Publications

    Culture, tourisme et Centre de la statistique de l'éducation

    Apprentis inscrits : les cohortes de 1994 et 1995, une décennie plus tard

    Apprentis inscrits : les cohortes de 1994 et 1995, une décennie plus tard

    par Louise Desjardins et Nicole Paquin

    Sommaire

    Cette étude se penche sur les taux d'achèvement et de non-persévérance des apprentis inscrits en se fondant sur deux cohortes longitudinales créées à partir du Système d'information sur les apprentis inscrits (SIAI). Ces cohortes comprennent les apprentis inscrits qui ont entrepris un programme d'apprentissage en 1994 ou en 1995.

    Le but de la présente étude est de présenter des mesures de l'achèvement dans les programmes d'apprentissage et de l'information sur le cheminement des apprentis au cours d'une période de 11 années. Elle fait suite à deux autres études publiées en 2005 et en 2008, lesquelles traitaient des mêmes sujets. Lors de ces deux études, les résultats de trois provinces, le Nouveau-Brunswick, l'Ontario et l'Alberta étaient analysés pour les cohortes d'apprentis nouvellement inscrits en 1992 et en 1993. Dans cette nouvelle étude, trois nouvelles provinces s'ajoutent à l'analyse : le Québec, le Manitoba et la Colombie-Britannique.

    Globalement, environ la moitié des personnes nouvellement inscrites dans un programme d'apprentissage en 1994 et en 1995 avaient achevé leur formation au terme de la période de 11 années. À l'instar des cohortes précédentes, le groupe des métiers de l'industrie et des métiers reliés à la mécanique affichait systématiquement des taux d'achèvement supérieurs à la moyenne dans chacune des six provinces.

    Dans l'ensemble, la durée du programme ne semblait pas influer sur le taux d'achèvement. La proportion des finissants des programmes dont la durée était de quatre ans se comparait à celle des programmes de deux ans et surpassait même la proportion de finissants des programmes de trois ans.

    La plupart des finissants, soit environ 60 %, avaient pris un temps égal ou inférieur à 50 % au-delà de la durée nominale du programme pour le terminer. Aucun lien explicite n'a semblé se dégager entre le taux d'achèvement dans un métier et le fait de dépasser le temps requis pour l'achever.

    Date de modification :