Coup d’œil sur la santé
Cancer du pancréas au Canada : incidence et taux de survie selon l’âge

par Lawrence Ellison

Date de diffusion : le 26 avril 2017

Faits saillants

  • Le taux de diagnostic du cancer du pancréas augmente avec l’âge. Au cours de la période se situant entre 2011 et 2013, ce taux allait de 1,3 pour 100 000 chez les personnes âgées de 35 à 39 ans au moment du diagnostic à 87,2 pour 100 000 chez les personnes âgées de 90 ans ou plus.
  • Le cancer du pancréas tend à être diagnostiqué à un âge plus avancé par rapport à la plupart des autres types de cancer. Au cours de la période de 2011 à 2013, près de 4 cas sur 5 étaient âgés de 60 ans ou plus au moment du diagnostic et un peu plus de la moitié étaient âgés de 70 ans ou plus.
  • Les taux de cancer du pancréas selon l’âge étaient généralement de 20 % à 30 % plus élevés chez les hommes que chez les femmes au cours de la période de 2011 à 2013.
  • Le taux de survie au cancer du pancréas est faible et diminue avec l’âge.

Introduction

Le cancer du pancréas est connu comme étant l’un des types de cancer les plus meurtriers. Au Canada, il est associé au plus faible taux de survie général à cinq ansNote1 et il se classe au quatrième rang des causes les plus courantes de décès par cancer au CanadaNote2, bien qu’il ne fasse pas partie des 10 cancers les plus fréquemment diagnostiquésNote1. Alors que près de 6 % de tous les décès par cancer sont attribuables au cancer du pancréas, ce dernier représente à peine plus de 2 % de tous les nouveaux cas de cancer diagnostiquésNote1.

Le pancréas est situé en profondeur dans la partie supérieure de l’abdomen, entre l’estomac et la colonne vertébrale. Il se trouve à proximité de la vésicule biliaire et de la partie supérieure du petit intestinNote3 Note4. Faisant partie intégrante du système hormonal, le pancréas renferme un groupe de cellules qui produisent des hormones qui régularisent le taux de sucre dans le sangNote4 Note5. Le pancréas fait également partie du système digestif et, à ce titre, il produit les sucs nécessaires à la digestion des aliments. La grande majorité des cancers du pancréas naissent dans les conduits qui transportent les sucs digestifsNote6.

Le risque d’être atteint d’un cancer du pancréas augmente avec l’âge et est plus élevé chez les hommes que chez les femmes. D’autres facteurs étaient associés à un risque accru de cancer du pancréas, y compris le tabagisme, l’obésité et des antécédents familiaux de cancer du pancréasNote4 Note6.

Le présent article fournit des statistiques selon l’âge pour un certain nombre de mesures du fardeau que représente le cancer du pancréas pour la population canadienne. Les données sont tirées de différentes sources de Statistique Canada, notamment le Registre canadien du cancer (2011 à 2013), la Base de données sur les décès de la Statistique de l’état civil (2011 à 2013), les données sur la population (2006 à 2013), et les données des tables de mortalité de la population (2005 à 2008).

L’incidence du cancer du pancréas et le taux de mortalité associé à ce cancer augmentent avec l’âge

Comme pour de nombreux types de cancer, le taux de diagnostic du cancer du pancréas augmente avec l’âge. Le cancer du pancréas est très rare en bas âge. De 2011 à 2013, les nouveaux cas diagnostiqués chez les Canadiens de moins de 35 ans étaient de 0,2 pour 100 000 personnes, et ce groupe d’âge représentait 0,5 % de tous les cancers du pancréas au Canada (données non illustrées). Cependant, l’incidence de ce cancer augmentait chez les groupes plus âgés, allant de 1,3 pour 100 000 chez les personnes âgées de 35 à 39 ans au moment du diagnostic à 87,2 pour 100 000 chez les personnes âgées de 90 ans ou plus (graphique 1). La plus forte augmentation absolue de l’incidence d’un groupe d’âge à l’autre a été observée entre le groupe des 65 à 69 ans et le groupe des 70 à 74 ans. De manière générale, ce sont entre les âges de 55 et de 84 ans que les augmentations les plus marquées ont été observées.

Graphique 1 Incidence du cancer du pancréas et taux de mortalité selon l'âge, par groupe d'âge, population de 35 ans ou plus, Canada, 2011 à 2013

Tableau de données du graphique 1
Incidence du cancer du pancréas et taux de mortalité selon l'âge, par groupe d'âge, population de 35 ans ou plus, CanadaTableau de Note 1, 2011 à 2013
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Incidence du cancer du pancréas et taux de mortalité selon l'âge. Les données sont présentées selon Groupe d’âge (titres de rangée) et Taux, Limite inférieure 95 % et Limite supérieure 95 %, calculées selon taux (pour 100 000) unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Groupe d’âge Taux Limite inférieure 95 % Limite supérieure 95 %
taux (pour 100 000)
Incidence  
35 à 39 1,3 1,1 1,7
40 à 44 2,7 2,3 3,1
45 à 49 4,9 4,4 5,4
50 à 54 9,9 9,3 10,6
55 à 59 15,4 14,5 16,4
60 à 64 28,2 26,9 29,5
65 à 69 41,9 40,1 43,7
70 à 74 57,7 55,3 60,3
75 à 79 69,0 66,0 72,2
80 à 84 81,6 77,9 85,6
85 à 89 82,8 78,0 87,9
90 ou plus 87,2 80,5 94,4
Mortalité  
35 à 39 0,5 0,4 0,7
40 à 44 1,6 1,3 1,9
45 à 49 3,4 3,0 3,8
50 à 54 7,2 6,7 7,9
55 à 59 12,9 12,1 13,8
60 à 64 22,2 21,0 23,4
65 à 69 34,8 33,2 36,5
70 à 74 51,1 48,8 53,5
75 à 79 68,0 65,0 71,2
80 à 84 88,4 84,5 92,5
85 à 89 104,5 99,1 110,2
90 ou plus 117,6 109,7 125,9

L’une des particularités du cancer du pancréas est que le diagnostic de cette maladie tend à être posé chez des personnes d’un âge plus avancé comparativement au diagnostic de la plupart des autres cancers. De 2011 à 2013, 79,5 % des personnes étaient âgées de 60 ans ou plus au moment du diagnostic et 52,0 % étaient âgés de 70 ans ou plus (données non illustrées)Note7. En outre, selon des données récentes, l’âge médian au moment du diagnostic du cancer du pancréas serait parmi les plus élevés parmi les différents types de cancer au CanadaNote8.

Le taux de décès attribuables au cancer du pancréas augmente également avec l’âge. Au cours de la période de 2011 à 2013, le taux de mortalité associé à ce cancer allait de 0,5 pour 100 000 chez les personnes âgées de 35 à 39 ans au moment du diagnostic à 117,6 pour 100 000 chez les personnes âgées de 90 ans ou plus. La plus forte augmentation absolue du taux de mortalité lié au cancer du pancréas (20,4 pour 100 000) a été observée entre le groupe des 75 à 79 ans et le groupe des 80 à 84 ans. Cette augmentation est telle que le taux de mortalité a dépassé l’incidence chez les personnes âgées de 80 à 84 ans ainsi que chez les personnes des groupes d’âge subséquents. Il importe de souligner que les données sur les décès liés au cancer du pancréas survenus entre 2011 et 2013 comprennent non seulement les cas de cancer du pancréas diagnostiqués pendant cette période, mais également ceux diagnostiqués au cours des années antérieures.

Taux de diagnostic systématiquement plus élevés chez les hommes

L’incidence du cancer du pancréas selon l’âge était systématiquement plus élevée chez les hommes que chez les femmes au cours de la période de 2011 à 2013 (graphique 2). Bien que l’incidence augmente avec l’âge aussi bien chez les femmes que chez les hommes, la croissance tend à être légèrement plus prononcée chez les hommes. Par conséquent, la différence la plus marquée entre les sexes a été observée au sein du groupe le plus âgé (99,9 pour 100 000 hommes âgés de 90 ans ou plus comparativement à 79,9 pour 100 000 femmes âgées de 90 ans ou plus). De manière générale, les taux selon l’âge étaient de 20 % à 30 % plus élevés chez les hommes que chez les femmes, toutes proportions gardées.

Graphique 2 Incidence du cancer du pancréas selon l'âge, par sexe et groupe d'âge, population de 35 ans ou plus, Canada, 2011 à 2013

Tableau de données du graphique 2
Incidence du cancer du pancréas selon l'âge, par sexe et groupe d'âge, population de 35 ans ou plus, CanadaTableau de Note 1, 2011 à 2013
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Incidence du cancer du pancréas et taux de mortalité selon l'âge. Les données sont présentées selon Groupe d’âge (titres de rangée) et Taux, Limite inférieure 95 % et Limite supérieure 95 %, calculées selon taux (pour 100 000) unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Groupe d’âge Taux Limite inférieure 95 % Limite supérieure 95 %
taux (pour 100 000)
Hommes  
35 à 39 1,5 1,1 2,0
40 à 44 3,3 2,7 3,9
45 à 49 5,4 4,7 6,2
50 à 54 11,1 10,1 12,2
55 à 59 17,6 16,3 19,1
60 à 64 32,4 30,4 34,5
65 à 69 47,0 44,3 49,8
70 à 74 63,2 59,5 67,1
75 à 79 75,1 70,4 80,0
80 à 84 91,4 85,3 97,9
85 à 89 90,3 81,9 99,3
90 ou plus 101,0 87,2 116,3
Femmes  
35 à 39 1,2 0,9 1,6
40 à 44 2,1 1,7 2,6
45 à 49 4,4 3,7 5,1
50 à 54 8,7 7,9 9,7
55 à 59 13,2 12,1 14,5
60 à 64 24,1 22,4 25,8
65 à 69 37,1 34,7 39,5
70 à 74 52,8 49,6 56,2
75 à 79 64,0 60,1 68,2
80 à 84 74,6 69,9 79,6
85 à 89 78,7 72,9 84,9
90 ou plus 82,1 74,4 90,4

L’incidence générale du cancer du pancréas normalisée selon l’âge était de 14,7 pour 100 000 chez les hommes, comparativement à 11,8 pour 100 000 chez les femmes (données non illustrées). Des taux plus élevés chez les hommes ont été également été observés ailleursNote9 Note10Note11. Les raisons de cette tendance ne sont pas claires, mais des différences sur le plan du style de vie, comme le taux plus élevé de tabagisme chez les hommes, pourraient jouer un rôleNote11.

Le taux de survie diminue avec l’âge

Chez les personnes ayant reçu un diagnostic de cancer du pancréasNote12 au cours de la période de 2005 à 2007, le taux de survie nette à un an était supérieur chez les personnes du plus jeune groupe d’âge, puis diminuait dans chaque groupe d’âge subséquent (graphique 3). Chez les personnes de 15 à 44 ans ayant reçu un diagnostic, le taux de survie nette à un an était de 48,7 %. Le plus faible taux de survie nette à un an selon l’âge (11,2 %) a été observé chez les personnes qui étaient âgées de 85 à 99 ans au moment du diagnostic.

Graphique 3 Survie nette cumulative au cancer du pancréas à un an1, par groupe d'âge, population de 15 à 99 ans, Canada (Québec exclu), 2005 à 2007

Tableau de données du graphique 3
Survie nette cumulative au cancer du pancréas à un anTableau de Note 1, par groupe d'âge, population de 15 à 99 ans, Canada (Québec exclu), 2005 à 2007
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Survie nette cumulative au cancer du pancréas à un an Nette, Limite inférieure 95 % et Limite supérieure 95 %, calculées selon survie nette (%)
unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Nette Limite inférieure 95 % Limite supérieure 95 %
survie nette (%)
15 à 44  
0 100,0 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
1 94,7 90,4 97,1
2 89,4 84,1 93,1
3 82,6 76,4 87,3
4 77,3 70,6 82,6
5 71,5 64,4 77,3
6 67,8 60,6 73,9
7 61,4 54,1 67,9
8 58,2 50,9 64,9
9 55,1 47,7 61,8
10 52,4 45,1 59,3
11 49,8 42,5 56,7
12 48,7 41,4 55,6
45 à 54  
0 100,0 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
1 92,6 90,4 94,3
2 82,2 79,2 84,8
3 74,6 71,3 77,6
4 67,9 64,4 71,1
5 62,2 58,6 65,6
6 56,9 53,3 60,4
7 52,3 48,7 55,9
8 48,1 44,5 51,7
9 44,6 41,0 48,2
10 41,9 38,3 45,5
11 38,8 35,3 42,3
12 36,8 33,3 40,3
55 à 64  
0 100,0 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
1 86,4 84,6 88,0
2 74,9 72,7 77,0
3 66,3 63,9 68,6
4 59,1 56,6 61,5
5 53,3 50,8 55,7
6 48,2 45,7 50,7
7 44,1 41,7 46,6
8 40,3 37,9 42,8
9 37,0 34,6 39,4
10 34,1 31,8 36,5
11 32,1 29,8 34,4
12 29,1 26,9 31,4
65 à 74  
0 100,0 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
1 82,0 80,3 83,6
2 69,5 67,5 71,4
3 58,6 56,4 60,6
4 50,8 48,7 52,9
5 46,0 43,9 48,1
6 41,5 39,4 43,6
7 37,0 34,9 39,1
8 33,9 31,9 36,0
9 31,1 29,1 33,1
10 28,3 26,4 30,3
11 25,6 23,8 27,6
12 23,9 22,0 25,7
75 à 84  
0 100,0 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
1 76,0 74,1 77,7
2 59,7 57,6 61,7
3 48,8 46,7 50,9
4 41,5 39,4 43,5
5 35,0 33,0 37,1
6 31,2 29,2 33,1
7 27,4 25,5 29,3
8 24,9 23,1 26,8
9 22,8 21,0 24,6
10 20,3 18,6 22,1
11 18,4 16,7 20,1
12 16,9 15,3 18,5
85 à 99  
0 100,0 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
1 62,2 59,0 65,3
2 46,3 43,0 49,5
3 37,2 34,1 40,4
4 30,0 27,0 33,1
5 25,1 22,3 28,0
6 20,1 17,5 22,8
7 17,5 15,1 20,2
8 15,8 13,4 18,3
9 14,2 11,9 16,6
10 13,3 11,1 15,7
11 11,9 9,8 14,2
12 11,2 9,1 13,5

Des différences dans la survie nette selon le groupe d’âge ont été apparentes dès le premier mois suivant le diagnostic. Les estimations de survie nette à un mois allaient de 94,7 % pour les personnes du plus jeune groupe d’âge à 62,2 % pour celles du groupe le plus âgé. Pour l’ensemble des groupes d’âge combinés, le taux de survie nette au cancer du pancréas était de 79,9 % à un mois et de 23,1 % à un an. Tant à un mois qu’à un an depuis le diagnostic, les personnes âgées de 75 à 84 ans et de 85 à 99 ans présentaient un taux de survie nette inférieur à l’estimation globale, contrairement à tous les autres groupes dont le taux de survie nette était supérieur à l’estimation globale.

La durée de survie médiane est courte

Une mesure de résultat complémentaire qui permet de mieux comprendre la gravité et le pronostic du cancer du pancréas est la durée de survie médiane. Pour les personnes ayant reçu un diagnostic de cancer du pancréasNote12 entre 2005 et 2007, la durée de survie médiane toutes causes de décès confondues était de 3,9 mois, ce qui représente à peine moins de 17 semaines (graphique 4). En d’autres termes, la moitié des personnes ayant reçu un diagnostic de cancer du pancréas pendant cette période étaient encore en vie environ 3,9 mois après leur diagnostic, alors que l’autre moitié était déjà décédée. Il est important de retenir que la présente estimation est fondée sur un grand groupe de personnes soumises à des circonstances variéesNote13. L’âge au moment du diagnostic demeure un important facteur à considérer.

Graphique 4 Durée de survie médiane au cancer du pancréas, par groupe d'âge, population de 15 à 99 ans, Canada (Québec exclu), 2005 à 2007

Tableau de données du graphique 4
Durée de survie médiane au cancer du pancréasTableau de Note 1, par groupe d'âge, population de 15 à 99 ans, Canada (Québec exclu), 2005 à 2007Tableau de Note 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Durée de survie médiane au cancer du pancréas. Les données sont présentées selon Groupe d’âge (ans) (titres de rangée) et survie médiane (mois), Limite inférieure 95 % et Limite supérieure 95 %, calculées selon survie médiane (mois) unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Groupe d’âge (ans) survie médiane (mois) Limite inférieure 95 % Limite supérieure 95 %
survie médiane (mois)
15 à 44 10,8 8,1 15,0
45 à 54 7,6 6,7 8,6
55 à 64 5,6 5,2 6,2
65 à 74 4,1 3,8 4,5
75 à 84 2,9 2,6 3,0
85 à 99 1,6 1,4 1,8

À 10,8 mois, la durée de survie médiane au cancer du pancréas toutes causes de décès confondues était plus longue pour les personnes qui étaient âgées de 15 à 44 ans au moment de leur diagnostic (graphique 4)Note14. Une baisse constante de la durée de survie médiane a cependant été observée entre chacun des groupes d’âge subséquents. Dans le cas du groupe le plus âgé, la durée médiane de survie était de 1,6 mois, ou 7 semaines.

Le faible taux de survie au cancer du pancréas est attribuable à un ensemble de facteurs, y compris un diagnostic tardif, l’agressivité de la maladie et le peu d’options disponibles en matière de traitements curatifsNote15. Le cancer du pancréas est généralement diagnostiqué à un stade (métastatique) avancé en raison de l’absence de symptômes précoces Note15. Le stade d’un cancer est un indicateur de la progression de la maladie. Bien que plusieurs facteurs soient pris en compte pour déterminer le stade d’un cancer, l’un des plus importants est le degré de propagation du cancer. La question qui se pose alors est celle de savoir si la tumeur est demeurée à son emplacement original (cancer localisé) ou si elle s’est propagée à d’autres parties du corps (cancer métastasé) à distance de son origineNote16. Le seul traitement du cancer du pancréas susceptible de se solder par une guérison est la chirurgie Note15. Or, la chirurgie n’est généralement envisageable que dans une minorité de cas, c’est-à-dire lorsque le diagnostic a été posé à un stade précoce (localisé) de la maladieNote15 Note17.

Conclusion

Bien qu’il ne fasse pas partie des types de cancer les plus courants, le cancer du pancréas n’en reste pas moins l’un des plus meurtriers. Lorsqu’on examine le cancer du pancréas de plus près, en s’attardant à l’âge au moment du diagnostic, on peut dégager plusieurs constatations importantes. On remarque, en particulier, que l’incidence du cancer du pancréas est faible au sein des plus jeunes groupes d’âge, mais qu’il augmente de façon très marquée avec l’âge. L’âge médian au moment du diagnostic de cette maladie est plus élevé que pour la plupart des autres types de cancer. Parallèlement, une diminution significative de la survie avec l’âge est évidente.

Lawrence Ellison est analyste à la Division de statistique de la santé de Statistique Canada.

Remerciements

Nathan Farrar de la Section des statistiques canadiennes sur le cancer de la Division de la statistique de la santé de Statistique Canada a contribué à la recherche de fond pour le présent article.

Source des données, méthodes et définitions

Source des données

Le Registre canadien du cancer est une base de données dynamique, orientée vers la personne et représentative de la population, qui est tenue à jour par Statistique Canada. Il contient des données sur les cas de cancer diagnostiqués depuis 1992, qui sont tirées des rapports des registres provinciaux et territoriaux du cancer au Canada. Les données sur l’incidence du cancer exposées dans le présent article proviennent du fichier maître des totalisations de juillet 2016, diffusé en février 2017. Le fichier d’analyse a été créé selon les règles de codage des tumeurs primaires multiples du Centre international de recherche sur le cancerNote18. Les cas de cancer ont été définis conformément à la Classification internationale des maladies pour l’oncologie, troisième éditionNote19. Les analyses de la survie sont fondées sur la version d’octobre 2011 du Registre canadien du cancer (RCC) et sur les tables de mortalité de la population.

La Base de données sur les décès de la Statistique de l’état civil contient des données démographiques et de l’information sur les causes de décès tirées des registres de l’état civil de toutes les provinces et tous les territoires relativement à tous les décès survenus au Canada. Avant 2010, certaines données étaient également recueillies sur les résidents canadiens décédés dans certains États américains; ces décès ont été exclus de la présente analyse. Depuis l’année de référence 2010, les données sur les résidents canadiens décédés dans des États américains ne sont plus recueillies. Les données sur la mortalité figurant dans le présent article sont tirées de la parution du 9 mars 2017.

L’incidence et les taux de mortalité ont été établis à partir des estimations de la population du Canada selon le groupe d’âge et le sexeNote20.

Les tables de mortalité de la population servent à estimer les taux de survie prévue utilisés dans le calcul des taux de survie relative (nette). Les données annuelles sur la survie prévue selon l’âge, le sexe et la province ou le territoire de résidence ont été tirées des versions complètes et abrégées des tables de mortalité. Des renseignements plus détaillés sont fournis dans d’autres documentsNote1.

Méthodes

Classification des cas de cancer du pancréas et des décès liés au cancer du pancréas. Les cas de cancer ont été classés comme cancer du pancréas si le code de topographie (siège) était C25 et que le code d’histologie se situait dans l’une des fourchettes suivantes : 8000 à 9049, 9056 à 9139 ou 9149 à 9589. Seuls les cas malins ont été pris en considération.

Les décès ont été classés selon la Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes — 10e révision (CIM-10) de l’Organisation mondiale de la SantéNote21. Les décès associés au code C25 de la CIM-10 ont été considérés comme attribuables au cancer du pancréas.

Les estimations démographiques postcensitaires définitives du 1er juillet 2011 concernant la population canadienne ont été utilisées comme population type pour établir les taux normalisés selon l’âgeNote22.

Les méthodes d’analyse de la survie sont décrites en détail dans d’autres publicationsNote1. Très brièvement, la survie nette a été estimée à l’aide de l’approche de la cohorte et de la méthode de la survie relative. Plus particulièrement, les estimations pour les âges combinés de 15 à 99 ans ont été établies à l’aide des rapports de survie relative normalisés selon l’âge. Les données du Québec ont été exclues parce que le suivi quant au statut vital (décédé ou vivant) des résidents de cette province ayant reçu un diagnostic de cancer n’a été que partiellement effectué.

Données incomplètes

Les chiffres relatifs à l’incidence annuelle pour les années de diagnostic 2011 à 2013 ont été imputés pour le Québec, car les données sur l’incidence du cancer dans cette province n’étaient pas disponibles au-delà de 2010. Le processus d’imputation a été appliqué selon une approche en trois étapes fondée sur le groupe d’âge et le sexe. Premièrement, des rapports entre l’incidence du cancer du pancréas au Québec et l’incidence du cancer du pancréas au Canada (Québec exclu) ont été calculés pour la période allant de 2006 à 2010. Les taux annuels d’incidence du cancer du pancréas au Québec pour 2011 à 2013 ont ensuite été imputés en appliquant à ces années les rapports susmentionnés à l’incidence du cancer du pancréas au Canada (Québec exclu). Enfin, les cas annuels de cancer du pancréas au Québec pour les années 2011 à 2013 ont été obtenus en appliquant les taux imputés correspondants aux estimations démographiques de cette province pour ces années.

Les cas diagnostiqués à partir du certificat de décès seulement n’ont pas été déclarés depuis 2007 en Ontario et depuis 2009 au Québec. Dans chaque cas, les données sur l’incidence des trois dernières années de déclaration disponibles ont été utilisées pour imputer aléatoirement aux années subséquentes les cas diagnostiqués à partir du certificat de décès seulement dans chacune de ces provinces. L’imputation aléatoire des cas diagnostiqués à partir du certificat de décès seulement est particulièrement pertinente pour les cancers généralement associés à une survie de courte durée, car ces cancers sont plus susceptibles d’être identifiés de cette manière.

Définitions

Les variations absolues dans les mesures sont déterminées en soustrayant un taux d’un autre taux.

L’incidence normalisée selon l’âge représente le nombre de nouveaux cas de cancer pour 100 000 personnes que l’on aurait observé si la répartition selon l’âge au sein de la population étudiée avait été la même que dans la population de référence.

L’incidence du cancer s’entend du nombre de nouveaux cas de cancer diagnostiqués au cours d’une période donnée.

La médiane désigne le point milieu d’une distribution de nombres classés selon un ordre de grandeur. La médiane constitue une mesure sommaire de distribution, elle ne décrit pas la distribution totale.

La mortalité par cancer s’entend du nombre de décès attribuables au cancer au cours d’une période donnée.

La méthode de la survie nette est privilégiée pour comparer les taux de survie au cancer dans le cadre d’études fondées sur la populationNote23. Elle tient compte des différences dans la mortalité attribuables à des causes autres que le cancer du pancréas (c’est-à-dire la mortalité de base) au sein de diverses populations dont on souhaite comparer les estimations de survieNote24. Il en est ainsi parce qu’elle permet de ramener la mortalité de base au sein de chaque population à un niveau commun, qui correspond à l’absence de mortalité de base. La probabilité, tel le taux normalisé selon l’âge, ainsi établie permet de réaliser des comparaisons plus « justes » et est de nature hypothétique. La survie nette peut être interprétée comme la probabilité de survie qui serait observée dans l’hypothèse où le cancer à l’étude serait la seule cause de décès possibleNote23.

Une étude fondée sur la population est « une étude portant sur des personnes issues de la population générale qui ont une caractéristique en commun, comme l’âge, le sexe ou un problème de santé »Note25.

La durée de survie correspond au temps écoulé entre la date du diagnostic et la date du décès toutes causes confondues.

Début de l'encadré 4

Documentation liée à cet article

Renseignements supplémentaires

Pour avoir accès à davantage de statistiques et d’analyses sur la santé des Canadiens et le système de soins de santé, consultez le module La santé au Canada, accessible à partir du site Web de Statistique Canada, sous la rubrique En vedette.

Tableaux de données connexes

Statistique Canada. Tableau CANSIM 103-0550 : Nouveaux cas de cancer primitif (d’après le fichier des totalisations du RCC d’août 2016), selon le type de cancer, le groupe d’âge et le sexe, Canada, provinces et territoires

Statistique Canada. Tableau CANSIM 102-0522 : Décès, selon la cause, Chapitre II : Tumeurs (C00 à D48), selon le groupe d’âge et le sexe, Canada.

Source de donnés

Registre canadien du cancer (RCC)

Statistique de l’état civil — Base de données sur les décès

Comment citer cet article

Ellison, Lawrence. 2017. « Cancer du pancréas au Canada : incidence et taux de survie selon l’âge », Coup d’œil sur la santé, produit no. 82-624-X au catalogue de Statistique Canada.

Fin de l'encadré 4

Date de modification :