Le faible revenu au Canada : une perspective multi-lignes et multi-indices

par Brian Murphy, Xuelin Zhang et Claude Dionne

On observe un intérêt soutenu à établir une estimation  du nombre personnes pauvres qui vivent au Canada, leur degré de pauvreté, leurs caractéristiques, où vivent-elles et pendant combien de temps demeurent-elles pauvres. Statistique Canada ne définit pas le terme « pauvre » et n'estime pas le nombre de familles et de personnes pauvres au Canada. Toutefois, reconnaissant la nécessité d'établir un portrait statistique, Statistique Canada publie depuis 40 ans des statistiques sur les Canadiens à faible revenu, une dimension essentielle de la pauvreté. Les lignes de faible revenu de Statistique Canada visent principalement à donner une idée de l'étendue, de la nature et de l'évolution des personnes à faible revenu pouvant être considérées comme risquant d'être en situation de pauvreté.1

La pratique internationale a démontré que l'utilisation de plusieurs seuils différents de faible revenu peut permettre de brosser un tableau plus complet de la population à faible revenu, et le présent rapport examine trois de ces lignes : la Mesure du faible revenu après impôt (MFR) et les Seuils de faible revenu après impôt (SFR) de Statistique Canada, ainsi que la Mesure du panier de consommation (MPC) de Ressources humaines et du Développement des compétences Canada (RHDCC). Aucune de ces lignes n'est considérée comme définitive, et chacun comporte ses points forts et ses limites. Collectivement, elles permettent un examen plus complet de la population à faible revenu au Canada.

Le présent rapport utilise ces trois seuils appliqués à l'Enquête sur les finances des consommateurs (EFC) et à l'Enquête sur la dynamique du travail et du revenu (EDTR) pour présenter et examiner les principales tendances de la population à faible revenu sur une période de 34 ans s'étendant de 1976 à 2009, en accordant une attention particulière aux changements survenus entre 2007 et 2009. Le rapport examine l'incidence (taux), l'écart relatif (étendue), la gravité et la persistance du faible revenu pour l'ensemble du Canada, des provinces, des villes et des types de familles, ainsi que pour des groupes particuliers affichant un risque élevé de faible revenu persistant.


Nota

1. L'opérationnalisation imprécise et dans une certaine mesure arbitraire des concepts de la pauvreté ainsi que la variabilité statistique des enquêtes et la nature essentiellement politique de ce genre d'estimations font en sorte qu'il est mal venu pour un organisme statistique de porter de tels jugements (Fellegi, 1997). Les statistiques sur le faible revenu ne cherchent pas à fournir une indication de la réussite ou de l'échec de programmes particuliers conçus pour aider les pauvres.

Date de modification :