Consommation de fruits et de légumes

Importance de l'indicateur
Contexte
Faits saillants et graphiques
Bibliographie
Autres études

Afin de déterminer si la consommation de fruits et de légumes est adéquate, on se fonde sur le pourcentage de personnes âgées de 12 ans et plus qui ont déclaré avoir consommé des fruits et des légumes au moins cinq fois par jour. Cette variable donne la fréquence de la consommation, mais non la quantité consommée. Donc, elle ne se traduit pas en nombre de portions par jour.

Des preuves laissent entendre que cet indicateur de la santé est une mesure indirecte raisonnable des bonnes habitudes alimentaires1.

Importance de l'indicateur

Un régime riche en fruits et en légumes peut contribuer à prévenir les maladies cardiovasculaires, certains types de cancer et l'obésité2,3,4,5.

Contexte

Les femmes consomment des fruits et des légumes plus fréquemment que les hommes, mais ceux chez lesquels on a diagnostiqué un cancer, une maladie cardiaque, de l'hypertension ou du diabète ont tendance à consommer ces aliments plus fréquemment que ceux n'ayant pas ces maladies6.

La consommation peu fréquente de fruits et de légumes est associée à d'autres comportements posant un risque pour la santé, à savoir l'inactivité physique, le tabagisme, l'obésité et la dépendance à l'alcool6.

Selon les données de l'Enquête sur la nutrition réalisée en 2004, 7 enfants âgés de 4 à 8 ans sur 10 consommaient moins de cinq portions de fruits et de légumes par jour. Dans le groupe des 9 à 13 ans, 62 % des filles et 68 % des garçons n'atteignaient pas ce niveau. La consommation de fruits et de légumes était un peu plus élevée chez les adultes, mais environ la moitié d'entre eux ne consommaient pas les cinq portions recommandées7.

Faits saillants et graphiques

Tendance temporelle

Description

Description

Graphique 4.1 - Pourcentage normalisé selon l'âge de personnes qui ont déclaré avoir  consommé des fruits et des légumes cinq fois ou plus par jour, selon le sexe, population  de 12 ans et plus, Canada, 2000–2001, 2003, 2005, 2007 et 2008.

  • Les Canadiens sont de plus en plus susceptibles de consommer des fruits et des légumes au moins cinq fois par jour.
  • Les femmes étaient plus susceptibles que les hommes de consommer des fruits et des légumes au moins cinq fois par jour.

Note : Normalisation selon l'âge par la méthode directe en prenant pour référence la population canadienne de 1991.

Groupe d'âge et sexe

Description

Description

Graphique 4.2 - Pourcentage de personnes  qui ont déclaré avoir consommé des fruits et des légumes cinq fois ou plus par  jour, selon le groupe d'âge et le sexe, population à domicile de 12 ans et  plus, Canada, 2008 .

  • En 2008, 50,1 % des Canadiennes (6,8 millions) et 37,0 % des Canadiens (4,8 millions) ont déclaré consommer des fruits et des légumes au moins cinq fois par jour.
  • Chez tous les groupes d'âge, sauf celui des 12 à 17 ans (pour lequel il n'y avait aucune différence significative), les femmes étaient plus susceptibles que les hommes de déclarer qu'elles consommaient des fruits et des légumes au moins cinq fois par jour.
  • Chez les hommes, la consommation de fruits et de légumes déclarée par les garçons âgés de 12 à 17 ans (49,1 %) et par les hommes âgés (40,3 %) était plus élevée que la moyenne observée pour l'ensemble de la population canadienne masculine (37,0 %). Par contre, les hommes âgés de 35 à 64 ans étaient moins susceptibles que l'ensemble de la population canadienne masculine de déclarer consommer des fruits et des légumes au moins cinq fois par jour.
  • La fréquence de la consommation de fruits et de légumes chez les femmes demeurait relativement constante, autour de 50 %, dans la plupart des groupes d'âge.

Province

Description

Description

Graphique 4.3 - Pourcentage normalisé  selon l'âge de personnes qui ont déclaré avoir consommé des fruits et des  légumes cinq fois ou plus par jour, population à domicile de 12 ans et  plus, Canada, provinces et territoires, 2008.

  • Le pourcentage normalisé selon l'âge de personnes déclarant consommer des fruits et des légumes au moins cinq fois par jour variait considérablement d'une région à l'autre du pays.
  • Le Québec est la seule province ou territoire où le pourcentage de la consommation fréquente de fruits et de légumes était significativement supérieure au pourcentage pour le Canada dans son ensemble.
  • Les pourcentages des résidents déclarant consommer fréquemment des fruits et des légumes au Nunavut, dans les Territoires du Nord–Ouest et au Yukon étaient plus faibles que celui enregistré pour l'ensemble du Canada. Cet écart pourrait s'expliquer par des différences de régime alimentaire d'origine culturelle ou par la disponibilité et le coût des fruits et des légumes dans les régions plus éloignées.
  • La fréquence de la consommation de fruits et de légumes était inférieure à la moyenne nationale à Terre–Neuve–et–Labrador, à l'Île–du–Prince–Édouard, en Nouvelle–Écosse, au Nouveau–Brunswick, en Ontario, au Manitoba et en Saskatchewan.

Note : Normalisation selon l'âge par la méthode directe en prenant pour référence la population canadienne de 1991.

Bibliographie

1. Garriguet D. 2009. « La qualité de l'alimentation au Canada », Rapports sur la santé, produit no 82-003 au catalogue de Statistique Canada, vol. 20, no 3, p. 43 à 55.

2. Block G., B. Patterson et A. Subar. 1992. « Fruit, vegetables, and cancer prevention: a review of the epidemiological evidence, Nutrition and Cancer, vol. 18, no 1, p. 1 à 29.

3. Steinmetz K.A. et J.D. Potter. 1996. « Vegetables, fruit, and cancer prevention: a review », Journal of American Dietetic Association, vol. 96, no 10, p. 1027 à 1039.

4. Ness A.R. et J.W. Powles. 1997. « Fruit and vegetables, and cardiovascular disease: a review », International Journal of Epidemiology, vol. 26, no 1, p. 1 à 13.

5. Organisation mondiale de la Santé. 2009. Fruit, vegetables and NCD prevention.

6. Pérez C.E. 2002. « Consommation de fruits et de légumes », Rapports sur la santé, produit no 82-003 au catalogue de Statistique Canada, vol. 13, no 3, p. 25 à 34.

7. Garriguet D. 2007. « Les habitudes alimentaires des Canadiens », Rapports sur la santé, produit no 82-003 au catalogue de Statistique Canada, vol. 18, no 2, p. 17 à 33

Autres études

Diététistes du Canada. 2007. région de la Colombie–Britannique, Community Nutritionists Council of BC., The Cost of Eating in BC.

Diététistes du Canada. 2008. région de l'Alberta et des territoires, Alberta Community/Public Health Nutritionists Food Security Subcommittee, The Cost of Eating in Alberta.

Garriguet D. 2008. « L'obésité et les habitudes alimentaires de la population autochtone », Rapports sur la santé, produit no 82-003 au catalogue de Statistique Canada, vol. 19, no 1, p. 21 à 37.

Statistique Canada. 2006. « Nutrition : Résultats de l'Enquête sur la santé dans les collectivité canadienne », Vue d'ensemble des habitudes alimentaires des Canadiens, 2004, produit no 82-620 au catalogue de Statistique Canada, Ottawa, Ontario.

Date de modification :