Faits saillants

La diversité ethnoculturelle de la population Canadienne
La diversité ethnoculturelle d'une génération à l'autre
La diversité ethnoculturelle au sein des régions métropolitaines de recensement (RMR)

La diversité ethnoculturelle de la population Canadienne

  • Environ trois Canadiens sur dix (entre 29 % et 32 %) pourrait appartenir à un groupe de minorités visibles en 2031 et ce, peu importe le scénario de projection. Le Canada compterait alors entre 11,4 et 14,4 millions d'individus de minorités visibles.
  • La population de minorités visibles serait surreprésentée parmi les tranches d'âge les plus jeunes. Ainsi, selon le scénario de référence des présentes projections, 36 % de la population âgée de moins de 15 ans appartiendrait en 2031 à un groupe de minorités visibles, comparativement à 18 % parmi les personnes âgées d'au moins 65 ans.
  • En 2031, les Sud-Asiatiques et les Chinois pourraient, de tous les groupes de minorités visibles, demeurer ceux qui comptent les plus importantes populations au Canada. La population de Sud-Asiatiques pourrait atteindre entre 3,2 et 4,1 millions d'individus en 2031 contre 1,3 millions de personnes en 2006. La population des Chinois passerait de 1,3 millions en 2006 à un effectif variant entre 2,4 et 3,0 millions en 2031.
  • Les Arabes ainsi que les Asiatiques occidentaux sont les groupes de minorités visibles qui pourraient croître le plus rapidement entre 2006 et 2031. La population des Arabes du Canada pourrait ainsi compter entre 806 000 et 1,1 million de personnes en 2031 et celle des Asiatiques occidentaux entre 457 000 et 592 000 personnes selon les scénarios, contre 276 000 et 164 000 en 2006.
  • La population de confessions religieuses autres que chrétiennes pourrait plus que doubler d'ici 2031, atteignant entre 5,3 et 6,8 millions d'individus en 2031 contre un nombre estimé à 2,5 millions en 2006. De 8 % de la population en 2006, la proportion qu'ils représentent pourrait passer à environ 14 % en 2031.
  • Au sein de la population de confessions religieuses non chrétiennes, environ une personne sur deux pourrait être de religion musulmane en 2031 alors que cette proportion était estimée à 35 % en 2006.
  • Moins de deux Canadiens sur trois seraient, selon les scénarios développés pour les présentes projections, de religions chrétiennes en 2031. Trois Canadiens sur quatre (75 %) étaient de religions chrétiennes en 2006. Cette proportion s'élevait à 97 % en 1981.
  • Les personnes n'ayant comme langue maternelle ni le français ni l'anglais représentaient moins de 10 % de la population du Canada en 1981. Cette proportion a augmenté à 20 % en 2006 et les projections indiquent qu'elle pourrait atteindre entre 29 % et 32 % en 2031.

La diversité ethnoculturelle d'une génération à l'autre

  • Selon les scénarios de projections retenus, la proportion de personnes nées à l'étranger pourrait atteindre entre 25 % et 28 % en 2031, un niveau record au Canada depuis la Confédération. En 2006, cette proportion s'élevait à 20 %
  • Si l'immigration devait continuer à provenir majoritairement de pays non européens, la population née à l'étranger et résidant au Canada poursuivrait sa transformation au cours des 25 prochaines années. En 2031, le pourcentage de minorités visibles au sein de la population née à l'étranger atteindrait 71 %, celui d'allophones plus de 77 % alors que le pourcentage de personnes de confessions non chrétiennes y serait d'environ 32 %. Les proportions étaient, respectivement, de 54 %, 70 % et 24 % en 2006.
  • Selon le scénario de référence, près d'un Canadien sur deux (46 %) de 15 ans ou plus serait en 2031 soit né à l'étranger, soit aurait au moins un parent né à l'étranger, comparativement à 39 % en 2006.
  • Sous l'effet conjugué de la fécondité des immigrants et de leurs enfants nés au Canada puis de la transmission d'une génération à l'autre de certaines de leurs caractéristiques – appartenance à un groupe de minorités visibles, langue maternelle et confession religieuse par exemple – la diversité relative à ces caractéristiques serait également appelée à croître considérablement au sein de la population née au Canada au cours des prochaines décennies.
  • Selon les scénarios de projections retenus, la proportion de personnes appartenant à un groupe de minorités visibles, de confessions religieuses autres que chrétiennes et de personnes n'ayant ni le français ni l'anglais comme langue maternelle au sein de la population née au Canada pourrait approximativement doubler entre 2006 et 2031.
  • Près d'une personne sur deux (47 %) parmi la population née au Canada et appartenant à la deuxième génération (celle des enfants d'immigrants) pourrait appartenir à un groupe de minorités visibles d'ici deux décennies, comparativement à 24 % en 2006.
  • Au sein de la troisième génération ou plus (celle composée de personnes nées au Canada de parents nés aussi au Canada), la proportion de minorités visibles resterait faible, encore qu'elle pourrait presque tripler, passant de 1 % en 2006 à 3 % en 2031.

La diversité ethnoculturelle au sein des régions métropolitaines de recensement (RMR)

  • La propension des nouveaux immigrants canadiens à s'établir en régions métropolitaines, ainsi que leur natalité, a contribué, depuis plusieurs décennies, à concentrer la diversité ethnoculturelle dans les milieux métropolitains.
  • La quasi-totalité des personnes appartenant à un groupe de minorités visibles (96 %) continuerait à résider dans l'une ou l'autre des 33 régions métropolitaines de recensement d'ici 2031. Plus de 71 % de toutes les personnes de minorités visibles résideraient dans les trois plus importantes RMR du pays, soit, dans l'ordre, Toronto, Vancouver et Montréal.
  • Environ 55 % des personnes résidant dans les RMR seraient soit des immigrants ou des enfants d'immigrants nés au Canada en 2031. À Toronto et Vancouver, ces proportions pourraient atteindre 78 % et 70 %, respectivement. Elles seraient d'au plus 10 % dans les RMR de St-John's, de Saguenay et de Trois-Rivières.
  • Selon les scénarios des présentes projections, environ trois personnes sur cinq pourraient appartenir à un groupe de minorités visibles dans les RMR de Toronto et de Vancouver en 2031. Cette proportion serait au plus de 5 % dans les RMR de St-John's, Grand Sudbury, Trois-Rivières, Québec et Saguenay.
  • Près d'une personne sur quatre (24 %) vivant dans la RMR de Toronto appartiendrait au groupe de minorités visibles Sud-Asiatique en 2031, qui demeurerait le plus important groupe de minorités visibles de cette RMR. Le nombre de Sud-Asiatiques y serait alors d'environ 2,1 millions de personnes.
  • Les Chinois continueraient de constituer, en 2031, le groupe de minorités visibles ayant la plus importante population dans la RMR de Vancouver. Avec environ 809 000 personnes, celui-ci représenterait environ 23 % de la population de cette RMR, contre 18 % en 2006.
  • Les personnes de minorités visibles pourraient représenter dans la RMR de Montréal environ trois personnes sur dix (31 %), en hausse par rapport à 2006 (16 %), mais cette proportion demeurerait nettement inférieure à celles de Toronto et Vancouver.
  • En 2031, la population du groupe de minorités visibles des Arabes pourrait presque rattraper celle des Noirs dans la RMR de Montréal. Chacun de ces groupes représenterait alors près de 8 % de la population totale de cette RMR.
Date de modification :