pour 2014 et 2015. Les révisions à la baisse pour 2013 visent principalement les exportations de biens, tandis que les plus fortes révisions à la hausse pour 2014 et 2015 ont été apportées aux exportations de services, par suite de l’intégration des données de l’enquête annuelle sur le commerce international de services dans les comptes du PIB en termes de dépenses. Ces révisions à la hausse sont surtout attribuables à la révision des exportations de services commerciaux.

Les importations de biens et de services ont été nettement révisées à la hausse pour 2014 (3,3 milliards de dollars) et 2015 (3,5 milliards de dollars). Comme dans le cas des exportations, les révisions des importations de biens sont mineures, tandis que celles des importations de services sont importantes pour 2014 et 2015. Les importations de services ont été révisées à la hausse de 2,9 milliards de dollars pour 2014 et de 3,3 milliards de dollars pour 2015.

Tableau 6 Révisions des composantes du produit intérieur brut en termes de dépenses
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau 6 Révisions des composantes du produit intérieur brut en termes de dépenses niveau moyen révisé, niveau moyen révisé publié antérieurement et révision moyenne, calculées selon millions de dollars unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Niveau moyen révisé Niveau moyen révisé publié antérieurement Révision moyenne
millions de dollars
Moyenne de 2013 à 2015  
Dépenses de consommation finale des ménages 1 078 106 1 074 629 3 477
Dépenses de consommation finale des administrations publiques 405 650 407 940 -2 290
Dépenses de consommation finale des institutions sans but lucratif au service des ménages 26 990 27 381 -391
Formation brute de capital fixe des entreprises 393 011 382 170 10 841
Formation brute de capital fixe des institutions sans but lucratif au service des ménages 2 842 2 996 -154
Formation brute de capital fixe des administrations publiques 74 149 76 548 -2 399
Stocks 8 566 9 371 -805
Exportations 608 624 607 703 921
Importations 641 618 639 091 2 527
Produit intérieur brut aux prix du marché 1 955 614 1 949 508 6 106
2013  
Dépenses de consommation finale des ménages 1 034 804 1 032 863 1 941
Dépenses de consommation finale des administrations publiques 393 848 397 632 -3 784
Dépenses de consommation finale des institutions sans but lucratif au service des ménages 26 429 26 535 -106
Formation brute de capital fixe des entreprises 383 839 376 938 6 901
Formation brute de capital fixe des institutions sans but lucratif au service des ménages 2 913 2 847 66
Formation brute de capital fixe des administrations publiques 73 349 73 060 289
Stocks 13 705 13 533 172
Exportations 572 359 573 083 -724
Importations 603 606 602 822 784
Produit intérieur brut aux prix du marché 1 897 531 1 892 193 5 338
2014  
Dépenses de consommation finale des ménages 1 083 548 1 079 409 4 139
Dépenses de consommation finale des administrations publiques 405 373 406 340 -967
Dépenses de consommation finale des institutions sans but lucratif au service des ménages 26 769 27 294 -525
Formation brute de capital fixe des entreprises 404 337 390 007 14 330
Formation brute de capital fixe des institutions sans but lucratif au service des ménages 2 821 3 044 -223
Formation brute de capital fixe des administrations publiques 72 216 76 688 -4 472
Stocks 9 248 8 488 760
Exportations 626 280 624 594 1 686
Importations 646 555 643 209 3 346
Produit intérieur brut aux prix du marché 1 983 117 1 973 043 10 074
2015  
Dépenses de consommation finale des ménages 1 115 965 1 111 616 4 349
Dépenses de consommation finale des administrations publiques 417 730 419 848 -2 118
Dépenses de consommation finale des institutions sans but lucratif au service des ménages 27 773 28 315 -542
Formation brute de capital fixe des entreprises 390 858 379 565 11 293
Formation brute de capital fixe des institutions sans but lucratif au service des ménages 2 793 3 096 -303
Formation brute de capital fixe des administrations publiques 76 881 79 896 -3 015
Stocks 2 746 6 093 -3 347
Exportations 627 234 625 431 1 803
Importations 674 694 671 243 3 451
Produit intérieur brut aux prix du marché 1 986 193 1 983 288 2 905
Date de modification :