Profil des proches aidants selon le type de logement de leur bénéficiaire de soins

Les femmes sont plus susceptibles d’être des proches aidantes, peu importe le type de logement. Cependant, la proportion d’aidants qui étaient des femmes ne variait pas selon le type de logement du bénéficiaire principal.

Les aidants d’un aîné vivant en établissement de soins ont plus souvent un bénéficiaire âgé de 85 ans et plus que ceux qui fournissent des soins à un aîné qui vit en ménage privé. Les résultats montrent que ces proches aidants d’un aîné en établissement de soins sont eux-mêmes plus âgés.

En 2012, environ 50 % des aidants à un aîné vivant en établissement de soins ou en logement avec services de soutien étaient âgés de 55 ans et plus. En comparaison, c’était le cas de 30 % des aidants fournissant des soins à un aîné qui vivait dans un ménage privé séparé (tableau A.1).

Tableau A.1
Caractéristiques des proches aidants dont le bénéficiaire principal est un aîné, selon le type de logement du bénéficiaire principal, 2012
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Caractéristiques des proches aidants dont le bénéficiaire principal est un aîné Établissement de soins (réf.), Logement avec services de soutien, À domicile, ménages séparés et À domicile, cohabitation, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Établissement de soins (réf.) Logement avec services de soutien À domicile, ménages séparés À domicile, cohabitation
pourcentage
Sexe du proche aidant  
Homme 46 44 47 45
Femme 54 56 53 55
Âge du proche aidant  
15 à 24 ans 9Note E: à utiliser avec prudence 10Note E: à utiliser avec prudence 13 12
25 à 34 ans 10Note E: à utiliser avec prudence 10Note E: à utiliser avec prudence 10 12Note E: à utiliser avec prudence
35 à 44 ans 7 5Note E: à utiliser avec prudence Note * 16Note * 12
45 à 54 ans 22 24 31Note * 19
55 à 64 ans 32 36 20Note * 16Note *
65 à 74 ans 15 11Note * 7Note * 16
75 ans et plus 4Note E: à utiliser avec prudence 4Note E: à utiliser avec prudence 3 12Note *
Situation d'activité du proche aidant  
Travail ou recherche d'emploi 59 62 67Note * 46Note *
Études 8Note E: à utiliser avec prudence 6Note E: à utiliser avec prudence 10 10Note E: à utiliser avec prudence
Retraite 27 23 14Note * 28
Autre 7 9Note E: à utiliser avec prudence Note * 9Note * 15
Niveau de scolarité  
Moins qu'un diplôme d'études secondaires 11 8Note E: à utiliser avec prudence 12 18Note *
Diplôme d'études secondaires 26 21Note * 27 32
Études postsecondaires inférieures au diplôme universitaire 31 41Note * 34 28
Diplôme universitaire 32 31 27Note * 22Note *
Statut d'immigrant  
Non 89 92 88 74Note *
Oui 11 8Note E: à utiliser avec prudence 12 26Note *
Présence d'enfants  
Non 74 70 59 80
Oui, mais uniquement âgés de 15 à 24 ans 14 15 16 8Note E: à utiliser avec prudence Note *
Oui, a des enfants âgés de 14 ans et moins 12 15 25Note * 13

Comme les aînés en établissement de soins étaient plus âgés, les aidants d’un bénéficiaire qui vivait en établissement de soins étaient proportionnellement plus nombreux à être retraités (27 %, comparativement à 14 % des aidants d’un bénéficiaire en ménage privé). Ceux-ci étaient aussi proportionnellement moins nombreux à s’occuper à la fois de leurs enfants et d’un aîné vieillissant (ou d’être considérés comme étant « pris en sandwich » entre la prestation de soins et l’éducation aux enfants). En effet, 12 % des proches aidants d’un aîné vivant en établissement de soins avaient un enfant de 14 ans ou moins, comparativement à 15 % de ceux s’occupant d’un aîné vivant en logement avec services de soutien et 25 % de ceux prenant soin d’un aîné qui vivait dans un logement privé séparé.

Les immigrants étaient par ailleurs plus fortement représentés chez les aidants qui fournissaient des soins à un aîné partageant le même ménage (26 %, comparativement à 11 % de ceux dont le bénéficiaire de soins vivait en établissement de soins). Les immigrants aînés sont plus de deux fois plus susceptibles de vivre avec des personnes apparentées que les aînés non-immigrantsNote 1. Ils sont donc beaucoup plus susceptibles de recevoir de l’aide ou des soins en provenance d’une personne partageant le même ménage (un conjoint, leurs enfants ou leurs petits-enfants, etc.).

Notes

Date de modification :