Publications

Enquête auprès des peuples autochtones de 2012

Expériences au chapitre de l’éducation et de l’emploi des Premières Nations vivant hors réserve, des Inuit et des Métis : certains résultats de l’Enquête auprès des peuples autochtones de 2012

Expériences au chapitre de l’éducation et de l’emploi des Premières Nations vivant hors réserve, des Inuit et des Métis : certains résultats de l’Enquête auprès des peuples autochtones de 2012

par Evelyne Bougie, Karen Kelly-Scott, Paula Arriagada

Passer au texte

Début du texte

Introduction

Dans son rapport de 1996 intitulé Rassembler nos forces, la Commission royale sur les peuples autochtones a indiqué que l’éducation était « la clé d’un avenir prometteur » (CRPA, 1996). L’éducation est une priorité pour les Premières Nations, les Inuit et les Métis. Shawn Atleo, chef national de l’Assemblée des Premières Nations, a déclaré que « l’éducation produit l’étincelle qui peut allumer le potentiel d’une personne » (Atleo, 2012). Par ailleurs, Terry Audla, président de l’Inuit Tapiriit Kanatami, a désigné l’éducation comme une priorité pour les Inuit, en précisant que « les conditions socioéconomiques existantes se détérioreront à moins qu’un plus grand nombre d’enfants inuits obtiennent leur diplôme d’études secondaires » (Audla, 2012). Clément Chartier, président du Ralliement national des Métis, a également fait remarquer que « l’éducation doit préparer les Métis à participer pleinement à l’économie de nos collectivités et de la société canadienne » (Chartier, 2013).

De plus en plus de Premières Nations, d’Inuit et de Métis terminent leurs études secondaires et poursuivent des études au niveau postsecondaire (CSCE, 2007; Statistique Canada, 2008). Les données de l’Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011 indiquent que les taux de diplomation des Premières Nations, des Inuit et des Métis aux niveaux des écoles de métiers et des collèges sont comparables à ceux de la population non autochtone. Cependant, plusieurs Premières Nations, Inuit et Métis ne terminent pas leurs études secondaires, et leurs taux de diplomation au niveau universitaire sont nettement inférieurs à ceux de la population non autochtone (Statistique Canada, 2013a).

Jusqu’à tout récemment, la recherche sur les facteurs liés aux résultats scolaires visant précisémment les Autochtones au Canada était limitée. En 2007, le Conseil canadien sur l’apprentissage, avec la collaboration de collectivités et d’organismes inuits, métis et des Premières Nations de partout au Canada, a entrepris une initiative intitulée « Redéfinir le mode d’évaluation de la réussite de l’apprentissage ». Les cadres établis lors de cette initiative reconnaissent que l’apprentissage chez les Autochtones est un processus holistique durant toute une vie, qu’il provient de nombreuses sources et qu’il est enraciné dans les langues et les cultures autochtones (Conseil canadien sur l’apprentissage, 2009).

L’Enquête auprès des peuples autochtones (EAPA) de 2012 s’est inspirée de ces cadres et a examiné un vaste éventail d’expériences relatives à l’éducation chez les Premières Nations vivant hors réserve, les Inuit et les Métis. L’approche thématique de l’EAPA de 2012 a permis de recueillir des données diversifiées permettant une exploration approfondie des facteurs reliés aux résultats scolaires. Le présent rapport s’intéresse aux expériences relatives à l’éducation et à l’emploi des adultes âgés de 18 à 44 ans – une cohorte de personnes ayant récemment quitté le système d’éducation ou poursuivant des études postsecondaires.

Dans ce rapport, deux groupes sont essentiels à la compréhension des expériences relatives à l’éducation et à l’emploi des Premières Nations vivant hors réserve, des Inuit et des Métis : les « finissants » et les « décrocheurs ». Les « finissants » ont répondu aux exigences pour obtenir un diplôme d’études secondaires ou l’équivalent. Les « décrocheurs » n’ont pas de diplôme d’études secondaires et ne fréquentaient pas une école primaire ou secondaire au moment de l’enquête. Les personnes qui ont fréquenté l’école sans interruption jusqu’à l’obtention d’un diplôme d’études secondaires sont réputées avoir suivi un parcours scolaire « direct ». Celles qui ont terminé leurs études secondaires avec une ou plusieurs interruptions sont réputées avoir suivi un parcours scolaire « indirect » (figure 1).

Figure 1

Description pour la figure 1

En raison du caractère unique de chacun des trois groupes autochtones, des analyses séparées ont été réalisées et ont fait l’objet de rapports distincts pour les Premières Nations vivant hors réserve, les Inuit et les Métis, sans faire de comparaisons systématiques entre les groupes. Le présent rapport comporte donc trois parties : la partie A contient les résultats pour les Premières Nations vivant hors réserve; la partie B, pour les Inuit; et la partie C, pour les Métis. Chaque partie est indépendante et a été conçue de manière à pouvoir être lue isolément du reste.

L’analyse pour chaque groupe est présentée en cinq sections. Les sections 1 et 2 examinent toute une gamme de caractéristiques relatives à l’éducation chez les Premières Nations vivant hors réserve, les Inuit et les Métis. Ces sections comparent les finissants aux décrocheurs du secondaire en ce qui concerne leurs parcours scolaires et les motifs du décrochage ou du retour aux études. On y examine en outre le rendement scolaire et les comportements d’absentéisme, la participation à des activités parascolaires, la mobilité, l’influence des pairs, le soutien des parents et l’environnement scolaire pendant la dernière année d’école des répondants.

La section 3 décrit les expériences relatives aux études postsecondaires des Premières Nations vivant hors réserve, des Inuit et des Métis, en fonction d’indicateurs tels que les titres d’études postsecondaires obtenus, le déménagement pour poursuivre des études postsecondaires, l’enseignement à distance, le financement et les motifs de l’abandon des études postsecondaires.

L’EAPA de 2012 recueillait également des données sur divers aspects des expériences sur le marché du travail des Premières Nations vivant hors réserve, des Inuit et des Métis. Les enjeux clés – emploi et chômage, difficultés à trouver du travail, revenu d’emploi et non-participation à la population active – sont examinés à la section 4.

Enfin, la section 5 examine les obstacles à la formation, comme le coût, les responsabilités familiales, l’impression d’être mal préparé, le manque de disponibilité des cours et la santé. Cette section explore également les projets d’études ou de formation supplémentaires des répondants.

Encadré 1
Différence entre le plus haut niveau de scolarité atteint et le statut de finissant/décrocheur

Ce rapport examine les expériences relatives à l’éducation et à l’emploi des personnes qui ont un diplôme d’études secondaires ou l’équivalent (« finissants ») et celles qui n’allaient pas à l’école au moment de l’enquête et qui n’avaient pas terminé leurs études secondaires (« décrocheurs »).

Le concept de finissant/décrocheur du secondaire est différent du concept du plus haut niveau de scolarité atteint. Certains « finissants » peuvent avoir poursuivi leurs études dans une école de métiers, un collège ou une université, et donc être détenteurs d’un titre d’études postsecondaires. De même, certains « décrocheurs » peuvent avoir obtenu un titre d’études postsecondaires même sans avoir terminé leurs études secondaires.

Fin de l'encadré

Il convient de souligner que les données de l’EAPA ont été recueillies pour les Premières Nations vivant hors réserve, les Inuit et les Métis âgés de six ans et plus. Par conséquent, l’analyse des expériences des enfants et des jeunes qui fréquentaient une école primaire ou secondaire au moment de l’enquête, ainsi que des personnes âgées de 45 ans ou plus, est également possible, en vue de mieux comprendre l’apprentissage continu au sein de ces populations.

De plus, le présent rapport ne témoigne pas de l’ampleur des données recueillies dans le cadre de l’EAPA de 2012. De l’information sur des sujets tels que la santé physique et mentale, les langues autochtones, le logement, la mobilité et la fréquentation d’un pensionnat est également disponible pour une analyse approfondie.

Encadré 2
À propos de l’Enquête auprès des peuples autochtones

L’Enquête auprès des peuples autochtones (EAPA) de 2012 est une enquête nationale auprès des Autochtones de six ans et plus au Canada : les Premières Nations vivant hors réserve, les Métis et les Inuit. L’EAPA de 2012 se veut thématique; les questions mettent l’accent sur l’éducation et l’emploi, et il y a un supplément sur la santé. L'EAPA complète d'autres sources de données, notamment le Recensement de la population du Canada et l'Enquête nationale auprès des ménages (ENM).

L’EAPA de 2012 a été élaborée par Statistique Canada grâce au financement de trois ministères fédéraux : Affaires autochtones et Développement du Nord Canada, Santé Canada et Emploi et Développement social Canada.

L’échantillon de l’EAPA de 2012 se compose des répondants de l’Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011. La population cible était les personnes vivant au Canada et qui avaient six ans ou plus le 1er février 2012; qui ont déclaré être Premières Nations, Métis ou Inuit dans l’ENM de 2011; et qui ne vivaient pas dans une collectivité des Premières Nations au moment de l’ENM. Il s'agit des personnes qui répondaient à l'un ou l'autre des critères suivants :

a) les personnes qui se disent Autochtones (Premières Nations, Métis, Inuit), ou  
b) les personnes ayant déclaré être des Indiens inscrits ou des Indiens des traités, ou
c) les personnes ayant déclaré être membres d'une Première Nation ou d'une bande indienne.

La population cible excluait les personnes vivant dans les réserves indiennes et les établissements indiens dans les provinces et dans certaines collectivités des Premières Nations dans les territoires. Les sources de données sur les Premières Nations vivant dans les réserves comprennent le recensement et l’ENM et une enquête plus détaillée (Enquête régionale des Premières Nations sur la petite enfance, l'éducation et l'emploi) menée par le Centre de gouvernance de l’information des Premières Nations (http://www.fnigc.ca).

L’EAPA de 2012 a été réalisée de février à juillet 2012. Le taux de réponse global se situait à 76 %. Pour de l’information détaillée au sujet de l’EAPA, consulter :

http://www.statcan.gc.ca/EAPA

Fin de l'encadré

Encadré 3
Ce qu’il faut savoir à propos de l’étude

Population visée

Ce rapport présente les résultats d’une analyse d’un sous-ensemble de données de l’Enquête auprès des peuples autochtones (EAPA) de 2012. Il vise les Premières Nations vivant hors réserve, les Inuit et les Métis âgés de 18 à 44 ans qui ne fréquentaient pas une école secondaire au moment de la collecte des données. Cette étude, qui vise une cohorte de personnes ayant récemment quitté le système d’éducation ou poursuivant des études postsecondaires, peut être utilisée pour aider à mieux comprendre les besoins et les enjeux actuels, et pour faciliter la planification à venir.

L’EAPA recueillait des données sur les Premières Nations vivant hors réserve, mais certains répondants ont peut-être vécu dans une réserve et/ou fréquenté une école dans une réserve par le passé.

Groupes d’identité autochtone

La définition de l’identité autochtone est utilisée dans le rapport. Compte tenu du caractère unique de chacun des trois groupes autochtones, des analyses séparées ont été effectuées et ont fait l’objet de rapports distincts pour les Premières Nations vivant hors réserve, les Inuit et les Métis. Cependant, ces trois groupes ne sont pas nécessairement mutuellement exclusifs; on pouvait déclarer des réponses uniques et multiples aux questions sur l’identité autochtone dans l’EAPA. Par exemple, un répondant pouvait s’identifier à la fois comme Premières Nations et Métis. Pour cette étude, ces répondants seraient inclus dans les données sur les Premières Nations et les Métis. Toutefois, 99 % des Premières Nations vivant hors réserve, 98 % des Inuit et 98 % des Métis ont déclaré une seule identité.

L’analyse est basée sur 5 418 Premières Nations vivant hors réserve, 2 457 Inuit et 4 787 Métis. Environ 64 % des Premières Nations vivant hors réserve ont déclaré être des Indiens inscrits ou des traités. Au moment de l’enquête, 80 % des Premières Nations vivant hors réserve et 74 % des Métis vivaient dans une région métropolitaine de recensement (une région d’au moins 100 000 habitants, dont 50 000 personnes ou plus vivent dans le noyau urbain) ou une agglomération de recensement (une région dont la population du noyau urbain se chiffre à au moins 10 000 personnes); 74 % des Inuit vivaient dans une des quatre régions désignées collectivement sous le nom de l’Inuit Nunangat (le Nunatsiavut, le Nunavik, le Nunavut et la région inuvialuite des Territoires du Nord-Ouest).

Groupes de comparaison

La principale comparaison au sein de chaque groupe autochtone se situe entre les finissants et les décrocheurs du secondaire. Les différences entre les hommes et les femmes et entre deux groupes d’âge (18 à 24 ans et 25 à 44 ans) sont décrites lorsqu’il y a lieu. Le lieu de résidence actuel n’a pas été analysé à la lumière des données rétrospectives sur les expériences scolaires, parce que le lieu de résidence des répondants au moment de l’EAPA pourrait différer de leur lieu de résidence lorsqu’ils fréquentaient l’école.

Limites

L’achèvement des études secondaires est influencé par les expériences des élèves au fil de nombreuses années; l’EAPA de 2012 a recueilli des données sur les expériences à un seul moment précis (la dernière année scolaire). Par conséquent, les effets cumulatifs de certains facteurs sur les résultats scolaires ne peuvent pas être analysés. De plus, les caractéristiques des finissants et des décrocheurs sont basées sur des données rétrospectives et sont donc sujettes à un biais de rappel. Par ailleurs, cette analyse n’a pas examiné tous les facteurs probablement associés à l’achèvement ou l’abandon des études secondaires. Par exemple, la connaissance d’une langue autochtone, les antécédents familiaux de fréquentation d’un pensionnat ou les variations régionales n’ont pas été explorés. Qui plus est, l’EAPA de 2012 n’a pas mesuré la structure de la famille (famille monoparentale ou biparentale) ou les ressources de la famille (comme le revenu de la famille) des répondants pendant qu’ils fréquentaient l’école; elle n’a pas non plus recueilli de données sur les « intrants scolaires », comme les caractéristiques du corps étudiant, les ressources scolaires (dépenses par élève, ratio élèves-enseignants, etc.) ou les caractéristiques structurelles de l’école (taille de l’école, emplacement, publique ou privée, etc.).

Enquête nationale auprès des ménages de 2011

Des données comparatives de l’Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011 sont parfois présentées dans ce rapport. Les données de l’ENM de 2011 sur la population non autochtone portent sur les personnes vivant hors réserve, et qui ne fréquentaient pas une école primaire ou secondaire au moment de l’ENM.

Estimations

Les réponses « Ne sait pas », « Refus » et « Non déclaré » ont été exclues des dénominateurs dans le calcul des estimations.

Deux estimations ont été considérées comme significativement différentes l’une de l’autre lorsque leurs intervalles de confiance de 95 % ne se chevauchaient pas. Cette approche est conservatrice, puisque des tests de signification statistique pourraient détecter des différences même si les intervalles de confiance se chevauchaient.

Les estimations comportant des coefficients de variation supérieurs à 16,6 %, mais inférieurs ou égaux à 33,3 % devraient être interprétées prudemment. Ces estimations sont désignées par la mention (E) tout au long du rapport. Les estimations comportant des coefficients de variation supérieurs à 33,3 % ont été supprimées.

Toutes les estimations du rapport sont basées sur des poids d’enquête qui tiennent compte du plan d’échantillonnage, de la non-réponse et des chiffres de population connus. Une technique « bootstrap » a été employée pour calculer les estimations de la variance.

Tableaux connexes

Il existe une série de tableaux de données connexes pour ce rapport. Les tableaux en question renferment des données présentées à l’échelon national qui portent sur les Premières Nations vivant hors réserve, les Inuit et les Métis âgés de 18 à 44 ans, et ce, pour tous les thèmes traités dans cette analyse. Certains tableaux sont aussi offerts pour des régions particulières du Canada. Pour obtenir les tableaux, veuillez communiquer avec Statistique Canada par courriel à sasd-dssea@statcan.gc.ca ou téléphoner au 1-800-263-1136.

Fin de l'encadré

Date de modification :