Section 2 : Population selon l’âge et le sexe

Cette section présente une analyse des estimations de la population selon l’âge et le sexe du Canada, des provinces et des territoires au 1er juillet 2013.

Portrait national

Vieillissement démographique

Au cours des dernières décennies, l’un des principaux changements reliés à la structure par âge et sexe du Canada est le vieillissement démographique. La pyramide des âges suivante (figure 2.1) permet d’illustrer le vieillissement démographique du Canada en comparant la structure par âge et sexe de la population canadienne au 1er juillet des années 1983 et 2013. La pyramide des âges montre notamment l’importance de la grande cohorte des baby-boomers, nés entre 1946 et 1965, sur la structure par âge du Canada. La progression des baby-boomers dans la structure par âge est particulièrement apparente dans cette pyramide des âges. Il y a 30 ans, les baby-boomers étaient de jeunes adultes dans la fourchette des 18 à 37 ans alors qu’ils se trouvent maintenant dans la fourchette des 48 à 67 ans.

Figure 2.1 : Pyramide des âges des estimations de la population au 1er juillet, 1983 et 2013, Canada

Selon les estimations provisoires au 1er juillet 2013, 5 379 600 Canadiens, soit près d’une personne sur six (15,3 %), étaient âgés d’au moins 65 ans. Cette proportion est en progression constante depuis le milieu des années 1960 en raison notamment d’une fécondité sous le seuil de remplacement et de gains enregistrés en espérance de vie. En comparaison, la proportion des Canadiens âgés d’au moins 65 ans était de 9,9 % au 1er juillet 1983, soit 30 ans plus tôt. La croissance de ce segment de la population s’est accélérée depuis deux ans, avec une croissance annuelle supérieure à 4,0 % comparativement à une croissance de 2,5 % à 3,2 % depuis 2005. Au cours des prochaines années, cette proportion devrait continuer d'augmenter rapidement alors qu’un nombre grandissant de baby-boomers atteindront 65 ans.

À l’échelle internationale 1  , la proportion de personnes âgées au Canada demeurait inférieure aux proportions observées au Japon (25,0 %), en Allemagne (21,0 %), en France (17,0 %) et au Royaume-Uni (16,0 %). Elle est, entre autres, supérieure à celle observée en Australie (14,0 %) et aux États-Unis (14,0 %).

En 2013, un Canadien sur deux était âgé d’au moins 40 ans. L’âge médian de la population du Canada a augmenté de 10 ans depuis 30 ans (voir graphique 2.1). Au 1er juillet 2013, l'âge médian de la population canadienne s’établissait à 40,2 ans. L'âge médian était plus élevé pour les femmes (41,1 ans) que pour les hommes (39,4 ans). Cette différence est expliquée principalement par l'écart persistant, quoique de moins en moins grand, de l'espérance de vie en faveur des femmes. Les données les plus récentes indiquent que l’espérance de vie des femmes était de 83,6 ans, contre 79,3 ans pour les hommes 2  .

Au 1er juillet 2013, le nombre d'enfants âgés de moins de 15 ans était estimé à 5 674 100. Ils représentaient 16,1 % de l’ensemble de la population, en baisse par rapport à 21,8 % au 1er juillet 1983. Le nombre d’enfants (population âgée de moins de 15 ans) demeure encore supérieur à celui des aînés (population âgée d’au moins 65 ans) mais l’écart entre les deux groupes se rétrécit. Entre 1983 et 2013, le nombre de personnes âgées a plus que doublé (115,3 %) tandis celui des enfants a légèrement augmenté (2,7 %). Ainsi, au 1er juillet 2013, le nombre d'enfants dépassait celui des aînés de 294 500, comparativement à un écart de plus de 3,0 millions à la même date en 1983. Le vieillissement de la population au Canada devrait s’accélérer au cours des prochaines années, alors que l’ensemble de la vaste cohorte des baby-boomers atteindra l’âge de 65 ans. À ce moment, la proportion de personnes âgées de 65 ans et plus dépassera celle des enfants âgés de moins de 15 ans. Les projections les plus récentes montrent que les personnes âgées pourraient représenter près du quart de la population dès 2036 3  .

Le vieillissement démographique ne touche pas toutes les régions du pays de la même façon. Au 1er juillet 2013, les populations les plus jeunes au pays se trouvaient en général dans les territoires alors que les plus vieilles résidaient dans les provinces de l’Atlantique. Terre-Neuve-et-Labrador est l’endroit au pays ayant la population la plus âgée (44,2 ans). Parmi les provinces, l’Alberta est celle qui possédait la population la plus jeune (36,0 ans). Grâce à une fécondité plus élevée et une espérance de vie plus basse, le Nunavut présentait la population la plus jeune au pays, avec un âge médian de 25,4 ans en 2013.

Groupe d’âge quinquennal

Tous les groupes d'âge au-delà de 40 ans ont enregistré des croissances supérieures à la moyenne nationale entre 1983 et 2013. Ceci suggère que le vieillissement de la population s'accélérera au Canada dans les années à venir. Les plus fortes croissances se trouvent parmi la population âgée de 80 ans et plus 4 . Entre 1983 et 2013, le groupe d’âge dont la croissance a été la plus marquée (+108,6 %) est celui des 85 ans et plus (graphique 2.2), passant de 207 900 en 1983 à 702 000 en 2013. Ces derniers sont suivis de la population âgée entre 80 et 84 ans (+89,3 %). Cinq autres groupes d’âge ont connu des accroissements particulièrement marqués en 30 ans : les 50 à 54 ans (+74,2 %), les 55 à 59 ans (+70,2 %), les 45 à 49 ans (+68,1 %), les 65 à 69 ans (+67,7 %) et les 75 à 79 ans (+67,7 %). Sauf pour les 75 à 79 ans, la croissance soutenue des effectifs de ces groupes d’âge résulte de la présence des baby-boomers, les cohortes les plus nombreuses de l’histoire du pays, à ces âges. De 1983 à 2013, trois groupes d’âge ont vu leurs effectifs décroître : les 20 à 24 ans (-2,4 %), les 10 à 14 ans (-1,1 %) et les 15 à 19 ans (-0,6 %). Ces cohortes sont nées entre 1989 et 2003, une période durant laquelle la fécondité canadienne était à ses niveaux les plus bas, atteignant un plancher de 1,49 enfant par femme au tournant du XXIe siècle 5  .

Rapport de masculinité

En plus du vieillissement, la structure selon le sexe de la population évolue également (graphique 2.3). Au 1er juillet 2013, dans l’ensemble de la population canadienne, on estimait 98 hommes pour 100 femmes, alors qu’il était de 99 hommes pour 100 femmes en 1983. Les hommes sont plus nombreux que les femmes pour les 0 à 14 ans et les 15 à 39 ans, en raison du rapport de masculinité à la naissance, qui est, en moyenne, de 105 hommes pour 100 femmes. Toutefois, à partir du milieu de la cinquantaine, les effectifs d’hommes commencent à être légèrement moins nombreux que ceux des femmes en raison d’une surmortalité masculine. Cet écart croît davantage aux âges plus avancés, si bien que chez les 65 à 79 ans, on estimait 91 hommes pour 100 femmes au 1er juillet 2013. Il s’agit tout de même d’une hausse par rapport à 1983, où pour 100 femmes, on ne retrouvait que 79 hommes. Chez la population âgée de 80 ans et plus, on estimait 61 hommes pour 100 femmes au 1er juillet 2013 contre seulement 54 au 1er juillet 1983. Parmi les centenaires, on estimait en 2013 qu’il ne restait plus que 13 hommes pour 100 femmes.

Enfants (moins de 15 ans)

La proportion des enfants au sein de la population continue de diminuer. Au 1er juillet 2013, on estimait à 5 674 100 le nombre d’enfants âgés de 0 à 14 ans au pays, soit 16,1 % de la population totale. Ils représentaient 21,8 % de la population en 1983. Les plus récentes projections démographiques montrent que la proportion des enfants de 0 à 14 ans pourrait passer sous la barre des 16,0 % au cours de la décennie 2030. Elles montrent également qu’entre 2015 et 2021, le nombre d’enfants sera surpassé par le nombre de personnes âgées. La proportion d’enfants fluctue d’un endroit à l’autre au pays, atteignant des sommets à l’échelle nationale au Nunavut (30,8 %) et parmi les provinces en Saskatchewan (18,8 %) et au Manitoba (18,7 %).

Par ailleurs, la récente hausse de la fécondité a fait légèrement augmenter la proportion des enfants de moins de cinq ans dans la population. En effet, au 1er juillet 2013, ils constituaient 5,5 % de la population canadienne, en légère hausse par rapport au creux historique de 2005 (5,3 %). Cependant, les enfants de moins de cinq ans sont toujours proportionnellement moins nombreux qu’en 1983, alors qu’ils représentaient 7,2 % de la population totale.

Population en âge de travailler (15 à 64 ans)

Au 1er juillet 2013, on estimait 24 104 600 personnes âgées de 15 à 64 ans, soit 68,6 % de la population canadienne. Cette proportion est en hausse de 0,2 point de pourcentage par rapport à 1983. Selon les plus récentes projections démographiques, la proportion de la population en âge de travailler pourrait progressivement atteindre 60 % au début de la décennie 2030 alors que les baby-boomers auront tous franchi l’âge de 65 ans. La proportion de personnes en âge de travailler varie d’un endroit à l’autre au pays, atteignant des sommets à l’échelle nationale au Yukon (73,4 %) et parmi les provinces en Alberta (70,6 %) et en Colombie-Britannique (68,8 %).

Il est possible de séparer la population en âge de travailler en deux groupes : la frange plus jeune (15 à 39 ans) et la frange plus âgée (40 à 64 ans). Au 1er juillet 2013, la frange plus jeune de la population en âge de travailler représentait 48,9 % de la population en âge de travailler. Par contre, la frange plus âgée de la population en âge de travailler surpasse la frange plus jeune depuis 2005. En 1983, la frange plus jeune de la population en âge de travailler constituait 63,8 % de la population âgée de 15 à 64 ans.

Population de personnes âgées (65 ans et plus)

La population de personnes âgées de 65 ans et plus continue de s’accroître. Au 1er juillet 2013, les quelque 5 379 600 personnes âgées de 65 ans et plus représentaient 15,3 % de la population canadienne (voir graphique 2.4). En 1983, 9,9 % de la population était composée de personnes âgées. Le vieillissement de la population au Canada devrait s’accélérer entre 2013 et 2031, alors que l’ensemble de la vaste cohorte des baby-boomers atteindra l’âge de 65 ans.

La proportion de personnes âgées de 65 ans et plus diffère d’un endroit à l’autre au pays, passant de 3,5 % au Nunavut à 17,7 % en Nouvelle-Écosse. Les projections les plus récentes montrent que les personnes âgées pourraient représenter plus du quart de la population en 2036. Ces projections indiquent également que les personnes âgées pourraient devenir plus nombreuses que les enfants à partir de 2017.

Population de personnes très âgées (80 ans et plus)

Grâce à une croissance démographique soutenue, la population âgée de 80 ans et plus était estimée à 1 430 200 au 1er juillet 2013. En 2013, cette population représentait 4,1 % de la population canadienne comparativement à 1,9 % en 1983. Les projections démographiques indiquent qu’en 2036, ce sont 7,6 % des Canadiens qui pourraient être âgés de 80 ans et plus.

De plus, les personnes âgées de 80 ans et plus représentent une part de plus en plus élevée de la population de 65 ans et plus. Au 1er juillet 2013, 26,6 % de la population de 65 ans et plus était âgée de 80 ans et plus. Cette proportion était estimée à 19,5 % en 1983 mais pourrait bien atteindre 32,0 % vers 2036.

Population de centenaires (100 ans et plus)

De plus en plus de Canadiens atteignent l'âge de 100 ans en raison de l'augmentation de l'espérance de vie. Au 1er juillet 2013, le pays comptait selon les estimations provisoires plus de 6 900 centenaires, soit près de 20 centenaires pour 100 000 habitants. En 2001, cette proportion était deux fois plus faible, soit 11 centenaires pour 100 000 habitants. En comparaison, en 2012, la population du Japon comptait environ 40 centenaires pour 100 000 habitants 6  . Plus de femmes que d’hommes atteignent l’âge de 100 ans puisqu’elles bénéficient, à tous les âges, d’un plus faible niveau de mortalité que les hommes. Les centenaires étaient en 2013 toujours majoritairement composés de femmes (87,1 %).

Portrait des provinces et territoires

Vieillissement démographique

D'une province ou d'un territoire à un autre, la structure par âge de la population peut varier considérablement. Ces différences découlent, le plus souvent, des écarts entre les niveaux de fécondité et d'immigration, ainsi que des différences au chapitre de la migration interprovinciale. Au 1er juillet 2013, les populations les plus jeunes du pays se trouvaient dans les territoires et dans les Prairies et les plus vieilles dans les provinces de l’Atlantique (tableau 2.1). Les populations les plus jeunes au pays se trouvaient au Nunavut (25,4 ans) et dans les Territoires du Nord-Ouest (32,4 ans), en raison d’une forte fécondité et d’une plus faible espérance de vie.

Non seulement les provinces de l’Atlantique possèdent les populations les plus âgées, mais elles affichent aussi les populations qui ont vieilli le plus rapidement depuis 30 ans (graphique 2.5). Il s’agit d’une tendance qui perdure depuis plusieurs années et qui est attribuable aux différences régionales dans les comportements démographiques, notamment dû à l’évolution de la fécondité, d’abord plus forte puis inférieure à la moyenne nationale ainsi qu’à des pertes marquées au chapitre de la migration interprovinciale.

En 1983, le portrait démographique des provinces et territoires à l’égard du vieillissement démographique était différent. En effet, les provinces dont les populations affichaient les âges médians les plus élevés étaient la Colombie-Britannique (31,4 ans), l’Ontario (31,0 ans), le Québec (30,5 ans) et le Manitoba (30,2 ans). D’un autre côté, la province qui affichait l’âge médian le plus bas était Terre-Neuve-et-Labrador (26,2 ans).

Rapport de masculinité

Les populations des provinces et territoires ne se distinguent pas seulement par leur structure par âge, mais aussi par leur structure selon le sexe (graphique 2.6). En 1983, les endroits où les rapports de masculinité étaient les plus élevés étaient les deux territoires, soit le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest avec 112 hommes pour 100 femmes et parmi les provinces, l’Alberta, dont la population était composée de 104 hommes pour 100 femmes.

Depuis 1983, la structure selon le sexe des populations des provinces et territoires a évolué en partie en raison du processus de vieillissement démographique. La proportion d’hommes a diminué partout au pays sauf au Québec, au Manitoba et en Saskatchewan. Au 1er juillet 2013, ce sont encore les territoires et l’Alberta qui affichaient les rapports de masculinité les plus élevés au pays. Le Nunavut vient en tête avec 107 hommes pour 100 femmes, suivis par les Territoires du Nord-Ouest (105), endroits où la fécondité est forte et la population est jeune. Parmi les provinces, l’Alberta est celle dont le rapport de masculinité est le plus élevé (103), en raison principalement d’une population plus jeune. Or, on retrouve davantage d’hommes que de femmes parmi les populations plus jeunes. Enfin, l’Île-du-Prince-Édouard (95) et la Nouvelle-Écosse (96) étaient les provinces où le rapport de masculinité était le plus bas au 1er juillet 2013.

Variations provinciales et territoriales

Terre-Neuve-et-Labrador

Au 1er juillet 2013, 17,1 % de la population de Terre-Neuve-et-Labrador était âgée de 65 ans et plus. Son âge médian, estimé à 44,2 ans, était le plus élevé au pays. Au cours des 30 dernières années, l’âge médian de cette province a augmenté de 18,0 ans, la hausse la plus marquée au pays. Ainsi, Terre-Neuve-et-Labrador est passée de la province qui affichait l’âge médian le plus jeune en 1983 à celle dont l’âge médian est le plus élevé. Cette province combine une faible fécondité et des pertes migratoires marquées, contribuant par le fait même au vieillissement démographique.

Île-du-Prince-Édouard

L’âge médian de la population de l’Île-du-Prince-Édouard a atteint 43,1 ans au 1er juillet 2013 tandis que la proportion de sa population âgée de 65 ans et plus était estimée à 17,3 %. Cette province affiche l’âge médian le plus faible parmi les provinces de l’Atlantique. Aussi, 15,8 % de la population de l’Île-du-Prince-Édouard était âgée de moins de 15 ans, soit la proportion la plus élevée des provinces de l’Atlantique. L’Île-du-Prince-Édouard est la province qui présente la fécondité la plus élevée en Atlantique.

Nouvelle-Écosse

La Nouvelle-Écosse affichait l’une des populations les plus âgées au pays. La part de sa population qui était âgée de 65 ans et plus était estimée à 17,7 %, la valeur la plus élevée au pays. De plus, l’âge médian était de 43,8 ans, soit la troisième valeur la plus élevée au pays après Terre-Neuve-et-Labrador et le Nouveau-Brunswick. Cette situation provient à la fois d’une fécondité plus faible et de pertes au chapitre de la migration interprovinciale depuis plusieurs années.

Nouveau-Brunswick

Au 1er juillet 2013, 17,6 % de la population du Nouveau-Brunswick était âgée de 65 ans et plus, la deuxième valeur la plus élevée au pays. Son âge médian était estimé à 43,9 ans, en hausse de 15,0 années depuis 1983. À l’instar des autres provinces de l’Atlantique, le Nouveau-Brunswick affiche une fécondité inférieure à la moyenne nationale et perd dans ses échanges migratoires avec le reste du pays.

Québec

La population du Québec était légèrement plus âgée que celle du pays. Au 1er juillet 2013, 16,6 % de la population de cette province était âgée de 65 ans et plus, la valeur la plus élevée à l’ouest des provinces de l’Atlantique, tandis que son âge médian était de 41,6 ans. L’âge médian a augmenté de 11,1 années depuis 1983, une hausse un peu plus élevée que celle de l’ensemble du pays. Le Québec présente des pertes migratoires interprovinciales continuelles et une fécondité qui était, jusqu’à tout récemment, inférieure à la moyenne nationale.

Ontario

Au 1er juillet 2013, l’âge médian de la population de l’Ontario était de 40,3 ans tandis que la proportion de la population âgée de 65 ans et plus se chiffrait à 15,2 %. Depuis 1983, l’âge médian de cette province a augmenté de 9,3 années, une hausse légèrement inférieure à celle de l’ensemble du pays. Par contre, depuis 2006, en raison de pertes de migration interprovinciale, l’âge médian de la population de l’Ontario a augmenté de 1,9 ans comparativement à 1,3 ans pour l’ensemble du pays.

Manitoba

Au 1er juillet 2013, 14,4 % de la population du Manitoba était âgée de 65 ans et plus et son âge médian était estimé à 37,7 années. Par contre, 18,7 % de la population de cette province était âgée de 0 à 14 ans, soit la part la plus élevée pour une province après la Saskatchewan. Le Manitoba enregistre la hausse de l’âge médian la plus faible au pays depuis 1983 (7,5 ans) en raison d’une fécondité supérieure à la moyenne nationale.

Saskatchewan

Au 1er juillet 2013, la Saskatchewan présentait la proportion de personnes âgées de 0 à 14 ans la plus élevée de toutes les provinces (18,8 %). De plus, 14,4 % de la population de cette province était âgée de 65 ans et plus et son âge médian était estimé à 37,1 années. L’âge médian a diminué de 0,2 an depuis l’an dernier en Saskatchewan. Cette situation s’explique par la fécondité la plus prononcée parmi les provinces et un solde de migration internationale en forte hausse depuis quelques années.

Alberta

Parmi les provinces, l’Alberta est celle qui possédait la population la plus jeune au 1er juillet 2013. Son âge médian était de 36,0 ans tandis que sa proportion de personnes âgées de 65 ans et plus était estimée à 11,2 %, les valeurs les plus petites parmi les provinces. De plus, l’Alberta était la province qui affichait la proportion de personnes en âge de travailler la plus élevée parmi toutes les provinces (70,6 %). L’Alberta se caractérise par une forte fécondité et d’importants gains dans la migration interprovinciale et internationale.

Au cours de l’année 2012-2013, l’Alberta s’est distinguée des autres provinces par un accroissement démographique près de trois fois supérieur à la moyenne nationale. Cet accroissement a été plus fort parmi les personnes âgées entre 30 et 44 ans, à la fois pour les hommes et les femmes. La croissance de la population albertaine à ces âges était de 5,2 % comparativement à 1,1 % pour l’ensemble du pays. Ceci s’explique principalement par les importants gains de migration interprovinciale et internationale réalisés par l’Alberta qui se concentraient en bonne partie à ces âges.

Le contexte économique favorable de l’Alberta peut expliquer en bonne partie les importants gains dans la migration internationale et interprovinciale de cette province, qui ont contribué à la croissance démographique de la population en âge de travailler. En effet, l’industrie pétrolière et gazière a alimenté la croissance économique et la création d’emplois en Alberta, ce qui s’est traduit par une hausse marquée de la demande de travailleurs. En 2012-2013, les taux d’emploi et les taux de postes vacants albertains étaient d’être parmi les plus élevés au pays 7  . La persistance du boom économique a aussi généré une croissance dans un nombre de secteurs reliés à l’énergie, aux services à d’autres secteurs de l’économie albertaine.

Colombie-Britannique

Au 1er juillet 2013, l’âge médian de la population de la Colombie-Britannique était de 41,7 ans tandis que sa proportion de personnes âgées de 65 ans et plus était estimée à 16,4 %, les valeurs les plus élevées à l’ouest du Québec. Cette situation s’explique par une fécondité plus faible qu’ailleurs et une espérance de vie plus élevée.

Yukon

Au 1er juillet 2013, le Yukon était l’endroit au pays où la proportion de personnes en âge de travailler était la plus prononcée (73,4 %). Ce territoire affichait aussi l’âge médian (38,9 ans) et la proportion de personnes âgées de 65 ans et plus (9,9 %) les plus élevés des trois territoires. Ce territoire se démarque des deux autres territoires par une fécondité plus rapprochée de la moyenne nationale.

Territoires du Nord-Ouest

Les Territoires du Nord-Ouest présentaient la population la plus jeune après celle du Nunavut. Environ une personne sur cinq (21,1 %) vivant dans ce territoire est âgée de moins de 15 ans tandis que seulement six personnes sur cent (6,1 %) sont âgées de 65 ans et plus. L’âge médian de la population des Territoires du Nord-Ouest était estimé à 32,4 ans. Ce territoire affiche une fécondité nettement supérieure à la moyenne nationale qui est surpassée uniquement par celle du Nunavut.

Nunavut

Le Nunavut est l’endroit au pays où la population est la plus jeune. L’âge médian de la population du Nunavut (25,4 ans) et son pourcentage de personnes âgées de 65 ans et plus (3,5 %) sont de loin les valeurs les plus petites au pays. De plus, 30,8 % de la population du Nunavut est âgée de moins de 15 ans, une proportion presque deux fois plus élevée que la moyenne nationale. Le Nunavut est l’endroit où la fécondité est la plus forte au pays, atteignant des niveaux environ deux fois plus élevés que ceux de l’ensemble du pays. De plus, ce territoire présente l’espérance de vie la plus basse au pays.

Section précédente

Date de modification :