Rapports sur la santé
Hospitalisation en soins de courte durée, selon la catégorie d’immigration : couplage de données hospitalières avec le Fichier d’établissement des immigrants au Canada

par Edward Ng, Claudia Sanmartin et Douglas G. Manuel

Date de diffusion : le 17 août 2016

Lorsqu’ils s’établissent au Canada, les immigrants ont tendance à avoir une meilleure santé que les personnes nées au CanadaNote 1. Toutefois, la relation entre l’immigration et la santé est complexe et dépend de nombreux facteurs antérieurs et postérieurs à la migration, comme le lieu de naissance et la raison de la migrationNote 1. Deux études menées en 2011 ont révélé une hétérogénéité considérable des résultats en matière de santé selon la région d’origine et la période d’immigrationNote 2Note 3. Par ailleurs, on ne sait pas si les avantages en matière de santé tiennent pour toutes les catégories d’immigration, c’est-à-dire économique, regroupement familial et réfugié.

Les données sur les résultats en matière de santé chez les immigrants sont limitées, car les variables relatives à l’immigration ne sont pas systématiquement consignées dans les bases de données administratives sur la santéNote 4. En revanche, les enquêtes sur la santé de la population recueillent des renseignements sur l’immigration, mais les échantillons sont généralement trop petits pour permettre des analyses selon un lieu de naissance spécifique. Les couplages de données de recensement et administratives sur la santé constituent un point de départ pour la création d’une base de données suffisamment large pour la recherche sur la santé des immigrantsNote 5Note 6 bien que les données de recensement sur la catégorie d’immigration fassent défaut.

Le couplage des données du Fichier d’établissement des immigrants aux données administratives sur la santé de la Base de données sur les congés des patients (BDCP) remédie à certaines limites en recherche sur la santé des immigrants. Un échantillon d’enregistrements du Fichier d’établissement des immigrants avait déjà été couplé à des données administratives sur la santé pour les trois provinces accueillant le plus d’immigrants (Colombie-Britannique, Ontario et Québec) et à des données à l’échelle du pays tirées de registres de la mortalité et du cancerNote 7Note 8Note 9Note 10. Des provinces (par exemple, l’Ontario et la Colombie-Britannique) ont déjà aussi participé au couplage de leurs données administratives sur la santé avec le Fichier d’établissement des immigrants.

La présente étude rend compte des premiers résultats du récent couplage entre le Fichier d’établissement des immigrants et la BDCP. En particulier, il s’agit d’un aperçu bivarié des taux d’hospitalisation en soins de courte durée à l’échelle nationale, selon la catégorie d’immigration, l’année d’admission et la région d’origine dans le monde.

Données et méthodes

Le Fichier d’établissement des immigrants renferme des données sur les immigrants arrivés au Canada depuis 1980Note 11. Les données proviennent des fichiers administratifs d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC), anciennement Citoyenneté et Immigration Canada, que Statistique Canada reçoit une fois l’an. Les enregistrements d’admission pour 1980 à 2006, inclusivement, ont été utilisés pour le présent couplage.

La BDCP contient de l’information sur les congés obtenus d’un hôpital, que l’Institut canadien d’information sur la santé fournit annuellement à Statistique Canada. Des données démographiques, administratives et cliniques sur les congés reçus d’un établissement de soins de courte durée sont disponibles pour les provinces et territoires, le Québec non compris (on ne tient pas systématiquement compte des données pour cette province dans la BDCP)Note 12. Chaque année, environ trois millions d’enregistrements relatifs aux hospitalisations survenues au cours de l’exercice financier (1er avril au 31 mars) sont consolidés dans la BDCP. Les congés obtenus de 2006-2007 à 2008-2009, inclusivement, ont été pris en compte pour le présent couplage.

Le couplage du Fichier d’établissement des immigrants avec la BDCP a été réalisé au moyen d’un appariement déterministe exact, le fichier du Recensement de la population de 2006 ayant servi de « pont », et en utilisant les clés de couplage créées pour les besoins de deux projets antérieurs, lors desquels le Fichier d’établissement des immigrants et la BDCP ont chacun fait l’objet d’un couplage avec le Recensement de 2006. Les données du Fichier d’établissement des immigrants pour 1980 à 2008 ont été appariées à celles du recensement à l’aide d’une méthode déterministe hiérarchique reposant sur des variables communes aux deux ensembles de données (nom et prénom, date de naissance, sexe, code postal, année d’admission, pays de naissance et langue maternelle). Les données de la BDCP pour 2006-2007 à 2008-2009 ont été couplées à celles du recensement à l’aide d’une méthode déterministe hiérarchique fondée sur la date de naissance, le sexe et le code postal.

Au total, 2,6 millions d’enregistrements du Fichier d’établissement des immigrants qui ont été couplés à un enregistrement du Recensement de 2006 étaient admissibles au couplage avec la BDCP. Dans l’ensemble, 10 % (n = 258 700) des enregistrements du Fichier d’établissement des immigrants ont été couplés à au moins un enregistrement de la BDCP pour la période allant de 2006-2007 à 2008-2009. Une étude de validation a révélé que le fichier couplé était représentatif des immigrants qui sont arrivés au Canada de 1980 à 2008, inclusivement, et de leurs expériences à l’hôpital. Des détails sur le couplage sont présentés dans d’autres étudesNote 13. Le couplage a été approuvé par le Conseil exécutif de gestionNote 14 de Statistique Canada et l’utilisation des données couplées est régie par la Directive sur le couplage d’enregistrementsNote 15.

Statistique Canada assure la protection des renseignements personnels des répondants durant le couplage et lors de l’utilisation ultérieure des fichiers couplés. Seuls les employés qui interviennent directement dans le processus ont accès aux données d’identification uniques nécessaires au couplage (comme le nom et le sexe). Toutefois, ces employés n’ont pas accès aux renseignements sur la santé. Une fois le couplage de données terminé, on produit un fichier d’analyse, dans lequel les données d’identification sont supprimées. Les analystes utilisent ensuite le fichier anonymisé aux fins de validation et d’analyse.

Cohorte à l’étude

La cohorte créée par suite du couplage entre le Fichier d’établissement des immigrants et la BDCP comptait 2 594 600 enregistrements sur les nouveaux immigrants tirés du Fichier d’établissement des immigrants, qui ont été appariés à 359 400 mises en congé d’un hôpital sur la période de suivi de trois ans.

Variables

Les immigrants relevaient de trois catégories d’admission, conformément aux définitions de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés de 2001Note 16, à savoir celles de l’immigration économique, du regroupement familial et des réfugiés. La catégorie de l’immigration économique a été subdivisée en demandeurs principaux et personnes à charge (conjoint[e] ou enfants). La présente analyse s’est penchée sur les catégories suivantes : « immigration économique, demandeurs principaux » (y compris les candidats des provinces, dont les données sont disponibles depuis 1996); « immigration économique, personnes à charge » (y compris les candidats des provinces, dont les données sont disponibles depuis 1996); « regroupement familial » (réunification des familles); « réfugié »; et « autre » (ressortissants étrangers admis pour des raisons d’ordre humanitaire qui ne sont par ailleurs admissibles à aucune catégorie d’immigration).

L’année d’admission des immigrants a été utilisée pour classer ces derniers comme étant établis (années 1980), de moins longue date (années 1990), et récents (2000 à mai 2006, inclusivement).

Les régions d’origine dans le monde ont été déterminées à partir des données sur le lieu de naissance dans le Fichier d’établissement des immigrants : États-Unis; Caraïbes / Amériques centrale et du Sud; Europe de l’Ouest; Europe de l’Est; Afrique subsaharienne; Afrique du Nord / Moyen-Orient / Asie de l’Ouest; Asie du Sud; Asie du Sud-Est; Asie de l’Est; et Océanie. L’Océanie (0,7 % du nombre total d’enregistrements) a été omise des analyses fondées sur les régions d’origine.

À cause des limites du système informatique d’IRCC à la fin des années 1980, des bébés se sont vu attribuer le code applicable aux centenaires au moment de leur entrée au pays. Pour éliminer ces faux centenaires, on a soustrait 100 de l’âge des nouveaux arrivants qui étaient âgés de 100 ans et plus. Même s’il est possible que cette opération ait faussé l’âge de quelques centenaires véritables, une analyse comparative des données du recensement sur l'âge avec celles de cet ajustement a confirmé la validité de la correction.

Méthodes statistiques

Des statistiques descriptives ont été produites afin d’établir le profil selon le sexe de la cohorte du Fichier d’établissement des immigrants. Les taux annuels d’hospitalisation, à savoir bruts et normalisés selon l’âge (THNA), ont été calculés globalement (y compris en incluant et en excluant les hospitalisations liées à la grossesse) et pour les quatre principales causes selon le sexe. La population totale de la cohorte d’arrivants représentait la population de référence aux fins de la normalisation selon l’âge.

Le résultat principal était l’hospitalisation en soins de courte durée au cours de la période allant du 1er avril 2006 au 31 mars 2009, inclusivement. Les hospitalisations ont été classées en fonction du diagnostic principal, conformément à la version 10 de la Classification internationale des maladies (CIM)Note 17. Les quatre causes principales étaient les maladies de l’appareil circulatoire (codes I00 à I93 de la CIM-10), le cancer (C00 à D48), les maladies de l’appareil digestif (K00 à K93) et les traumatismes (S00 à T93).

Comme il n’existait aucun groupe de référence de personnes nées au Canada dans les données issues du couplage du Fichier d’établissement des immigrants et de la BDCP, des catégories internes de sujets ont fait fonction de groupes de référence : immigrants établis (années 1980); immigrants des États-Unis; et demandeurs principaux de la catégorie « immigration économique ». Généralement, les immigrants des États-Unis avaient tendance à avoir les taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge les plus élevés de toutes les régions d’origine, y compris l’Europe. En outre, une analyse antérieure a montré que les immigrants provenant des États-Unis avaient des taux de mortalité comparables à ceux des Canadiens de naissanceNote 3.

Les tests statistiques ayant servi à évaluer les différences dans les taux normalisés selon l’âge étaient fondés sur une méthode qui tient compte d’événements raresNote 18.

Résultats

Description de la cohorte

Environ la moitié (52 %) des 2,6 millions d’immigrants compris dans l’ensemble de données couplées étaient de sexe féminin (tableau 1). En 2006, l’âge moyen des immigrants des deux sexes était de 39 ans. Plus de 40 % d’entre eux appartenaient au groupe des 25 à 44 ans, tandis que 6 % des hommes et 9 % des femmes avaient 65 ans et plus.

Des immigrants de sexe masculin, 29 % appartenaient à la catégorie du regroupement familial, 26 %, à la catégorie « immigration économique, demandeurs principaux » et 24 %, à la catégorie « immigration économique, personnes à charge ». Les réfugiés, quant à eux, comptaient pour 16 % des immigrants de sexe masculin. Un pourcentage beaucoup plus faible d’immigrantes (12 %) appartenait aux demandeurs principaux de la catégorie de l’immigration économique, tandis que 37 % appartenaient aux personnes à charge. Les catégories du regroupement familial et des réfugiées rendaient compte respectivement de 37 % et 13 % des immigrantes.

Moins du quart des membres de la cohorte (22 % à 23 %) étaient établis au Canada de longue date (depuis les années 1980), 45 % étaient des immigrants de moins longue date (depuis les années 1990), et 33 % étaient des immigrants récents (2000 à 2006).

Quatre régions d’origine dans le monde rendaient compte de près des deux tiers des immigrants de sexe masculin : Asie de l’Est (21 %), Asie du Sud (19 %), Europe de l’Est (13 %) et Asie du Sud-Est (12 %). Les pourcentages correspondants étaient semblables chez les immigrantes, sauf que l’Asie du Sud-Est (14 %) plutôt que l’Europe de l’Est (13 %) venait en troisième place.

Hospitalisations toutes causes confondues

Chez les immigrants de sexe masculin, le taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge (THNA) pour la période 2006-2007 à 2008-2009 était de 303 pour 10 000 habitants (tableau 2). Toujours chez les hommes, les personnes de la catégorie de l’immigration économique, y compris les demandeurs principaux et les personnes à charge, avaient un taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge beaucoup plus faible (inférieur à 265) que celles des catégories du regroupement familial (327) ou des réfugiés (337).

Le THNA (toutes causes confondues) des immigrants récents (2000 à 2006) de sexe masculin était plus faible (256) que ceux de leurs homologues arrivés dans les années 1990 (294) ou les années 1980 (347). Les taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge le plus faible et le plus élevé ont été constatés chez les immigrants de l’Asie de l’Est (194) et des États-Unis (464), respectivement.

Chez les immigrantes, les taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisés selon l’âge, en incluant puis en excluant les admissions liées à la grossesse, s’établissaient respectivement à 606 et 313 pour 10 000 habitants. Chez les immigrantes de la catégorie du regroupement familial, les taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge correspondants étaient plus élevés (760 et 346, respectivement) que chez celles de la catégorie « immigration économique, demandeurs principaux » (587 et 297). La grossesse non comprise, les réfugiées aussi avaient un taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge (toutes causes confondues) élevé (335).

Comparativement aux immigrantes reçues dans les années 1990 ou les années 1980, les immigrantes récentes (2000 à 2006) avaient le taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge le plus élevé lorsqu’on tenait compte des hospitalisations liées à la grossesse (690), mais le taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge le plus faible lorsqu’on les excluait (277). Selon la région d’origine dans le monde, les immigrantes des États-Unis avaient les taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge les plus élevés, y compris en incluant et en excluant la grossesse (787 et 503, respectivement), et celles de l’Asie de l’Est, les taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge les plus faibles (420 et 205, respectivement).

Causes principales

Chez les hommes, les quatre principales causes d’hospitalisation étaient les maladies de l’appareil circulatoire (60 pour 10 000 personnes), les maladies de l’appareil digestif (48), les traumatismes (32) et le cancer (28) (tableau 3). Selon la catégorie d’immigration, les taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge pour ces causes étaient plus élevés chez les réfugiés de sexe masculin que chez les demandeurs principaux de la catégorie de l’immigration économique. En outre, on observait qu’ils suivaient une nette tendance à la hausse en fonction de la durée de temps passé au Canada. Chez les immigrants de sexe masculin provenant d’Asie, particulièrement l’Asie de l’Est, ces taux étaient faibles. Les immigrants originaires d’Asie du Sud présentaient le taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge le plus faible (20), et ce, pour le cancer, mais un taux élevé à l’égard des maladies de l’appareil circulatoire (81).

Chez les immigrantes, les quatre principales causes d’hospitalisation (autres que celles liées à la grossesse) étaient les mêmes que chez leurs homologues masculins, mais l’ordre de classement des taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge selon leur importance différait. Le cancer venait en tête (47), suivi des maladies de l’appareil digestif (39), des maladies de l’appareil circulatoire (32) et des traumatismes (25) (tableau 4). Les demandeurs principaux de sexe féminin de la catégorie de l’immigration économique avaient des taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge faibles pour les maladies de l’appareil digestif (35) et les traumatismes (21), comparativement aux réfugiées (43 et 27, respectivement), mais un taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge plus élevé à l’égard du cancer (54) que les femmes des catégories des réfugiés (45), de l’« immigration économique, personnes à charge » (45) et du regroupement familial (46). Les taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge augmentaient en fonction du temps passé au Canada. Sauf dans le cas du cancer, les taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge des femmes venant de l’Asie de l’Est étaient faibles. En revanche, les immigrantes d’Asie du Sud avaient un taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge faible pour le cancer, mais élevé pour les maladies de l’appareil circulatoire.

Discussion

Le couplage des enregistrements du Fichier d’établissement des immigrants avec les données sur les hospitalisations permet de réaliser des analyses à l’échelle nationale (le Québec non compris), selon la catégorie d’immigration. Les taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge des réfugiés avaient tendance à être élevés, dans le cas de l’hospitalisation toutes causes confondues (sauf la grossesse) et, du moins chez les hommes, à l’égard des quatre causes principales d’hospitalisation. Les réfugiés sont forcés de quitter leur pays d’origine et généralement n’ont pas une aussi bonne santé que les personnes qui migrent de leur plein gré. Parmi les facteurs de risque pour la santé des réfugiés figurent le stress de la guerre, les agressions physiques et sexuelles, et les conditions de vie difficiles dans les camps de réfugiés, comme l’insalubrité, une pauvre alimentation et le manque de soins médicauxNote 19Note 20Note 21Note 22Note 23. Une fois arrivés au Canada, les réfugiés peuvent éprouver de longs délais avant d’être admissibles à un régime d’assurance de soins médicaux, connaître des difficultés linguistiques, financières et liées au transport et, faute de connaissances, ne pas comprendre le système de soins de santéNote 19Note 20Note 21Note 22Note 23. Afin de déterminer si les taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge élevés parmi les réfugiés reflètent une utilisation moindre des services de santé, comme ceux offerts par un omnipraticien en soins de première ligne, par exemple, les chercheurs pourraient effectuer un couplage entre les données du Fichier d’établissement des immigrants et les données provinciales sur les soins de santé, comme celles dont dispose l’Ontario.

Les personnes de la catégorie « immigration économique, demandeurs principaux » avaient généralement des taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge faibles. Toutefois, les femmes de cette catégorie avaient un taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge pour le cancer relativement élevé. Un projet pilote de couplage des données sur les soins de santé du Manitoba avec les enregistrements du Fichier d’établissement des immigrants a également fait état de taux d’hospitalisation élevés chez les immigrantes de la catégorie de l’immigration économiqueNote 24.

Une analyse multivariée détaillée s’impose pour examiner les différentes sous-catégories de réfugiés (parrainés par le gouvernement, parrainés par le secteur privé ou admis comme réfugiés au Canada) et d’immigrants de la catégorie de l’immigration économique (gens d’affaires, travailleurs qualifiés ou candidats des provinces), en fonction de variables comme le lieu de naissance, la période d’immigration et les compétences en matière de langues officielles. D’autres couplages avec les données fiscales permettraient d’étudier l’incidence sur l’utilisation des soins de santé du degré d’intégration sur le marché du travail, ainsi que les associations entre l’hospitalisation et les résultats sur le marché du travail.

L’augmentation des taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge en fonction du temps passé au Canada soutient l’hypothèse de l’effet du nouvel immigrant en santé, dont l’état de santé empire par la suite. Ce gradient ressortait pour les hospitalisations toutes causes confondues et pour les causes principales. Toutefois, il pourrait refléter un déplacement de l’Europe vers l’Asie dans les régions d’origine des immigrants. Il est possible que les immigrants récents aient des taux d’hospitalisation inférieurs à ceux de leurs homologues de plus longue date parce que, depuis l’an 2000, les ressortissants sont plus susceptibles de venir d’Asie, une région d’origine pour laquelle les taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge ont tendance à être faibles. Cela étant dit, l’étude menée antérieurement par couplage de données de recensement et données sur la mortalité a également révélé une diminution avec le temps de l’effet de l’immigrant en santé, peu importe la région d’origine dans le mondeNote 3.

Les taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge pour les immigrants de l’Asie de l’Est et de l’Asie du Sud-Est étaient systématiquement faibles. Cela corrobore les résultats d’une étude par couplage, qui ont révélé de faibles taux d’hospitalisation et de visites chez le médecin pour ces groupes, en Ontario et en Colombie-BritanniqueNote 25. Les résultats d’une étude nationale fondée sur le recensement ont aussi fait ressortir un faible taux de mortalité global, ainsi que de faibles taux de mortalité par maladie cardiovasculaire et par cancer au sein de ces groupesNote 3.

En revanche, les taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge pour les maladies de l’appareil circulatoire étaient élevés chez les immigrants de l’Asie du Sud des deux sexes. D’autres étudesNote 26Note 27Note 28 ont aussi rapporté des taux élevés de maladies de l’appareil circulatoire chez les personnes d’origine sud-asiatique.

Limites

Le recours aux services hospitaliers constitue un indicateur imparfait de l’état de santé. En outre, un taux d’hospitalisation faible n’indique pas une meilleure santé. L’ensemble de données ne contient pas de renseignements sur le recours aux soins de première ligne. Au Canada, les soins donnés par un médecin, les soins à domicile et les soins de longue durée, qui traduisent un besoin de soins médicaux, constituent des solutions de rechange à l’hospitalisation. Un taux d’hospitalisation élevé pour certains groupes d’immigrants pourrait refléter un accès réduit aux services de soins de première ligne ou une utilisation inefficace de ces services.

En l’absence de données sur les Canadiens de naissance dans l’ensemble de données, les immigrants venant des États-Unis ont servi de groupe de référence pour l’analyse (tableaux 2 à 4). Il serait aussi possible, aux fins de comparaison, d’utiliser l’information contenue dans la base de données des enregistrements du recensement couplés à ceux de la BDCP.

Mot de la fin

Le couplage des enregistrements du Fichier d’établissement des immigrants et de la BDCP montre l’importance d’utiliser les résultats de couplages antérieurs pour produire de nouvelles sources de données aux fins de la recherche sur la santé des immigrants. Les conclusions de l’analyse corroborent généralement celles des études antérieures, et révèlent de nouveaux renseignements à propos des catégories d’immigration. Les réfugiés avaient des taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge élevés comparativement aux immigrants de la catégorie de l’immigration économique (sauf ceux liés à la grossesse). Chez les hommes, cette relation se dégageait également pour les quatre principales causes d’hospitalisation. Le taux d’hospitalisation toutes causes confondues normalisé selon l’âge élevé pour le cancer chez les demandeurs principaux de la catégorie de l’immigration économique de sexe féminin mérite d’être exploré plus avant.

En 2011, les immigrants constituaient le cinquième (20 %) de la population du CanadaNote 29, un chiffre qui devrait atteindre au moins 25 % d’ici 2031Note 30. La tendance à la hausse de l’immigration accentue la valeur de cet ensemble de données couplées pour brosser un tableau exhaustif de la santé et de l’utilisation des services de santé de divers groupes d’immigrants.

References
Date de modification :