Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Points saillants

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.


  • Un peu plus d'un demi million de personnes d'origine antillaise vivent au Canada, soit environ 1,7 % de l'ensemble de la population canadienne.


  • Plus de la moitié de tous les Canadiens d’origine antillaise sont nés à l’extérieur du Canada. En outre, la majorité des immigrants antillais habitant au Canada sont arrivés au pays au cours des 20 dernières années.


  • La vaste majorité des Canadiens d’origine antillaise habitent en Ontario ou au Québec. En fait, plus des trois quarts habitent à Toronto ou à Montréal. En 2001, les Canadiens d’origine antillaise représentaient 6 % de l’ensemble de la population de Toronto et 3 % de celle de Montréal.


  • La population antillaise au Canada est relativement jeune. En 2001, 43 % des personnes qui ont déclaré être d’origine antillaise étaient âgées de moins de 25 ans, comparativement à 33 % pour l’ensemble de la population. Par contre, les Canadiens d’origine antillaise étaient environ la moitié moins susceptibles que l’ensemble des Canadiens d’être âgés de plus de 65 ans.


  • Presque tous les Canadiens d’origine antillaise peuvent soutenir une conversation dans au moins une des langues officielles. En fait, moins de la moitié de 1 % de ces Canadiens déclarent ne parler ni le français ni l’anglais.


  • Seulement 37 % des Canadiens d’origine antillaise sont mariés, comparativement à 50 % de l’ensemble des adultes canadiens. Par ailleurs, les Canadiens d’origine antillaise sont également moins susceptibles que les autres Canadiens de vivre en union libre; ils sont également moins susceptibles de vivre seuls. Ils sont d’autre part plus susceptibles que le reste de la population canadienne de constituer une famille monoparentale.


  • Les personnes d’origine antillaise sont un peu moins susceptibles que les autres Canadiens d’être titulaires d’un grade universitaire, mais plus susceptibles que les autres Canadiens d’être titulaires d’un diplôme collégial.

  • Les Canadiens d’origine antillaise sont un peu plus susceptibles d’occuper un emploi que les autres Canadiens.


  • Le revenu moyen des Canadiens d'origine antillaise est inférieur d'environ 4 000 $ à la moyenne nationale.


  • Le tiers des enfants d'origine antillaise vivent dans des familles à faible revenu, comparativement à moins du cinquième de tous les enfants au Canada.


  • La majorité (69 %) des femmes âgées d'origine antillaise vivant seules touchent des revenus se situant sous les seuils de faible revenu.