Indicateurs de l'éducation au Canada : une perspective internationale 2016
Notes aux lecteurs

Indicateurs canadiens et indicateurs de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)

Le tableau suivant expose les indicateurs présentés dans cette édition de la publication Indicateurs de l’éducation au Canada : une perspective internationale de même que les indicateurs y correspondant dans le rapport Regards sur l’éducation 2016 : Les indicateurs de l’OCDE.

Indicateurs de l’éducation au Canada : une perspective internationale 2016
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Regards sur l’éducation 2016 : Les indicateurs de l’OCDE. Les données sont présentées selon Indicateurs de l’éducation au Canada : une perspective internationale 2016 (titres de rangée) et Regards sur l’éducation 2016 : Les indicateurs de l’OCDE(figurant comme en-tête de colonne).
Indicateurs de l’éducation au Canada : une perspective internationale 2016 Regards sur l’éducation 2016 : Les indicateurs de l’OCDE
A1 Niveau de scolarité de la population adulte A1 Quel est le niveau de formation de la population adulte ?
A2 Obtention d’un diplôme de fin d’études secondaires A2 Combien d’élèves termineront le deuxième cycle du secondaire ?
A3 Résultats sur le marché du travail A5 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d’emploi ?
B1 Dépenses par élève/étudiant B1 Quel est le montant des dépenses par élève/étudiant ?
B2 Dépenses en éducation en pourcentage du PIB B2 Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l’éducation ?
B3 Répartition des dépenses en éducation B6 À quelles catégories de ressources et de services les dépenses d’éducation sont-elles affectées ?
C1 Étudiants internationaux C4 Qui étudie à l’étranger et où ?
C2 Transitions au marché du travail C5 La transition entre les études et la vie active : Où en sont les jeunes de 15 à 29 ans ?
D1 Temps d’instruction D1 Combien de temps les élèves passent-ils en classe ?
D2 Salaires des enseignants D3 Quel est le niveau de salaire des enseignants ?
D3 Temps de travail des enseignants D4 Quel est le temps de travail des enseignants ?
E1 Mobilité intergénérationnelle dans l’éducation A4 Dans quelle mesure le niveau de formation des parents influe-t-il sur celui de leurs enfants ?

Les catégories de la Classification internationale type de l’éducation (CITE) et leur description

Les indicateurs sont classés d’après les catégories de la CITE 2011. La norme de la CITE, élaborée et tenue à jour par l’Institut de statistique de l’UNESCO, sert de cadre pour déclarer les données à l’Organisation de coopération et de développement économiquesNote 1. La CITE fournit donc un cadre et une méthodologie qui permettent de présenter l’information concernant différents programmes d’éducation nationaux au moyen d’un ensemble comparable d’indicateurs généraux.

Le tableau suivant fournit une brève description de chaque niveau d’éducationNote 2.

Le tableau suivant fournit une brève description de chaque niveau d’éducation
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Le tableau suivant fournit une brève description de chaque niveau d’éducation. Les données sont présentées selon Classification internationale type de l’éducation (CITE) de 2011 (titres de rangée) et Description(figurant comme en-tête de colonne).
Classification internationale type de l’éducation (CITE) de 2011 Description
Enseignement préprimaire
CITE 0
Le niveau 0 de la CITE regroupe les programmes de la petite enfance qui possèdent une composante éducative volontaire. Ces programmes ont pour but de développer les aptitudes sociales et émotionnelles nécessaires pour participer à la vie scolaire et sociale. Ils développent également certaines des aptitudes nécessaires au parcours scolaire et préparent les enfants à l’enseignement primaire. Les programmes de niveau 0 de la CITE ciblent les enfants dont l’âge est inférieur à celui d’entrée dans le niveau 1 de la CITE. Il existe deux catégories de programmes de niveau 0 de la CITE: le développement éducatif de la petite enfance et l’enseignement préprimaire. Le premier se caractérise par un contenu éducatif développé pour des enfants plus jeunes (0 à 2 ans) alors que la seconde est prévue pour des enfants ayant entre 3 ans et l’âge d’entrée dans l’enseignement primaire.
Enseignement primaire
CITE 1
Conçu pour donner une base solide enseignement en lecture, en écriture et en calcul, et pour inculquer des connaissances élémentaires dans quelques autres disciplines. Âge d’accès : entre 5 et 7 ans. Durée typique: 6 ans.
Enseignement secondaire, premier cycle
CITE 2
Il complète l’enseignement de base et est d’ordinaire davantage structuré en disciplines et assuré par des enseignants plus spécialisés. L’entrée se fait normalement au terme de 6 ans d’enseignement primaire et sa durée est de 3 ans. Dans certains pays, la fin de ce niveau marque la fin de l’enseignement obligatoire.
Enseignement secondaire, deuxième cycle
CITE 3
L’enseignement est encore plus fortement spécialisé par discipline que dans le premier cycle du secondaire, les enseignants possédant des diplômes d’un niveau plus élevé. En règle générale, les élèves sont censés avoir accompli 9 années d’études ou achevé l’enseignement secondaire du premier cycle avant d’accéder à ce niveau et ils sont généralement âgés de 15 ou 16 ans.
Enseignement postsecondaire non tertiaire
CITE 4
D’un point de vue national, les formations à ce niveau peuvent être rattachées soit à l’enseignement secondaire du deuxième cycle, soit à l’enseignement postsecondaire, mais du point de vue des comparaisons internationales, leur situation est moins claire. Les contenus d’enseignement de ces cursus peuvent ne pas être d’un niveau beaucoup plus avancé que dans le deuxième cycle du secondaire et sont sans aucun doute d’un niveau inférieur à ceux de l’enseignement tertiaire. L’accès à ce niveau exige en règle générale d’avoir achevé un enseignement secondaire du deuxième cycle. La durée de cet enseignement représente d’ordinaire entre 6 mois et 2 ans d’études à temps plein.
Enseignement supérieur de cycle court
CITE 5
Les programmes du niveau 5 de la CITE, ou « enseignement supérieur de cycle court », sont conçus principalement pour enseigner aux participants des connaissances, aptitudes et compétences professionnelles. Habituellement, ils sont fondés sur la pratique, professionnellement spécifiques et ils préparent les étudiants à entrer sur le marché du travail. Toutefois, ces programmes peuvent aussi représenter une passerelle vers d’autres programmes de l’enseignement supérieur. Sont également classés au niveau 5 de la CITE les programmes académiques de l’enseignement supérieur dont le niveau se situe en dessous des programmes de niveau licence ou équivalent.
De façon générale, les programmes du niveau 5 de la CITE durent au minimum deux ans et au maximum trois ans, mais il y a des exceptions. Concernant les systèmes éducatifs avec des programmes modulaires où les certifications sont accordées sur la base du cumul des crédits, une durée et une intensité comparables sont exigées.
Niveau licence (baccalauréat) ou équivalent
CITE 6
Les cursus « longs » ont des contenus théoriques et visent à préparer les étudiants à accéder à des programmes de recherche de haut niveau ou à l’exercice de professions exigeant un niveau élevé de compétences comme la médecine, la dentisterie ou l’architecture. La durée de ces cursus représente au moins 3 années (mais plus souvent 4 années ou plus) d’études à temps plein. Ces programmes sont traditionellement offerts dans des établissements universitaires et peuvent aussi être offerts dans certains collèges.
Niveau master (maîtrise) ou équivalent
CITE 7
Les programmes du niveau 7 de la CITE, ou « niveau master ou équivalent », sont souvent destinés à enseigner aux participants des connaissances, aptitudes et compétences académiques et/ou professionnelles conduisant à un deuxième diplôme ou une certification équivalente. Les programmes de ce niveau peuvent avoir une composante importante de recherche mais ils ne conduisent pas encore à l’obtention d’une certification de doctorat.
Niveau doctorat ou équivalent
CITE 8
Ces cursus mènent directement à l’octroi d’un titre sanctionnant la recherche de haut niveau, par exemple un Ph.D. Dans la plupart des pays, la durée théorique de ces programmes est de 3 ans, à temps plein (pour une durée totale cumulée d’au moins 7 ans en équivalent temps plein au niveau tertiaire), bien que la durée d’inscription dans le programme soit généralement plus longue. Ces cursus sont consacrés à des études approfondies et à des travaux de recherche originaux.

Correspondance avec la CITE

Ce rapport utilise la Classification internationale type de l’éducation (CITE-2011) pour classer les programmes éducatifs et les plus hauts niveaux d’éducation complétés avec succès (niveau de scolarité). Nous reproduisons ci-dessous les tableaux de correspondance avec la terminologie plus familière au Canada, selon les sources de données utilisées pour les différents indicateurs.

Enquête sur la population active (EPA)
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Enquête sur la population active (EPA) . Les données sont présentées selon CITE (titres de rangée) et EPA (niveau de scolarité)(figurant comme en-tête de colonne).
CITE EPA (niveau de scolarité)
CITE 0/1 8e année ou moins (Québec : Secondaire II ou moins)
CITE 2 9e à 10e année (Québec : Secondaire III ou IV, Terre-Neuve-et-Labrador : 1re année du secondaire)
11e à 13e année (Québec : Secondaire V, Terre-Neuve-et-Labrador : 2e à 4e année du secondaire) (sans diplôme)
CITE 3 11e à 13e année (Québec : Secondaire V, Terre-Neuve-et-Labrador : 2e à 4e année du secondaire) (avec diplôme)
Études postsecondaires partielles (sans diplôme)
CITE 4   Diplôme ou certificat de métier d’une école de métiers ou à la suite d’une période d’apprentissage
CITE 5 Diplôme ou certificat non universitaire d’un collège communautaire, Cégep, école de sciences infirmières, etc.
Certificat universitaire inférieur au baccalauréat
CITE 6   Baccalauréat
CITE 7/8   Diplôme ou certificat universitaire supérieur au baccalauréat
Système d’information sur les étudiants postsecondaires (SIEP)
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Système d’information sur les étudiants postsecondaires (SIEP) . Les données sont présentées selon CITE (titres de rangée) et Inscription dans le SIEP (type de programme et sanction d’études décernée)(figurant comme en-tête de colonne).
CITE Inscription dans le SIEP (type de programme et sanction d’études décernée)
CITE 5 · Programme de formation technique ou professionnelle (diplôme)
· Programme de post-formation technique ou professionnelle (certificat, diplôme, autre genre de sanction d’études associée à un programme)
CITE 6 · Programme de premier cycle (certificat, diplôme, grade [y compris un grade appliqué], attestation et autres sanctions d’études de programmes courts, grades associés, autre genre de sanction d’études associée à un programme)
· Programme postérieur au baccalauréat, excluant les études supérieures (certificat, diplôme, grade [y compris un grade appliqué], autre genre de sanction d’études associée à un programme)
· Programme préparatoire aux études supérieures de deuxième cycle (autre genre de sanction d’études associée à un programme)
CITE 7 · Programme préparatoire aux études supérieures de troisième cycle
· Programme de résidence dans le domaine de la santé (certificat, diplôme, grade [y compris un grade appliqué], autre genre de sanction d’études associée à un programme)
· Programme d’études supérieures - deuxième cycle (certificat, diplôme, grade [y compris un grade appliqué], attestation et autres sanctions d’études de programmes courts, autre genre de sanction d’études associée à un programme)
CITE 8 · Programme d’études supérieures – troisième cycle (diplôme, grade [y compris un grade appliqué], attestation et autres sanctions d’études de programmes courts)
· Programme d’études supérieures post troisième cycle (diplôme)

Niveaux d’enseignement déterminés en fonction des établissements ou des programmes

Historiquement, les programmes menant à un grade (catégorie CITE 6 ou supérieure) étaient principalement offerts par les universités. Toutefois, les programmes menant à un grade sont de plus en plus offerts par les collèges communautaires, les collèges universitaires et les instituts de technologie. Dans le document, les références aux programmes « universitaires » ou menant à un grade visent tous les programmes de la catégorie CITE 6 ou supérieure qui sont offerts par les universités et les collèges. En revanche, les programmes « collégiaux » font référence aux programmes de la catégorie CITE 5 qui étaient traditionnellement offerts par les collèges et ceux-ci représentent toujours la plus grande partie des programmes offerts par les collèges.

L’exception par rapport à cette terminologie a trait aux indicateurs dans le chapitre B du rapport. Le chapitre B fait état des données financières qui sont recueillies auprès des collèges et des universités. Par conséquent, lorsqu’on fait référence aux données des collèges dans le chapitre B, celles-ci comprennent toutes les données sur les programmes offerts par les collèges puisqu’il est impossible de séparer les données financières directement liées aux programmes de la catégorie CITE 6 ou supérieure des données financières directement liées aux programmes de la catégorie CITE 5.

Dans la CITE, les études « tertiaires » englobent la grande majorité des programmes universitaires ainsi que les programmes menant à un diplôme (2 ans et plus) ou à un grade offerts par les collèges.

Moyennes de l’OCDE

Comme indiqué dans Regards sur l’éducation de l’OCDE 2016 : Les indicateurs de l’OCDENote 2 :

La moyenne de l’OCDE est la moyenne non pondérée de tous les pays de l’OCDE dont les données sont disponibles ou peuvent être estimées. La moyenne des pays de l’OCDE correspond donc à la moyenne des valeurs obtenues au niveau des systèmes scolaires nationaux et peut être utilisée pour comparer l’indicateur d’un pays avec celui du pays « type » ou moyen. Elle ne tient pas compte de la taille absolue du système d’éducation de chaque pays.

Le manque de données peut biaiser considérablement les moyennes de l’OCDE. Étant donné le nombre relativement faible de pays étudiés, aucune méthode statistique n’est appliquée pour corriger ces biais. Dans les cas où une catégorie n’existe pas ou que sa valeur est d’un ordre de grandeur négligeable dans un pays, cette valeur est remplacée par une valeur nulle lors du calcul de la moyenne de l’OCDE. Si le numérateur et le dénominateur d’un ratio n’existent pas dans un pays, la moyenne de l’OCDE est calculée abstraction faite de ce pays.

Pays membres de l’OCDE

En 2016, les pays membres de l’OCDE sont : l’Allemagne, l’Australie, l’Autriche, la Belgique, le Canada, le Chili, la Corée (du Sud), le Danemark, l'Espagne, les États-Unis, l’Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Islande, Israël, l’Italie, le Japon, la Lettonie, le Luxembourg, le Mexique, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République slovaque, la République tchèque, le Royaume-Uni, la Slovénie, la Suède, la Suisse et la Turquie.

Pour les plus récentes statistiques internationales, veuillez consulter Regards sur l’éducation 2016 : Les indicateurs de l’OCDE à partir du site Web de l’OCDE à l’adresse www.ocde.org.

Comparaisons avec les pays du G7 et certains autres pays

Cette édition de la publication Indicateurs de l’éducation au Canada : une perspective internationale présente des données des pays du G7 et les compare à celles du Canada, le cas échéant. Les autres pays du G7 sont les États-Unis, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon et le Royaume-Uni. Dans certains cas, des données de pays non membres du G7 sont présentées lorsque cela a été jugé approprié en raison d’un sujet particulier comme, par exemple, l’Australie et les effets liés à l’immigration.

Limites

Les indicateurs combinent des statistiques distinctes sur l’éducation et les mettent en contexte. Ce rapport présente une sélection d’indicateurs qui situent le Canada et les provinces/territoires dans une perspective internationale. Ceci dit, cela ne fournit qu’une image partielle de la performance du Canada, des provinces et des territoires. Même si les indicateurs peuvent illustrer des tendances et révéler des questions intéressantes, ils ne peuvent par eux-mêmes fournir des explications ou permettre de tirer des conclusions. Il faudra toujours mener des recherches additionnelles pour déterminer les causes sous-jacentes aux observations et suggérer des solutions. Le présent rapport vise à stimuler la réflexion et à promouvoir la discussion sur les questions liées à l’éducation.

Les indicateurs harmonisés présentés dans cette édition de 2016 sont alignés sur certains indicateurs de l’édition de 2016 de Regards sur l’éducation de l’OCDE et ils ont été sélectionnés en fonction de leur importance pour les secteurs de compétence et la disponibilité de données sur le Canada et sur ses provinces et territoires. Les définitions et méthodologies qui ont été adoptées pour le développement des indicateurs harmonisés ont été utilisées pour produire les données pour le Canada, les provinces et les territoires, et ces définitions et méthodologies peuvent différer de celles utilisées dans les provinces et les territoires. Conséquemment, les valeurs présentées dans ce rapport peuvent différer de celles publiées indépendamment par les provinces et les territoires.

Même si les données présentées pour le Canada à l’intérieur de ce rapport sont, pour la plupart, identiques à celles présentées par l’OCDE cette année dans Regards sur l’éducation (RSE), il peut arriver qu’elles diffèrent légèrement. Ces écarts ne s’expliquent pas par des différences méthodologiques ou l’utilisation des données provenant d’une autre année, mais par des révisions apportées aux données initialement fournies au moment de la Collecte de données UNESCO/OCDE/Eurostat (UOE) pour la production de RSE.

Il est préférable d’éviter de comparer, pour un indicateur donné, les résultats présentés dans ce rapport avec ceux présentés dans celui des éditions précédentes, puisque certains ajustements méthodologiques mineurs pourraient avoir été effectués, ou parce que certaines données utilisées dans le calcul des indicateurs pourraient avoir été révisées.

L’OCDE et d’autres organisations internationales fournissent des instructions et des définitions détaillées pour aider les pays à satisfaire les besoins relatifs à la collecte de données de manière à atteindre un niveau de comparabilité optimal. Cependant, il incombe aux pays de correctement appliquer ces directives à leurs données. La comparabilité peut être affectée par le degré de correspondance entre les concepts nationaux et les lignes directrices fournies, de même que par le niveau de correspondance établi avec la CITE. Pour plus de détails sur les plus récentes statistiques internationales, prière de consulter la publication RSE à partir du site Web de l’OCDE à l’adresse www.ocde.org.

Date de modification :